Quand aurons-nous notre Orbán, celui qui n’abandonnera jamais ses officiers, lui ?


Quand aurons-nous notre Orbán, celui qui n’abandonnera jamais ses officiers, lui ?


Ce qui suit est la traduction d’un article publié par  » Hungary today  » le 27 juin dernier .

https://hungarytoday.hu/orban-hungary-will-never-abandon-its-officers/  

_____________

Orbán : la Hongrie n’abandonnera jamais ses officiers

La Hongrie n’abandonnera jamais ses « officiers en uniforme », a déclaré samedi le Premier ministre lors d’une cérémonie de remise des diplômes à la police nationale, à la gestion des catastrophes et aux agents pénitentiaires à l’Université nationale de la fonction publique.

« L’avenir de ceux qui portent l’uniforme ne semble pas être simple », a déclaré Viktor Orbán, ajoutant que le monde assistait à « des développements surprenants et bouleversants ».

« Les pays riches ont vu leurs systèmes de santé s’effondrer en quelques jours, les pays riches sont sur le point de s’effondrer financièrement et les
grandes villes connaissent des vagues de violence sans précédent« , a déclaré Orbán.
Les forces de l’ordre et les forces armées [ y ] « sont humiliées à la fois dans la rue et en politique« , a déclaré le Premier ministre. 
«Les policiers [ y ] sont qualifiés de racistes car leur statut public est démoli avec des statues. 
L’État et la loi se sont retirés de la rue. »

« Mais la Hongrie n’est pas et ne sera jamais ce genre de pays », a déclaré Orbán. 
Les finances de la Hongrie sont en ordre, son économie est saine, les gens sont disposés et capables de travailler et le potentiel de croissance du pays est fort », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a également déclaré que «toutes les vies comptent» en Hongrie. 

« Nous préférons un monde où règne l’ordre, où le bon sens prévaut, où la loi protège les innocents plutôt que les criminels, un monde dans lequel nous nous protégeons contre la migration et où les ressources sont investies dans les familles et les enfants », a-t-il déclaré.

Afin de préserver ce genre de monde, la Hongrie aura besoin de l’engagement, de la compétence et de l’éthique de travail honnête de ses officiers nouvellement diplômés, a-t-il ajouté.

Orbán a également parlé de l’importance du patriotisme, affirmant que la légalité, la loi et l’ordre étaient au cœur de la Hongrie.

«Le patriotisme au quotidien signifie sentir que le pays dans lequel on vit est sa patrie dont il n’y en a qu’un», a déclaré le Premier ministre. 

«Si ceci [notre patrie] est perdu, on ne peut continuer sa vie que dans un endroit qui appartient à quelqu’un d’autre et où nous ne pouvons qu’espérer être tolérés ou, dans le meilleur des cas, acceptés

«Nous sommes donc prêts à le préserver et, si nécessaire, à nous battre de génération en génération, car c’est la chose la plus précieuse que nous pouvons transmettre à nos enfants», a déclaré Orbán, ajoutant que le sentiment de patriotisme «nous lie à un destin partagé qui est grand et unique ».

Ce sentiment est particulièrement fort chez les Hongrois, a-t-il déclaré, ajoutant que sans patriotisme, la Hongrie n’aurait guère pu survivre aussi longtemps.

Le Premier ministre a ajouté que si les officiers nouvellement diplômés visaient à être de bons policiers, pompiers et agents d’intervention en cas de catastrophe, ils auraient également besoin de l’estime de soi.

image sélectionnée via Szilárd Koszticsák / MTI

_____________

Quand aurons-nous notre Orbán ?

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




5 thoughts on “Quand aurons-nous notre Orbán, celui qui n’abandonnera jamais ses officiers, lui ?

  1. Avataryvank

    La république en marche nous aura permis d’avoir des centaines de milliers de futures chômeurs en plus, avec l’Afrique noire et l’Afrique arabe inscrites aux allocations familiales et à la sécurité sociale. Je crois ne pas me tromper en supposant qu’une très grande partie de ce peuple bienfaiteur n’est pas encore comptabilisé parmi les chômeurs l’allocation qu’ils perçoivent ne sortant pas de la caisse chômage. Ce qui permet à l’en marche d’afficher de temps à autre une baisse du chômage. L’intéressant va être le moment où il va falloir comptabiliser tout ça. Un président comme Orban nous aurait évité cette catastrophe africaine et l’emprise islamique sur nos institutions.

  2. frejusienfrejusien

    Un homme solide, plein de bon sens, qui oriente correctement la politique de son pays !!

    Nous avons de sacrés guignols, pour ne pas dire des guignolos, des cagoles et autres olibrius qui nous mènent droit vers la destruction

  3. AvatarDorylée

    C’est ^pas demain la veille que ORBAN mettra un genou à terre devant un africain clandestin. Aujourd’hui, les Français se demandent QUI va remplacer les Castaner, Belle ou bête, Si Bête, trop bête, très bête et autres hurluberlus incapables…..

  4. AvatarGégé le gaulois

    Notre Orban nous avons eu, c’était Jean Marie, il aurait été un grand Président , malheureusement aucun autre pourra sauver ce pays ,désormais a agonie. Le grand changement est a son terme, il ne reste que 3 options , ce soumettre a envahisseur islamisé , le combattre ou fuir choisissez votre option

Comments are closed.