Les communistes sont en deuil : Giscard est mort

Oui, nous comprenons la douleur des communistes. Perdre un des siens est toujours difficile. Giscard avait été élu comme homme de droite, et ses électeurs ont vite compris qu’une fois en place, sa politique a été quasiment communiste.

La politique de Giscard a été de créer la totalité des bases, lesquelles ont abouti à la France que nous connaissons aujourd’hui. On peut dire qu’il a été un président visionnaire, mais dans la catastrophe.

L’œuvre de Giscard est magnifique. On va le voir ci-dessous. Alors, bien entendu, il a quand même pris quelques mesurettes sympathiques. Afin de diminuer l’influence politique sur l’audiovisuel public il a démantelé l’ORTF. Il a supprimé la censure au niveau des cinémas. Il a remplacé le projet d’urbanisme des anciennes Halles de Paris par des espaces verts. Tout cela est capital et fondamental pour la France, nous en sommes tous persuadés. Et l’avantage de tout cela, c’est que c’est largement réversible.

Nous le voyons bien aujourd’hui, le service public télévisé est retombé sur la coupelle totalitaire du gouvernement en place dont nous connaissons la formidable censure, au niveau des cinémas le moindre film qui ne rentre pas dans le moule déterminé par les gauchos-écolos n’ont aucune chance d’être projetés dans les salles.

Mais ce que l’on attend d’un président, personnage le plus puissant du pays et qui possède tous les pouvoirs, surtout en France, c’est de prendre des mesures fondamentales pour le présent et aussi l’avenir du pays. Et là, je qualifierai de communistes toutes les mesures essentielles prises par Giscard. Voyons ça.

1) Le regroupement familial

C’est une chose magnifique, nous sommes émus de tant de générosité. Grâce au communiste Giscard, il suffit qu’un gugusse musulman se trouve en France, et l’on sait que les illégaux sont tellement banalisés qu’ils deviennent maintenant légaux instantanément, pour qu’il fasse venir toute sa famille en toute légalité. Un président doit bien s’imaginer qu’une telle mesure sera rendue irréversible car complètement soutenue par tous les socialo-gauchos, écolos-dinguos, et communistes. Nous avons 15 millions de musulmans France, mais nous sommes rassurés car nous savons tous que notre pays ne connaît aucune délinquance et aucune violence, il y fait bon vivre dans la confiance et la sérénité. Alors, je sais qu’au début le regroupement familial était sujet à certaines conditions, mais ces dernières ont vite volé en éclats.[Note de Christine Tasin : ça a volé en éclats non pas à cause de VGE mais à cause du Conseil d’Etat… Soyons justes ].

Cf https://resistancerepublicaine.com/2020/12/03/avons-nous-bien-fait-de-voter-mitterrand-contre-vge-en-1981/

2) Le paiement des immigrés pour le retour dans leur pays !

Faut le faire, quand même ! Un mec rentre dans l’illégalité la plus totale, tu le nourris, le loges, le mets gratuitement dans un avion, et tu le payes pour qu’il retourne dans son pays. C’est pas beau, ça ? Le communiste Giscard est l’homme de l’encouragement aux retours volontaires des immigrés dans leur pays d’origine avec la mise en place, en 1977, d’une aide financière au retour de 10 000 francs (un peu moins de 1 500 €). Superbe vision, car les immigrés prennent l’argent, retournent dans leur pays, et reviennent aussi vite, tout le monde sait ça.

3) La majorité à 18 ans

Pour un président de gauche comme l’était Giscard, il est normal de faire en sorte que les réserves de votes gauchistes puissent voter. Rien de plus facile à cela, il suffit de baisser la majorité de vote à 18 ans. La suite découle automatiquement. Actuellement quelles sont les principales réserves de voix du vote gauchiste ? Les jeunes et les musulmans. Vision suprême, les dernières grandes villes françaises sont passées aux écolos-dingos grâce au vote des jeunes.

4) Indemnisation des chômeurs

Et oui, c’est toujours lui qui a inauguré l’indemnisation des chômeurs. C’est fou ce que l’on peut faire avec l’argent du contribuable, comme on peut être généreux. Et il l’a été notre ami Giscard, généreux pour l’ndemnisation du chômage qu’il a mise en place. En effet, sur une fiche de paye, il est déduit les charges en tout genre et le salarié est payé net. Les premières indemnisations chômage de notre ami Giscard payaient les chômeurs en valeur brute du salaire, c’est-à-dire charges comprises. Conclusion, les chômeurs touchaient largement plus d’argent en restant chez eux qu’en allant travail.

C’est pas bien difficile de comprendre qu’avec une telle mesure le développement à la paresse et à l’assistanat fera fureur. Apparemment pas pour notre ami Giscard.

Et pour financer tout cela, l’impôt sur le revenu avait augmenté de 4 % à 8 % pour les ménages les plus aisés, et le gouvernement commençait à taper fort sur les entreprises.

5) Le communiste Giscard allait rendre visite dans les prisons, serrer la main des prisonniers.

Je pense que cela a dû enchanter les parents des enfants violés torturés et assassinés qu’un président de la république aille leur serrer la paluche avec de grands sourires. Ce signe favorable aux prisonniers est indigne d’un président.

6) Fin des écoutes téléphoniques de façon allégée.

Avant l’arrivée de ce merveilleux personnage, la police pouvait mettre sur écoute téléphonique des réseaux de gangsters, de drogues, de prostitution et autres. Comme bon communiste, Giscard a été choqué de la privation des droits de l’homme de ces gentils citoyens. Il a donc rendu la procédure possible mais administrativement très complexe afin de la réduire massivement. La police a dû probablement apprécier.

7) La peine de mort
Même s’il ne l’a pas abolie, Giscard était contre la peine de mort. On sait, après son abolition, que cela est la meilleure nouvelle pour les assassins. Condamnés à quelques années par les juges rouges, réductions de peines inscrites dans la loi, et hop, sortie après 10 ans de prison. Plus aucun risque d’être raccourci.
Je ne pleure pas à la disparition de ce traître à notre pays et à notre peuple.

 128 total views,  1 views today

image_pdf

24 Commentaires

  1. Re-bonjour bm77,
    Un très grand merci de ta longue réponse extrêmement intéressante et honnête. Au risque de te surprendre, je suis d’accord avec toi du premier au dernier mot !
    Tout d’abord, tu t’interroges de savoir si nous faisons partis de la même génération. En ce qui me concerne, j’ai 67 ans. Voilà, à toi de voir avec ton âge.
    Pour la faire très courte je dirais ceci. L’ensemble des partis politiques d’il y a 40 ou 50 ans me paraissait beaucoup plus « sincères », si j’ose dire, qu’aujourd’hui. C’est-à-dire que chacun défendait sa cause contrairement à aujourd’hui où chacun défend sa carrière ce qui n’a plus aucun rapport. On le voit avec les tristes individus comme Christian Estrosi qui change son discours tous les deux ans en fonction du vent qui tourne pour être élu. Et d’ailleurs, ça marche puisqu’il est élu depuis toujours.
    On le voit aussi avec Macron qui abandonne complètement son pays et son peuple pour faire de la France une zone de mondialisme perdant toutes ses racines, sa culture, son Histoire et tout le reste. On le voit avec tous les députés LREM qui suivent leur petit chef hitlérien Macron en défendant l’indéfendable sur les plateaux de télévision.
    Oui, tu as raison du début à la fin de ton post, mais tu oublies l’essentiel et le plus important. Je ne vais pas répéter mon post précédent, mais il y a une chose absolument fondamentale, capitale, incontournable, et qui doit obséder les esprits, c’est celle-ci : que fait un parti politique lorsqu’il obtient tous les pouvoirs en étant à la tête d’un État ?
    En effet, tous les partis politiques, veulent se faire passer pour des gentils monsieurs et des gentilles madames lorsqu’ils sont dans l’opposition. Ils réclament donc des tonnes de choses qui font plaisir à leurs adhérents, sympathisants, et à l’ensemble des peuples. C’est dans leur isntérêts de prendre toujours le parti du plus grand nombre en défendant tout ce que les gens désirent. Mais, arrivés au pouvoir ??? Là, seule l’Histoire peut répondre à cette question.
    Tous les partis communistes de tous les temps, lorsqu’ils ont le pouvoir, ont été des horreurs, des massacres, des larmes, du sang – beaucoup de sang – et des faillites économiques systématiques. Mais avant d’arriver au pouvoir de façon électorale ou par des coups d’état, ILS PROMETTAIENT TOUS LA DÉFENSE ET LE BONHEUR DES PEUPLES ET DES PLUS PETITS.
    Et puis arrivée au pouvoir, il se passe systématiquement ET SANS AUCUNE EXCEPTION les horreurs suscitées. Pour les partis communistes il n’y a eu, comme tous les autres partis de dictature, AUCUNE – EXCEPTION.
    Le fait de dire qu’on n’est pas responsable et que l’on n’a pas à assumer l’héritage des horreurs et monstruosités faites par un parti politique, n’est pas responsable. Certes, sans être responsable du passé, l’idéologie des parties reste la même au cours des siècles. Seules les formes présentées au grand public de cette idéologie sont aménagées en fonction des époques. Mais au pouvoir, ces idéologies restent rigoureusement les mêmes, et cela tout homme réfléchi et responsable doit le savoir et en tenir compte pour ses adhésions aux partis politiques..
    Alors ça, vois-tu mon ami patriote bm77, on ne peut pas l’oublier. Et toute la belle défense que font ces parties face aux ouvriers, les belles promesses d’améliorations des conditions de vie et des salaires, et tout le tralala, on sait ce que ça vaut.
    Je te cite : « Je me suis félicité de la pérestroïka et je l’ai fait savoir autour de moi, ainsi bien sûr que du mouvement Solidarnosc en Pologne ». Tant mieux, mais quelle a été l’objectif de ces deux mouvements ? La suppression du parti communiste au pouvoir ! Pour Solidarnosc, c’est clair et net. Pour la perestroïka les choses ont été en deux étapes.
    La première est l’extraordinaire travail de remise en cause de Gorbatchev vis-à-vis du parti communiste. Étant à sa tête, il a voulu le rendre au service du peuple, dans une forme de démocratie, donc il a voulu faire du parti communiste un parti qui n’était plus communiste. C’est là sa grande naïveté. Il basait toutes ses réformes sur le fait que les communistes les accepteraient et donc ne seraient plus communistes, mais n’en garderait que le nom. C’est là que Boris Eltsine est intervenu.
    Ce dernier, après avoir admiré la réforme de Gorbatchev a compris, lui, une chose : un parti communiste ne change jamais, il reste toujours dans l’horreur et le sang. Il a donc pensé, et à juste titre, que si le parti communiste restait au pouvoir, rapidement au fil du temps, les réformes apportées par Gorbatchev partiraient en fumée et il redeviendrait rapidement aussi horrible et dictateur qu’il était auparavant, car l’idéologie communiste ne varie jamais.
    Boris Eltsine a donc été, le 29 mai 1990, élu président du Soviet suprême de la République socialiste fédérative soviétique de Russie, ce qui fait de lui le premier président non communiste d’une république soviétique. Il devient ensuite le premier président de la Fédération de Russie et se voit réélu pour un second mandat.
    Une fois président de son pays, la politique de Boris Eltsine ne fait pas l’unanimité. Loin de là. Mais après 70 ans de communisme horrible associé à une totale faillite économique, le passage à la démocratie n’est-il pas très difficile ? Toujours est-il que le parti communiste avait dégagé.
    Tu illustres ton propos avec les catholiques et toutes les horreurs qu’ils ont commises, et ce pendant de nombreux siècles. Tu as totalement raison de dénoncer cela, et pour les raisons que je t’ai évoquées ci-dessus, bien que croyant protestant (après 50 ans de catholicisme) je dis haut et fort que la religion ne doit JAMAIS, JAMAIS, ÊTRE POUVOIR COMME PAR LE PASSÉ. Cela n’entraîne, par fanatisme religieux, qu’horreurs et massacres tout comme les partis communistes quand ils ont le pouvoir. Et je ne cesse de dire que la meilleure des lois qui étaient sorties est celle de la séparation de l’église et de l’État ce qui protège les peuples des horreurs religieuses. Certes, à la sortie de cette loi les choses ont été horribles par des actes de défoulement, de vengeance et méchanceté envers les religieux, mais sur le principe c’est la meilleure des lois.
    Je dis cela depuis toujours, et c’est encore davantage valable avec le monstre mis en place par les mondialistes de ce que l’on appelle actuellement un pape, j’ai nommé François. Imagine cet Hitler au pouvoir en tant que religieux comme par le passé ! Lui qui actuellement fait son maximum pour détruire le catholicisme dont il a la protection en principe, lui qui ne cesse de dire que l’islam doit arriver à très haute dose sur nos terres (en notant au passage qu’il n’en fait pas venir un seul dans toutes les propriétés du Vatican, et Dieu sait – sans jeux de mots – que le Vatican en possède), imagine-le ayant tous les pouvoirs comme les papes du passé ?
    En conclusion mon ami bm77 les choses sont très tentantes quand la politique fait les yeux doux. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs nous avons tous ces lamentables présidents de la république depuis 50 ans, car ils sont en général élus grâce à une magnifique promesse d’assistanat supplémentaire tous les cinq ans pour attirer les votes, et le français n’étant qu’un imbécile politiquement parlant pour 80 % d’entre eux, tombe dans le panneau sans se douter de ceux pour qui il vote.
    Mais vois-tu, en ce qui me concerne, comme je l’ai dit dans mon précédent post, la seule chose que je regarde c’est ce que fait un parti quand il est au pouvoir. Que nous enseigne l’Histoire à ce sujet-là ? La réponse du parti communiste est très claire et n’a jamais varié dans l’histoire.
    Voilà pourquoi, je te le répète, ce parti me fait vomir au plus haut point quelles que soient les belles promesses qu’il fera tant qu’il n’aura pas le pouvoir. Certes, à l’époque, les choses se passaient plus normalement qu’aujourd’hui où tout part en vrille, mais les parties restent les mêmes tout au long de l’Histoire.

  2. Cachou, je pense que nous ne sommes pas de la même génération et c’est ce qui fait toute la différence.
    Le PCF n’avait aucune commune mesure avec Mélenchon qui s’est présenté opportunément après la chute du communisme comme le rassembleur de la gauche dans une solution plus moderne et alternative à celle des communistes.
    Je ne me fais aucunement l’avocat du communisme et je ne me suis pas senti obligé de prendre à mon compte l’histoire du communisme dans sa totalité , sauf une partie de celle ci qui est beaucoup entrée dans mon choix en particulier leur participation active et efficace à l’évolution sociale de la société Française . Ils ont participé de toutes les luttes pour améliorer le quotidien des travailleurs. Et leur participation à la Résistance a été conséquente . Et je pense sincèrement que même si ils ont représenté en terme de sympathisants et ce pendant une longue période 20% de la population Française, ils n’en ont pas profité et ne sont pas sortis pour cela du cadre des institutions de la République française , ils ont toujours été légalistes au contraire de beaucoup de gauchos actuels y compris le Mélenchon lui même qui n’a de cesse de mettre la police en cause à l’instar de certains partis factieux comme ceux des indigénistes !
    je me suis félicité de la pérestroïka et je l’ai fait savoir autour de moi , ainsi bien sûr que du mouvement Solidarnosc en Pologne . Et il est vrai qu’à l’époque pour avoir une vision plus réelle de la situation internationale, je lisais Libération plutôt que l’huma qui était pourtant l’organe du PC.
    Je pense de ce que je sais de l’intérieur même de ce parti et avec le recul que ceux qui assumaient totalement le Stalinisme ne représentaient en gros qu’un quart de l’ensemble de ceux ci .
    Il y a avait par contre des gens très généreux ,solidaires et réalistes . Ils savaient la valeur des choses par les négociations qu’il pouvaient avoir avec le patronat . Ils respectaient les patrons mais ne collaboraient pas!
    Si les choses vont moins bien et que les équilibres semblent rompus, c’est peut-être qu’il manque à la société et aux travailleurs cette conscience de classe que le communisme a su lui donner à une certaine époque.
    Quand les gens oublis cela ils perdent leurs acquis car les grandes entreprises et les patrons savent en profitent immédiatement . Ils mettent des stratégies en place pour avancer leurs pions là où nous reculons par notre collaboration. Et je dis cela sans haine aucune, envers le patronat , c’est dans la logique des choses !
    La classe moyenne est l’exemple même de ceux qui ont bénéficié de ces avancées sociales auxquelles le PCF avait pris toute sa participation . Et celle ci se trouve remise en cause par l’abandon même de ces travailleurs par cette gauche qui se dit plurielle mais n’est plus rien , au profit d’une vision sociétale qui esquive les sujets sociaux.
    Si il n’y avait eu que les partis, socialiste , radicaux ou gauchistes à une certaine époque , le travailleur français n’aurait pas eu une situation plus enviable que celle des Italiens ou espagnols !
    Vous me parlez des millions de morts du Stalinisme et du Maoisme comme si, en ayant une partie de sa vie été communiste, nous faisait entrer comme en religion ou dans les ordres, et s’attribuer toutes les horreurs commises en leurs noms . Je ne fais pas grief aux catholiques, de l’époque de l’inquisition, ni de celle de la Saint Barthélémy .
    Je reproche trop aux anticléricaux leurs raccourcis rapides pour faire un procès aux croyants que je respecte infiniment !
    Maintenant étant devenu sympathisant de Marine Lepen , je ne ferais pas non plus l’offense à elle qui se bat pour améliorer la représentativité de son parti dans toutes les composantes de la société , qu’au FN, à une certaine époque, il y ait eu des gens qui étaient nostalgiques de Vichy ou de la collaboration et cela est aussi indéniable comme il est indéniable qu’au nom du profit on ait fait mourir d’épuisement et fait travailler des milliers enfants dans les mines et ailleurs !! Et cela continue toujours dans certains pays !
    Les agriculteurs ont été aussi nombreux dans les campagnes à soutenir le PCF parce que c’était le seul qui daignait s’intéresser à la condition de ses petits exploitants et ouvriers agricoles . Le journal communiste des agriculteurs s’appelait « La Terre  » et il se tirait à une certaine époque à plus de 290000 exemplaires . Ce n’étaient pas tous des Staliniens loin sans faut mais pour certains leur condition de vie était proche de celle d’esclaves !

  3. @ bm77 du 4 décembre 2020 à 14 h 48 min
    *****
    Ah, là là, que de choses bien intéressantes de ton expérience personnelle que tu nous expliques dans ce long post ! Merci de ton témoignage de vie politique qui est tout à fait passionnant.
    Tu abordes beaucoup de sujets avec intelligence et tu dis beaucoup de choses vraies. Cependant, il y a quand même un certain nombre de choses que je ne partage pas vraiment.
    Répondre complètement à ton post, j’en ai bien envie, mais la réponse occuperait 15 pages d’écran d’ordinateur ! Je vais donc juste faire une très, très courte réponse sur un point précis parmi tout ce que tu as abordé de passionnant. Cette réponse porte sur ta phrase : « Voilà ce qui explique que j’ai pu être communiste à une certaine époque et suis devenu patriote aujourd’hui. ».
    J’en ai bien compris le sens et l’évolution. Donc, sur ce seul point précis, me concernant, le parti communiste m’a toujours fait vomir au plus haut point. En effet, comme d’ailleurs tous les partis d’opposition depuis toujours, il promet la Lune. Que crois-tu que fait Mélenchon actuellement que l’on peut considérer comme étant le « successeur » du parti communiste, ce dernier ayant disparu des écrans radar.
    Il promet la Lune ce qui plaît à un certain nombre de gens qui ont voté pour lui à raison de 18 % aux dernières présidentielles lors du premier tour. Cela peut être tentant, et je crois que c’est le piège dans lequel tu es tombé quand tu étais plus jeune.
    Pour ma part, je donne beaucoup plus d’importance à la logique et à l’expérience. Tous les partis politiques promettent le bonheur et l’enrichissement. Une fois en place on voit ce qu’ils valent. Je ne regarde que ça.
    Tous les pays depuis l’existence de la planète, et encore maintenant, qui ont eu des régimes communistes, les démocraties ont littéralement disparu pour faire place à des dictatures violentes et sanguinaires et les pays ont tous sombrés dans la terreur et les faillites économiques. IL N’Y A PAS UNE SEULE EXCEPTION. Le communisme au seul XXe siècle, je te rappelle que c’est 100 millions de morts, plusieurs dizaines de millions de réfugiés et plusieurs dizaines de millions de torturés. Même si le parti communiste me promettait la Lune, je savais que cette Lune se transformerait en horreur et pauvreté absolue.
    À ton époque, le parti communiste c’était probablement, je pense, Georges MARCHAIS ou successeurs. Il ne cessait d’approuver les méthodes soviétiques qui avaient fait de l’URSS un pays d’horreur et de pauvreté majeure (son tristement et sadiquement très célèbre « Globalement positif »)..
    Beaucoup de gens adhérant au parti communiste français le faisaient car ils pensaient garder l’acquis qu’ils ont, obtenu par le capitalisme, et que ce parti une fois au pouvoir « prendra aux riches pour donner aux pauvres ». J’ai toujours trouvé absolument terrible de pouvoir croire à de telles sonnettes.
    Heureusement que ton adhésion au partie communiste n’a pas été suffisante pour lui faire prendre le pouvoir dans notre pays.
    En ce qui me concerne, et contrairement si j’ai bien compris à l’écrasante majorité des sympathiques participants à RR, je n’ai JAMAIS été de gauche (pour les raisons ci-dessus évoquées) et je n’ai JAMAIS voté à gauche.
    Cela dit, tu nous as bien expliqué que tu n’aimais pas beaucoup Valéry Giscard d’Estaing et nous nous rejoignons complètement sur ce terrain, sinon je n’aurais pas écrit l’article faisant l’objet de ce forum.
    Un nouveau merci de ton parcours, dommage que je ne puisse pas approfondir toutes les autres questions pour des raisons pratiques….
    Amitiés patriotiques

  4. @ Michèle du 4 décembre 2020 à 16 h 40 min
    *****
    Pour prolonger ta conclusion, moi y’en à me dire que si tout le monde y’en a se faire vacciner contre virus chintoc pour protéter tout le monde, comme tout le monde y dit, moi y’en a pas vacciné mais y’en a pas prendre de risque car moi entouré de gens qui y’en a plus de virus chintoc.
    Moi y’en a réfléchir et malin !

  5. Niko du 4 décembre 2020 à 16 h 15 min
    *****
    Extrait de : https://fr.wikipedia.org/wiki/Peine_de_mort_en_France
    « Valéry Giscard d’Estaing qui était connu pour son « aversion » vis-à-vis de la peine de mort déclarait : « Pour ce qui est de la peine de mort, je souhaite que la communauté nationale française et son législateur se saisissent le moment venu de ce problème. Naturellement, il ne convient sans doute pas de le faire à un moment où la situation de violence et en particulier certaines violences inadmissibles rendent la société française extraordinairement sensibilisée à ce problème. […] Une fois que cette vague de criminalité aura reculé, il deviendra possible (et je dirais nécessaire) que la collectivité nationale se pose la question de la peine de mort sur laquelle en ce qui me concerne je donnerai ma réponse »

  6. Pour conclure (?)
    VGE est resté fidèle, jusque dans la mort au mondialisme:
    Il est mort du coco virus!
    Quel coup de pub pour les marchands de vaccins, c’est encore plus fort que Michel Onfray qui parle de se faire vacciner pour protéger les autres.
    Les autres vaccinés? Il n’a encore pas compris le coup de pub de bigpharma?
    Ca protège, ou quoi, le vaccin?
    C’est vrai que c’est un prof, et pas de biologie!
    La différence entre un vaccin éprouvé (bon, là il y a à discuter, mais, passons!) et une thérapiegénie, génialement mise au point en 2 coups de scalpel?
    Le coco virus n’a pas fini de frapper.
    Gérard

  7. @ t du 4 décembre 2020 à 5 h 32 min
    *****
    Ton poste comprend deux parties.
    La première va de « lu votre article hier soir » jusqu’à « nourrissent de cailloux ».
    La deuxième vague de « Concernant la peine de mort » jusqu’à « servent à vous indemniser ».
    Pour la première partie : concernant l’exemple de ton vieil ami que tu m’as décrit, s’il a été mis à la retraite à 50 ans, ce qui signifie qu’il a fait une carrière pleine comme militaire, tu t’inquiètes de savoir de quoi il se nourrit. Je pense qu’il doit le faire avec sa retraite. Peut-être a-t-il commencé un nouveau métier comme beaucoup de militaires ? Je ne vois pas trop le rapport avec l’indemnisation des chômeurs. Le fait qu’il soit insulinodépendant, et donc systématiquement à 100 % à la sécurité sociale, ces soins ne lui coûtent absolument rien.
    Mais encore une fois, il faut voir les choses de façon plus globale, et faire du vrai social. Comme je l’ai dit dans ce même forum à claude par mon post du 4 décembre 2020 à 13 h 15 min en réponse au sien du 4 décembre 2020 à 8 h 25 min, le rôle d’un pays est d’assurer à ses habitants (et pas à ceux des autres) le meilleur confort possible et les meilleurs revenus possibles.
    Alors, en me répétant, il est évidemment tout à fait normal d’indemniser des chômeurs mais il faut que cela s’inscrive dans le cadre d’une bonne économie. Si toute mesure sociale sont financées par l’emprunt, c’est être sûr de mener le pays à la catastrophe dans un proche avenir.
    Dès son élection, dans la première année de son mandat, Giscard s’est lancé dans un social tous azimut qui a commencé le changement des mentalités. Ces dernières sont maintenant complètement imbibées d’assistanat et ont fait perdre pour la majeure partie des gens le sens du travail et de la responsabilité personnelle.
    Ton exemple illustre également ce que j’ai dit dans le post adressé à Claude que la mentalité de ce pays est désormais égocentrique et ne recadre plus les demandes personnelles dans celle de l’ensemble du pays.
    Toi et beaucoup d’autres n’allaient pas faire des dépenses inconsidérées que tu sais ne pas pouvoir assumer et donc tu seras obligé d’emprunter en permanence et de te surendettés pour payer ces dépenses. La gestion d’un pays est basée sur le même principe mais en plus grand.
    Quant à la deuxième partie de ton poste, j’avoue ne pas avoir compris. Tu m’invites à revoir ma copie, sans même savoir si je suis pour ou contre la peine de mort, et ce dans quelles conditions de condamnation. Je n’ai pas exprimé de sentiments personnels à ce sujet. Donc revoir ma copie sans t’avoir communiqué ma position, c’est que je me suis probablement mal expliqué et que tu as dû comprendre quelque chose.
    Également, en te lisant, sur cette deuxième partie, je n’ai rien compris de savoir si tu pour, contre la peine de mort, et tout le reste. Peux-tu être plus clair s’il te plaît ?
    Je te remercie beaucoup en tout cas de l’intérêt que tu portes à mon article et j’attends tes précisions, en te remerciant.

  8. @ Cachou
    Je ne suis pas du tout certain qu’il était contre. Lors de la campagne présidentielle de 1981, il avait d’ailleurs déclaré qu’il la maintiendrait s’il était réélu. Mais si, comme vous dites, il a conservé la peine de mort pour des raisons bassement politiciennes, c’est bien pire que d’être contre. Cela démontre, s’il en était besoin, qu’il n’avait pas le courage de ses opinions. Et de toute façon, ça ne lui a rien rapporté du tout, puisque l’élection présidentielle de 1981 ne s’est pas jouée sur ce sujet qui fut rarement abordé pendant les débats.

  9. Moi, Cachou, je n’ai pas la même vision des choses que vous concernant VGE , je me suis engagé à gauche en parti à cause de sa politique . Il a utilisé le prétexte de la crise du pétrole pour nous imposer à nous travailleurs de base des mesures draconiennes de restriction.
    Il est l’homme qui a instauré la notion de crise, qui en fin de compte n’était que pour les petits et a pu être reprise par tous les gouvernements qui ont suivi, mis à part pendant les trois premières années du septennat de Mitterrand.
    A partir de ce moment qui a morflé? Qui s’est hyper enrichi sur cette notion de crise économique . C’était la « crise de rire « pour certains et la soupe à la grimace pour les autres.
    Il a profité de cela pour faire de grandes réformes structurelles et réaliser son ambition Européiste et cela tout au long de son septennat.
    Il a bénéficié dans un premier temps de l’acquis Gaulliste mais son modernisme s’accompagnait d’une volonté de casse industrielle incompréhensible à l’époque. Parce qu’avec un petit coup de pouce de l’état, ces industries auraient pu être viables . La casse de la machine outil a été emblématique de cette volonté de se défaire de notre fleuron industriel. Ce qui ne s’est jamais démenti par la suite avec d’autres gouvernements de droite comme de gauche !
    Voilà pourquoi j’étais sympathisant communiste à l’époque .
    La raison en était d’une part liée à la réalité de se que vivait au quotidien un jeune travailleur de 18 ans , bloqué dans son emploi qu’il subissait plus qu’il n’avait choisi car en 1973 le chômage avait fait son apparition du fait de la crise du pétrole et les entreprises n’embauchaient plus , ensuite d’autre problèmes bien concrets comme le manque de logements accessibles pour les jeunes, le chauffage très cher qui nous prenait la plus grand art de notre budget enfin que des truc basiques pour certains qui ne nous permettaient pas de nous projeter dans un avenir même proche, ainsi que le manque de réponse politique à celles ci, sinon plus d’austérité , grand mot à la mode à l’époque. Une austérité que ne s’appliquaient pas les plus riches bien au contraire, qui ont su rebondir et en tirer d’extrêmes profits. Et à l’époque seul le parti communiste français proposait une autre politique basée sur l’arrêt de la destruction du tissu industriel pour lutter contre le chômage et ses slogans de l’époque était par ailleurs « achetons Français » , « produisons Français » !
    La vision de la société que nous partagions à l’époque au parti Communiste était sociale, le sociétal étant très éloigné de nos préoccupations premières.
    Le giscardisme c’était le TGV et l’accélération du programme nucléaire comme source d’énergie première . Mais il ne faut pas oublier que ce qu’il a réalisé était déjà planifié sous la gouvernance de de Gaulle .
    Sauf qu’avec Giscard cela s’accompagnait d’une volonté de destruction de l’industrie que je ne comprenais pas sur le coup, mais que j’ai mieux saisi par la suite.
    J’étais déjà très méfiant, et même hostile déjà à l’époque , à la vision très européiste de Giscard, bien plus Européiste que Mitterrand .Lui très prudent avec les cocos majoritairement anti Europe pour pouvoir réaliser le programme commun qui lui permettrait d’arriver au pouvoir. Mitterrand se rattrapant et trahissant après 1983 les couches populaires, en formant le fameux couple franco allemand symbolisé par le main dans la main avec Helmut Kohl.
    Et lui même, le Socialiste qui s’était hissé au pouvoir se servant du terme crise pour prendre son grand virage libéral européiste ; le fameux « vive la crise » présenté à la TV par un Montand inaugurant une vision paillettes et show business du capitalisme devant des téléspectateurs médusés.
    Du Attali avant l’heure!
    De Gaulle avait une certaine idée de la France, et il a eu les ministres pour cela , André Malraux à la culture par exemple, Giscard d’Estaing lui c’était une certaine idée de l’Europe , il s’est adjoint les services d’un Raymond Barre pour cela, qui était, juste avant de prendre ses fonctions de premier ministre , vice président de la commission européenne de 1967 à 1973!!
    Toute similitude avec notre époque macroniste ne serait pas complètement fortuite,
    Macron ayant lui au delà de l’Europe, seule , une certaine idée du mondialisme, et se servant d’une crise, pas pétrolière, mais sanitaire celle là, pour imposer un grand reset à l’ensemble de la population.
    Plus que pour la crise pétrolière de 1973 il y a aura des victimes . Il ne faut pas en douter, car les intérêts sont énormes et les façons d’arriver bien plus corruptives qu’elles n’étaient sous Giscard ! Ce que l’on peut constater, c’est qu’il y a une réelle filiation entre les deux, Giscard et Macron .On a même l’impression que dans l’espace temps entre les deux , les autres n’ont été là que pour amuser la galerie ! Giscard et Macron se réservant les choses sérieuses !
    A quoi cela ressemble-t-il sinon à une destruction de l’Etat Nation France ?
    Voilà ce qui explique que j’ai pu être communiste à une certaine époque et suis devenu patriote aujourd’hui. Après coup et en dehors des apparences, je pense qu’il y a une certaine cohérence à mon cheminement .
    Je comprend mieux encore les choses après coup quand nous avons un vulgarisateur de la politique comme Zemmour, le soir, sur Cnews pour nous l’expliquer . Lui, journaliste politique, ayant vécu de l’intérieur toute cette époque!!

  10. Lorsque mon père a été libéré, lorsqu’il revint dans sa ville natale de l’Orne,Flers qui avait été détruite par les bombardements de l’aviation américaine ( si si) il se retrouva dans un baraquement, avec sa mère, sa sœur et ses frères!
    Il eu droit à avoir des vêtements et autres ect.. donnés par les ricains, mais ceux qui se servirent en 1° et avoir les « meilleures fringues » bin c’était les fumiers de la bourgeoisie Flérienne qui faisaient leur choix, et mon père se retrouva avec une couverture trouée, qu’il refusa évidemment.

  11. faudrait pas confondre indemnités et retraite anticipée pour les anciens PdG! pour info mon père percevait au titre d’ancien PdG la somme annuelle de 24 francs de l’époque pour avoir été prisonnier pendant 5 années de sa vie!
    Juste pour la petite histoire mon père m’avait demandé qu’à sa mort son cercueil ne serait pas recouvert du drapeau tricolore, d’ailleurs mon père refusait de participer aux cérémonies patriotiques, car pour lui il avait suffisamment défilé.

  12. claude du 4 décembre 2020 à 8 h 25 min
    *****
    Je comprends ta révolte, et elle est tout à fait légitime. Je ne pense pas avoir porté un quelconque avis négatif sur l’indemnisation des victimes de guerre. Si tu relis attentivement mes propos de l’article et de mes posts qui ont suivi, tu verras que je porte la réflexion sur le financement de l’abaissement de l’âge de la retraite pour les durs travaux à 60 ans, et pour les anciens prisonniers de guerre à 62 ans. Je n’ai parlé nulle part d’indemnisation. Puis je suis resté sur l’aspect général du financement des mesures sociales.
    J’ai toujours été, cela va sans dire, pour une entraide entre patriotes (j’entends par là entre français dont tous sont censés défendre et aimer leur pays), ce que l’on appelle le social. Le rôle d’un pays n’est-il pas de faire en sorte que ses habitants puissent avoir le meilleur confort matériel possible et la meilleure santé ? Bien évidemment que oui. J’exclus ipso facto l’assistanat lequel consiste à fournir des moyens financiers pour faire vivre des fainéants. Il faut déjà donc faire dans un pays la différence entre social et assistanat, ce que notre pays ne fait plus depuis longtemps ayant basculé vers l’assistanat.
    Concernant le social, qui inclut un nombre volumineux de mesures pouvant être prises, il faut avoir une vision globale de notre pays. La différence avec De Gaulle et les dirigeants d’aujourd’hui, c’est que De Gaulle résonnait toujours dans l’intérêt du pays, et aujourd’hui le raisonnement est uniquement égocentrique sur sa personne. Ce qui est nous vaut l’état déplorable dans lequel est arrivée la France.
    Un président de la république doit développer le social quand l’état du pays le permet. C’est-à-dire veiller à la meilleure économie possible. En effet, tout découle de l’économie. Il n’y a pas un seul secteur dans un pays qui ne découle pas d’une façon ou d’une autre de la santé économique dudit pays. Giscard a donc pris une série de mesures sociales, l’économie du pays pouvait-elle se le permettre ?
    En plus du moment présent de l’instauration de mesures sociales dont on sait qu’elles deviendront automatiquement irréversibles, un président doit faire en sorte qu’il puisse garder des leviers afin de compenser les changements de situation économique. La gauche à canarder le pays de mesures sociales et d’assistanat, notre pays étant dans l’incapacité totale désormais de les financer bien que le plus imposé au monde, toutes ces mesures sont financées par l’emprunt majoritairement. C’est donc voué à un avenir catastrophique.
    Également, heureusement qu’à l’époque de Giscard la mentalité était différente et que le français n’avait pas encore cette salle mentalité d’égoïsme, d’égocentrisme, et d’indifférence totale aux difficultés de son pays. Pour rester dans le seul domaine que tu abordes, celui des indemnités des anciens prisonniers de guerre. Si celle-ci leur était accordée aujourd’hui, tu peux être sûr de faire face as une cascade d’autres demandes du même genre, de par la mentalité sus-rappelée :
    – les familles des victimes de guerre demanderaient des indemnités de leur fils mort à la bataille
    – les familles des victimes de guerre demanderaient que leur soient payés des voyages pour aller se recueillir sur la tombe des membres de leur famille mort dans des combats hors de France
    – des majorations de retraite de femme de prisonnier seraient demandées
    – des majorations de retraite de femme de maris morts à la guerre seraient demandées
    – des retraites anticipées seraient demandées par les pupilles de la nation
    – des majorations de salaire seraient demandées par les pupilles de la nation
    – des réductions d’impôts seraient demandées par les familles de personnes mortes à la guerre
    – des voyages gratuits seraient demandés à titre de dédommagement
    – les anciens combattants demanderaient eux-mêmes d’être exonérés de l’impôt sur le revenu
    – les anciens combattants demanderaient au transport gratuit
    – etc…etc…
    Au nom de quoi toutes les demandes ci-dessus seraient refusées si l’on accordait des indemnités aux anciens combattants ? Toutes les demandes seraient justifiées au nom de « l’égalité ». Voilà ce qui se passerait aujourd’hui si une telle mesure était prise. Comme dit ci-dessus heureusement qu’à l’époque de Giscard les mentalités étaient encore saines et ne procédaient pas à de telles demandes.
    En conclusion, mon ami patriote, il faut éliminer l’assistanat complètement, faire du social et du vrai, et le faire en fonction des financements, en procédant par ordre de priorité. Si on ne peut pas tout financer, et si j’étais président, j’aiderais mes concitoyens traversant de très difficiles périodes réelles, plutôt que de donner des indemnités aux anciens combattants s’ils gagnent correctement leur vie ou leur retraite.
    Si tout le social pouvait être financé je le ferai. Mais ceci n’arrive jamais dans un pays.

  13. @ Cachou
    tu écris:Tu sembles donc saluer son initiative concernant les anciens prisonniers.
    bin oui mon père comme tant d’autres prisonniers ont passé 5 ans de leurs vies en Allemagne, et avec les privations de repas et autres, mon père à bouffer de l’herbe pour survivre, quant à tes considérations sur le financement de cette mesure, ce qu’il faudrait savoir c’est combien d’anciens prisonniers ont pu bénéficier de cette mesure? et je ne te parle pas d’un membre de ma famille déporté à Dachau , comme malheureusement tant d’autres, donc j’en termine sur ta considération sur le coût supposé de cette mesure me laisse pantois!

  14. lu votre article hier soir, concernant l’indemnisation des chômeurs je vais juste vous amener a réfléchir en vous contant une petite histoire. Un de mes très vieux ami qui était officier supérieur dans la marine ,à été mis au placard à Cherbourg en fin de carrière et mit à la retraite à 50 ans. Subitement il à déclencher un diabète aujourd’hui il à 84 ans et il continue à s’injecter de l’insuline tout les jours . Nombre de personnes se suicident ou sombrent dans la dépression après avoir été licenciés . Et vous aimeriez qu’elles se nourrissent de cailloux . Concernant la peine de mort je vous invite à faire des recherches sur le statut des bourreaux au cours de notre histoire et plus particulièrement au moyen-âge. Cela vous amèneras peut être à revoir votre copie . Celui qui à été tué ne savait pas qu’il allait l’être, le condamné à mort sait qu’il va l’être . Il est facile d’être binaire quand l’on s’en prend à vos intérêts.
    Je vous adresse une prière veillez à tous vos biens ,en cas de vol ou de destruction de ceux ci je ne souhaite pas que mes cotisations servent à vous indemniser

  15. @ dan5225 du 3 décembre 2020 à 19 h 34 min
    *****
    Par rapport à quoi ? Je ne comprends pas ta question…

  16. @ Niko du 3 décembre 2020 à 21 h 01 min
    *****
    Giscard a refusé la grâce à 3 condamnés qui ont donc été exécutés. Il a fait cela pour des raisons politiques, entre autres parce que la grosse majorité du peuple français était pour la peine de mort. Mais, sur le fond, il a toujours été contre la peine de mort, mais il n’a pas lancé la réforme de la supprimer, car il a pensé que cela serait trop négatif pour sa carrière, et son éventuelle futur réélection.
    Mitterrand a pris un risque en disant dans sa campagne qu’il supprimerait la peine de mort s’il était élu. D’un autre côté, le risque était limité, car la France basculait vers la gauche.

  17. Quand vous dites qu’il était contre la peine de mort, vous plaisantez, j’espère ! Il a quand même envoyé trois condamnés à mort à la guillotine pendant son septennat !

  18. @ claude du 3 décembre 2020 à 17 h 09 min
    *****
    Merci de l’intérêt que tu portes à mon (modeste) article. J’ignorais que pour les anciens prisonniers de guerre, Giscard avait baissé l’âge de la retraite à 62 ans. Mais je savais par contre, qu’il a baissé l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans pour deux millions de personnes au métier pénible (on ne peut pas tout dire dans un article, il ne doit pas être trop long). En plus de tout ce qui est cité dans l’article.
    Tu sembles donc saluer son initiative concernant les anciens prisonniers. Cela peut paraître sympathique, car toute mesure sociale paraît sympathique. Après il faut la financer.
    Baisser l’âge de la retraite c’est très joli, mais cela provoque ipso facto des augmentations d’impôts et de charges pour les particuliers et entreprises. Comme ministre des finances il aurait dû le savoir. On est là dans les mesures sociales gauchistes qui distribuent à tout va les avantages sociaux sans savoir comment ils seront financés.
    Personnellement, si j’étais président, et que je descendais l’âge de la retraite à 50 ans, on m’embrasserait de tous les côtés. Sauf ceux qui paieront des impôts et les entreprises. Et puis, cinq ans plus tard, mon pays se retrouve au niveau du Bangladesh.
    Cette mesure de Giscard était inconsciente, la preuve en est que maintenant tous les pays du monde relèvent l’âge de la retraite. C’est donc là bien une mesure, encore une fois, socialo-communiste.
    C’est une des raisons pour laquelle la gauche a tant de succès dans le monde et particulièrement en France, c’est qu’elle promet du social et de l’assistanat « en veux-tu, en voilà » et ça plaît évidemment beaucoup plus que de promettre « des larmes du sang ».
    Perso, j’ai été élevé dans l’esprit de dépenser que si je pouvais payer. Voir emprunter à bon escient et raisonnablement. Un chef d’État doit raisonner de la même façon pour son pays. Cette notion a été abandonnée depuis très longtemps et on voit maintenant dans quelle situation nous sommes. Sans parler de notre civilisation qui s’anéantit de jour en jour par l’immigration islamique massive voulue et consciemment mise en place par les mondialistes.
    Merci de cet intéressant échange.

  19. En complément de mon commentaire précédent à propos du DICO sur la religion de paix, d’amour et de tolérance
    ____________________
    Changer de logiciel de pensée
    https://amourtolerancepaix.com/2019/10/10/changer-de-logiciel/
    10 octobre 2019
    Il va falloir changer le logiciel de pensée
    D’abord quelques questions à poser par la commission d’enquête sur l’attaque à la préfecture de police de Paris :
    • Quel est le premier islamo-collabo qui a parlé dans cette affaire de déception amoureuse ?
    • Quel est le premier islamo-collabo qui a parlé de conflit du travail ?
    • Quel est le premier islamo-collabo qui a parlé de déséquilibré
    • Quel est le premier islamo-collabo qui a parlé de couteau en céramique
    • Quel est le premier islamo-collabo qui a parlé de conversion récente (18 mois)
    D’où ont il puisé ces fausses informations ?
    …/…

  20. @Cachou,
    8) le communiste Giscard, a permis aux Anciens Prisonniers de la guerre 39/45, de pouvoir partir à la retraite à 62 ans au lieu de 65 ans, cela semble vous avoir échappé?

Les commentaires sont fermés.