Musique : pot-pourri de morceaux et chansons qui redonnent le peps…

Publié le 24 octobre 2020 - par - 7 commentaires

Régulièrement, notre Tigre, à la fin de ses Bonnes nouvelles nous propose d’écouter musique ou chanteurs qu’il aime. 

Je me suis permis de faire une petite compilation de quelques-unes de ses propositions  afin que nos lecteurs aient toutes ces pistes de moments qui rendent heureux pour notre rubrique musicale de ce samedi.

Christine Tasin

 

Parce que, dans la panade actuelle, il y a aussi des moments de bonheur  : Brel, quand on n’a que l’amour

.

The hungarian butterfly (le papillon hongrois), de notre ami ô combien islamophobe Gérard Boyadjian. Laissez vous entrainer dans cette petite video sans vouloir à tout prix comprendre…    Et la jeune fille est ravissante…

.

Folklore russe

.

Folklore Ukrainien

 

5ème Danse hongroise de Brahms

Je me rappellerai toujours cette scène de Charlie Chaplin dans „Le dictateur“  où il incarne également un barbier qui rase un client sur cette musique: A mourir de rire

 

Flashmob Carmina Burana

 

Et pour finir: Magnifique Flashmob: L’HYMNE À LA JOIE

 

Print Friendly, PDF & Email

7 réponses à “Musique : pot-pourri de morceaux et chansons qui redonnent le peps…”

  1. Avatar maury dit :

    Super Merci !!! je transmet sur FACEBOOK et par courriel à mes amis!!!! C’est vrai que ce moment réchauffe le cœur et donne espoir pour des jours meilleurs c’est ce qui va pouvoir nous faire aller de l’avant !!

  2. Avatar Bubu dit :

    super merci
    que ça fait du bien

  3. Avatar marcguimeud dit :

    Les symphonies de beethoven, de dvorak
    Les arias de Mozart de Puccini de rossini
    Le crépuscule des dieux de wagner

  4. Avatar wedge antilles dit :

    Pour ma part binary sunset en particulier celui de l’episode 3 de starwars qui pour moi represente un mince rayon de lumiere/ d’espoir ( avec les jumeaux skywalker en sécurité : leia sur Alderaan et luke sur tatooine surveille / protege par Obiwan kenobi en exil ) avant que la galaxie spit plongee dans 20 ans d’obscurité par l’Empire de Palpatine https://youtu.be/w28Ncl8t8MU

  5. Avatar Jacquelin dit :

    c’est bon , merci

  6. Avatar bm77 dit :

    Une musique qui n’est pas trop mis à l’honneur sur RR c’est le jazz !
    Je répare un peu cet oubli en vous envoyant une video de la grande Ella .
    Une personne qui respire la joie de vivre la modestie et l’envie de partager avec tous sans arrière pensées ou considérations racialistes !
    Et pourtant elle a été confrontée directement à la ségrégation et les salle interdites aux musiciens noirs.
    Elle a été l’antithèse de ce que l’on nous balance aujourd’hui de c…..ies raciales et de repentance à deux balles , elle au contraire conquit les cœurs et a fait beaucoup plus contre le racisme que bien des politiques qui ont au contraire attisé les haines et ressentiment jusqu’à plus soif. Et le problème aujourd’hui c’est que ce sont ceux qui sont sensés être antiracistes qui réactivent ces rancœurs pour des raisons opportunistes d’élections !
    On a envi de dire , toute cette énergie, cette générosité déployée pour en arriver là, parce que le jazz c’était ça, une musique qui transcende au delà des races et des particularismes .
    Ella Fitzgerald en est la parfaite représentation ;
    Une noire américaine produite par un blanc dès les années 50 : Norman Granz . Accompagnée par des musiciens blancs ou noirs . Ce n’était pas la couleur qui comptait , c’était; est-ce qu’il est bon à cet instrument ou pas?
    C’était ça, le jazz ,un échange constant entre blancs et noirs , une histoire de générosité, de talent, et de travail aussi . Ella Fitzgerald avait un immense talent mais c’est Norman Granz qui a cru en elle et lui a donné la possibilité de se produire dans des grandes salles non réservées uniquement aux noirs ,avec des musiciens de sa classe et de lui faire enregistrer sur une grande maison de disque comme Verve.
    C’était gagnant gagnant puisqu’il a fait beaucoup d’argent avec elle et elle est devenue la reine du jazz par les moyens qu’il a mis à sa disposition. C’est le fruit d’une collaboration étroite entre un blanc et une noire, où il n’était pas seulement question de fric mais aussi de beaucoup de travail et de sens artistique de la part des deux. Il ne suffisait pas de claquer des doigt, même si elle le faisait très bien pour donner le tempo. Le » feeling  » passait bien entre eux puisqu’ils ont liés une amitié qui ne s’est jamais départie.
    En l’occurrence le titre que la chanteuse interprète est « Mack the knife » en anglais, qui est un air connu de l’opera de quatre sous de l’allemand Kurt Weill!
    Et n’oublions pas que le jazz était la musique de la libération et celle de l’improvisation que l’on dansait en 1944, »cheek to cheek « , pour reprendre un thème connu du répertoire « jazzistique » . Un standard de jazz comme on dit!https://youtu.be/wYaEVSjg5BE

Lire Aussi