Islamophobe, j’enseignais la laïcité sans me soumettre, ni craindre d’être décapité

Publié le 19 octobre 2020 - par - 26 commentaires

A mon avis, bon nombre de profs, notamment par la voie syndicale, vont récupérer l’événement pour soutenir le discours que leur métier est particulièrement dangereux, pas assez reconnu et tout le pataquès qu’on connaît de la part de ceux qui s’offrent le luxe d’une grève au moins chaque année.

« Pas assez de moyens », n’est-ce pas ?!
Mais les mêmes continueront à voter Mélenchon, Hamon, Macron, écolos-gauchos et autres mouvements politiques favorables à la poursuite d’une immigration musulmane massive vers la France.
Le réflexe corporatiste a depuis longtemps pris le dessus sur la conscience citoyenne et patriotique chez bon nombre de ces gens-là.

Ah non, ils sont « citoyens du monde », la voilà leur conscience citoyenne…
Comme je l’ai écrit dans un autre commentaire, j’ai enseigné pendant quelques années et j’ai notamment fait des cours sur la laïcité puisque j’intervenais en partie en droit constitutionnel auprès d’étudiants dans l’enseignement supérieur.
J’écrivais d’ailleurs déjà pour Résistance républicaine à cette époque. Mes recherches pour le site me servaient aussi à titre professionnel. Inutile de dire le bonheur que c’était.
Mais je n’enseignais pas de la même façon que j’écrivais mes articles.
Je restais à un niveau scientifique et neutre.

Plus précisément, je partais de la loi, des lois, et de la jurisprudence, des arrêts de cours d’appel, Cour de cassation, Conseil d’Etat…

Et je commentais les solutions que les juges apportaient dans telle ou telle affaire, la plupart, il est vrai, concernant l’islam mais sans souligner devant mon public que les problèmes, c’était donc principalement à propos de l’islam qu’ils se présentaient.

Je partais du principe que les gens que j’avais en face de moi étaient capables de le déduire par eux-mêmes parce que je les respectais en tant qu’êtres humains dotés d’intelligence.

Personne n’a jamais ressenti de mépris dans ma présentation vis-à-vis des musulmans, donc certains composaient mon public. Et je n’ai jamais reçu de menace.
Jamais je n’ai eu besoin de montrer les caricatures de Mahomet à ces étudiants en Droit pour leur faire comprendre la laïcité, délimiter la liberté d’expression et la liberté religieuse.
Et jamais je n’ai eu la bêtise de prétendre qu’il y aurait deux conceptions de la laïcité en France, une étendue qui serait celle du RN, de « l’extrême-droite » prétendue et une « normale » qui serait celle des autres partis…
Mais ce discours sur les « deux laïcités » n’est-il pas majoritaire chez nos chers amis les profs gauchos ?

La laïcité est un principe juridique qui empêche une personne de se soustraire à l’application de la règle de droit en invoquant une règle religieuse. Point barre.

Ce n’était pas de la lâcheté mais un simple devoir professionnel de neutralité que je respectais scrupuleusement.

Je suis fier notamment d’avoir un jour félicité devant l’ensemble de la salle une étudiante voilée qui avait rendu un excellent devoir. Même si je n’aime pas le voile islamique et considère qu’il n’a pas sa place à l’Université, il m’a semblé que je rendais un service à cette personne comme à la République en la valorisant devant les autres et en lui faisant comprendre qu’une femme n’est pas inférieure à un homme.

Parce que ce voile, elle le portait à 18 ans mais peut-être ne le porte-t-elle plus aujourd’hui.

.

Je ne comprends donc pas l’utilité de montrer les caricatures de Mahomet en cours. Peut-être les profs y sont-ils incités par une évolution de l’enseignement secondaire vers plus de spectacle et moins de connaissances et de méthodes ?
Le prof se doit d’être « populaire » ou « polémique », susciter la passion comme une rock star, mais pas simplement un individu qui transmet une science, des savoirs et un savoir-faire désormais… N’est-ce pas là où le bât blesse ?
Samuel Paty avait-il vraiment besoin de montrer ces caricatures pour enseigner la liberté d’expression et de faire sortir ceux que cela blesserait, une façon comme une autre d’identifier à coup sûr son public musulman, ce que je n’ai jamais tenté de faire ?
Je n’en suis pas sûr et cela pouvait être effectivement interprété comme un acte inutile et donc provocateur, sans pour autant justifier les menaces ni l’attentat donc il a été la victime. Simplement, je ne sais pas s’il en était conscient, ni surtout s’il avait vraiment le choix !

Tant d’enseignants n’étant plus capables semble-t-il à force de subir l’influence de leurs gourous gauchistes sectaires de faire la part de leur métier et de leur embrigadement sectaire que le monde de l’éducation est sans repère dans son ensemble.
Peut-être la vraie cause du malaise des enseignants du second degré vient-il du fait qu’on leur demande de présenter trop tôt la laïcité dans le cursus des études.

Ce n’est pas étonnant, puisque depuis 40/50 ans, pour les politiques qui nous gouvernent, la laïcité, c’est du jus de chaussette, une coquille vide donc on peut en parler dès la 6ème, l’expédier « à l’arrache » puisqu’on passe son temps à s’asseoir dessus !!!

Il pourrait en aller autrement aussi si l’on permettait l’enseignement des matières juridiques dès la Seconde, pour le plus grand profit des élèves puisque « nul n’est censé ignorer la loi »…
La laïcité est un principe juridique, alors je peux comprendre que des profs d’histoire-géo se sentent démunis face à la nécessité pour eux de l’enseigner dès le collège sans utiliser de matériel juridique (lois, jurisprudence…) leur permettant de s’abriter derrière l’autorité de l’Etat, ses tribunaux, son parlement.

Que peuvent-ils faire d’autre que de faire du spectacle, montrer les caricatures, des images à leurs élèves puisqu’en réalité, ils n’ont RIEN à leur enseigner à ce sujet !

 

Note de Christine Tasin

Pour cette fois, je serai en désaccord avec Maxime. 

Plus que jamais, on a besoin d’étudier la liberté d’expression, la laïcité et les caricatures en collège parce qu’elles sont toutes attaquées par l’islam. Et aucun cours de droit ne peut marquer ni convaincre un ado qui depuis 13 ans entend un discours mahométan chez lui, à la mosquée, dans son quartier… C’est bien trop tôt pour des ados de 13 ans. Par contre, leur faire comprendre l’importance de la liberté d’expression leur faire découvrir ce qu’est la laïcité et donc ce qu’ils seront censés respecter une fois adulte c’est plus qu’important. Pour les nôtres qui se font bourrer le mou par les séries, l’école, Nettflix, les copains… comme pour les petits musulmans.  Et profiter de ce cours pour évoquer l’actualité à  savoir le procès des mis en cause dans les attentats de Charlie Hebdo est/était indispensable. Et tout cela peut marquer les gosses, les aider à relativiser, à grandir… tandis qu’un cours sur les lois leur passerait au-dessus de la tête.

On ne peut pas mettre sur le même plan des ados de 13 ans et des adultes de 18 ou 20 ans qui ont des projets professionnels, de la maturité… Et ce qui passe chez des étudiants du supérieur ne passe pas chez des ados. Or c’est le seul moment où l’on peut être sûr que toute une classe d’âge peut être touchée, et les caricatures sont un excellent moment, vivant et interpellant.  Et il ne s’agit ni de faire du spectacle ni de faire du « fun », ni de faire du moderne. Il s’agit, juste, de faire son métier…

 

 

Print Friendly, PDF & Email

26 réponses à “Islamophobe, j’enseignais la laïcité sans me soumettre, ni craindre d’être décapité”

  1. Moktar Moktar dit :

    @Maxime; tu n’es pas gaucho?! mais dans les faits tu en es un.
    Cela fait deux interventions dans lesquelles tu apportes presque ton adhésion à la barbarie par l’assassinat de TON collègue.
    CELA SUFFIT.
    Tu te vantes d’avoir félicité une VOILEE?! C’est de cette façon que la France est islamisée; à cause d’individus qui jugent les autres d’après ce qu’ils sont eux-mêmes.
    Tu es qui? toi? pour juger quelqu’un qui, lui au moins, ne craint pas de dire les vérités.

    Dans ce drame il n’y a qu’une seule chose à retenir: BARBARIE. lequel d’entre vous se sent capable de couper la tête d’un être humain? il n’y a que des dégénérés qui sous n’importe quel prétexte reprennent leurs instincts de sauvages.
    Et: je conclue: si tu veux mes coordonnées: Kein Broblèm demande à Christine.

  2. Avatar Mauricette dit :

    « Samuel Paty avait-il vraiment besoin de montrer ces caricatures pour enseigner la liberté d’expression  » : Attention Maxime, malgré vos précautions on sent un début de soumission. Un début certes, mais un petit nuage, puis un autre , puis un autre et les lumières s’éteignent doucement. Non : il ne faut céder aucun pouce de terrain à l’obscurantisme, même au nom de la « raison ». On voit ce qu’on donné des années « d’accommodements raisonnables »…

  3. Moktar Moktar dit :

    @Mauricette; Mais ma chère compatriote tous dans les propos de maxime démontrent que non seulement il est soumis, mais de surcroit favorise par sa bienséance l’islamisation.

  4. Avatar Mariette dit :

    « Je ne comprends donc pas l’utilité de montrer les caricatures de Mahomet en cours ». Ces caricatures sont laides, vulgaires, et , comme Maxime, il ne me semble pas indispensable de les montrer à des enfants de 4e et 3e. pour illustrer la laïcité.
    Ne peut-on pas plutôt leur apprendre à aimer et respecter leur prochain, quelle que soit sa religion ? Au lieu de leur apprendre comment se moquer des croyants ? Et au final encourager la méchanceté ?
    Pourquoi n’a-t on pas droit au racisme et par contre aurions-nous droit au blasphème?
    Le racisme, c’est ce moquer d’une couleur de peau, d’un physique, d’un accent et d’expressions propres à une population, de sa culture ….
    Le blasphème, c’est se moquer de la plus profonde conviction intime, respectable et sacrée qui soit chez un être humain:la foi
    Les mêmes qui se plaignent de l’islamophobie et de la stigmatisation, applaudissent des caricatures de l’islam . Je ne comprends pas ce paradoxe. Ok pour la liberté d’expression : le problème est que, actuellement, nous avons des fanatiques sur le territoire, et d’un autre côté un Etat faible et incapable de protéger la population. Donc, jouer avec le feu pour pouvoir dire »même pas peur » c’est bien, mais alors il faut malheureusement accepter qu’il y ait des morts….en outre, je trouve vraiment curieux qu’il y ait de nouveau un attentat au moment où l’Etat se trouve confronté à un enième scandale cf la perquisition chez les ministres jeudi 15, veille du 16 …bizarre.

  5. Moktar Moktar dit :

    @Mariette; et oui Jésus a dit  » si quelqu’un te frappe sur la joue droite, tends lui la joue gauche ».
    C’est désespérant que même sur RR l’on puisse avoir de tels commentaires de lâcheté et de soumission.
    Vous aussi, donc, en sous-entendu vous approuvez la sanction. Bravo.
    « en vérité je vous le dis » vous faites partie de ces angéliques qui favorisent de par leurs comportements, l’islamisation de notre pays (de VOTRE pays).
    Il est indiscutable que tant vous que Maxime vous n’avez strictement aucune connaissance de ce qu’est l’Islam.
    Par ailleurs vous êtes-vous insurgé de la sorte en écoutant certaines chansons, en prenant connaissance des dessins sataniques sur Jésus et Marie?
    Vous vous autorisez à porter jugement sur un professeur qui assume son travail – peu importe la façon dont il le fait; et vous trouvez presque normal qu’un barbare le décapite.
    Les propos que vous tenez vous les prononceriez à l’inverse; vous aussi auriez cette sanction.
    Pardon de ma conclusion mais vous me faites vomir.

  6. Avatar Aardvark dit :

    Merci pour ce commentaire avec lequel je suis en parfait accord, @ Mauricette, quant à vous, @ Mariette, votre soumission est déjà bien avancée… Ce n’est bien entendu que mon avis, ressaisissez-vous… Rappel important, la notion de blasphème n’existe pas en France, du moins pas encore… Et dans votre dernier paragraphe et ses dernières lignes, je décèle un léger relent de complotisme…

  7. frejusien frejusien dit :

    Ce professeur a fait son travail, le travail pour lequel il est payé par l’EN.
    Les caricatures étant à la source du massacre des journaleux de Charlie, et le procès étant en cours en ce moment, il était tout à fait utile que les élèves sachent de quoi il était question, (pourquoi les cacher ?) Quand on parle de liberté d’expression, il n’y a pas de limites imposées par une quelconque religion.
    Ces dessins , la plupart du temps , obscènes et irrévérencieux , peuvent ne pas plaire, nul n’est obligé de les acheter.

    ça me rappelle les bancs du lycée où un petit groupe d’élèves s’amusaient beaucoup à faire des concours de rôts et de pets, et ça les faisait rire, surtout quand il y avait l’odeur qui suivait. Je pense que ces dessinateurs font partie de cette catégorie de gens qui aiment rire de ces « vulgarités ». Je ne sais pas si c’est une caractéristique de gauche .

  8. Maxime Maxime dit :

    @ Moktar : vos coordonnées effectivement ne m’intéressent pas car vous n’avez aucune capacité de dialogue.
    Je ne juge pas Samuel Paty et mon propos n’est aucunement de dire qu’il aurait mérité quoi que ce soit. Mais je m’interroge : a-t-on vraiment besoin de montrer ces caricatures pour enseigner, ou le fait-on pour tester les élèves et voir leurs réactions ?
    Oui, elles sont une bonne entrée en matière pour un cours dynamique, mais il faut être naïf pour croire que l’enjeu en vaut la peine dans CETTE France-là, celle de Macron, de la loi Avia, de la loi Pleven etc… la France de la repentance et de la culpabilisation de ceux qui subissent.
    Je me permets pour finir de dire qu’avec plus de 1000 articles écrits par moi-même sur RR, je fais partie des principaux contributeurs. Je n’ai pas compté mes heures pour me réinformer et réinformer les autres, je n’ai pas de leçon à recevoir de vous ni à me justifier quant à la sincérité de mon engagement.

  9. Maxime Maxime dit :

    @ Mariette : merci pour votre soutien. Je sais bien que nous sommes plusieurs à penser ainsi au vu d’autres commentaires, c’est pourquoi je me suis permis de l’écrire aussi et de développer mon point de vue d’après cette expérience.
    Moktar est-il si ouvert à la liberté d’expression, lui qui se permet d’insulter ceux qui, partageant la même sensibilité politique pourtant, ne sont pas forcément de son avis sur cette question ?

  10. Moktar Moktar dit :

    @maxime tu écris à Mariette la phrase suivante:
     » Moktar est-il ouvert à la liberté d’expression…. »
    Oui Moktar est ouvert à la liberté d’expression MAIS hostile à la soumission.
    Quant aux prétendues insultes: c’est l’apanage de pseudo-intellectuels pour se dédouaner.
    Sur ton article initial tu as bien noter en caractères gras (donc pour interpeller le lecteur) des propos qui s’ils ne sont évangéliques dénotent une soumission et surtout en culpabilisant le professeur.
    Monsieur se vante d’avoir félicitée une voilée. Et monsieur en est fier. Cela s’appelle monsieur l’an-saignant de la collaboration et favorise ainsi la pénétration de cette religion maléfique.
    Tu as écrit 1000 articles?! BRAVO; doit-on te fournir, à moins que tu ne les aies déjà, les palmes académiques?
    Personnellement et dans le contexte actuel auquel se trouve la France: OUI je risque d’être considéré comme un ultra, un raciste; MAIS ce n’est surement pas moi, de quelque manière que ce soit, qui apporterait mon soutien aussi minime soit-il à la destruction de nos valeurs, de notre culture.
    Quant à ne recevoir des leçons de quiconque je te trouve quelque peu présomptueux et au regard de ton article il est parfaitement évident que tu ne connais absolument pas l’Islam et sur ce plan j’ai cette prétention de pouvoir t’apporter éducation.

    • Christine Tasin Christine Tasin dit :

      Je considère que, avec cette dernière réponse, le dialogue entre Moktar et Maxime est clos. Je les remercie de mettre ici un terme à leurs échanges. On a fort bien compris leurs positions respectives, leurs arguments. On peut être en désaccord profond avec quelqu’un de son camp -car, quoi que vous en pensiez l’un et l’autre, vous êtes tous deux des Résistants à l’islamisation, chacun à sa manière, chacun avec son vécu, sa formation, son caractère… et entre 40 et 45 on a eu des Moktar et des Maxime, travaillant chacun à son niveau à la Libération-. C’est ainsi, je trouve vain et suicidaire de s’entre-déchirer entre Résistants et, pis encore, sur notre site, faisant passer le travail nécessaire à l’arrière-plan d’un combat de boxe. Personne n’y gagne et surtout pas la cause.

  11. Revenons aux textes: (Bible dite de Jérusalem, novembre 1992)
    Luc, 6 – 29: « A qui te frappe sur une joue, présente encore l’autre. »
    Matthieu, 5 – 39: « Quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. »

    Il est nécessaire de se placer dans le contexte historique. Luc, qui n’est pas juif, a copié Mathieu sans rien comprendre et a fait sauter le qualificatif ‘droite’.
    Matthieu s’adresse à des juifs (ou Hébreux) et ne précise pas le contexte des traditions juives qui est connu de ses interlocuteurs et qui tous savent qu’une claque doit être donnée avec la main droite et arriver sur la joue gauche de celui qui est en face. Pour que la claque arrive sur la joue droite, il faut claquer avec le revers de la main droite. Or pour les auditeurs juifs, cela signifie un mépris profond du destinataire qui est considéré comme appartenant à une caste inférieure.
    En disant de tendre aussi l’autre joue, Jésus enseigne qu’il faut refuser le principe des castes juives et qu’il n’y a pas d’hommes supérieurs ou inférieurs aux autres .

  12. Armand Lanlignel Armand Lanlignel dit :

    Revenons aux textes: (Bible dite de Jérusalem, novembre 1992)
    Luc, 6 – 29: « A qui te frappe sur une joue, présente encore l’autre. »
    Matthieu, 5 – 39: « Quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. »

    Il est nécessaire de se placer dans le contexte historique. Luc, qui n’est pas juif, a copié Mathieu sans rien comprendre et a fait sauter le qualificatif ‘droite’.
    Matthieu s’adresse à des juifs (ou Hébreux) et ne précise pas le contexte des traditions juives qui est connu de ses interlocuteurs et qui tous savent qu’une claque doit être donnée avec la main droite et arriver sur la joue gauche de celui qui est en face. Pour que la claque arrive sur la joue droite, il faut claquer avec le revers de la main droite. Or pour les auditeurs juifs, cela signifie un mépris profond du destinataire qui est considéré comme appartenant à une caste inférieure.
    En disant de tendre aussi l’autre joue, Jésus enseigne qu’il faut refuser le principe des castes juives et qu’il n’y a pas d’hommes supérieurs ou inférieurs aux autres .

  13. Avatar bm77 dit :

    Samuel Paty n’a pas fait l’apologie de Charlie ou de la moquerie anti religieuse , il expliquait seulement que cela existait et montrait sans les encenser de quelles façon elle pouvaient parfois choquer ceux qui en étaient ou se trouvaient être indirectement les cibles.
    Il démontrait que la caricature même dans ses formes les plus choquantes faisait partie de la liberté d’expression .
    Nombreux rappeurs musulmans trouvent normal d’insulter la France et de bénéficier de l’immense mansuétude de la justice, pourquoi pas des caricaturistes dont c’est le métier de grossir les faits !
    En réalité les musulmans qui attaquaient dans les réseaux sociaux interdisaient même d’expliquer de façon neutre ce qu’était la caricature et que celles ci pouvaient provoquer la mort de ceux qui en étaient les auteurs.
    Moi je préconiserais un truc !!
    Détruire un maximum de mosquée et construire en lieux et place des écoles où on enseigne les principes républicains et laïques à tous ceux qui veulent acquérir la nationalité Française pour qu’avant d’apprendre le Coran et son prophète, ils acquièrent , l’amour de la France !

  14. Maxime Maxime dit :

    Merci Christine de sonner la fin de la « récréation » que nous propose ce monsieur… et à laquelle je me trouve mêlé bien malgré moi.

  15. Moktar Moktar dit :

    @Maxime; la fin de la « récréation » comme tu écris l’a été par Christine et non par moi. Ceci est le premier point.

    • Christine Tasin Christine Tasin dit :

      Désolée, Armand a validé par erreur la réponse de Maxime. Il ne devait plus y avoir d’échanges possibles entre vous deux à partir de ma mise au point.

  16. Jules Ferry Jules Ferry dit :

    Evidemment qu’il faut s’adapter pour survivre en milieu hostile, que ce soit avec des voisins, des clients, des élèves, une hiérarchie, bref dans la vie.
    Cela ne change en rien nos convictions et nos objectifs.
    C’est du bon sens d’adapter les moyens et de ne pas y aller frontalement sinon c’est l’abattoir assuré.

  17. Avatar Gladius dit :

    Maxime
    Aucune intention de ma part d’ouvrir une querelle avec vous.

    Mais, mais ! …..

    Je constate en premier lieu que les 4 premières lignes de votre article traduisent un mépris total et une insulte envers (« bon nombre » – pourquoi n’avoir pas osé la généralisation sous-jacente que l’on ressent) des profs, de leur « pataquès » (merci pour eux !!) et de leur propension à s’offrir (bien choisi ce verbe, pour dénigrer), le « luxe » (pourquoi pas le privilège ? ) d’au moins une grève par an.

    J’ai failli arrêter là ma lecture. Mais j’ai continué, en mémoire des excellents articles que vous avez tenus auparavant, notamment ceux touchant au Droit et à la Justice.

    Pour faire court, selon vous :

    -les profs sont des gauchos, des corporatistes ( ce qui est totalement faux; il sont au contraire très, trop, individualistes; c’est plutôt du « chacun pour soi » entre eux).

    -« Personne n’a jamais ressenti de mépris dans ma présentation vis-à-vis des musulmans » dites-vous. de vous-même. Bien ! c’est tout à votre honneur. Mais pourquoi, alors, n’avez vous pas la même marque de respect vis à vis des profs ? lesquels sont des enseignants, comme vous l’avez été aussi ? même si vous estimez qu’il sont de moindre niveau.

    – vous vous interrogez sur  » l’utilité de montrer les caricatures de Mahomet en cours ». Vous en avez le droit. Mais en la matière, il n’est aucunement question ici d’une quelconque UTILITE. On se réfère ici à un droit fondamental, celui de la liberté d’expression, quelle que soit sa forme. Et que vous ne pouvez dénier ni à à Samuel Paty, ni à Moktar.

    – Vous vous demandez si les profs, agissant en « rock-stars », incapables d’utiliser le « matériel juridique » (eh oui! ils n’ont pas, les pauvres, votre niveau et votre savoir de juriste !) ne sont pas incités par vers « plus de spectacle et moins de connaissances et de méthodes » ?

    -Vous allez jusqu’à suggérer que l’acte de Samuel Paty pourrait passer comme étant « inutile, donc provocateur ». Vous avez ouvert là un mauvais procès, une mauvaise querelle !

    Il y a du vrai quand vous dites qu’ils ne sont pas véritablement, suffisamment et correctement formés à enseigner à des élèves ce qu’est la laïcité (très vaste et difficile domaine qui divise à peu près tout le monde, tant il prête à de multiples interprétations).

    Mais à qui la faute ? Et peut-on leur reprocher, soit de ne pas en faire assez, soit, à l’inverse, trop ? Surtout quand on constate par ailleurs, que lorsqu’un professeur « dérive » quelque peu, selon l’appréciation, (pas toujours éclairée ou même honnête) de sa hiérarchie (du chef d’établissement jusqu’au rectorat ou à l’académie et même au ministre), qu’il risque davantage le blâme que la reconnaissance et le soutien.

    Les profs, avec leurs qualités et leurs défauts, sont des mal-aimés, des mal-compris. Les non-profs et surtout une bonne partie de parents-d’élèves devraient leur en tenir estime plutôt que rigueur.

    Fichons-leur un peu la paix ! c’est d’ailleurs une catégorie qui dépérit, numériquement, socialement et sociétalement.

  18. Moktar Moktar dit :

    @Gladius: à cause, où grace à vous, j’ai failli à une décision que j’ai prise.
    Merci de cette réponse à maxime; j’ai moi-même sans doute été moins « diplomate ». Mais se refait-on?
    Je tiens cependant à rappeler que l’Islam est notre ennemi et s’il a obtenu l’importance qu’on lui connait aujourd’hui, c’est par le fait de tous ces signes considérés comme bénins; le premier d’entre eux étant le port du voile.
    Le port du voile est le signe de la soumission à l’Islam.

  19. frejusien frejusien dit :

    [email protected],
    je te suis sur ce coup là.
    Il faut comprendre que beaucoup de nos concitoyens, ne sont pas capables d’appréhender la sournoiserie islamique. C’est le défaut de la cuirasse, c’est ce qui conduit à des interprétations erronées.

    Les musulmanes qui s’affublent d’un voile, le font pour marquer leur opposition aux valeurs de la république. Elles affichent clairement la couleur, « je suis du camp ennemi de la France ».

    On peut sans doute excuser des vieilles femmes ignorantes qui viennent de débarquer , qui n’ont aucune notion de culture française, et qui ne parlent pas français, mais toute la jeune génération voilée, est engagée POLITIQUEMENT

    • Antiislam Antiislam dit :

      Bonjour,

      Pleinement d’accord avec votre conclusion.

      Elisabeth Lévy disait il y a quelques années en substance:

      « Le voile fait le même effet sur les Français que le casque à pointe pour les générations précédentes ».

  20. Moktar Moktar dit :

    @antiislam;frejusien; Je m’interrogeais sur la perspicacité de nos camarades. Je ne peux que vous remercier de vos interventions qui me permettent de constater qu’il y a tout de même des Français capables de décrypter la fourberie de cette secte appelée islam.

  21. Avatar Aardvark dit :

    Superbe citation d’ Elisabeth Lévy, @ Antiislam, je ne la connaissais pas, merci !

  22. frejusien frejusien dit :

    oui, merci pour la citation, je ne la connaissais pas non plus,
    en effet, ces voiles font froid dans le dos, quand on sait qu’ils sont les prémices aux décapitations

Lire Aussi