En Angleterre,  8 foyers de Covid sur 10 sont des zones avec prison, lieu confiné par nature

Carte : HMP = Her Majesty’s Prison, avec le nom de la prison. Chiffres sur fond rouge = classement. Chiffres en blanc à droite = nombre de cas par établissement.

MailOnline a analysé les chiffres officiels :

8 des 10 points chauds de Covid en Angleterre se révèlent être les prisons, lieux de confinement par excellence, et  les  zones géographiques alentour, bien plus touchées que le reste du pays.

  • Les experts affirment que le virus est extrêmement difficile à contrôler dans des environnements intérieurs confinés
  • Les taux les plus élevés d’Angleterre sont ceux des secteurs avec 1 ou 2 prisons; ils sont  deux fois plus élevés que ceux des zones géographiques sans prison
  • Les prisons de Leeds, Hull, Manchester et Peterborough présentent des chiffres de contaminations très élevés

Rappelons la polémique des jours passés sur l’efficacité du confinement :

Le Pr. Didier Raoult : le confinement n’a « aucune incidence sur les chiffres » et il pourrait même « aggraver les situations. »

Blachier,  insupportable perroquet  des plateaux de télévision, en réaction au Pr. Raoult : « Je pense que le confinement, sur le Covid, est très efficace ».

MailOnline 

Huit zones avec des prisons se retrouvent dans les dix zones les plus touchées par le coronavirus, au cours de la troisième semaine de février, selon les données officielles.

Toutes les prisons citées ont connu des pics importants rapportés dans les médias locaux et ont vu le taux d’infection de leur région monter en flèche.

Durant troisième semaine de février, la région d’Angleterre ayant taux d’infection le plus élevé était Wetherby East & Thorp Arch à Leeds, où se trouvent à la fois les prisons HMP Wealstun et la prison HMP Wetherby, un institut pour jeunes délinquants.

Cartes montrant la zone la plus touchée d’Angleterre, région de Leeds  (2 prisons):

Zone en noir.

On y trouve 2 prisons (épingles rouges) :

 

Cas similaire avec la prison de la banlieue de Manchester :

Autour de Strangeways, la prison de Manchester, la zone (violet foncé) présente un taux nettement plus élevé que dans toute autre ville proche :

Près de Hull : idem avec la prison HMP Humber.

Un taux d’infection plus élevé à proximié de la prison, en bleu foncé à gauche :

 

En bleu foncé : la zone de South Cave, Newbald & Little Weighton près de Hull, qui comporte la prison HMP Humber, a un taux d’infection  élevé.

 

Daily Mail

Les données de la santé publique anglaise montrent que le taux d’infection le plus élevé du pays au cours de la troisième semaine de février – dans la zone entourant une prison à Leeds – était deux fois plus élevé que les pires taux observés dans les zones ne comprenant pas d’établissement pénitentiaire.

Les prisons de Leeds, Hull, Peterborough, Manchester, Birmingham, Dorset, Rutland et Hatfield ont toutes enregistré des épidémies qui ont fait exploser les taux locaux.

Le professeur Seena Fazel, psychiatre à  l’université d’Oxford qui travaille en étroite collaboration avec les détenus, affirme que les environnements surpeuplés et mal ventilés rendent le virus difficile à contrôler, et que les prisons sont « poreuses » du fait que  le personnel et les détenus  entrent et sortent régulièrement et contaminent les populations vivant à proximité.

Il ajoute qu’il est faux de penser que établissements sont coupés de leur environnement car ils sont liées aux communautés locales, le personnel vivant souvent à proximité et certains détenus pouvant bénéficier d’une semi-liberté ou se déplacer pour se rendre à leur procès.   

Le Dr Simon Clarke, microbiologiste de l’université de Reading, a établi une comparaison avec les maisons de soins, affirmant que toutes deux ont confiné des personnes qui risquent de voir le personnel amener le virus dans des zones où la distanciation sociale est presque impossible.

Les chiffres du ministère de la justice montrent que 837 personnes dans 65 prisons ont été diagnostiquées avec le coronavirus en Angleterre dans la  troisième semaine de février.

10 fois plus de cas en prison.

Le taux d’infection était égal à 1,1 % de tous les détenus du pays, contre 0,11 % dans la population générale – ce qui signifie que les cas étaient environ dix fois plus fréquents que dans la population générale.

Le professeur Fazel  déclare à MailOnline : « Il y a beaucoup de gens qui entrent et sortent des prisons ; c’est un environnement poreux, mais il y a l’idée qu’un mur les sépare de la communauté.  

Le personnel entre et sort ; les nouveaux prisonniers entrent et sortent pour aller au tribunal ou sont transférés ou déplacés pour des raisons d’espace – il y a beaucoup de mouvement.

Et le problème est qu’une fois qu’il [le coronavirus] est là, la transmissibilité est probablement accrue parce qu’il y a souvent du monde, une mauvaise ventilation et des normes d’hygiène qui ne sont pas les mêmes partout.

Certains prisonniers peuvent hésiter à se faire soigner parce qu’en cas de suspicion, ils sont placés en isolement.

C’est difficile pour certaines personnes, surtout si elles ont des problèmes de santé mentale.

Il y a environ 130 prisons en Angleterre, y compris des prisons pour hommes, pour femmes, pour jeunes délinquants et des centres d’expulsion de migrants. Quelque 78 000 personnes ont été incarcérées au dernier recensement, dont 75 000 hommes.

D’autres prisons parmi les dix premières étaient la HMP Peterborough, où l’opérateur privé Sodexo a confirmé avoir diagnostiqué le virus chez « un certain nombre de membres du personnel et de prisonniers ».

La zone où se trouve la prison, Millfield & Bourges Boulevard, avait un taux de cas de 1 114 pour 100 000 personnes.

 

Les huit prisons figurant sur la liste des dix premières ont toutes connu des pics récents signalées par les médias locaux, et le ministère de la justice n’en a contesté aucune.

D’autres prisons célèbres se sont retrouvées plus loin, en dehors du classement, ce qui suggère que le problème du contrôle du coronavirus n’est pas général.

Source : https://www.dailymail.co.uk/news/article-9313093/Coronavirus-Eight-Englands-10-Covid-hotspots-prisons.html

 133 total views,  1 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Le confinement me fait penser à certains épisodes du moyen-âge, quand il y avait des épidémies, les gens se confinaient mais comme la promiscuité était importante les gens se refilaient la maladie et cela devenait bien pire.

  2. ils ont peut etre des chichas dans les prisons anglaises……………………….

  3. Pour compléter mon propos, cela prouve que d’enfermer des personnes n’enraye en rien une épidémie.

  4. Je pense que les médecins seraient plus utiles dans leurs services ou cabinets, plutôt que de hanter les plateaux de télévision à répéter en boucle les mêmes discours! Et leurs contradictions, ce qui n’est pas très scientifique en soit.

  5. Nous savons que le blachier est un vendu touchant des subsides de big pharma et certainement de l’état pour son entreprise ou il est associé : public health expertiseIndustrie pharmaceutique .Donc on comprend son intérêt et sa position d’alarmiste se guignol est une ordure et un hypocrite sur patte , y a bon le pognon des contribuables !
    https://fr.linkedin.com/company/public-health-expertise?trk=public_profile_experience-item_result-card_image-click

  6. Bien sûr momo l’a compris, en confinant tous les Français il y aura forcément plus de cas de covid.
    Comme ça les chiffres grimpent et les journaleux s’empressent d’alarmer sur la pandémie !
    Quelle bande de connards !!!

  7. Le Blachier (nul à chier) qui, entre temps, a tourné sa veste et clame désormais qu’il faut « laisser sortir les gens ».

Les commentaires sont fermés.