Je ne fais pourtant de mal à personne, en n’écoutant pas le muezzin qui tonne…

Dans mon quartier, j’fais attention,

J’ai mauvaise réputation.
Comme je ne suis pas musulman,
On me traite de mécréant.
Je ne fais pourtant de mal à personne,
En n’écoutant pas le muezzin qui tonne,
Mais les muslims n’aiment pas que,
On ne prie pas allah comme eux.
Non les muslims n’aiment pas que,
On ne prie pas allah comme eux.
Certains doivent beaucoup me maudire,
Mais je me fous  bien de leur ire.
Lorsqu’arrive le ramadan,
Je ne me prive pas pour autant.
Je bois et mange la journée,
Et le soir je vais me coucher.
Je ne fais pourtant de mal à personne,
En n’ripaillant pas jusque 06 heures sonnent,
Mais les muslims n’aiment pas que,
On vive différemment d’eux.
Non les muslims n’aiment pas que,
On vive différemment d’eux.
Certains voudraient me voir mourir,
Je n’leur ferai pas ce plaisir.
A Noël avec mes enfants,
J’achète un grand sapin tout blanc.
On va à la messe de minuit,
Et on mange la dinde farcie.
On ne fait pourtant de mal à personne,
En fêtant la v’nue d’un petit bonhomme,
Mais les muslims n’aiment pas que,
On puisse croire en un autre dieu,
Non les muslims n’aiment pas que,
On puisse fêter un autre dieu.
Certains voudraient ma langue couper,
Mais qu’ils viennent donc la chercher.
Mes filles je n’veux pas les voiler,
Cacher leurs beaux cheveux dores.
Elles peuvent mettre des pantalons,
Des jupes ou bien des caleçons.
Je ne fais pourtant de mal à personne,
En n’habillant pas mes filles comme des clones,
Mais les muslims n’aiment pas que,
On n’habille pas les femmes comme eux.
Non les muslims n’aiment pas que,
On n’habille pas les femmes comme eux.
On voudrait me voir égorgé,
Oui mais ce n’est pas encore fait.
Le jour du 14 juillet,
Je hisse mon drapeau Français.
Certains doivent me traiter de facho,
Et si ils le font peu me chaut.
Je ne fais pourtant pas mauvais école,
En fêtant ce jour qui est un symbole,
Mais les muslims n’aiment pas que,
La République passe avant eux.
Non les muslims n’aiment pas que,
La République passe avant eux.
Certains voudraient me voir pendu,
Avant je veux botter leur cul.
Le matin je prends mon auto,
Je me rends de suite au boulot.
Je croise beaucoup de musulmans,
Dont des barbus vêtus de blanc.
Croyez-vous bonnes gens qu’ils aillent travailler,
Mais non pas du tout ils vont à la mosquée.
Les musulmans aiment bien que
On aille travailler pour eux.
Oui les muslims aiment bien que,
On aille cotiser pour eux.
Certains disent que je suis menteur,
Mais je leur réponds « Et ta soeur ! »

 4 total views,  2 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


17 Commentaires

  1. Excellent vraiment. Voilà le ton que les républicains devraient employer pour se moquer des bigotteries islamistes et faire cesser le facisme islamique qui se répand.

  2. Vous êtes certain que c’est bien lui?
    Perso, je croyais que c’était un chien hurlant à la mort.

  3. Toutes les religions sont comme la politique c’est du pipo inventées par une poignée d’individus qui sont à la tête de ces véritables foutages de gueules , des supercheries pour faire du lavage de cerveaux et devenir les Maîtres des moutons !

  4. Bravo Monsieur Lagardère !
    Il eut fallu garder nos frontières
    pour éviter les hordes meurtrières.
    Le regroupement familial
    nous est finalement fatal.

    Les soi-disant bons sentiments
    sont source de bien des tourments,
    avec leurs simplistes œillères,
    Pour la belle France entière.

    Diogène

  5. Ce serait formidable de pouvoir manger du porc devant eux en buvant de la bière et en pelotant une jeune fille en minijupe, il faudrait le faire systématiquement ne serait-ce que pour montrer que nous sommes chez nous et que les vrais intrus ce sont eux ?

  6. Très chouette « la mauvaise réputation du mécréant » façon Brassens !

    C’est pas un rebelle gauchiste du showbiz qui pourrait oser ça…

  7. DANS L’AIR DU SOIR ET DU MATIN, POÈME MATUTINAL ET VESPÉRAL

    Le muezzin jacte
    Du haut du minaret
    L’tapis bien arrimé
    Tout le monde s’carapate.

    Cinq fois par jour
    L’appel est lancé
    Dès potron- minet
    Jusqu’à la fin du jour.

    Pendant ce temps-là,
    On part au turbin,
    Qu’il fasse chaud ou froid,
    Faut bien gagner son pain.

    À midi c’est le jambon beurre
    Ou le casse-croûte aux rillettes,
    ou même un sandwich à la rosette,
    Ça ne nous fait pas peur.

    Quand on rentre le soir
    Bon sang de bonsoir
    Qu’est-ce que c’est ce bouzin,
    Mais c’est le muezzin!

  8. Franchement Lagardère vous portez bien votre nom Elle est courageuse et vraie votre chanson.
    Comme on dit chez moi : je suis « espantée » mais en bien.
    Je vais la faire suivre.

  9. En effet, ils ne sont pas très travailleurs, tout se résume ou presque à une religion politique, ces gens focalisent sur une idéologie qui consiste à se soumettre à un Dieu punisseur et peu miséricordieux, ils imposent à leur tour leur autorité qui leur vient de Dieu, en tout cas ils le croient, ce qui aboutit à toutes les dérives qu’on observe. Il est très facile de se sentir offensé parce qu’on s’imagine être à la place de Dieu et ce qu’il ressent, en réalité l’individu fait une projection de ce qu’il croit être Dieu et se trompe forcément. Le problème de ces gens c’est qu’ils s’imaginent que notre Dieu est le même que le leur à partir de l’histoire du monothéisme mais leur prophète est l’intercesseur avec Dieu comme Jésus pouvait l’être pour le Christianisme, c’est le pilote de l’avion qui change tout. Si le Dieu de l’islam est politique alors le nôtre l’est aussi, voilà la vision très limitée du musulman qui ne reconnaît pas que Dieu et l’Etat peuvent être séparés. Dans le christianisme, Jésus qui est Dieu reconnait le gouvernement des hommes sur les hommes, il reconnait qu’il existe une hiérarchie chez les hommes et qu’il faut dans la mesure du possible la respecter. Qu’on soit pratiquant ou pas, le christianisme influence constamment notre culture et notre civilisation qui est très différente de la leur.