Le maraîcher en faillite se pend, les gendarmes verbalisent les participants à l’enterrement…

A ne pas manquer Dictature des minorités Macron Publié le 15 février 2021 - par - 72 commentaires

Cela lève le coeur. Cela donne des envies de révolution.

La personne qui témoigne, digne, dit tout.  Cela se passe à côté de Rennes, dans un village, dont nous ne saurons pas le nom. Le Maire a demandé de ne pas exposer sa commune à l’ire du Préfet… Je ne vois pas quant à moi l’intérêt d’un tel silence. Il est évident que le Préfet est au courant et connaît les sentiments du dit Maire… qui aurait été, ainsi que sa commune, bien plus protégé si on avait su le nom du village.

 

On a honte. Honte d’être dans la France de Macron. Honte qu’il y ait eu tant de traîtres pour voter pour ce dictateur impitoyable qui déteste les Français de souche. 

Jamais une scène pareille ne se serait passée à la sortie d’une mosquée. Les nôtres sont de plus en plus méprisés, haïs, humiliés… traités comme des délinquants pendant que les véritables délinquants sont, eux, épargnés, relâchés… On se souviendra que ce sont peut-être les mêmes gendarmes, d’ailleurs, qui ont laissé la rave-partie à côté de Rennes se dérouler tranquillement tout le week-end…  Courageux avec les faibles, avec ceux qui respectent la loi ; lâches avec les meutes islamisées ou d’antifas…

La colère monte, monte…

 

Print Friendly, PDF & Email
72 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Stanislaw Czerwinski
Stanislaw Czerwinski
il y a 1 mois

Quelle honte !

yves montaud
yves montaud
il y a 1 mois

Je chercherai le lieu de la gendarmerie et le nom du préfet pour lui parler du pays et de ce que je pense de ce qui a été accompli là. Courage les gars les scélérats on les aura !!

Jean
Jean
il y a 1 mois

j’ai honte de ce que mon pays est devenus , souillé outragé par la pire vermine, j’ai honte avoir trahi la mémoire de mes parents qui eux ont héroïquement combattus le régime totalitaire et chassé le barbare envahisseurs , j’ai honte être français de ne pas avoir suivit exemple de mes parents.

nano
nano
il y a 1 mois

Le con finement et autres turpitudes covidesques sont des expérimentations médicales. Les actuels gendarmes ne peuvent ignorer qu’ils portent le même uniforme que des gendarmes ont exécuté des ordres nazis entre 1940 et 1940, certains ont même été fusillés à la « Libération ».
Code de Nuremberg de 1947 sur les expérimentations médicales des « médecins » nazis
http://www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/10191/186011/Code_Nuremberg_1947.pdf/d29861b8-30a7-456e-9a83-508f14f4e6d5

Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948

Article 13-1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. 
 
Il n’y a pas de preuves médicales sur la protection anti virale de « couvre feu », de fermeture administrative de certains commerces… cette décision relève donc d’une « recherche biomédicale ».
Article 223-8 du Code Pénal
« Le fait de pratiquer ou de faire pratiquer sur une personne une recherche biomédicale sans avoir recueilli le consentement libre, éclairé et exprès de l’intéressé, des titulaires de l’autorité parentale ou du tuteur ou d’autres personnes, autorités ou organes désignés pour consentir à la recherche ou pour l’autoriser, dans les cas prévus par les dispositions du code de la santé publique est puni de 3 ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende.
Les mêmes peines sont applicables lorsque la recherche biomédicale est pratiquée alors que le consentement a été retiré.
Les dispositions du présent article ne sont pas applicables à l’examen des caractéristiques génétiques d’une personne ou à son identification par ses empreintes génétiques effectués à des fins de recherche scientifique. »

Alors en cas de « contravention » demande de qualification au Proc pour « mise en péril de la vie d’autrui » et application de l’article 432-4 du code pénal :
« Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, agissant dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou de sa mission, d’ordonner ou d’accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle est puni de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 euros d’amende. »

Gérard
Gérard
il y a 1 mois

Les gendarmes sont militaires, ils peuvent refuser d’obéir a un ordre : ça s’appelle « la baïonnette intelligente ».

Lire Aussi