Emeutes : les parents des prétendues victimes n’ont pas bien élevé leurs gosses, ils en récoltent les fruits


Emeutes : les parents des prétendues victimes n’ont pas bien élevé leurs gosses, ils en récoltent les fruits

Illustration : A Trappes, des racailles tapant des profs avec des barres de fer. C’est quoi leurs excuses ? Qu’est ce qui peut justifier une telle violence ? Avis aux gauchos amateurs d’excuses bidons !

.

Je suis une mère donc je sais ce que l’on ressent quand son enfant est en danger, malmené ou tout du moins rencontre des difficultés quelles qu’elles soient. C’est normal d’être du côté de sa progéniture, de se faire du souci. C’est normal de se faire un sang d’encre pour elle, de vouloir la protéger, de vouloir le meilleur pour elle. Je ne remettrai jamais cela en question dans la mesure où moi-même, j’ai ce genre de sentiments. Oui bien sûr !

Tous les jours, je me démène pour éduquer mes enfants, leur transmettre des valeurs, les aider à bien apprendre, à être attentifs à l’école, respecter les autres et se faire respecter.

Je les aide aussi à créer de belles amitiés avec d’autres enfants. On invite à la maison avec papa et maman qui préparent de bons repas, goûters, collations. On emmène au cinéma, on va se balader et faire des pique-niques dans des endroits agréables où l’on peut jouer en toute quiétude. On accompagne pour aller aux anniversaires, pour se rendre aux invitations…

Somme toute, des choses de la vie qui sont, dans un monde tel que la France, communes et anodines.

Bien sûr, les parents ont le droit d’aimer leurs enfants, de les défendre. Bien sûr, comme je l’ai dit en préambule, tout cela est naturel.

Combien de fois, n’ai-je pas été parent délégué, accompagnateur quand l’école avait besoin de bonnes volontés ? Pourtant, tous les jours, quand je rentre du travail, fatiguée, rincée par des usagers de plus en plus exigeants, sans gêne, j’accompagne mes enfants dans leurs apprentissages. Je m’occupe avec leur père de l’intendance de la maison pour leur rendre la vie agréable.

C’est le moins que l’on puisse faire quand on a décidé d’être parent, on est bien d’accord. Ce n’est pas tous les jours faciles mais incontournable dans la vie d’un parent digne de ce nom. Je crois profondément que ce rôle ne doit pas être pris à la légère, il doit être assumé. Il apporte tellement de satisfaction dans une vie quand il est voulu, attendu.

 

Mais il y a un mais à tout cela, je veux bien être du côté de mes enfants à condition qu’ils soient des êtres responsables, travailleurs, conscients de leurs avantages et respectueux d’autrui, respectueux de leur environnement. Je ne serais pas d’accord si j’apprenais que l’un de mes enfants harcèle, rackette, bastonne, violente, pratique le dénigrement de personnes handicapées, faibles et autres. Je ne le supporterais pas et surtout cela serait suivi de sanctions exemplaires.

Heureusement, cela n’est pas le cas, je dois tout de même dire que cela n’est pas dû au simple fait du hasard. On a le résultat de ce que l’on sème. Vous apprenez à vos enfants le respect, les bonnes manières, curieusement, c’est ce que vous obtenez.

Les enfants ont des droits mais aussi des devoirs et cela, ils doivent le savoir dès leur plus jeune âge. Bizarrement, cette philosophie de vie se termine quasiment toujours par donner des individus équilibrés !

 

Et que se passe-t-il, quand on laisse ses enfants errer dans les rues jusqu’à point d’heure, sans règles ni limites voire même avec l’aval parental pour faire tout et n’importe quoi, quand on leur apprend à haïr, défier tout ce qui bouge ? On peut être sûr d’obtenir un délinquant en bonne et due forme. On peut être sûr de se retrouver avec un fou furieux entre les mains. On ne doit pas s’inquiéter, cela arrivera sans conteste. Et ce n’est pas la peine d’aller se plaindre ou accuser les autres de son malheur car à force d’avoir donné des droits en veux-tu en voilà à ses enfants, on a programmé sa progéniture pour ce qu’elle est devenue, des bêtes féroces ingérables. Tous les allers retours entre son domicile et la prison, leur deuxième maison, incommodent et mettent dans tous ses états, mais il fallait y penser avant.

Même ainsi, on continue à accuser les autres de son malheur. Ce n’est jamais soi le responsable, ce n’est jamais de sa faute, c’est toujours celle des autres, avec la justification du racisme en tête. Ah ! Le racisme comme il a bon dos celui-là, pour lui faire endosser toute sa bêtise, tous ses manquements, pire sa mentalité qui fonctionne à contre-courant de toute logique. Les valeurs de ces gens sont inversées. Ne cherchons pas, nous savons d’où cela peut venir, eh oui encore lui, l’inégalable islam, lui qui transmet tout ce qu’il y a de plus vil en ce bas monde.

Même ainsi, on continue sur la même voie et ne cherche pas à rectifier le tir, persuadé d’être la meilleure communauté, infaillible, intouchable, et j’en passe dans leur délire messianique.

Délinquance des mineurs : la République en quête de respect (rapport de la commission d’enquête sur la délinquance des mineurs ) (rapport)

D. UNE SURDÉLINQUANCE DES JEUNES ISSUS DE L’IMMIGRATION

https://www.senat.fr/rap/r01-340-1/r01-340-117.html

.

Mon fils avait un camarade de classe, un Arabo-musulman, qui se comportait horriblement avec les autres, un sale gamin prenant un malin plaisir à insulter, rabaisser plus bas que terre. Un pervers gratiné, pédant car lui arabe, musulman donc de fait meilleur que les autres, ce que monsieur était persuadé d’être. Sa mère, quoi qu’il fasse, disait de lui qu’il était parfait et que le rappel à l’ordre de ses professeurs n’était pas justifié, mais bien le fait de leur racisme envers lui.

Son père avait été convoqué par l’école pour être informé de son comportement mais le pater familias, bien sûr, n’avait rien voulu savoir et était singulièrement agressif avec l’équipe enseignante.

Mon fils faisait partie de ceux qui avaient fait les frais de sa méchanceté et de son harcèlement. On lui avait demandé de témoigner des agissements de cet énergumène, et pour cela, la mère avait été en pétard contre nous. Elle voulait à tout prix en découdre avec moi (pour la responsabilité de son enfant que nenni, il n’en était sûrement pas question, en revanche mon fils, lui, était la source de ses problèmes). Ce n’était pas la faute de son sale gamin faisant souffrir les autres, dont le mien que j’avais récupéré en vrac et moi avec, j’avais cru défaillir quand j’appris l’étendue des dégâts, ce qui s’était passé à mon nez et à ma barbe. Non, la faute venait des victimes qui se plaignaient mais sûrement pas de lui l’agresseur, le terroriste du quotidien, le quidam faisant souffrir, faisant douter les pauvres enfants interdits de défense.

 

Il fallait que nous nous écrasions, que nous nous laissions faire par son infâme rejeton pour que madame, s’il vous plaît, puisse vivre sa vie en toute quiétude. Il fallait que nous l’aidions à garder ses illusions, son fils était la septième merveille du monde. De notre souffrance, des nuits blanches de notre fils, de son dégoût d’aller à l’école, non tout cela, il n’en était pas question. C’était nous les salauds car nous étions les grains de sable dans leur machine bien huilée, celle qui décrète que les enfants de momo ont tous les droits, le droit d’emmerder, de terroriser, de mentir, de se faire passer pour d’éternelles victimes.

 

Aussi, toujours la même rengaine quand vous allez dans un endroit ludique pour vos enfants et que celui-ci est peuplé, pour une part, par une faune islamique.

Quand mes enfants étaient jeunes, ils aimaient fêter leur anniversaire à l’extérieur avec des thèmes, et l’un de leurs favoris était celui des parcs d’animation qui proposent des grands toboggans, des piscines à balles géantes, des trampolines…

Pour eux, c’était l’assurance d’une super journée avec les copains, à l’occasion de cet événement spécial. Mais il y a un hic, dans ces lieux très appréciés par les enfants se trouve souvent une faune indomptée, des enfants de momo prêts à en découdre pour un oui pour un non. Ils veulent toujours être les premiers, dans les files d’attente pour accéder aux jeux, ils n’hésitent pas à bousculer, menacer, empêcher même les autres d’accéder aux différents espaces de jeu. Si les enfants se rebellent et rendent les coups donnés, eh bien ceux-ci vont chialer dans les jupons de leur chère maman, soit dit en passant souvent voilée, c’est mieux ainsi n’est-ce pas ?

9 fois sur 10, ces harpies débarquent manu militari pour remettre en place les contrevenants à l’ordre mahométan, les empêcheurs de tourner en rond. Si vous avez le malheur de venir simplement dire qu’il faut rappeler aux enfants les règles les plus élémentaires de vie et de partage des espaces communs, que l’on ne doit pas prendre partie mais amener chacun à respecter ces dites règles, eh bien là, vous en prenez pour votre grade. Cela peut très facilement partir en pugilat, si ce n’est qu’il faut hausser le ton pour vous imposer face à ces gens qui n’attendent qu’un seul moment de faiblesse de votre part, pour vous réduire en miettes. Et croyez-moi, je n’exagère pas, les Arabo-musulmans, eux-mêmes, entre eux se le disent entre quatre yeux, cette propension à écraser l’autre, à écraser le gentil, celui qui privilégie le dialogue ! La politique du bâton n’est un secret pour personne en zone arabo islamique !

.

Quelle est donc la raison qui m’amène aujourd’hui à aborder ce sujet ô combien récurrent ? La violence, la délinquance largement présente dans la population mahométane !

Ce sont les articles traitant des pleurnicheries de la sœur d’Adama Traoré, du père de Sabri… qui m’amènent à aborder ce sujet plus que rageant, horripilant, rendant fou de colère. Et puis pour couronner le tout, la pauvre nase, Camélia Jordana, celle qui a inventé le fil à couper le beurre, venue en rajouter une couche dans la mauvaise foi caractérisée, dans la lecture inversée des situations.

https://fl24.net/2019/07/25/acharnement-judiciaire-de-la-famille-du-voyou-adama-traore-mort-apres-son-interpellation/

https://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/02/31001-20160802ARTFIG00201-affaire-traoreinversion-accusatoire-et-manipulation-victimaire.php

Toutes les situations où des personnes sont mortes lors d’interpellation, sans aucune exception, concernent des voyous sans foi ni loi, qui mettent en danger la vie des autres, agressent, se foutent comme de leur première chemise de la douleur, de la souffrance de leurs victimes.

De même, pour toutes ces mères, pères, frères, sœurs, qui hurlent au scandale dans les tribunaux quand leurs sauvageons sont condamnés. Ils pleurent, pestent contre cette sale France qui leur prend leur enfant. Jamais au grand jamais, ils ne pensent un seul moment aux méfaits commis, à la douleur des victimes et leur famille causée par leur progéniture, leur rejeton. Cela bien sûr, ça n’est même pas abordé, seuls comptent leur désarroi, leur sacro-sainte douleur.

Les parents de ces monstres, bien sûr, en pleurant ainsi sur le pauvre sort de leur enfant, cassent les pieds de tout le monde avec leurs différentes manifestations de scandalisés. Et si les vraies victimes, elles, se mettaient à adopter leurs attitudes. Que diraient-ils ces enflures ? Manifestations de racistes, de pauvres chochottes, de fils à papa, que sais-je encore ! C’est ce qu’ils font habituellement quand on vient dénoncer leurs comportements agressifs, leurs attitudes incommodantes…

Alors, comme je l’ai dit, en préambule, bien sûr, quand on est parent, on n’a pas envie qu’il arrive malheur à son enfant. Oui ! Bien sûr ! Mais ces gens par leurs attitudes merdiques, leur éducation daubée pendant des années ont perdu ce droit. Oui perdu ce droit et ne méritent aucune compassion, empathie ! Car par la faute de leur progéniture ensauvagée, la vie de beaucoup de citoyens paisibles est régulièrement gâchée. Ces gens sont aveugles et sourds à la souffrance d’autrui et il faudrait, nous, que l’on soit solidaire de tels individus !?!?

Le parallèle est à faire avec la fable de La Fourmi et La Cigale de Jean de La Fontaine, quand la première dit à la seconde :

« Que faisiez-vous au temps chaud ? Dit-elle à cette emprunteuse.

— Nuit et jour à tout venant

Je chantais, ne vous déplaise.

— Vous chantiez ? J’en suis fort aise.

Eh bien ! Dansez maintenant. »

Ces Arabo-musulmans, ces musulmans de tout bord, qui pleurent maintenant, quand il fallait éduquer, apprendre à respecter les règles, les lois, eux, en dispensaient leurs enfants, surtout les mâles. Ils leur permettaient de n’en faire qu’à leur tête. Eh bien maintenant, ils récoltent les effets de leur suffisance, de leur bêtise.

Morale de l’histoire, quand il fallait prévoir le long terme, eux, ils ne voyaient que le bout de leur nez, l’admiration inconsidérée pour leur descendance, sans recul aucun.

« Eh bien ! Dansez, riez maintenant ! »

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Samia

Apostate de l'islam, islamophobe et fière de l'être, je me sens comme Dihya, la reine des Berbères, qui a combattu l'envahisseur musulman sans jamais faiblir. Bien sûr, je ne combats pas par l'épée mais par les mots que l'on peut parfois, quand ils sont bien choisis, comparer à des flèches bien aiguisées.


12 thoughts on “Emeutes : les parents des prétendues victimes n’ont pas bien élevé leurs gosses, ils en récoltent les fruits

  1. AvatarChristian

    Que Nenni leurs parents leur ont appris ce qui fait les bases de leur vies : la religion qui implique le djihad qui dans le cas de la France est d’islamiser notre pays…. Quand vous priez 5 fois par jour, que vous ne mangez et ne buvez pas pendant 1 mois que vous dit inchalah a chaque fin de phrase,…il ne reste pas beaucoup de temps pour s’instruire et aimer le pays qui nous nourrit mais ils s’en tape de notre pays puisque grâce à cette incurie ils iront au paradis.

    1. AvatarMonique

      Pour ça les noirs en France en sont les pionnēs de la victimisation haineuse anti-blanc complexés . Il suffit de voir sur les chaînes des You Tubeurs haineux .Il y a que j ´ai suivie pratiquement chaque soir une arfocentriste panafricaine haineuse anti-blanc négationniste se lâche vers 21h 00 sur les vilains blancs responsables de presque tous les malheurs des noirs .

  2. AvatarMachinchose

    Bonjour et merci Samia

    a Trappes le collège Youri Cacarine peut se flatter d’avoir eu comme elèves Jamel debouze, omar sy et un neveu comme une nièce a moi

    les deux premiers et leurs etudes-garderie ont eu un parcours discriminés trés positivement et on sait tous la suite, mes neveux ont passé leur bac il y a 30 ans et ont, a force de travail et de suivi de leurs parents, obtenu des situations honorables

    mais le grand dadais a grosses lèvres et le petit cafard , eux, plebiscités par les medias et autres léche-babouches ont « réussi » il est vrai
    le grand dadais crèche dans un quartier chic de los angeles et le petit cafard rabougri surl’ ile saint louis (malgré tous ses efforts pour tenter d’ habiter Place des Vosges), a ce propos, la chèvre maléfique Djacte Langue adore les arabes au boulot, mais pas dans dans son quartier a 40.000 euros le M2

    voila ou ça nous a menés d’ accueillir toute cette afrique grise et noire qui s’ est précipitée vers notre France aprés avoir obtenu ses indépendances soldés

    et avec qui il aurait suffit de rapport courtois sans rien de plus…

    et il y en a qui s’ étonnent de cette haine qui a envahi le vrais français, les patriotes, les natios………..Tous ces importés que je ne peux plus subir et qui etalent leur volonté de nous remplacer avec leurs comportements de sauvages

    vite! vite !! le moment ou ça doit péter

  3. AvatarMountain

    Bravo Samia vous avez tout dit et c’est tellement vrai,pour certains quoique fassent leurs enfants c’est bien et effectivement quand ils font des c…..ries c’est encore de la faute des autres.,et ils viennent pleurer si ils leur arrive malheur .

  4. Avatardenise

    C’est clair Samia ! un autre élément , c’est que ces populations, dans leur pays font de la  » garderie familiale », comme vous le savez ! le grand père, la grand mère ou les oncles élèvent l’enfant au même titre que les parents, puisqu’ils sont dehors, et dans le temps, l’habitation était un carré ..tout le monde vivait ensemble ..je le sais pour l’avoir expérimenté, les portes ne sont jamais fermées et on peut rentrer dans l’habitation sans y être invité ! en France, cela a été dit dans plusieurs émission, ou lors de procès pour leur dire qu’ils étaient responsables de leur progéniture, ou lors de convocation scolaire.. les parents se sentent , « encore  » déchargés  » de leur responsabilité à cause de leur culture! Les éducateurs eux même ne comprennent pas qu’ils ont dans un autre pays !! il y en a un, souvent invité sur les plateaux qui parlait de racisme sur sa messagerie …Quand nos gouvernants successifs vont ils comprendre ce que nous vivons, quand vont ils comprendre QU ILS SONT SEULS RESPONSABLES DE CE QUI SE PASSE AUJOURD HUI , quand ils continuent de faire rentrer des populations encore plus disparates comme les afghans, libyens, irakiens .. etc ! Le face à face de Collomb, nous y sommes avec cette dernière manifestation qui n’a pas eu d’échos , envers ce président si prompt à s’exprimer en temps normal , c’est à dire tous les jours , curieux ! un français s’est exprimé à midi, au sujet de la mort de Traoré …pourquoi continue t on de laisser entrer des populations alors qu’il n’y a pas de travail ! car disait il , c’était bien une population « de travail  » qui venait en France, avant ! Aujourd’hui cette guerre civile que l’ont voit venir à grand pas, ( prononcée par P.Praud, a midi ) est de LA SEULE RESPONSABILITE DE NOS GOUVERNANTS ! on se demande si ils ne l’espèrent pas puisqu’ils n’ont rien changé depuis 40 ans !

  5. MichèleMichèle

    Non, Samia, il n’y a pas d’erreur, ni de faute d’éducation.
    C’est une éducation, certains diraient, comme une autre!

    Ces gamins sont éduqués dans la guerre, pour la guerre.
    Un point, c’est tout.
    Le boulot est fait, et bien fait, de leur côté, bien sûr.
    Le but réel est:
    LE GRAND REMPLACEMENT
    Toute autre considération est de l’utopie.

    Les momos éduquent parfaitement leurs gamins pour qu’ils fassent ce pour quoi ils ont été pondus !!!!!!

    Eduquons nos gamins à se défendre honnêtement, ce n’est pas du tout facile dans le contexte actuel.
    Conclusion: Changeons le contexte !

    Gérard

  6. AvatarLéon de Lusignan

    Bonsoir Samia, je vous approuve à 100%, je vais être synthétique,
    Les musulmans restent dans leur communauté chez nous et refusent de s’assimiler à la culture de la France qui n’est pas musulmane, ils sont en dar El Harb, tout les crimes et delis qu’ils font à notre encontre chaque jour sont hallal dans la charia et se considérant comme la meilleur communauté élue d’allah, ils n’ont aucun sentiment de remords, ils ne comprennent et ne respectent que la force et la soumission, ils ne feraient pas le centième des violences, vols, crimes et viols qu’ils font ici au bled en dar el iislam. Je parle aussi bien des parents que des enfants. C’est monstrueux. Je sais que vous savez cela, mais cela fait du bien de le dire en espérant que les islamocollabos, les juges etc.. ouvrent les yeux et réagissent.
    Islam Assassin. Islam dehors.

  7. AvatarRaymond MESTRE

    Que voulez vous les Muzz et les blacks se regroupent facilement tandis que nous les blancs individualistes voir dans les transports commun tram bus ou dans les parcs on se retrouve seul et n’ose rien dire de peur pour sa survie même chose dans l’éducation nationale

    1. Avatarbm77

      Notre réaction est normale Raymond Mestre dans le contexte d’une République Française , où les clans communautés et tribus n’ont pas lieu d’être . C’est l’individu qui prime et nos institutions sont garantes de nos liberté et notre sécurité en tant que Français . Ce sont les droits de l’homme qui nous les garantis , logiquement. Sauf que ceux ci sembleraient de plus en plus ne s’appliquer que sur des critère raciaux . Puisque nombre de Français dans l ‘exercice de leur métier se sont fait harceler ou molester pour n’avoir fait que leur boulot et ceci par des groupes ou des clans de plusieurs individus. Des enfants ont été jusqu’à se suicider et sans parler de ceux qui souffrent en silence tout cela sous le joug de la groupes souvent réunis sous la bannière d’une croyance ou d’une race . Il y a plusieurs facteurs qui ont par contre changé la donne à mon avis. Oui notre individualisme est logique nous sommes des citoyens égaux et ne réagissons pas en groupe sauf que le consumérisme nous a transformé ,d’individus citoyens, en individus consommateurs exclusivement . Et il n’y a rien de plus isolateur que les achats qui sont définis par les désirs profonds de chacun alors qu’il n’y a rien de plus rassembleur qu’une République qui parle au nom de tous , qui est le bien commun qui nous permet de vivre dans un monde civilisé.
      Les politiques ont poussés les gens dans le sens de plus d’individualisme consommateur quand dans le même temps ils favorisaient les communautés raciales et religieuses, empressés qu’ils sont de réaliser la société d’après
      Tout cela n’est pas incompatible et est en réalité une société calquée sur celle des EU. Sauf que nous n’avons pas la même réalité historique et que ce modèle qui nous est imposé ne repose que sur une vision exclusivement économique des choses. Les communautés font leur lobbying en avançant leur pion sachant qu’ils sont reçus cinq sur cinq par les dirigeants, y compris en voulant bruler les étapes tellement les appétits sont grands , pressés que sont les opportunistes de tout poil. Les émeutes raciales en sont des exemples . En face nous avons des Français sidérés qui ne savent plus où ils habitent et ne savent pas comment donc réagir dans certaines situations, alors que si ils devaient réagir en groupe dans une société normale ce devrait être pour défendre la République contre ceux qui la remettent en question tout les jours ;

  8. Avatarxav

    Y a t’il des personnalités qui manifestent contre cette violences venant des musulmans dans les écoles dans les zones de non droit ou la police les pompiers les éboueurs se font caillasser après on se demande pourquoi la police est violente avec eux

Comments are closed.