C’est tout juste si Eva Moysan de Libé ne se réjouit pas de la mort d’Ashli Babbit !

Ashli’s life matter ?

Ecoeurant et lamentable traitement de la mort de cette belle jeune femme, tuée froidement par un policier au Capitole. Pas étonnant, les égouts sortent de Libé, mais quand même. Surtout quand on sait leur soutien aux islamistes comme Marwan Muhammad, aux délinquants immigrés auxquels ils trouvent toujours des excuses, aux BLM…

.

Le récit de la mort d’Ashli est parsemé de mots péjoratifs ou qui se veulent tels pour le lectorat du torchon Libé… Une sacrée gauchiste, une sacrée garce, cette journaleuse de Eva Moysan !

Le titre déjà, dit tout : Invasion du congrès, Ashli Babbithh, mort d’une trumpiste jusqu’au boutiste.

Trumpiste… quel mépris dans ce mot quand il vient des mondialistes de Libé, qui haïssent plus que tout les patriotes comme Trump. 

Et la malheureuse, d’emblée, qui a été tuée, assassinée à bout portant… c’est elle qui est traitée de jusqu’au boutiste. Jusqu’au boutiste, excusez-moi, c’est bien un synonyme d’extrémiste

Autant dire que, dès son titre, Libé explique et justifie le coup de feu qui a tué  Ashli. Ah ! Ashli n’avait qu’à être noire et pro-Biden, elle aurait eu des Unes, des centaines de discours thuriféraires et Libé aurait réclamé la tête de l’assassin. 

.

Touchée au coeur dans le  titre, elle est achevée dans le chapeau :

La vétérane de 35 ans est décédée à Washington mercredi soir après avoir reçu une balle dans le Congrès. Antimasque, partisane de la mouvance d’extrême droite QAnon… elle suivait aveuglément «son président».

Vétéran (évidement cet affreux féminin « vétéran » qui n’existe pas dans la langue française)… Peuh ! Une femme soldat ! Une femme qui s’est engagée au service de son pays… le pire pour les anti-militaristes de Libé, le pire pour les mondialistes de Libé qui haïssent le mot patrie.  Le pire pour la journaleuse Eva Moysan…

Mais cette Ashli avait toutes les tares… Soldat, elle était en plus anti-masque ! Beurk ! Où l’on voit trop bien que ce n’est pas un hasard si la gauche tout entière se tait, signe et approuve la dictature covidienne… eux si prompts à fiche la pagaille pour une photo de policier qu’on leur refuse ! Et elle militait à l’extrême-droite, enfin, ce que Libé appelle extrême-droite… Qanon, qui évoque effectivement les complots contre Trump. La réalité a donné raison à la prétendue extrême-droite, au-delà même de ce que l’on aurait pu imaginer. Mais pire que tout, impardonnable, Ashli aimait et vénérait Trump. Pour la Moysan ça doit être aussi terrible et impardonnable que d’être un Merah… quoique, je suis persuadée que le Moysan lui trouve des excuses à Merah… Quant au policier qui a tué Ashli, il est absent « elle a reçu une balle »… venue de nulle part ? 

.

Et le reste de l’article est du même tabac, qu’on en juge par les quelques extraits ci-dessous en noir.  Pour ceux qui voudraient lire tout le torchon, le lien est  ici.

Le récit de la mise à mort est écoeurant. En gros, elle l’a cherché, en escaladant, mains nues, des tables et des chaises…

Les images d’Ashli Babbitt, couchée sur le dos dans l’enceinte du Congrès, son sang se mélangeant aux couleurs du drapeau de campagne pro-Trump qu’elle avait noué comme une cape, ont fait le tour du monde. La minute précédente, elle était devant une porte aux vitres brisées. De l’autre côté, se tient au moins un agent de police du Capitole. Il dégaine son arme et tient en joue le groupe de partisans de Trump, dont elle fait partie. Entre eux, un amas de tables et de chaises bloque le passage. Les trumpistes chahutent mollement les portes qui les séparent du policier, sans grande conviction. Mais soudain, Ashli Babbitt entreprend de les escalader franchement. Le policier s’avance, tire et la femme tombe à la renverse. Selon plusieurs vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux, elle a été touchée à l’épaule gauche. Elle est morte quelques heures plus tard, dans la soirée de mercredi.

[…]

En passant, la Moysan accuse Trump, c’est bien sa faute si Ashli a fait 4000 km depuis la Californie, convoquée par Trump qui l’aurait trompée en affirmant avoir gagné l’élection. 

Plus de 4 000 kilomètres séparent cette ville de la côte Pacifique et Washington DC. En dépit des six heures d’avion, Ashli Babbitt tenait à être présente au rassemblement de mercredi, convoqué par Donald Trump à l’occasion de la certification des résultats de l’élection présidentielle par le Congrès. Elle avait même hâte d’y être, si on en croit son compte Twitter. Car la vétérane est persuadée que Donald Trump a gagné l’élection présidentielle et qu’on lui a volé des voix.

La suite n’est pas piquée des hannetons. Ashli était libertarienne, et tenait au port d’arme. Tellement peuple (poussah ! s’écrie la Moysan ! ) qu’elle ose être fière de SON Président, qui a des couilles… Et elle était patriote, incroyable ! Elle mythifiait la Constitution et l’histoire des Etats-Unis. On sent que la Moysan n’en peut plus, qu’elle a envie de parler des Amérindiens, des Noirs, des Latinos, de l’esclavage..

Une plongée dans ses 8 700 tweets nous montre une femme très engagée politiquement et ardente défenseuse du président américain. Ashli Babbitt se présente comme une libertarienne, attachée au second amendement qui garantit le droit au port d’arme. En septembre, elle s’affichait à un défilé nautique organisé en soutien du Président, portant fièrement un t-shirt «We are Q», en référence à la mouvance complotiste d’extrême droite QAnon. Elle y avait attaché un pin’s indiquant «Enfin quelqu’un qui a des couilles !– Donald Trump 2020». Comme si cela ne suffisait pas, elle a légendé la photo par l’acronyme WWG1WGA pour «Where We Go One We Go All»(en français «où que nous allions, nous y allons ensemble»), un slogan régulièrement repris par les adeptes de QAnon.

Elle semble également sensible à une certaine mythification de la grandeur historique des Etats-Unis et de sa Constitution. Ainsi, Babbitt tweete régulièrement en utilisant le hashtag #WeThePeople, les trois premiers mots du préambule du texte constitutionnel américain. Son pseudonyme, CommonAshSense, n’est pas sans rappeler le titre du pamphlet de Thomas Payne, Common Sense (le Sens commun). Publié en 1776, la popularité du texte a contribué au lancement de la révolution d’indépendance américaine. L’ancienne militaire a également retweeté récemment des images des Pères fondateurs.

Et le pire est à venir, Ashli Babbith dénonce l’immigration, l’insécurité, la drogue, veut un mur à la frontière… Une vraie populiste. bref, l’ennemie absolue pour la Moysan !

Dans trois vidéos publiées en 2018, Ashli Babbitt prend la parole pour interpeller les dirigeants californiens. La vétérane, visiblement ulcérée, y dénonce pêle-mêle le problème de l’immigration, du manque de sécurité, la nécessité de construire un mur à la frontière avec le Mexique ou la question de la drogue.

.

Cerise sur le gâteau, Ashli ne supportait pas de voir les restrictions, les limitations de liberté pour cause de Covid.

Et hop ! Un petit rapprochement avec une politicienne… juste parce qu’elles sont toutes deux anti-masque. Dis-moi qui tu fréquentes je te dirai qui tu es… donc la politicienne étant -selon les critères de la Moysan- islamophobe, antisémite, raciste… Ashli devait l’être aussi. Refuser le masque c’et le propre des racistes tout le monde sait ça. 

Ce qui l’énerve, ce sont aussi les restrictions liées à l’épidémie de Covid-19. Ashli Babbitt partage des tweets célébrant ceux qui ont refusé de porter un masque. Elle a, par exemple, partagé un message applaudissant Marjorie Greene, nouvellement élue au Congrès, qui n’a pas voulu se masquer lors de son investiture. Cette politicienne avait déjà fait parler d’elle pour avoir affiché son soutien pour la mouvance QAnon, en plus de déclarations racistes, islamophobes et antisémites proférées durant sa campagne. L’ancienne militaire semblait adhérer à plusieurs théories du complot autour de la pandémie.

[…]

C’est vraiment des pourris et des haineux. Mais une Moysan  ne sera jamais jugée devant la 17ème Chambre pour « incitation à la haine ». Sûrement pas avec les traîtres et autres dégénérés qui nous gouvernent, mais si les patriotes devaient reprendre le pouvoir, nous abolirions tout de suite la loi Pleven. Mais gageons qu’il y aurait des dizaines de raisons pour juger une Moysan dans un nouveau tribunal de Nuremberg… pour de vraies fautes, pas pour une « incitation à la haine » qui ne veut rien dire. 

 

 267 total views,  1 views today

image_pdf

23 Commentaires

  1. Ancienne combattante bien mieux que vétérane qui ne veut strictement rien dire aux USA un vétéran en France est une personne ayant dépassé l’âge des seniors ? non? encore un mot qui déstructure le vocabulaire français . Et il y en a pléthore surtout depuis le remaniement de la langue par « l’inclusive  » je n’ai pas fait de hautes études, loin de là mais j’ai lu beaucoup depuis une soixantaine d’années . J’ai maintenant de plus en plus de mal a suivre les infos ou de jeunes barbus parlent un langage qui aurait fait tressauter mon maitre d’école .
    Je ne crois pas que le glock en usage dans la police US soit du 11mm mais du 9 cela fait déjà du très gros dégat . Les flics US ne tirent pas comme cela il faut vraiment que leurs vie soit en danger . Peut être un ricochet ? si expertise il y a nous saurons peut être .
    En tous cas sincères condoléance a la famille de cette patriote qui a montré par son engagement que le respect de la démocratie peut être payée par le sang . Chez nous aussi les flics on tiré mais soi disant avec des armes non létales . j’ai une connaissance a Nouméa d’un manifestant aveuglé par une grenade fumigène tirée a l’horizontale par un mobile a 3 mètres . Il s’est écroulé a mes cotés . Les fumiers tiraient sur les gens qui voulaient rester français de « la république  » Année mitran? de qui se moque t’on? on va subir cela? le cauchemar .

  2. A la place du mot vétéran emprunté à l’anglo-américain , mot qui repris en français ne peut pas être employée au féminin, pourquoi ne pas évoquer une » ancienne combattante » !?

  3. Et toujours aucunes manif, comme il y en a eu partout dans le monde quand des flics ont tué Georges Floyd, comme quoi toutes les morts ne se valent pas….

    • Non, tous les morts ne se valent pas,
      quand on est à gauche, on crache sur une femme courageuse patriote qui a servi son pays, et qui par malheur est blanche,

      et on va pleurer abondamment sur un multirécidiviste drogué, mais qui a la chance d’être noir

  4. La seule chose sur laquelle ce torchon ne crache jamais : les subventions d’État !

    • Vous faites la réclame pour du PQ ? Désolé, ces modèles sont trop contaminants pour mon Q !

  5. Bonjour, merci encore une fois Christine pour votre « coup de gueule » amplement justifié ! Aujourd’hui je suis personnellement encore plus atterré qu’il y a deux jours. Non par les informations nous venant de nos amis aux États-Unis, quoique, mais par toute cette puanteur répandue par les journaleux et les politicars de tous bords français ! J’ai honte à ma France, Marianne pleure et je crains qu’elle le fasse pour longtemps, très longtemps. Nous avons, nous Patriotes, le devoir de redresser notre Pays avant qu’il ne soit trop tard ! La solution va se présenter à nous, je ne sais ni quand ni comment mais je ne perds pas espoir, ce n’est pas le moment. Pour l’Honneur perdu de notre Pays et de notre Peuple, ne loupons pas cette chance lorsqu’elle frappera à la porte de notre conscience! Hauts les cœurs!

  6. Sur une télé youtube une ancienne sous-directrice de Libé disait qu’elle émargeait à l’époque à 9000 €/mensuels !!! Heureusement qu’ils ont des subventions et des tas d’avantages pour survivre ces médias « mainstream » sinon ils n’arriveraient peut être même pas au SMIC.

  7. Common sense = sense commun ???? FAUX, c’est trop facile…

    Essayez:  » bon sens « …….

    Après avoir grandi au Canada et passé une grande partie de ma vie à travailler avec des anglo-saxons j’ai intégré la différence.
    Aux franchouillards qui persistent à dire  » Manchester UniTID  » revoyez vos cours d’anglais….

    • Pratiquement tous les réseaux sociaux en incluant le tout dernier qui s’est associé à facebook, WhatApp.

      IIs veulent le réduire au silence ; et l’emprisonner, s’il ne peut se communiquer ce sera encore plus facile pour eux d ele faire.

  8. La maison blanche: la violence au Capitole; Bilan des débats du congrès USA; Qui sont les casseurs ?

    https://www.youtube.com/watch?v=p61GVBtAsUI

    • 1/ La Maison Blanche condamne la violence au Capitole
    • 2/ Quel bilan peut-on dresser des débats du Congrès ?
    • 3/ Le sénateur Graham réagit après l’assaut du Capitole
    • 4/ Qui sont les casseurs du Capitole ?
    • 5/ Twitter, Facebook et Snapchat bloquent Trump 6/ Jenna Ellis “profondément déçue” par Pence
  9. D’après mes informations , elle n’est pas décédée , on le voit parfaitement sur une vidéo , le policier au moment du tir dirige son arme sur sa gauche , l’arme utiliser est un Glock 45 , arme connue pour faire de gros dégats , et a cette distance , du sang aurait été visible , d’ailleurs , la femme semble consciente ! affaire a suivre !

    • Triste remise en cause Orwellienne de l’effroyable réalité. Peut-être, d’ailleurs que Robert Kennedy n’est pas mort dans un hôtel de LA en 1968.

      • @ Karl der Hammer
        … a contrario, Paul Mc Cartney serait mort dans les années 70 et ce serait un sosie que l’on voit traverser en compagnie des autres membres du groupe musical The Beatles traversant Abbey Road. Si, si, des signes attestant cette thèse auraient apparu sur les pochettes de leurs albums sortis après ce décès…
        … en revanche, ni le King ni Peter Pan ne seraient pas décédés 😉
        Liste non exhaustive de la bêtise humaine et de ses affirmations en tous genres.

      • Une balle de 45 fait 11,43mm et cela fait de gros dégâts ! 0 cette distance, ce n’est plus une balle mais un missile qui aurait fait explosé la carotide ou autres troncs très sanglants hors, consciente elle ne saignait quasiment pas! Pour avoir vu la vidéo et le ralenti, c’est très curieux d’autatnt que le canon du glock ne pointait pas vers le haut où elle se trouvait et encore moins au niveau de la gorge. C’est en effet très curieux ou c’est un autre coup de feu qui l’a touchée mais sûrement pas ni ce flic ni son arme (En plus tous les flics utilisent des balles creuses pour plus de dégâts )!

Les commentaires sont fermés.