Un médecin américain mort 16 jours après l’injection du vaccin !

Pour le moment, on sait qu’il a été vacciné et de quoi il est mort  : des suites d’un trouble sanguin, la purpura thrombopénique immunologique, ou PTI, qui se caractérise par une destruction des plaquettes dans le sang, empêchant ce dernier de coaguler correctement….

Un problème de coagulation ? Tiens, tiens.. Les troubles de la coagulation ça arrive très souvent avec le Covid…

Un certain nombre de médecins qui ne veulent ou ne peuvent pas prescrire de l’hydroychloroquine ou de l’ivermectine soignent à coups d’anti-coagulants et de bronchodilatateur à inhaler.  Moi je dis ça, je dis rien…

.

Quelle étrange et terrible coïncidence que cette mort juste après le vaccin… Les troubles ont commencé 3 jours après l’injection, tout le ban et l’arrière-ban des médecins du pays ont été convoqués au chevet du malade… en vain. 

Naturellement Pfizer affirme qu’il ne saurait y avoir de rapport entre son vaccin et la mort de Grégory Michael… Ben voyons !

Personne n’exclut qu’il y ait un rapport avec la vaccination, cela peut être une réaction… très rare. Dorénavant ils vont faire attention (je ne sais pas comment mais admettons !).

Quand je vous disais que nous allions servir de rats de laboratoire à Pfizer ! 

Vaccination aux Etats-Unis : Des investigations en cours après le décès d’un médecin à Miami

FAKE OFF Gregory Michael, obstétricien et gynécologue, est décédé seize jours après avoir été vacciné contre le coronavirus en Floride, aux Etats-Unis. Si la cause de sa mort n’a pas encore pu être établie par les autorités de santé, les investigations sont toujours en cours.

  • Seize jours après avoir été vacciné sur son lieu de travail, Gregory Michael, obstétricien et gynécologue de Miami, est décédé d’une hémorragie interne liée à une pathologie sanguine rare.
  • D’après de nombreuses publications sur les réseaux sociaux, la cause de sa mort serait directement liée à l’injection du vaccin de Pfizer et BioNTech contre le coronavirus.
  • Les investigations menées par les autorités de santé américaines n’ont pas encore pu établir les causes de la mort de Gregory Michael.

Le vaccin contre le Covid-19 a-t-il causé la mort d’un médecin américain ? Alors que près de 10 millions de personnes ont déjà pu être vaccinées contre le coronavirus aux Etats-Unis, de nombreuses publications sur les réseaux sociaux affirment que Gregory Michael, un obstétricien travaillant en Floride, serait décédé le 4 janvier dernier, seize jours après avoir reçu le vaccin de Pfizer/BioNTech.

D’après l’agence Associated Press, les autorités de santé américaines enquêtent sur la mort de Gregory Michael, obstétricien et gynécologue américain. Ce médecin de 56 ans, travaillant au centre médical de Mount Sinai de Miami, où il a été vacciné contre le Covid-19 le 18 décembre, est décédé le 4 janvier 2021 des suites d’un trouble sanguin : la purpura thrombopénique immunologique, ou PTI, qui se caractérise par une destruction des plaquettes dans le sang, empêchant ce dernier de coaguler correctement.

L’entreprise pharmaceutique Pfizer, qui a déclaré ce mardi qu’elle enquêtait activement sur les causes de la mort de Gregory Michael, a fait savoir qu’à l’heure actuelle, elle ne croyait pas à une « connexion directe entre son décès et l’injection du vaccin », comme le rapporte l’agence de presse Bloomberg.

La cause de la mort n’a pas encore été déterminée

 

Dans une publication Facebook datant du 6 janvier, Heïdi Neckelmann, la femme de Gregory Michael, s’est exprimée sur les circonstances de la mort de son mari. C’est sa publication, partagée plus de 64.000 fois, qui a ensuite été reprise, parfois à l’identique, à l’étranger et en France.

Selon elle, trois jours après avoir reçu le vaccin, Gregory Michael aurait vu apparaître de petites taches rouges, appelées pétéchie – une hémorragie mineure causée par l’infiltration du sang sous la peau –, sur ses pieds et ses mains. Reconnaissant le danger, l’obstétricien se serait rendu aux urgences du centre médical de Mount Sinaï qui, alerté par un taux de plaquettes dans le sang extrêmement bas, l’aurait diagnostiqué atteint de PTI et transféré dans une unité de soins intensifs.

 

Deux semaines durant, une équipe d’experts « venant de tout le pays » auraient tenté, sans succès, de faire remonter le taux de plaquettes de Gregory Michael, explique sa femme. « Energique et conscient » tout du long, il serait décédé d’une hémorragie interne qui l’aurait emporté en quelques minutes, « deux jours avant l’opération de la dernière chance ». Heïdi Neckelmann a précisé au New York Times que son mari n’avait jamais souffert de troubles médicaux majeurs, ni fait de réactions à un médicament ou à des vaccins par le passé.

Invoquant le secret médical, le centre médical de Mount Sinaï a refusé de répondre aux interrogations du quotidien new-yorkais. Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), l’organisme fédéral américain en charge de la santé publique, ont quant à eux assuré qu’ils continueraient d’évaluer la situation à mesure que de plus amples informations seront disponibles. Le médecin légiste du comté de Miami-Dade est toujours en train de mener l’enquête et n’a, pour l’heure, ni communiqué les résultats de l’autopsie, ni identifié la cause de la mort.

Une réaction très rare à la vaccination n’est pas à exclure

Si les investigations sont toujours en cours, certains experts estiment que la pathologie rare qui a emporté Gregory Michael pourrait être une forme extrêmement rare de réaction à la vaccination. Le docteur Jerry Lee Spivak, un expert en maladie sanguine de l’université John Hopkins qui n’était pas impliqué dans les soins prodigués à Gregory Michael, a déclaré au New York Times que l’implication du vaccin dans la mort de l’obstétricien était une « évidence médicale ». Il appuie son affirmation sur la description faite par Heïdi Neckelmann et sur le déclenchement d’une PTI dans un délai aussi court (3 jours) chez un homme en bonne santé et d’un âge relativement jeune. Cette réaction, qu’il qualifie de « très rare » ne devrait toutefois pas empêcher la population de se faire vacciner, selon lui.

Des réactions similaires, passagères et donc bien moins graves, ont déjà pu être observées chez des patients atteints par la rougeole, ou s’étant fait vacciner contre cette dernière. « Nous devons rester vigilants et voir si ce genre de cas se reproduit. […] Pour l’instant nous ne faisons que des suppositions », tempère Paul Offit, spécialiste des vaccins et des maladies infectieuses à l’hôpital pour enfant de Philadelphie auprès du New York Times, ajoutant que corrélation ne voulait pas nécessairement dire causalité.

D’après Jerry Lee Spivak, de nombreux traitements existent pour soigner la PTI. Il serait donc crucial d’en savoir plus sur la mort de Gregory Michael afin que les médecins puissent prendre en charge le plus efficacement possible des patients chez qui le même type de réaction se déclarerait.

https://www.20minutes.fr/societe/2952967-20210114-vaccination-contre-coronavirus-investigations-cours-apres-deces-medecin-miami

 164 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. – » Une réaction très rare à la vaccination n’est pas à exclure « –

    Oui ! Ils ont le recul et les statistique pour avancer une telle affirmation. ☺

  2. Un médecin de 56 ans en pleine forme, sans aucune maladie déclarée, et on voudrait nous faire croire qu’il n’y aurait aucun lien avec le vaccin ??

    Beaucoup de ses confrères sont venus pour tenter de le sauver, mais avec la thérapie génique, on nous a expliqué que le résultat est définitif, il n’y a pas de retour arrière possible, les modifications que la thérapie enclenche dans le corps sont irréversibles,

    Ce problème de coagulation est bien en rapport avec le virus qui provoque chez certains la coagulation du sang dans les alvéoles pulmonaires , ce qui empêche le malade de respirer,
    Il semble logique que le sang de ce médecin ait réagi en excès dans l’autre sens, en bloquant toute coagulation

  3. Aujourd’hui, on commence à parler (un peu) des ‘ effets indésirables ‘ qui surviennent quelques jours après la première injection.
    Bientôt, les vaccinés découvriront les effets très indésirables qui suivront la deuxième injection.
    Puis, quelques mois ou quelques années plus tard, ils découvriront les effets catastrophiques et irrémédiables du produit logé pour toujours dans leur organisme.
    Ils regretteront alors d’avoir écouté la propagande des laboratoires. Enfin…. S’ils sont encore capables de penser….

    • tout a fait d’autant que je suis persuadé que les effets morbides et dévastateurs ne se feront sentir qu’à long termes. On pourrait faire le parallèle
      avec la mort aux rats . Tout cela fait partie de la stratégie du  » NOM  » eux sont les Q nous sommes les ANON .

  4. Mais, il fallait le piquer aux fesses pas au bras.
    Mais ils n’auraient pas pu les montrer si souvent à la télé toutes les 10 secondes.

  5. De toute façon des acidents vaccinatoires, il y en aura.
    Quelques uns sur quelques millions, c’est dans les normes , d’autant que tout un chacun ignore tout des conséquences génétiques, de l’alimentation, des habitudes de vie (usage de drogue, immunodéficience, cormobidités des victimes potentielles)
    Autant chercher unr aiguille dans une meule de foins.
    Tout est possible, ces vaccins ont été réalisés trop vite, les pseudos élites mondiales entretiennent et sont peut être même la cause de l’épidémie. Cette histoire est un vrai sac de noeuds sans fin, mal géré, mal conduit (pourquoi les gens n’ont pas un traitement minimu en cas de maladie sf sans doute les privilégiés). Tout est magouilles, saloperies en tout genre, incertitudes, complexités

  6. _ » Naturellement Pfizer affirme qu’il ne saurait y avoir de rapport entre son vaccin et la mort de Grégory Michael… Ben voyons ! « –

    Et les pro-vaccination pour tous, sauf pour eux, vont défendre le labo, ses études, son marché, cédant à ses pressions.

    Et on aura droit à des stattistiques dans le genre de celles que nous avons eu tout au lon de cette année écoulée :

    le coronavirus a tué 70.000 personnes en France ; il a supplanté la grippe saisonnière, qui elle, n’a enregistré que 72 décès alors qu’ellen en comptait plusieurs dizaines de milliers par an.

    Ils sont malins et ils nous prennent pour des khons ; comment vouez-vous qu’ils règnent sur nous sinon ?!

  7. On observait parfois de telles réactions sanguines après le vaccin contre la variole.
    Ne faut-il pas être con pour un médecin pourmiliter pour de tels vaccins de thérapie génique et les OGM bien évidemment?

  8. A savoir..qu’en Norvège 13 personnes âgées n’ont pas survécu aux effets secondaires bénins pour les plus jeunes. Fièvre, nausées . En France on commence la vaccination par les vieux, les plus faibles…en Norvège ils ne les vaccineront plus. Moralité : sans commentaire !

    • Il faut faire crever les vieux(‘comme moi….) ils coûtent cher et puis ils nous font chier ….
      .

Les commentaires sont fermés.