Qui a dit que l'UE existait ? En 1957, les membres fondateurs ont signé un Traité… en blanc !

Union européenne ? Qui a dit qu’elle existait ?

Non, l’Union européenne n’existe pas !

Il a dû t’arriver un jour de t’acheter une voiture. Tu as donc signé un bon de commande, en lisant bien ce que tu vas signer comme il se doit, preuve de ton achat. Peut-être également as-tu eu la chance de t’acheter une petite maison ? Si oui, tu es passé devant le collecteur d’impôts (officiellement appelé Notaire) afin d’officialiser ton achat immobilier après lecture attentive de ce que tu signes, puis de donner ensuite ton fric au fisc français.

Donc, je ne vais pas t’apprendre que devant tout achat, toute modification officielle, toute démarche administrative te demandant de remplir un formulaire, tout accord à l’amiable, toute nouvelle création quelle qu’elle soit, enfin bref, quel que soient les démarches que tu feras tu devras apposer ta signature sur un document afin de les officialiser après en avoir pris connaissance dans les détails, of course de chevaux.

Alors, pour en revenir au titre de cet humble article, et bien l’Europe n’existe pas.
Revoyons un petit peu les choses à leurs origines.
Deux traités ont été signés le 25 mars 1957 à Rome :
– le traité instituant la Communauté économique européenne (CEE)
– le traité instituant la Communauté européenne de l’énergie atomique (CEEA ou Euratom)

Ces deux traités ont été signés par la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la RFA. Ils sont entrés en vigueur le 01/01/1958. Et boum ! L’Europe est créée. On sait ensuite ce qu’elle est devenue en voyant tout ce qui se passe depuis cette date, et qui n’a cessé d’empirer.

L’objectif de la Communauté économique européenne (CEE) est de créer un marché commun et de supprimer les barrières douanières entre les pays membres. Il est prévu que la CEE soit régie par plusieurs institutions dont la Commission, qui veille – devrait veiller – au respect du traité et tient un rôle d’exécution.

Dans toutes mes recherches pour écrire ces (humbles) lignes, je n’ai vu nulle part que la Communauté économique européenne (CEE) était chargée d’éradiquer l’Europe et sa civilisation par le Grand Remplacement en utilisant l’islam par l’importation de dizaines de millions de tonnes de chairs humaines, en les choyant bien plus que les autochtones, sur son sol.

Ainsi, l’UE s’est donné une existence qui est tout à fait illégale.

Ben oui. Rappelle-toi au début de ces quelques lignes ce que je te disais quand tu achetais une nouvelle bagnole ou la maison de tes rêves (dont je te conseille de ne pas la quitter plus de quelques heures afin qu’elle ne soit pas squattée). Tu lis bien les contrats et, si ok, tu signes.

Et oui !! Mais ce que peu de personnes savent, c’est que la signature de ce Traité le 25 mars 1957 n’a été que factice car les pages des 6 exemplaires du traité à signer, étaient toutes blanches sauf la première et dernière page signées, du fait que les étudiants italiens qui devaient taper le texte en 6 exemplaires la veille de la signature, s’étaient mis en grève pour exiger de grosses augmentations de revenus ! Sans succès apparemment puisque le Traité original a donc été rapatrié à Bruxelles le lendemain de la « signature » pour être tapé par nos amis belges.

A cette époque, la signature de ces deux traités n’intéressait pas du tout le grand public. Ce n’était absolu pas un évènement. De plus cela avait été fait, comme d’habitude pour l’UE, dans l’ignorance et sans le moindre avis des peuples concernés.

Le journaliste David Willey, alors âgé de 24 ans (correspondant à Rome pour la BBC pendant plus de 35 ans), est envoyé par l’agence de presse Reuters pour couvrir l' »événement », la signature de ce traité instituant la Communauté économique européenne (CEE) et celle de l’énergie atomique (Euratom). Il est aujourd’hui à la retraite et témoigne.

Le Times de Londres n’a consacré qu’un tiers de colonne à cet évènement, ne lui accordant aucune importance, se rappelle David Willey, en montrant une copie de cet article. Mais peut-être avaient-ils une bonne raison de ne guère s’y intéresser, puisque les six pays fondateurs de la CEE (Luxembourg, Allemagne, Belgique, France, Italie et Pays-Bas) n’ont finalement signé qu’un traité en blanc (1, 2 et 3).

« Ce qui est plutôt amusant c’est que nous avons réalisé après que le traité de Rome était en fait rempli de pages blanches, parce qu’il avait dû être préparé à la hâte et que l’organisation italienne (4) n’étant pas parfaite, ils ont été contraints de remplir les blancs après » la signature, précise le journaliste à l’AFP. L’anecdote est confirmée par des sources officielles européennes. « Seules la première et la dernière page des deux gros volumes ont pu être imprimées à temps. Entre ces deux pages, rien que des pages blanches », affirme ainsi Albert Breuer, un des responsables de la logistique de l’événement en 1957, sur le site officiel de l’Union européenne (1, 2 et 3).

Et ce n’est pas seulement la faute des organisateurs italiens, selon cet ancien fonctionnaire. Les Suisses ont également apporté leur contribution en bloquant le train qui devait acheminer les documents de Bruxelles à Rome. Et comble de malchance, le personnel d’entretien de la salle où ont ensuite travaillé les experts a jeté une grande partie des ébauches du traité à la poubelle ! (1, 2 et 3).

Ainsi, depuis quand un acte officiel, quel qu’il soit, rempli de pages entièrement blanches et signé dans de telles conditions est-il valable ?

L’UE n’existe donc pas. Mais quand celle-ci s’érige, dès le début, en dictature, elle se considère en état de pouvoir tout faire dans l’ignorance la plus totale des peuples.

**********
(1) Référence : http://www.lessentiel.lu/fr/luxembourg/story/ce-jour-ou-le-luxembourg-signait-une-page-blanche-20496929?redirect=mobi
(2) Référence : https://www.levif.be/actualite/insolite/traite-de-rome-les-six-ont-signe-un-traite-en-blanc-en-1957/article-normal-631965.html?cookie_check=1601536215
(3) http://www.unite-europe.eu/traite-de-rome-1957/2/
(4) …les étudiants italiens… comme décrit ci-dessus

 221 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. @ frejusien
    Je crois que traité ou pas traité, les hommes politiques font absolument ce qu’ils veulent dans la mesure où ils se moquent royalement de leurs peuples. Quelques dizaines de dirigeants européens veulent la mondialisation et donc éradiquer tous les pays européens, s’acharnent sur cet objectif, et, comme dit dans l’article, je n’ai pas eu connaissance d’un moindre traité européen traitant de la disparition de l’Europe.
    Les Anglais ont voulu se casser, ils l’ont fait.
    Le seul salut de la France selon moi est de faire la même chose. Mais la stupidité de 80 % du peuple français croit encore que l’Europe sert à quelque chose. Ce en quoi ils n’ont pas tort, puisqu’elle sert à détruire les pays européens.

  2. @ denise
    Tu as parfaitement raison, et je te rejoins dans ce que tu dis dans ton post du 2 octobre à 0h21.
    II y a également des arguments extrêmement frappants pour montrer que l’Europe n’existe pas. Dans cet article, j’ai démontré le fait historique de l’incroyable supercherie des politiques signant deux traités remplis de pages blanches. Mais pour des politiques, cela ne les choque pas.
    J’aurais pu compléter par ce qui suit. En effet, l’Europe n’existe pas. Pourquoi ? Parce que l’Europe n’est pas du tout une puissance comme on veut nous le faire croire et comment la présente.
    En effet, dans la politique extérieure de ces 50 dernières années, l’Europe n’a jamais pris position avec fermeté quand cela était nécessaire. Elle était attendue sur de nombreux sujets graves (que je pourrais citer mais je ne veux pas être trop long) et a toujours esquivé les positions fortes qu’on attendait d’elle. Une Europe forte ne joue pas de la guimauve depuis près de trois générations.
    Autre chose :
    Il échappe à presque tout le monde que toutes les fonctions régaliennes de chaque pays ne sont pas européennes. Les fonctions régaliennes signifient les fonctions les plus importantes des pays. Chacun se les garde.
    – L’armée : il n’y a pas d’armée européenne car chaque pays veut garder le contrôle de ses militaires. En cas de conflit, l’Europe ne peut envoyer personne. D’ailleurs, la France qui aime jouer les petits soldats, envoie toujours des militaires dans différents pays d’Afrique et elle est le seul pays européen à le faire. Ça amuse nos présidents.
    – La fiscalité : aucune concordance entre les pays. Surtout par la France, car elle devrait baisser ses impôts et ses charges sociales énormément.
    – La santé : aucune harmonie européenne de santé, chaque pays fait ce qu’il veut. C’est ainsi que l’on sait que l’Allemagne possède 3,4 fois plus de lits de réanimation que la France. On peut difficilement parler d’harmonisation européenne de la santé.
    – La politique étrangère : comme dit ci-dessus il n’y en a aucune, chaque pays faisant sa petite politique étrangère qu’il souhaite
    – le social : chacun fait ce qu’il veut et les prestations sociales et leurs financements ne sont décidés que par chaque pays
    – l’administration : la France croule sous une administration bulldozer étouffant tout, avec un nombre de fonctionnaires cinq fois supérieures à d’autres pays européens.
    – L’éducation : l’éducation française compte plus grand nombre de fonctionnaires et fait partie des derniers pays concernant les résultats déscolarisés.
    Mais alors, à quoi sert l’Europe ? A sortir des lois à n’en plus finir, pour faire chier et ruiner les petits commerçants, agriculteurs et artisans par des normes aberrantes impliquant un nombre de dépôts de bilans que l’on ne compte même plus.
    Et surtout, surtout, désormais depuis 30 ans, l’Europe sert à la mondialisation pour la disparition des pays, de leurs frontières, et du brassage des populations par l’islam.

  3. @ gigobleu
    Effectivement, il n’est pas impensable que de croire qu’au début les intentions étaient bonnes. Cela n’a pas empêché les créateurs de l’Europe de le faire sans aucune consultation des peuples mêmes si à l’origine les attributions n’étaient pas celles d’aujourd’hui.
    Cela dit, comme dit dans l’article, les pouvoirs supranationaux ont été vite établis et la France n’y était pas favorable au début.
    Également, pour des gens censés avoir été intelligent, ils auraient dû comprendre que ce n’est pas l’Europe qui permet la paix, mais c’est la paix qui permet l’Europe. Beaucoup de gens encore actuellement croient que l’Europe amène la paix. Je réponds régulièrement à cette affirmation que si Hitler était arrivé avec une Europe comme aujourd’hui, cela ne l’aurait empêché aucunement de faire ce qu’il a fait. Il ne s’est pas privé d’envahir deux pays avant qu’on essaie de le stopper. Europe ou pas Europe, il aurait fait la même chose.
    Également les créateurs de l’Europe n’ont rien compris non plus au commerce. Depuis que l’homme existe sur terre, il a toujours commercé. Le commerce se moque pas mal des frontières du moment que le business lui rapport de l’argent. Les 200 pays actuels de la planète commercent entre eux, Europe ou pas Europe. Jusqu’à la création de l’Europe, tous les pays européens commercaient et se développaient.
    Les tous premiers Européens étaient donc des types qui ne comprenaient rien à rien, ont écarté immédiatement les peuples de ce qu’il voulait, et étaient de braves fonctionnaires ignorant toutes les règles du commerce.

  4. Alors, chaque pays peut reprendre son indépendance sans avoir besoin de passer par une juridiction ?
    ce sera une simple formalité ?
    et que dire au sujet de l’Allemagne , puisque seule la moitié Ouest faisait partie du traité ??

  5. Ça s’appelle faux et usage de faux, non ?
    Trop facile quand après signature, on peut mettre ce que l’on veut dedans.
    De toute façon cette UE n’est qu’une supercherie de banquiers.
    Le trader Kerviel fait figure d’amateur à côté d’eux.

  6. merci pour ces précisions. Je me rappelle au début avoir interpeler un député européen car on sentait bien qu’il y avait un flou, sur la « répartition des rôles , Etat/UE ! il m’avait répondu qu’en fait les Etats étaient toujours souverains, comme pour l’immigration, mais quand les politiques étaient gênés de prendre une décision, ils disaient que c’était l’UE qui les obligeait !! Partout que ce soit des politiques ou les médias, on ressentait ce flou, et les non dits peut être ! Comme vous le dites,  » ça c’était avant  » , il y a eu un glissement et je pense que les Etats se sont laissés berner , comme la Suisse, pourtant pas dans l’UE, qui a voté en plusieurs fois sur plusieurs années, (dernier vote dimanche dernier) , POUR les traités européens .

  7. @ Cachou. Au départ, l’idée d’une union pour éviter la guerre n’était pas, en soi, une mauvaise idée, ni une forme d’union économique. Mais ce « machin » a rapidement dépassé ses prérogatives initiales pour accoucher d’un monstre devenu prétentieux et incontrôlable. De plus, l’UE compte autant de langues que de nations et ne peut se comparer sur ce plan aux Etats Unis d’Amérique. L’arabe va peut-être résoudre la solution avant de se faire balayer par le chinois? Notre futur esclavage semble avoir de beaux jours devant lui …

  8. @ denise
    « On a jamais su depuis le début, ce qui était du ressort du national ou de l’UE »
    Pas entièrement vrai.
    Les nouvelles Communautés (Communauté économique européenne (CEE) et Communauté européenne de l’énergie atomique (CEEA ou Euratom) devaient partager l’Assemblée commune (aujourd’hui l’Assemblée parlementaire), et possédait certains pouvoirs.
    Il a été créé pour gérer tout cela deux nouvelles Hautes Autorités appelées « Commissions ».
    La France, à l’époque, était réticente à accepter des pouvoirs plus supranationaux, de sorte que les nouvelles commissions n’auront que des pouvoirs de base et que les décisions importantes devront être approuvées par le Conseil des ministres nationaux, qui adoptera à présent le vote à la majorité.
    Ça, c’était avant.
    Maintenant la France, depuis bien longtemps, est devenu l’esclave de la Commission Européenne, exécute le petit doigt sur le pantalon tout ce qu’elle dit, et renonce à ses propres lois pour adopter les européennes.
    Mondialisme oblige.

  9. tous des enfoirés qu’il va falloir virer à coups de pompes dans le fion

  10. merci pour ces infos, en même temps je ne suis pas complètement étonnée, sachant que c’est un machin qu’on nous a imposé, alors ! On a jamais su depuis le début, ce qui était du ressort du national ou de l’UE, alors ! oui ils font ce qu’ils veulent sans que les citoyens soient impliqués par référendum (remarquez que la Suisse s’est exprimée et ce n’est pas glorieux comme résultat ) , alors ! Alors peut être faut il impliquer les autres pays qui sont anti européens..

  11. Procédé usité en France lors des Assises les PV des débats sont truqués et ce b’est que plus tard que les pages vides ou paragraphes sont remplis pour y mettre ce que le président des assises veuille bien inclure sans que les jurés ne soient conscients de la crapulerie.
    AFFAIRE LAMY SAMUEL
    voir http://www.voyousdelarepublique.fr

Les commentaires sont fermés.