Pour l’inévitable Veyrat-Masson, l’insécurité c’est « un sujet à la mode » !

Ben voyons ! Pour dénigrer le propos développé par Marine Le Pen ce dimanche à l’Université d’été, Mme Veyrat-Masson (inévitable sur chaînes publiques et privées, chercheur et directrice de laboratoire au CNRS, historien, sociologue des médias, enseignante à Sc. Po etc.), ne trouve rien de mieux que de dire, sur BFM : « ce thème de l’insécurité, c’est « un thème à la mode » ! ».

.

Ben oui, bien sûr, vous savez, les thèmes des discours sont comme les défilés haute-couture, ou les couleurs des tissus d’ameublement ou des voitures, ou le hit-parade de chansons, c’est basé « sur la mode » ! Vous voyez, ce sont des sujets qu’on impose aux Français… malgré eux ! Les Français voudraient évoquer autre chose, mais c’est de cela dont ils vont parler, parce que cela leur sera imposé dans leur subconscient par les aigris, les moisis, les recroquevillés et les réseaux de la fachosphère ; ceux que Dupont-Moretti voudraient dissoudre…

« La mode » de Mme Veyrat-Masson, c’est le « ressenti » de l’avocat de Mérat et des djihadistes, quoi !! Mais elle nous prête un pouvoir que nous n’avons pas, nous les exclus du débat politique sur les médias, nous les bannis des juridictions du « Mur des Cons », nous les pourfendus des lycées et universités ! Comment réussir à imposer le « ressenti » ! Eux ont moins de mal à matraquer leur idéologie et leur pensée unique avec « raciste », « extrême-droite », « front républicain » et autres slogans !

.

Alors, plusieurs remarques :

1)° Ce chercheur, qui continue à chercher pour nous grâce à nos « sous-sous », évoque « le thème à la mode » comme elle et d’autres disaient pour les discours des souverainistes « le fond de commerce », équivalent élogieux à un « fond de culotte » ; ou comme ces mêmes gens de cette caste médiatico-politique qui parlaient de « surfer sur les peurs ! ».

Dites-moi, de quels discours, de quelle personnalités politiques utilise-t-on des termes aussi réducteurs et aussi péjoratifs ? Dit-on d’une tirade de Mélenchon que c’est « un fond de commerce » ? Dit-on du propos des Verts qu’ils « surfent sur les peurs » ? Dit-on que les discours de Macron font et l’un et l’autre « en même temps ?!

Ah, il me faudrait chercher au CNRS pour avoir, peut-être, une réponse !!!

.

2°) Déjà, par définition, on ne peut utiliser ce mot « mode », car il signifie « éphémère », et recouvre de la « frivolité et du superflu » ; il est souvent lancé par couturiers, designers, personnalités qui vont créer un phénomène qu’un grand nombre va suivre : donc là, ceux qui font ces discours seraient ceux qui lancent une mode ? Par quel miracle ? Et ceux qui suivent la mode, c’est qui ? Ceux qui sont dans le « ressenti » et non les Français victimes au quotidien ?! Allons, un peu de sérieux et surtout de respect !

Si c’est « à la mode » comme elle dit, c’est bien parce que cela revient tout le temps dans l’actualité ; et si on en parle depuis des décennies, ce ne peut plus être un épiphénomène ! Et si ces faits d’ensauvagement sont récurrents, c’est parce qu’ils ne sont jamais combattus !

.

3°) Mais quel outrage, quel manque de respect proférés par cette femme vis-à-vis de tous ces Français qui subissent non pas « cette mode », mais cette violence !!

Pour elle, la société qui se délite, les guet-apens et caillassages sur les policiers, les pompiers, les ambulanciers, les prisons surpeuplées, le laxisme judiciaire, les dealers, les fraudeurs de toutes sortes, les clandestins, les djihadistes, radicalisés et « fichés S », les imams salafistes, les multi-récidivistes en pleine nature, les non-reconduites à la frontière, les musulmans qui placent l’Islam au-dessus de la République, les zones de non-droits, les attaques au couteau, les viols, tortures, meurtres, attentats, ce ne serait qu’un « phénomène de mode » !

.

Quand un homme, une femme se font frapper à coup de tournevis, de marteau, de bouteille, de battes de base-ball, de poignard, ils ne le subissent pas pour être « à la mode ! ».

Si des femmes se font violer, torturer, tuer, ce n’est pas pour être « à la mode » !

Et si, dans des discours, on est « à la mode », ce n’est pas pour suivre « celles qui sont à la mode », les victimes, mais c’est pour désigner les coupables, tous les coupables, et y exposer les solutions radicales pour endiguer le mal voire le réduire au mieux !

Il manque à cette consultante média, spécialiste de communication, beaucoup de vocabulaire…ou alors elle le restreint, elle, pour être « à la mode » de la bien-pensance et pourfendre les populistes qu’elle exècre !!

Alors, au nom de toutes ces victimes du quotidien, je suis outré que cette fonctionnaire puisse sortir un tel blasphème à toutes ces victimes blessées dans leur chair, ces familles endeuillées et meurtries à vie, à toutes ces victimes décédées ne pouvant lui rétorquer : « On aurait aimé vivre sans suivre la mode ! ».

 132 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. Chef de labo au CNRS , prof à science po , sociologue des médias, elle cumule la bougresse dans le genre gauche bien pensante. En tout cas un curriculum vitae qui lui assure d’office une place d’ « expert » à la TV . Spécialité , dézinguer les populistes !
    Professeur Loïc Mansard , vous avez totalement raison de dénoncer les éléments de langages utilisés contre Marine de façon partisane , et les tares des autres qui ne sont jamais pointées et pourtant ne relèvent pas de quelque chose de flagrant . Comme les marottes des EELV sur le climat qui chaque fois qu’il fait un peu chaud sont systématiquement mises en avant. Le double langage de macron est rarement souligné malgré l’utilisation dont il s’est fait une spécialité.
    Quand à la délinquance qui prend des proportion alarmantes , qui serait un phénomène de mode selon la donzelle , c’est une mode intemporelle et qui s’intensifie parce que cela fait plusieurs décennies que cela dure. Mais madame n’en a cure, du moment qu’elle ait ses entrées dans l’entre soit des salons mondains de la politique et des médias !
    En tout cas il est bon parfois de démasquer ce genre de personnages qui sévissent à longueur de temps d’antennes et sont là non pas pour analyser objectivement mais bien servir une oligarchie!

  2. à voir sa petite bouche pincée, vermillonnée, on comprend aussitôt que cette madame vit dans le milieu gauche-caviar bien protégé, à l’abri des éclaboussures de la mode, qu’elle suit de loin, comme les turfistes sur les gradins, misant sur le cheval gagnant ou perdant, aucune importance, c’est juste un jeu de toutes façons,
    elle ne court aucun risque, aucune lame islamique ne viendra caresser son cou , et elle pourra continuer à débiter ses obscénités que des media achetés lui permettront de proférer sans crainte,
    seulement ces media verront rapidement leur audience s’effondrer, entendre ces inventions gauchistes, mensonges ressassés, plus personne n’en a envie.

  3. Elle finira, elle aussi par être victime de la mode😉
    📯⚔️🇫🇷⚰️🧳

  4. Mode vous dite ! Chez ces gens là la mode c’est se faire bien nourrir par ceux qu’ils critiques ! et dieu sait si il en a des tas dans notre chère république , pas étonnant qu’ils bloquent la démocratie depuis quarante ans . Constatons que dès qu’un soupçon d’opposition se lève tout ce beau monde dégaine souvent en passant par les caniveaux , ce comportement éloigne les électeurs des bureaux de vote ils en sont responsables .

  5. Oui ce brillant esprit, grand prêtre de l’intelligence et de la culture omnisciente a raison. .C’est bien à la mode chez des millions de victimes !… Elle qui juge, bien à l’abri dans son cocon ouaté de privilégiée. Que c’est beau, utile et courageux que de « chercher » le cul sur son fauteuil!..

  6. Mais aussi, quelle idée d’aller écouter la propagande distillée sur cette chienne.

  7. Le jour où elle se fait agresser et traîner dans un taillis, violer par trois babouins, elle regardera la vie par l’autre bout de sa lorgnette

  8. Pour que cette abruti change son discours de dhimmi il faudrait que ça lui arrive à elle ou à sa famille, et encore, c’est pas sur, tellement elle est anesthésiée.

Les commentaires sont fermés.