Qui contrôle les réserves de nourriture contrôle les personnes

Histoire Mondialisation Publié le 10 août 2020 - par - 2 commentaires

.

« Celui qui contrôle les réserves de nourriture contrôle les prsonnes ;

Celui qui contrôle l’énergie peut contrôler les continents ;

Celui qui contrôle l’argent contrôle le monde »
– Henry Kissinger, 1973.

 

 

La guerre des graines : une video passionnante et édifiante...

 

Voici la présentation qui en était faite avant diffusion en 2014

« La Guerre des Graines » : enquête sur une bataille souterraine et silencieuse

PAR RÉDACTION

En 100 ans, sous les effets de l’industrialisation de l’agriculture, les trois-quarts de la biodiversité cultivée ont disparu. Alors que se renforce la main-mise sur les semences par une poignée de multinationales, un vaste arsenal réglementaire limite le droit des paysans à échanger et reproduire les semences. Le documentaire « La Guerre des Graines », qui sera diffusé le 27 mai sur France 5, décrypte les batailles autour de la privatisation du vivant, avec l’appui de témoignages de paysans, d’élus, de militants, d’experts et d’industriels. Un film percutant et engagé, vivement recommandé par la rédaction de Basta !.

« L’histoire que nous allons vous raconter est celle d’une guerre inconnue mais qui nous menace tous, la guerre des graines. » C’est par ces mots saisissants que débute le nouveau film de Stenka Quillet et Clément Montfort, produit par John Paul Lepers, qui sera diffusé sur France 5 le 27 mai prochain. Depuis 12 000 ans, les paysans sèment, sélectionnent et échangent librement leurs semences. Mais cette pratique ancestrale au fondement de l’agriculture est en péril. Dix multinationales contrôlent aujourd’hui 75 % du marché mondial de semences [1]. Leurs noms ? Monsanto (États-Unis, 26 % du marché mondial), DuPont (États-Unis, 18 %), Syngenta (Suisse, 9 %), Limagrain (France, 5 %), suivis d’une poignée d’autres firmes allemandes, états-uniennes ou japonaises. « Que se passera-t-il si l’industrie semencière réussit à privatiser intégralement les semences agricoles ? » interrogent les deux co-réalisateurs.

Refuser l’esclavage semencier

L’enquête de Stenka Quillet et Clément Montfort les a menés en Inde, en France et en Norvège auprès de paysans qui, pour rester libres, cherchent une alternative aux graines de l’industrie. Mais aussi dans les couloirs du Parlement à Bruxelles où se jouent régulièrement des épisodes déterminants de la guerre des graines. Grand témoin de ce film, la scientifique et militante écologiste indienne Vandana Shiva : « la guerre des graines est dans chacune des fermes. Des fermes dans des pays comme ici, en Inde, où des paysans risquent de perdre leur approvisionnement en graines. Mais aussi les fermes plus grandes et conventionnelles qui n’auront plus d’autres choix que d’acheter des OGM, des herbicides, du Roundup, et seront coincés dans un esclavage semencier. »

Tous les géants de la semence ont décliné les demandes d’entretiens pour ce film, à l’exception d’un seul, Monsanto. La firme américaine, qui n’a semble t-il plus rien à perdre tant son image a été écornée ces dernières années par différents scandales, a ouvert les portes en France de sa plus grosse usine de semences pour l’Europe. La stratégie de Monsanto se dévoile en partie lors d’un entretien avec l’un des responsables de cette usine située à Peyrehorade en Aquitaine. Consciente des difficultés à développer les plantes génétiquement modifiées en Europe sous la pression citoyenne, la firme mise désormais sur la multiplication des droits de propriété sur les semences. Avant de quitter le site de Monsanto, la caméra s’attarde sur des semences de couleur rouge. Enrobées d’insecticides ou de fongicides provenant d’autres compagnies comme Bayer ou Syngenta, ces semences rappellent que Monsanto collabore étroitement avec plusieurs géants de l’agrochimie.

https://www.bastamag.net/La-Guerre-des-Graines-enquete-sur-une-bataille-souterraine-et-silencieuse

La fin de cette enquête conduit à Svalbard, un archipel de la Norvège situé au large du Groenland. C’est là, dans un chambre forte creusée dans la glace, qu’ont été entreposées des graines du monde entier. L’idée, conserver un double de la biodiversité végétale de la planète. Mais la présence d’entreprises privées, comme Syngenta, dans le financement de la gestion quotidienne de ce coffre-fort inquiète. Surtout, rappellent les organisations paysannes, la seule vraie conservation se fait dans les champs des paysans et des jardiniers. Ce qui suppose d’avoir accès et de pouvoir maintenir vivante cette biodiversité. « La guerre des graines est dans chaque assiette, résume Vandana Shiva. Tant que la liberté des graines sera confisquée, alors notre nourriture le sera aussi. C’est pour cette raison que tout le monde doit être engagé pour réclamer la libération des graines. »

- Plus d’informations sur le blog dédié au film « La Guerre des Graines ».
- Images extraites du documentaire et transmises par les co-réalisateurs.
- A découvrir, le dossier de Basta ! « Main basse sur les semences »

https://www.bastamag.net/La-Guerre-des-Graines-enquete-sur-une-bataille-souterraine-et-silencieuse

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Béret vert
Béret vert
il y a 5 mois

Désolé mais ce documentaire est tellement partisan que ça en devient comique.
Diaboliser les sociétés produisant des semences est contre productif. Il vaudrait mieux une critique intelligente de leur fonctionnement et de leurs stratégies commerciales que répandre de ridicules et néfastes élucubrations.
tshirt-artdelaguerre.com

Frejusien
frejusien
il y a 5 mois

ce problème de la privatisation du vivant n’est pas nouveau,

en plus, en France, le gouvernement aux ordres des lobbies a interdit aux paysans de semer leurs propres semences, et les oblige à acheter des semis stériles qu’ils ne peuvent plus reproduire,
encore une facette de la tyrannie de notre fausse démocratie

Lire Aussi