Les Journaleux du CDJM défendent l’islamiste Bouhafs contre Zemmour !

Le 30 novembre dernier, Eric Zemmour aurait dit que Taha Bouhafs était un indigéniste… et Christine Kelly l’aurait laissé dire sans protester… 

Le Conseil de déontologie journalistique prétend avoir reçu nombre de protestations… aurait été saisi pour faute grave contre l’éthique journalistique… et il lui a fallu 2 mois pour communiquer sur le sujet, fort longuement.

 

Taha Bouhafs ? On en parle régulièrement, sur Résistance républicaine, forcément. C’est un ennemi de la France et un ami de son islamisation… 

Taha Bouhafs, pas un Indigéniste, vraiment ? 

C’est un proche de Mélenchon, candidat des Insoumis, comme l’indigéniste Obono… pour les législatives de 2017. Il n’a pas été élu, lui…

C’est pourtant lui qui a insulté la policière Linda Kebbab et l’a traitée d’Arabe de service, non ? Elle avait eu le malheur de dénoncer l’ethnicisation de la France… Bouhafs a fait du Bouteldja dans le texte…

https://resistancerepublicaine.com/2020/06/05/lislamo-melenchoniste-taha-bouhafs-sen-prend-a-une-femme-policier-et-la-traite-darabe-de-service/

C’est le même qui a été accusé d’antisémitisme à l’occasion de l’agression antisémite contre Finkielkraut pour un tweet peu ambigu où il était question de petits fours… 

La Licra si prompte à déposer plainte contre GI ou Christine Tasin se contente de manifester sa désapprobation en se gardant bien de traîner Bouhafs au tribunal… Protégé par ses origines, par son nom, par sa religion ? 

Pourtant, il a fait partie de ceux qui ont insulté Charlie Hebdo… et ont attiré l’attention sur eux mais il soutient le terroriste Salah Hamouri...

D’ailleurs il a hurlé Allah Akbar en plein Paris avec Muhammad en novembre 2019….

.

Mais le scandale ne vient pas du seul Bouhafs, il vient du fameux « Conseil de déontologie journalistique », ce machin qui s’est auto-proclamé procureur et juge des journalistes !

Le CDJ descend donc en flèche Eric Zemmour et Christine Kelly pour défendre vigoureusement Bouhafs  ! Quelle objectivité ! Mais il se trouve que le CDJ n’est rien, et n’est pas reconnu par l’immense majorité des titres de presse (voir la liste à la fin de l’article ci-dessous).

Alors à quoi riment ces colère, ces oukazes ? Sans doute encore une association politique destinée à faire la promotion des islamistes et autres terroristes palestiniens en France…

Merci à Diogène qui nous a signalé l’article ci-dessous.

Éric Zemmour menacé par le Conseil de déontologie journalistique : “Cette association veut s’ériger en tribunal moralisateur”

Par 

Nicolas Clément

Publié le 28/01/2021 à 16:00

Ce mardi, le Conseil de déontologie journalistique et de médiation a condamné le manque d’éthique professionnelle de Christine Kelly et Éric Zemmour dans l’émission “Face à l’Info” sur CNews. Une énième offensive de la “cancel culture” à l’endroit du camp conservateur.

Insoutenable bruit de “bots” de la police médiatique. Ce mardi 26 janvier, le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) s’est fendu d’un communiqué cinglant à l’endroit d’Éric Zemmour et Christine Kelly, respectivement intervenant et présentatrice de l’émission « Face à l’Info » sur CNews. En cause, une diatribe de l’auteur du Suicide français affublant l’activiste d’extrême gauche Taha Bouhafs des qualificatifs de « militant islamiste » et « indigéniste ».

L’étrange complaisance du CDJM avec Taha Bouhafs

Bien que souvent utilisés pour décrire le « reporter » du Média, les deux sobriquets employés par Zemmour semblent toutefois avoir profondément irrité le CDJM. « On ne trouve pas publiquement trace d’un engagement ou d’une opinion relevant de ce qu’on appelle “indigénisme” » dans le parcours de l’ancien candidat insoumis, a argué le conseil dans une missive. « Rien ne permet d’affirmer que M. Taha Bouhafs adhère à [l’islamisme]. » Deux conclusions qui prêtent à débat, considérant les prises de positions passées de l’intéressé. Initiateur de la “Marche contre l’islamophobie” en compagnie de son camarade Youcef Brakni, ce dernier s’est notamment démarqué par son hostilité franche à l’égard de Charlie Hebdo, symbole de la lutte contre le terrorisme. Un de ses tweets, publié en 2019, en donne d’ailleurs un témoignage flagrant :

Au-delà de son discours ambigu sur la laïcité, l’homme de toutes les manifestations est également partisan d’un antisionisme radical, voire paranoïaque. A la suite de l’agression antisémite d’Alain Finkielkraut lors d’une manifestation de Gilets jaunes, Taha Bouhafs a reproché à Benoît Hamon d’avoir pris la défense de l’écrivain, le suspectant par son geste de vouloir entrer dans les bonnes grâces du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). « Sacré Benoît, c’est bientôt le dîner du CRIF, et t’as pas envie d’être privé de petits fours, je comprends », a-t-il tweeté. Un communiqué typique du “journaliste des luttes”… Sans jamais franchir la ligne rouge, Bouhafs dissimule son propos épineux derrière un humour caustique. Comment expliquer alors qu’un organisme, se piquant d’être le Conseil de déontologie des journalistes, n’ait pas fait preuve de plus de nuance dans l’analyse du personnage ?

Déontologie ou idéologie ?

 

D’après les hauts faits de certains “conseillers” de cette instance privée et non représentative, il semblerait qu’une confusion notable entre journalisme et militantisme de gauche règne au sein du CDJM. Un épisode marquant du parcours de Dominique Pradalié, secrétaire adjointe de l’association, en offre un exemple probant. En 2018, cette dernière a participé à un congrès de la Fédération Internationale des Journalistes à Ramallah, capitale de l’autorité palestinienne en Cisjordanie, durant laquelle Philippe Ruth, président de la FIJ, a décerné une carte de presse « honorifique » à Rami Hamdallah. Beau cadeau fait au Premier ministre palestinien…

 

Un fort parti pris antisioniste qui interroge, venant d’une représentante du Saint Conseil de la “neutralité journalistique”. Pour couronner le tout, la secrétaire générale du syndicat national des journalistes (SNJ) s’est ensuite jointe à une manifestation palestinienne, défendant la liberté de circulation au checkpoint israélien de Qalandiya, le 17 novembre de la même année. Marche agitée au cours de laquelle l’armée de l’Etat hébreu a dû faire usage de gaz lacrymogène, comme le rappelait fort justement Pradalié sur son propre compte Twitter :

[…]

Une instance non-reconnue par les journalistes

Au-delà de ses accointances politiques, le CDJM souffre d’un cruel manque de légitimité au sein de la profession journalistique. « Cette association essaie de s’ériger en tribunal suprême et moralisateur de la profession », estime Clément Weill-Raynal, syndicaliste FO à France Télévision et journaliste à l’origine des révélations dans l’affaire du “Mur des cons”. Bien que soucieux des questions de déontologie, ce dernier se dit plutôt réservé quant au principe même d’une instance centralisée réglementant la profession. Et il n’est pas le seul.

Acrimed, Mediapart, Marianne, l’AFP, Challenges, L’Express, Le Figaro, France Inter, France Info, France Bleu, LCI, l’Obs… Le Monde et Libération mis à part, la plupart des grands titres français ont signé un texte commun en 2019, signifiant qu’ils ne participeraient pas à la création du CDJM. « Nous refusons de tomber dans ce que nous considérons à ce stade comme un piège », concluait la tribune. Un an plus tard, Marianne constatait, à la suite des premiers avis émis par le Conseil au sujet d’une interview de Juan Branco sur BFMTV, que le CDJM avait « produit ce qu’il était condamné à produire : des analyses forcément subjectives, partiales et partielles, guidées par les appréciations propres de ses conseillers ». Une fois n’est pas coutume.

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/eric-zemmour-menace-par-le-conseil-de-deontologie-journalistique-cette-association-veut-seriger-en-tribunal-moralisateur-127889

 134 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Espérons qu’un jour viendra où tous ces larbins paieront rubis sur ongle leur traitrise envers la France !

  2. Dans la grande tradition communiste, une officine partisane privée, une organisation gauchiste de propagande et désinformation déguisé en organisme officiel en s’affublant d’un titre trompeur de prétendu « conseil » ou « comité ». En réalité, encore un faux-nez du terrorisme intellectuel de la subversion islamo-gauchiste.

    Un classique, l’URSS en finançait ainsi à foison pour entraver l’action des pays occidentaux (comme les fausses « ONG » « neutres » et « indépendantes » appelant aux manifestations contre l’installation des missiles nucléaires en Allemagne ; « les missiles sont à l’Est, les manifestants à l’Ouest », comme disait quelqu’un)

    Ce conseil de « déontologie » n’est déontologique que dans le nom, il s’agit bien entendu en réalité d’un conseil IDÉOLOGIQUE et THÉOLOGIQUE du journalisme qui énonce des fatwas, des excommunications, lance des anathèmes envers tous ceux qui s’écartent du Dogme.

    En somme une Sainte Inquisition… ou plutôt Malsainte.

  3. zemmour (face à l’info vendredi): ll y a une opposition symbolique entre Israel et l’iran
    Les israéliens disent que l’iran veut détruire israel
    mettre les israéliens à la mer. en fait il y a un jeu de miroir entre les iraniens et les israéliens c’est une vieille civilisation avec des élites remarquables. Une conscience de soi très élevée. Ils ne se supportent pas parce qu’ils se ressemblent trop
    comme les français et les allemands.
    Je suis surpris qu’il ne se fasse pas descendre , j’en suis content.

  4. au PS, au PC, à la FI et à EELV
    ils embrigadent et engagent ensuite de plus en plus de ces petites frappes
    de ces crapules, de ces délinquants issus de la diversité en général
    et en particulier issus de la communauté Maghrébine et musulmane
    de l’acabit de ce délinquant multirécidiviste de Bouhafs

  5. ces merdias nous gonflent sérieusement. la vérité n’est pas bonne à dire.. vive Zemmour , Chrisitine Kelly et toute l’équipe. cela , les gauchos ne le supportent pas qu’ils aient autant d’audience. ça leur fait mal ou je pense.

  6. tout comme le comme le ministre de l’intérieur Moussa le harki FLN de service de LREM
    Taha Bouhafs est le Nazislamiste en service commandé de la France Soumise à l’iSSlam

  7. Ah oui c’est vrai, en France on n’expulse pas les racailles, qui crachent sur notre pays. C’est pour ça qu’ils ont autant de gueule.

  8. Bonjour,

    Merci pour cet article.

    Pour qu’Acrimed signe avec le Figaro contre le CDJM, il faut que cela soit, en effet, une sacré saloperie.

    Taha Bouhafs n’est qu’un voyou de cité.

    Comme Youssef Brakni ou Majdid Messaoudène …

  9. Vive Cristine Kelly et ses quatre garçons pour leurs propos et débats instructifs, et leur bonne humeur, et leurs échanges respectueux ! Quant à Zemmour si régulièrement critiqué et haî au point d’être attaqué en justice, pour ses francs dires, pour ses analyses profondes et fondées, il prouve, là encore, qu’il n’y a que la vérité qui blesse. Au lieu de s’abaisser à porter plainte contre lui, ses détracteurs feraient mieux de tenter de s’élever à son niveau, cela contribuerait à ne pas poursuivre la marche vers la déchéance de la France contre laquelle ces cinq citoyens résistent, pour le bonheur et l’espoir de ceux qui les écoutent.

  10. C’est très bon tout ça !! grâce a ces attaques, beaucoup de gens vont regarder les émissions de MONSIEUR ERIC ZEMMOUR ET CHRISTINE KELLY Pour comprendre ce « CON » leurs reproche et finissent bien sûre a y adhérer !! ………………. laissez prendre la sauce !

Les commentaires sont fermés.