En Chine aussi, les gens et surtout les responsables rechignent à se faire vacciner !

Les Résistants Publié le 7 avril 2021 - par - 7 commentaires

Chez eux comme chez nous, bien qu’ils soient plus disciplinés, plus habitués à obéir les yeux fermés, plus habitués au chantage et à la dictature, le Parti communiste chinois semble assez inquiet du manque d’intérêt des gens à se faire vacciner.

Tiens, tiens… Le PC aurait menacé de supprimer aux non vaccinés l’accès aux restaurants, 

la grogne a été telle que les autorités ont fait machine arrière.

Cette arnaque du vaccin anti-Covid est tellement grosse que même les Chinois sous surveillance, sous pression… osent dire non !

Merci à Dominique Schwander qui nous a indiqué cet article, original en anglais.

https://www.theepochtimes.com/mkt_morningbrief/chinese-officials-trying-to-dodge-covid-19-vaccinations-citing-health-reasons-leaked-documents_3763204.html?utm_source=morningbriefnoe&utm_medium=email&utm_campaign=mb-2021-04-06&mktids=adf353c013f1e9bcd74d71992f71c872

Des responsables chinois tentent d’éviter les vaccinations contre le COVID-19, citant des raisons de santé: des documents divulgués

PAR EVA FU
5 avril 2021 Mis à jour: 6 avril 2021
plus grand plus petit

Alors que le régime chinois se précipite pour vacciner des dizaines de millions de personnes par le biais de politiques coercitives et d’un blitz de propagande, certains responsables locaux esquivent tranquillement les tirs eux-mêmes.

Au milieu de la campagne agressive de vaccination de Pékin, des dizaines de responsables de certaines parties du Liaoning , une province du nord-est de la Chine, ont cité diverses raisons de santé pour ne pas prendre le vaccin chinois COVID-19, révèlent des documents internes datés de fin mars et obtenus par Epoch Times.

Dans une ville appelée Xintai, située dans le centre de la province, seuls trois fonctionnaires sur 66 se sont fait vacciner, avec deux autres sur la liste d’inscription – ce qui montre un taux de volonté lamentable de moins de 10 pour cent.

Cinquante fonctionnaires du gouvernement et ceux du bureau judiciaire local et des forces de l’ordre ont donné des raisons telles qu’une maladie sous-jacente, une allergie, une grossesse, une chirurgie récente ou un rhume, selon un tableau du 29 mars qui résume les efforts de vaccination de la région .

L’allergie s’est démarquée comme la principale raison, citée 22 fois. Vingt personnes ont également cité l’hypertension artérielle tandis que cinq ont mentionné le diabète – même si les deux sont des maladies chroniques qui les marqueraient comme très vulnérables au virus du PCC ( Parti communiste chinois ).

Dans le comté de Tai’an, qui a juridiction sur la ville, seules quatre personnes du Bureau du logement et du développement urbain-rural, composé de 56 membres, ont consenti à être vaccinées, trois personnes s’excusant pour «mauvaise santé». Au sein du comité des affaires politiques et juridiques du comté, un organe du PCC bien financé qui contrôle directement le système judiciaire, une personne a mentionné le mal de dents. Dans le centre de services fiscaux de Tai’an, certains ont déclaré qu’ils prenaient des médicaments chinois ou souffraient de maladies non précisées.

L’acceptation de la vaccination n’est plus optimiste au Tai’an Occupation Education Center, le principal collège technique du comté, où environ un tiers déclarait avoir une constitution allergique et beaucoup ont déclaré se remettre de la grippe saisonnière.

Le faible taux de participation des responsables, qui ont été chargés de «montrer l’exemple» lors de la dernière campagne de vaccination en Chine, semble indiquer un plus grand manque d’enthousiasme dans le pays.

Le régime a fait la promotion de ses vaccins locaux dans le pays et à l’ étranger , expédiant des doses gratuites dans 69 pays et célébrant le record de 100 millions administrés à travers la Chine à la fin du mois de mars. Gao Fu, chef du Centre de contrôle et de prévention des maladies du pays, a récemment déclaré aux médias d’État qu’ils visaient à vacciner 70 à 80 pour cent de la population chinoise pour obtenir l’immunité collective.

Anniversaire d'un an du verrouillage de la levée de WuhanLes résidents reçoivent le vaccin COVID-19 dans un hôpital communautaire le 2 avril 2021 à Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine. (Photo par Getty Images)

Pourtant, la réalisation du carnet de vaccination a nécessité la mobilisation des cadres du parti communiste dans tout le pays. Dans certains cas, des fonctionnaires trop zélés ont fait du porte-à-porte pour vacciner les résidents et ont même menacé de mettre sur liste noire les non-coopératifs.

La campagne a quant à elle été jalonnée de questions sur la qualité des vaccins.

On en sait encore très peu sur les vaccins chinois que le régime s’est empressé de distribuer. Le principal fabricant de vaccins, la société d’État Sinopharm, a annoncé le 28 mars son intention de mener des essais de troisième étape à l’étranger pour observer la durée de la protection contre le virus. À Hong Kong, au moins 12 habitants sont décédés à la suite des injections de Sinovac à Pékin, bien que les autorités aient déclaré que le vaccin n’était pas la cause directe de leur décès.

Aucune des deux sociétés n’a rendu publiques ses données cliniques, bien que l’Organisation mondiale de la santé ait attesté le 31 mars que des niveaux d’efficacité dépassaient 50 pour cent – la barre minimale pour l’utilisation publique d’un vaccin.

«Nous ne savons rien de ce vaccin», a déclaré un habitant du continent surnommé Li au NTD de langue chinoise, une filiale de The Epoch Times. «Il n’y a pas de données d’essai de troisième étape ni d’analyse pour savoir s’il peut produire des anticorps, si nous pouvons encore être infectés ou infecter d’autres personnes. On ne sait rien.

«Nous ferions mieux de simplement avoir quelques bols de soupe au poulet à la maison pour renforcer notre immunité, n’est-ce pas?»

Au milieu du scepticisme du public, le régime a fait monter la pression. Les présentateurs des médias d’État ont approuvé des slogans de vaccination exhortant les gens à «prêter un bras».

Dans le sud de la province de Hainan, une ville locale appelée Wancheng a déclaré aux habitants qu’ils ne pourraient pas prendre de bus ou se rendre dans des restaurants et des supermarchés sans certificat de vaccination.

wanchengUn avis publié à Wancheng, une ville de la province de Hainan, le 31 mars, avertit les gens des conséquences s’ils refusent de se faire vacciner. (Capture d’écran via Weibo)

«Si vous ne prenez pas de vaccins, cela affectera la scolarité de vos enfants, leur travail, leur entrée dans l’armée et leur logement à l’avenir», selon un avis qui est depuis devenu viral sur les réseaux sociaux chinois. Les responsables se sont ensuite excusés au milieu de la réaction et ont annulé le mandat.

M. Wu de la ville centrale de Wuhan en Chine a récemment reçu un texte de son comité de quartier local et de son lieu de travail lui disant de se faire vacciner à une certaine date.

Lui et son père, un fonctionnaire du gouvernement, le considèrent comme inutile, a-t-il déclaré, citant une histoire de problèmes avec les vaccins chinois passés.

«Le Parti communiste chinois semble assez inquiet du manque d’intérêt des gens à se faire vacciner», a-t-il déclaré dans une récente interview. «Beaucoup de gens soutiennent apparemment le Parti et détestent l’Amérique en temps normal, mais si vous leur demandiez de prendre des vaccins nationaux, personne ne serait d’accord.»

Un autre responsable à la retraite de Pékin a également exprimé des inquiétudes quant à d’éventuelles réactions indésirables.

«Beaucoup de gens ordinaires sont inquiets à ce sujet, et moi aussi», a-t-il déclaré à Epoch Times dans une interview récente.

Luo Ya a contribué à ce rapport.

Suivez Eva sur Twitter: @EvaSailEast

Traduction google pour Résistance républicaine

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Argo
Argo
il y a 4 jours

En effet un vaccin contre le virus du parti communiste serait le bienvenu et chez nous un vaccin contre la vaccinorabie! WUHAN! 🦇🦇🦇🦇🦇🦇

Christian Jour
Christian Jour
il y a 3 jours

J’ai mené se matin ma cousine à l’hôpital pour se faire vacciner. Malgrè mes avertissements rien n’y a fait. Elle avait vu son toubib qui le lui a conseillé de se faire vacciner. J’ai accepté de la mener se faire vacciner. Moi je suis resté dans la voiture et j’ai vu un flot ininterrompu de personnes qui allaient se faire injecter cette saloperie de vaccin. Le gouvernement à réussi à mettre la peur dans la tête des gens. Quand ils vont s’apercevoir qu’ils se sont fait baiser il sera trop tard. Les labos s’enrichissent comme jamais et les gens servent de cobaye, lors que l’on a tous les traitements nécessaire pour traiter cette épidémie.

Baba
Baba
il y a 3 jours

https://rakbeisrael.buzz/phenomene-etrange-du-vaccin-chinois-sinovac-les-pays-signalent-une-augmentation-des-cas-corona-apres-utilisation/
Au vu de cet article il y a de quoi se faire une idée de l’opacité réelle concernant les vaccins chinois. La France semble prendre le même chemin pour nier toute dangerosité des différents vaccins proposés à sa population.

Argo
Argo
il y a 3 jours
Reply to  Baba

L’URSS c’était le rideau de fer, maintenant la Chine c’est le rideau de bambou!

Victoire de Tourtour
Victoire de Tourtour
il y a 3 jours
Reply to  Baba

Et les zombies de se précipiter dans les « vaccinodromes » !

Marcher sur des Oeufs
Marcher sur des Oeufs
il y a 3 jours
Frejusien
frejusien
il y a 2 jours

Conclusion, le sinovax n’est guère mieux placé que nos vaccins occidentaux.
Par contre les Chinois semblent déterminés à se protéger contre la vaccination, ils ont probablement une culture médicale très différente de notre médecine allopathique

Lire Aussi