Même Raoult est obligé de dénoncer la chicha, outil de contamination majeure du Covid ! !!

Qu’est-ce qu’on se marre ! 

Et hop ! Une nuisance de plus de l’immigration et des moeurs importées chez nous ! 

Et c’est Raoult, peu suspect de xénophobie ou de racisme, qui le dit, fort de son expérience de médecin. 

Il estime l’utilisation de chicha si importante qu’il la soupçonne d’être responsable de l’échec de toutes les mesures qui ont été prises ! Enorme !

Qu’est-ce qu’on se marre, je vous dis ! 

Dans une vidéo partagé sur YouTube, Didier Raoult alerte sur les méfaits de l’utilisation de la chicha. Une prise de parole étonnante mais très sérieuse de la part du professeur marseillais.

Comme chaque semaine ou presque depuis le début de la pandémie, Didier Raoult a pris la parole dans une vidéo d’une quinzaine de minutes. C’est sur la chaîne YouTube de l’IHU Méditerranée-Infection qu’il fait fréquemment des bilans sur la situation épidémique. Mais ce mardi 2 mars, l’infectiologue marseillais a décidé d’aborder une thématique plutôt inhabituelle : l’impact de la chicha dans la transmission du coronavirus chez les plus jeunes.

« Ce truc est dégueulasse »

Après avoir fait un bilan de la situation, Didier Raoult a consacré les quatre dernières minutes de son intervention à ce sujet. Si au premier abord cela peut paraître risible, il aborde le sujet avec beaucoup de sérieux. Voici le début de sa déclaration, à 11 minutes environ sur la vidéo.

« À l’occasion d’une petite investigation, les gens nous ont dit ‘vous savez, samedi soir on est tous allé fumer la chicha ensemble’ (…) Je n’avais pas réalisé l’ampleur qu’a pris la consommation de chicha dans les pays européens et aux États-Unis. »

« Ce truc est dégueulasse… si on ne l’a que pour soi-même, ok, mais si on se passe le truc dans lequel il y a de la salive, y compris si on change l’embout, c’est un modèle expérimental extraordinaire pour transmettre une maladie respiratoire. »

Un impact sur la faible efficacité de certaines mesures ?

Selon Didier Raoult, l’usage collectif des chichas est un très gros problème qui est sous-estimé par les autorités sanitaires. À l’inverse des cigarettes électroniques, elles sont souvent un moment de « partage », notamment de partage d’aérosols et de salive.

« Quand j’étais jeune, il y avait les pétards mais il y avait une limite au nombre de gens qui pouvaient… puis les gens suçaient par le pétard pour se le transmettre directement de salive en salive. Là vous pouvez pas échapper au fait que vous mettez des aérosols avec de la salive dans quelque chose qui est chaud, que vous aspirez… si vous passez après quelqu’un qui est infecté par le Covid, vous mettez un modèle expérimental parfait pour faire ça. »

Enfin, Didier Raoult tire la sonnette d’alarme concernant l’utilisation commune des chichas, expliquant même qu’elles pourraient avoir un impact bien plus grand que ce que l’on pense sur la transmission du coronavirus chez les jeunes et sur l’efficacité moindre de certaines mesures.

« Il ne faut pas partager la chicha, si vous en prenez, vous le faites tout seul (…) je vous mets en garde très solennellement contre l’usage commun des chichas qui représente un danger, qui est évident. Il ne faut pas le faire (…) Et peut-être que c’est la raison pour laquelle, en dépit de mesures qui ont eu leur efficacité incontestable sur un certain nombre de maladies que nous connaissons bien, elles n’ont pas marché sur les rhinovirus ni sur les coronavirus. »

 181 total views,  1 views today

image_pdf

20 Commentaires

  1. leurs moeurs comme leurs us et coutumes ne sont que vices et perversions
    fainéantise, parasitisme, toxicomanie (haschisch, chicha, poker, jeux,paris…etc…)
    quand ce ne sont pas leurs trafics de drogues (coke, héro, opium, haschisch…etc…)
    et en fait comme dans les faits, en somme que de la Merde

    • le vice coule dans leur sang et les gènes criminogènes les habitent de père en fils

  2. La propagation du Covid 19 par l’intermédiaire des bars à chicha est une preuve supplémentaire que tout ce qui est apporté par l’islam c’est vraiment de la merde !

  3. Fournissons leur des chicha ……………. pas individuelles bien sure !!

  4. Et encore, on ne sait pas ce qu’ils foutent dans leurs chichas! Pas du Scaferlati en tout cas! Même les jeunes Français s’y sont mis! Misère, Les hamburgers, les chichas, et toute cette bouffe dégueulasse style kebabs en rouleaux bien gras conservés à l’air libre et autres saloperies , on n’a fait que d’importer des nuisances! Dire que l’on est le pays des rillettes, du jambon cru et blanc, du saucisson, et au lieu de de consommer un bon casse-dalle avec nos produits on ingurgite ces horreurs! La dégringolade, ça commence dans les assiettes!

  5. Ben oui c’est évident que se refiler le truc après avoir bavé dedans ,que c’est un nid à microbes .beurk degueu ,et attraper toutes les maladies qui trainent y compris le covid .

    • Encore s’ils se contaminent entre eux, c’est le moindre mal! Le malheur c’est qu’ils transmettent cette saloperie aux autres!

  6. Cette merde est en perdition en Orient, mais gagne du terrain en France: et on nous parle de progrès !

  7. et tous ces parasites nuisibles qui ne bossent jamais et qui sont grassement nourris
    aux aides sociales et aux allocs et qui passent leurs journées quand ce n’est pas
    leurs nuits dans ces bars à chicha et à qui les pouvoirs publics ne font jamais de contrôles
    ni pas plus ne leur demandent de comptes à rendre !..
    pas étonnant après que tous ces parasites allogènes et communautaristes Muslims
    se croient en terrain conquis et islamique et se prennent pour les maîtres du monde

  8. Bars à drogues légalisés, les bar à chicha influencent dangereusement nos gamins. Il faut faire quelque chose et vite !

  9. à Roubaix mais pas qu’a (PACA) des bars à chicha
    servent également de tripots pour joueurs de poker
    et de salle de jeux et de paris PMU/FDJ made in Maghreb

  10. En plus ceux qui fume la chicha sont ceux qui respectent le moins les mesures de confinement.

    Il y a eu une tentative, vaine, de fermeture de ces bars à chicha, pour cause de : « discrimination systémique, racisme systémisque et islamophobie systémique ».

  11. et encore une énième preuve que tous ces bars à chicha

    sont vecteurs comme propagateurs du virus Halal

    • Un pavé dans la vitrine de ces nids de parasites et on…..cautérise.
      😏💥

  12. et qui plus est tous ces bars à chichas sont en réalité des arrières salles
    pour dealers de drogue et toxicos, tout comme la plupart des Kebabs
    qui sont en fait et dans les faits des couvertures pour narcotrafiquants Halal …

Les commentaires sont fermés.