Démographie : l’Italie se plaint de ne pas avoir assez d’immigration… quand Orban encourage la natalité des Hongroises !

Publié le 15 juillet 2020 - par - 9 commentaires

.

Suicide en direct. Euthanasie d’un peuple.  Non, pas d’un peuple, d’un continent, d’une civilisation.

Les Italiens ne font pas assez d’enfants ? Qu’à cela ne tienne. Au lieu de pratiquer une politique familiale avantageant les familles nombreuses, allocations, congés, création de crèches… ils font venir des migrants…

Ils font les comptes : zut ! L’Italie continue de perdre des habitants, il y a le feu au lac… alors au lieu de privilégier la naissance d’enfants italiens, on va ouvrir encore davantage les vannes à Lampedusa et compagnie.

Et ce qui se passe en Italie se passe en France et dans toute l’Europe. 

Pendant ce temps des salopards répètent qu’il faut faire moins d’enfants pour la planète et des dégénérés français refusent de faire des enfants avec ce prétexte ! Des enfants qui émettraient du CO2 ? Pouah !

https://resistancerepublicaine.com/2019/04/05/helene-de-vestele-ne-veut-pas-denfants-ils-emettraient-du-co2/

Au lieu de privilégier nos étudiants obligés de bosser pour se payer leurs études, ils logent des migrants dans des logements étudiants et leur donnent les bourses nécessaires aux nôtres.

https://resistancerepublicaine.com/2019/04/12/2000-migrants-vont-avoir-les-bourses-de-vos-enfants-et-leurs-places-dans-les-logements-etudiants/

 

Question subsidiaire : a-t-on vraiment besoin de plus de 60 millions d’habitants dans des pays comme l’Italie et la France qui n’ont plus d’industrie, qui ploient sous le faix du chômage et de l’extrême pauvreté, qui font vivre sur le dos de la collectivité des millions de sangsues vivant de sinécures et de soi-disant boulots associatifs ? A quoi bon ? Pour payer les retraites ? Mais si on supprime les 120 milliards que nous coûte l’immigration, les centaines de milliards que nous coûtent les sangsues, sans parler des régions et communautés de communes complètement inutiles politiquement, sans parler de l’UE et des cadeaux somptuaires offerts à l’Afrique et au reste du monde… il  y a largement assez de naissances chez les Français pour payer tranquillement les retraites. 

Et qu’on ne vienne pas nous seriner les vieilles lunes cathos d’un autre temps de Bd Voltaire et autres Civitas qui accusent carrément les « avorteuses » d’être responsables du déficit de population. Les accusations sont misogynes, crétines, basses du front et simplistes. Macron se marre de voir les Français accuser les Françaises d’être responsables de la dénatalité et donc de l’immigration. Quand on donne les moyens financiers de faire beaucoup d’enfants, comme le fait Orban, ça marche ! 

Relancer la natalité pour lutter contre l’immigration, tel est le plan du premier ministre souverainiste hongrois Viktor Orban (Fidesz). Son discours annuel sur l’état de la nation, dimanche 10 février, fut l’occasion d’annoncer une série de mesures fiscales et d’allocations destinées à soutenir la natalité: une aide financière à l’achat d’un véhicule pour les familles nombreuses, une exonération d’impôts sur le revenu pour les mères d’au moins quatre enfants et un système de prêt immobilier particulièrement avantageux.

«Nous n’avons pas besoin de chiffres. Nous avons besoin d’enfants hongrois. Compenser par des migrants, c’est baisser les bras»

Viktor Orban

Les femmes de moins de 40 ans qui se marient pour la première fois pourraient souscrire un emprunt de 30.000 euros ; un tiers de la dette serait remis à la naissance du deuxième enfant et la naissance d’un troisième enfant mettrait fin au remboursement.

Le gouvernement n’a pas communiqué sur la manière dont il financerait ces mesures, qui pourraient coûter plusieurs millions d’euros. Elles font suite à une vaste étude sur les conditions de vie des familles menée l’an dernier par le gouvernement.

Viktor Orban, qui est lui-même le père de cinq enfants, ne manque jamais une occasion de conspuer l’Union européenne, qu’il juge responsable de la crise migratoire, l’accusant d’accueillir les migrants pour enrayer la baisse de la natalité. «Il y a de moins en moins d’enfants nés en Europe», a-t-il déclaré dimanche.

«Pour l’Occident, la réponse [à ce problème] est l’immigration. Pour chaque enfant manquant, il devrait en arriver un et ainsi les chiffres seront équilibrés. Nous, les Hongrois, voyons les choses différemment. Nous n’avons pas besoin de chiffres. Nous avons besoin d’enfants hongrois. Compenser par des migrants, c’est baisser les bras

» LIRE AUSSI – Viktor Orban essaie de stopper la dénatalité en Hongrie

.

Merci à Richard Mil qui nous a indiqué l’article ci-dessous :

En cinq ans, l’Italie a perdu plus d’un demi-million d’habitants

Une baisse des naissances conjuguée à une hausse des départs à l’étranger et à une immigration insuffisante a fait perdre plus de 500’000 habitants à l’Italie en cinq ans, a annoncé lundi l’Institut national des statistiques.

Au 31 décembre 2019, la population résidente en Italie était de 60’244’639 personnes, soit presque 189’000 de moins qu’il y a un an. Par rapport au 31 décembre 2014, l’Italie compte 551’000 habitants de moins, ce qui confirme la persistance de la baisse démographique qui a caractérisé ces cinq dernières années », écrit l’institut. Le pays pourrait repasser sous la barre des 60 millions d’habitants dans le courant de 2022.

Un record négatif de naissances a également été enregistré, avec 420’170 nouveaux-nés, soit 19’000 de moins que l’année précédente, pourtant déjà marquée par une dénatalité record. Par rapport à 1975, le nombre de naissances a été divisé par deux.

>> Lire à ce sujet: L’Italie atteint son niveau le plus bas de naissances depuis le XIXe siècle

Vieillissement accentué

« La dynamique naturelle négative de la population se poursuit et enregistre encore une fois un déficit significatif entre nouveaux-nés et décédés, en ligne avec la tendance négative depuis plusieurs années », a commenté l’institut, avec des décès dépassant de 214’000 unités les nouvelles naissances en 2019.

Les experts relèvent un « vieillissement démographique accentué » et constatent que les arrivées d’étrangers, qui ralentissent, ne font qu’atténuer la baisse globale de la population.

afp/vic

Publié Modifié

194 nationalités différentes

L’Italie accueille sur son territoire des citoyens de 194 nationalités différentes, dont une cinquantaine avec au moins 10’000 résidents dans la péninsule.

Les cinq premières nationalités sont les Roumains (1,208 million), les Albanais (441’000), les Marocains (432’000), les Chinois (305’000) et les Ukrainiens (240’000). Elles représentent à elles seules près de la moitié des étrangers présents en Italie.

Print Friendly, PDF & Email

9 réponses à “Démographie : l’Italie se plaint de ne pas avoir assez d’immigration… quand Orban encourage la natalité des Hongroises !”

  1. François des Groux François des Groux dit :

    Relancer la natalité ?

    C’était il y a 40 ans qu’il fallait le faire !

    Ce qui est possible en Hongrie risque d’aggraver la partition en Italie ou en France.

    Car la plupart des femmes musulmanes, suivant les recommandations de Mahomet, restent au foyer pour pondre des gamins.

    A moins de sélectionner les allocataires (mais comment ?), ce sont ces femmes qui bénéficieront en premier de ces mesures.

    On risque donc d’accélérer l’évolution de la démographie musulmane…

    • Avatar Karnyx dit :

      Nous ne faisons pas assez d’enfants en partie à cause du système libéral qui nous oppresse et nous empêche de construire une vie de famille normale.
      Parce que nous, nous avons des scrupules à faire des enfants, lorsque nous pensons ne pas pouvoir arriver à les nourrir décemment.
      Le cynisme de tout ça, c’est que ce système nous accable d’impôts pour payer d’autres personnes, qui n’ont pas les mêmes codes que nous, pour faire des enfants à notre place.
      Nous travaillons pour financer, à travers des impôts, notre propre destruction !

  2. Avatar ALPHA ... OMEGA . dit :

    Ce ne sont pas tous les Italiens qui se plaignent de ne pas avoir assez d’immigration , ce sont les Italiens mondialistes et combien sont-ils ?

  3. Avatar Tzel dit :

    Il est vrai que la loi Veil nous a fait très mal. Remplacer le manque de Blanc
    par de l’africains c’est pas sympa.
    Décidément , Giscard a tout raté. Comme Tous les énarques d’ailleurs.

    • Avatar Giovanni m. ( Calabria ) dit :

      Bonjour. Italie comme nombreux autres pays européens font le choix pour accueil massif de migrants , et il y a une bonne raison , notre famille exploitants agricole en Calabria profite aussi de ces valeureuses mains d’œuvre africaines qui ne coûte que 20€ pour 15h de travail, et sans aucune formalité,.. pourquoi sans priver.nous prenons. Exemple de.la France qui a pratiquer cela pendant un siècle dans les dom Tom. Au moins on ne pourra nous traiter de racistes, nous sommes des réalistes citoyens qui profitent avantageusement de cette invasion .et rassurez vous qu’ils pourront toujours êtres neutralisés si ils ne servent plus a rien.

  4. Avatar Hollender dit :

    En admettant et en espérant que le Général Martinez soit élu en 2022, il aura besoin d’un sacré coup de main de la population qui aura vote pour lui.
    Aux armes citoyens !!🇫🇷🇫🇷

  5. Avatar J dit :

    Enfant unique, je voulais absolument avoir deux enfants. Maintenant que j’ai mon aînée, je désire encore plus ardemment le second, histoire qu’elle ne soit pas seule. Mais aussi, tout au fond de moi, parce que ça fait chier la bien-pensance qu’il y ait une deuxième petit Blanc français.
    Même si je sais que ça ne pèse pas lourd face à la démographie galopante des afro-muzz.

  6. Avatar Dorylée dit :

    Si les Italiens ont vraiment envie de migrants, on pourrait peut-être leur refiler les nôtres?….

  7. Avatar Soudibor dit :

    Quelle Italie se plaint, et veut plus de migrants ?
    Certainement pas celle de Salvini, qui voulait, lui, encourager la natalité des Italiens de souche. Ce sont toujours les mondialistes qui se plaignent de la dénatalité et justifient ainsi le besoin de toujours plus d’immigration, argument que gobent trop de naïfs qui ont déjà abandonné, et accepté le scénario d’une disparition prochaine des Européens.
    Le discours n’est pas diffusé, bien sûr, qui dit au contraire qu’on n’a pas besoin de plus de personnes, et que c’est plus la qualité des habitants qui compte, et non uniquement la quantité. Il y a 50 ans en arrière, ou plus, on avait moins d’habitants, mais ils avaient du courage, pour travailler, et pour se défendre, ils avaient encore une conscience de leur identité. C’est cette conscience de soi, de son histoire, qui est détruite peu à peu par les nihilistes qui veulent eux-mêmes disparaître, et nous faire disparaître avec eux.
    A quoi ça servira d’avoir des millions d’incapables en plus ? On ne saura pas leur donner du travail de toutes façons. C’est pas eux qui payeront les retraites des citoyens du futur, contrairement à ce qu’on veut nous faire avaler. Ils ne sont pas là pour payer nos retraites, mais pour nous détruire, détruire notre civilisation, et la remplacer (par le ‘grand merdier’ que craignait Louis Leprince Ringuet)
    Les Japonais qui sont aussi confrontés à un problème de dénatalité l’ont bien compris, et la conclusion de plusieurs études qu’ils ont menées était: « ne surtout pas suivre l’exemple des Européens et leurs politiques d’immigration massive de personnes sans qualification ». Eux aussi ils pensent aux retraites de leur population, mais ils cherchent plutôt des solutions dans les technologies, dans la robotique, et dans une évolution de l’économie et des méthodes de production. C’est des robots qui cueilleront leurs tomates, c’est pas des immigrés maliens !
    De toutes façons même en relançant la natalité européenne, même s’il faut la soutenir, ce n’est pas avec nos méthodes actuelles qu’on va pouvoir endiguer bientôt 2 milliards d’africains juste en face de nous, et des musulmans qui font dix gosses par famille. Si on veut survivre il va falloir complètement changer de façon de faire. Mais pour ça il faut de la détermination, du courage, et un sacré changement de mentalité.

Lire Aussi