La vérité sur le conflit Israelo-“Palestinien“ (1) : il n’y a jamais eu de peuple palestinien avant 1967


La vérité sur le conflit Israelo-“Palestinien“ (1) : il n’y a jamais eu de peuple palestinien avant 1967

.

La vérité sur le conflit Israélo-“Palestinien“ (1/8)

Nous avons trop longtemps dormi et pendant ce temps les Arabes soi-disant palestiniens bombardaient le monde occidental de propagandes fausses mais qui peu à peu s’implantaient dans notre inconscient.

Ils disaient à peu près tout et n’importe quoi et jetaient des mots, sans se soucier de leur véracité, des mots comme apartheid, massacre, génocide, Gaza camp de concentration, Gaza prison à ciel ouvert, crimes de guerre etc…

Si je fais un reproche à l’Etat d’Israel et au CRIF c’est de ne pas avoir pris au serieux cette menace et de ne pas avoir déployé les moyens financiers, intellectuels, emotionnels, artistiques et techniques pour contrer cet empoisonnement insidieux…

J’ai donc décidé de commencer seul, d’écrire des articles dans Alyaexpress News et Résistance républicaine et de hurler sans relâche dans le désert.

Je suis heureux de constater aujourd’hui que je ne suis plus seul et je remercie Frédérique, ma lionne de Judée, qui se bat à mes côtés. Et pour vous tous qui avez décidé de vous engager et de vous battre pour nous et pour Israel

Voici un manuel de contre-propagande offensive!

                                                     Sommaire

1) Il n’y a jamais eu de peuple palestinien avant 1967  ;  2) Les juifs n’ont jamais chassé les Arabes en 1948

3) Jerusalem n’a jamais été la 3ème ville sainte de l’islam ;  4) Colonies? Vous avez dit colonies???

5) Crimes de guerre à Gaza??? ;   6) Gaza, camp de concentration???

7) Israel, un Etat d’apartheid??? ;  8) Conflit israelo-palestinien: La paix est-elle possible?

Nous traiterons un chapitre par semaine en moyenne

 

1) Il n’y a jamais eu de peuple palestinien avant 1967

  “Plus le mensonge est gros, plus il passe,

                                                            Plus souvent il est répété, plus il est cru“

                                                                                                 Joseph Goebbels

 

Il n’y a jamais eu d’état indépendant appelé Palestine!

Il n’y a jamais eu de peuple palestinien !

Vérifiez dans vos livres d’histoire !  Vérifiez sur Google la liste des rois, présidents, empereurs, premiers ministres d’un tel pays. Vous ne trouverez même pas un chef de tribu, ni au 20ème siècle, ni mille ans plus tôt.

« Il n’existe aucun pays du nom de Palestine. La ‘Palestine’ est un terme inventé par les sionistes. Il n’y a pas de Palestine dans la Bible. Notre pays a fait partie pendant des siècles de la Syrie. La ‘Palestine’ nous est étrangère. Ce sont les sionistes qui l’ont introduit»- Ouni Bey Abdul-Hadi, leader arabe syrien

« Il n’existe pas de peuple palestinien, il n’existe aucune entité palestinienne, il y a seulement la Syrie. Vous êtes partie intégrante du peuple syrien, la Palestine est une partie intégrante de la Syrie. C’est pourquoi, nous sommes, nous les autorités syriennes, les véritables représentants du peuple palestinien « -. Dictateur syrien Hafez el-Assad au chef de l’OLP Yasser Arafat.

« Il n’y a nulle part dans l’histoire, quelque chose comme la Palestine, absolument pas.» – Le professeur Philip Hitti, historien arabe

« Il est de notoriété publique que la Palestine n’est rien d’autre que la Syrie du Sud. »– Le Représentant de l’Arabie saoudite à l’Organisation des Nations Unies (Cherson et Molschky)

Le représentant du Haut Comité arabe aux Nations Unies déclara en 1947 : « La « Palestine » fait partie de la province de Syrie. Les Arabes vivant en Palestine ne sont pas indépendants dans le sens qu’ils ne constituaient pas une entité distincte. »

Le roi Hussein de Jordanie répéta plus d’une fois : « Il n’y a aucune distinction entre la Jordanie est la « Palestine ». »

Ahmed Shuqeiri (ex-président de l’OLP) déclara : « La « Palestine » ne fut jamais rien d’autre que la Syrie du sud. »

À cette époque, les Arabes (ainsi que tout le monde) n’ont jamais soulevé la question d’un État « palestinien » car les Arabes eux-mêmes n’exigeaient pas d’État pour un peuple qui n’existait PAS !

La « Palestine » n’a jamais constitué un pays et le concept même de « Palestine » n’existait pas dans l’Empire ottoman !

Le mot même de « Palestine » (ou mot équivalent désignant cette région) n’était quasiment pas utilisé chez les Turcs et les Arabes. Il n’y avait ni État ni peuple « palestinien ». Les Arabes vivant en Terre d’Israël se considéraient comme Syriens ou Égyptiens.

Voici la définition de la Palestine dans le Larousse de 1925 :

PALESTINE : contrée de la Syrie, entre la Phénicie au Nord, la mer Morte au Sud, la Mediterranée à l’Ouest, et le désert de Syrie à l’Est, arrosé par le Jourdain. C’est une bande de terre étroite, resserée entre la mer le Liban, et parcourue par le Jourdain, qui s’y jette dans la mer Morte. Elle est appelé aussi, dans l’Ecriture sainte, Terre de Chanaan, Terre promise et Judée. C’est aujourd’hui [en 1925 donc] un Etat juif sous le mandat de l’Angleterre ; 770.000 habitants. Capitale Jérusalem.

Recherchez dans google: „Palestine Larousse 1939“ et vous obtenez cela!!!

Et si cela ne vous suffit pas, voici une video de Fathi Hammad Ministre de l’interieur et de la sécurité nationale du Hamas qui déclare: „La moitié des palestiniens sont des Egyptiens (comme Yasser Arafat) et l’autre moitié sont des Saoudiens“ (il oublie les jordaniens comme Mahmud Abbas)

http://www.jihadwatch.org/2012/04/hamas-official-admits-palestinians-are-invented-people-says-half-are-egyptians-and-half-are-saudis

À ceux qui aiment les lecons de l’histoire:

La propagande de l’OLP a fait passer l’idée d’une nation « palestinienne » occupant de toute éternité un territoire lui appartenant avec Jérusalem, ville arabe, lieu saint de l’Islam, comme capitale.

Or on n’en retrouve nulle mention dans l’histoire réelle, telle qu’elle ressort des travaux des historiens et des écrits des grands témoins.

L’immigration juive avait commencé dès 1880, sous l’administration turque, qui l’avait autorisée et la voyait même d’un bon œil car cela pouvait revigorer une région quasi désertique, peuplée d’environ 400.000 habitants, mais dans laquelle la continuité d’une présence juive, notamment à Jérusalem et Sfad, est attestée.

.

La découverte d’un ouvrage historique capital sur cette question, écrit à la fin du XVII ème siècle, apporte d’ailleurs un éclairage de la plus haute importance.

“Voyage en Palestine“, est le titre d’une œuvre écrite en 1695, par Hadrian Reland (ou Relandi), cartographe, géographe, philologue et professeur de philosophie hollandais. Le sous-titre de l’ouvrage, rédigé en Latin, s’intitule : “Monumentis Veteribus Illustrata”, édité en 1714 aux Editions Brodelet.

L’auteur de cet ouvrage, l’un des premiers orientalistes, connaissait les langues, hébraïque, arabe et grecque (ancien). “Palestina” : un ouvrage historique essentiel

En 1695, Relandi est envoyé en voyage d’études en Israël, en Palestine d’alors, pour un objectif bien spécifique : recenser plus de 2500 lieux (villes et villages) apparaissant dans le texte de la Bible ou de la Michna, dans leur appellation originelle. A chaque fois, Relandi y mentionne le nom hébraïque tel qu’il apparaît dans le texte et le verset exact auquel il se réfère. Relandi y fait également figurer son équivalent en Latin-Romain ou Grec ancien.

Outre ce remarquable travail linguistique, l’auteur opère surtout un recensement de l’époque, pour chaque localité visitée : d’abord une considération d’ordre général spécifiant que la terre d’Israël d’alors est pratiquement déserte, très peu peuplée. La majorité de ses habitants se concentre alors dans les villes de Jérusalem, Acco (Acre), Tsfat (Safed), Yafo (Jaffa), Tveria (Tibériade) et Aza (Gaza). Surtout, le constat établi par le géographe conclut à une présence dominante de Juifs sur cette terre, quelques chrétiens et très peu de musulmans, dont la plupart étaient des Bédouins.

Quelques remarques extraites de cette passionnante étude :

Aucune localité d’alors ne propose de nom ou de source arabe

La grande majorité de ses villes ou villages possède un nom hébreu, quelques-uns en Grec ou Latin-Romain

Pratiquement aucune ville possédant aujourd’hui un nom en arabe n’en possédait à l’époque : ni Haïfa, ni Yafo, ni Naplouse (Shehem), Gaza ou Djénine.

Aucune trace dans les recherches de Relandi de sources historiques ou philologiques établies aux noms arabes, plus tardifs, de Ramallah, Al Halil (Hébron) ou Al Qods (Jérusalem)

En 1696, Ramallah s’appelle “Beteïlé” (du nom hébreu “Bet El”), Hévron s’appelle … Hévron

La plupart des villes étaient composées de Juifs, à l’exception de Naplouse (Shehem) qui comptait 120 personnes issues d’une même famille musulmane, les “Natashe”, ainsi que 70 Samaritains

A Nazareth, en Galilée, une ville entièrement Chrétienne : 700 Chrétiens

A Jérusalem, plus de 5000 habitants, dont la plus grande majorité est juive, et quelques Chrétiens. Relandi n’évoque que quelques familles bédouines musulmanes isolées, composées d’ouvriers temporaires saisonniers, dans les domaines de l’agriculture ou de la construction.

A Gaza, près de 550 personnes, 50% de Juifs et 50% de Chrétiens. Les Juifs étaient essentiellement spécialisés dans l’agriculture : la vigne, les olives et le blé (Goush Katif). Les Chrétiens s’occupant davantage de commerce et transport des différents produits de la région

Tibériade et Safed étaient de localités juives. On sait surtout que la pêche du Lac de Tibériade constituait le principal emploi de l’époque.

Une ville comme Oum El Fahem par exemple était complètement chrétienne : 10 familles

.

Ibn Khaldun, un des historiens arabes les plus crédibles, a écrit en 1377 : « La souveraineté juive sur cette terre s’est prolongée sur 1 400 ans… C’est les Juifs qui ont implanté la culture et les coutumes en s’y étant installé de manière permanente ». Après 519 ans (non consécutifs) de domination musulmane sur la Terre d’Israël, Ibn Khaldun a certifié que la culture et les traditions juives étaient encore dominantes.

Edouard Webbe en 1590 : « Il n’y a rien à Jérusalem mis à part des vieux murs ».

Henry Maundrell en 1697: Nazareth,«un village minuscule et sans importance », Jéricho, « une bourgade minable et sale », Acre, « une désolation“ ».

L’archéologue britannique Thomas Shaw en 1738 : la Terre Sainte est „VIDE, désolée et manquant de tout, qui manque d’habitants ».

Le comte François Volney en 1785 : « Nous avons du mal à reconnaître Jérusalem, on y compte environ 12 000 habitants. Le pays est désolé et ruiné. »

Commentaires par des chrétiens dans les années 1800 : « Les Arabes ne peuvent pas être considérés comme autre chose que des résidents temporaires. Ils ont placé leurs tentes dans un pays ruiné. Ils n’ont rien créé en Terre Sainte. Puisqu’ils sont des étrangers sur cette terre, ils ne sont jamais devenus ses maîtres. »

Alphonse de Lamartine en 1832 : Mis à part à Jérusalem, il ne rencontra pas âme qui vive et que la Terre d’Israël était « le tombeau de tout un peuple [les Hébreux] ».

– William Thackeray en 1844 : « La région est abandonnée. Nous n’avons vu aucun animal se déplacer parmi les pierres. »

– Alexandre Keith en 1844 : « La Terre Sainte est arrivée à l’état de désolation totale décrit par les prophètes. »

– Le consul britannique en Terre d’Israël, James Pinn en 1857 : « Le pays est presque inhabité, il a grand besoin d’habitants. »

– Le cartographe britannique Arthur Penrhyn Stanley en 1862 : « Ni signes de vie ni habitations en Judée, sur des distances entières. »

– Mark Twain en 1867 : « Pas un seul village dans la Vallée de Jezréel, rien sur 30 miles dans les 2 sens. 2 ou 3 petits groupes de tentes bédouines, mais pas une seule habitation permanente. On peut voyager pendant 10 miles sans rencontrer 10 êtres humains. Déserts sans âme qui vive, collines VIDES, ruine mélancolique de Capharnaüm, stupide village de Tibériade, enterré sous six palmiers. Nous arrivâmes à Tabor sans rencontrer âme qui vive tout au long du chemin. Nazareth est désolée, Jéricho est en ruine, Bethléem et Béthanie, dans leur pauvreté et leur humiliation, ces endroits n’abritent pas une créature vivante. Un pays désolé, dont la terre serait peut-être assez riche si elle n’était abandonnée aux mauvaises herbes. Une étendue silencieuse, triste. À peine y a-t-il un arbre ou un arbuste, çà et là. Même les oliviers et les cactus, ces fidèles amis d’un sol sans valeur, ont quasiment déserté le pays. »

– Le consul américain à Jérusalem en 1880 rapporte que la région continuait son déclin : « La population et la richesse de la « Palestine » n’a pas augmenté pendant les 40 dernières années. »

– B. W. Johnson en 1892 : « Dans la partie de la plaine entre le mont Carmel et Jaffa on voit à peine quelques villages ou autres formes de vie humaine. Caesarea est maintenant entièrement abandonné. La désolation est partout autour de nous. »

– Compte-rendu de la commission royale Britannique de 1913 :

« La région est sous-peuplée et est restée économiquement stagnante jusqu’à l’arrivée des premiers pionniers sionistes dans vers la fin des années 1880, qui sont venus pour reconstruire la terre juive. La route qui va de Gaza vers le nord n’est qu’une piste estivale tout juste bonne pour les chameaux et les charrettes. On ne voit ni bosquet d’orangers, ni verger, ni vigne, jusqu’à ce que l’on arrive en vue du village de Yavné. Les maisons sont des torchis. Il n’existe pas d’écoles. La partie orientale en direction de la mer est quasiment désertique. Les villages, dans cette région, sont rares et chichement peuplés. Beaucoup de villages sont désertés par leurs habitants. »

Dawood Barakat, éditeur du journal égyptien Al-Ahram en 1914 :

« Les Sionistes sont nécessaires pour le pays : l’argent qu’ils apporteront, leur connaissances, leur intelligence et l’industrialisation qui les caractérise contribueront sans aucun doute à la régénération du pays. »

                                                            ——————————–

Voilà pour le pays soi-disant verdoyant, soi-disant habité par des palestiniens et soi-disant « envahi » par les Juifs. Fait historique : sous la domination turque, la terre était à l’abandon et dépeuplée.

Une seule ville arabe fut construite en Terre d’Israël : Ramleh. Toutes les autres sont des villes juives rebaptisées par eux.

 L’historien suisse Félix Bovet notait en 1858 : « C’est parce que les Arabes ne sont pas des autochtones qu’ils n’y construisent rien. »

Et en prime un article du jornaliste arabe Joseph Farrah : „Les juifs n’ont pris la terre de personne“

http://jssnews.com/2010/08/09/les-juifs-n%E2%80%99ont-pris-la-terre-de-personne/

et un article d’un ancien du PLO

http://alyaexpress-news.com/2014/10/le-peuple-palestinien-est-ne-en-une-journee/

et enfin un article juteux:

http://www.cesgoysquidefendentisrael.com/mechants-sionistes-voleurs-detat-palestinien/

En résumé: Nous sommes en face d’une escroquerie sans nom. Comme disait Goebbels: „Plus le mensonge est gros , plus on y croit“

Reconnaissez-vous que vous vous êtes fait embobiner et manipuler par les medias, la propagande palestinienne et nos hommes politiques? La prochaine fois: Recherchez et verifiez avant de parler!!!

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




17 thoughts on “La vérité sur le conflit Israelo-“Palestinien“ (1) : il n’y a jamais eu de peuple palestinien avant 1967

  1. AvatarLaDhimmitude

    La Judée Samarie que les Arabes appellent la Cisjordanie (Tout est dans le Nom) est en fait un morceau de territoire Jordanien c’est dire si la « Palestine » a éxistée un jour.

  2. François des GrouxFrançois des Groux

    @Edmond

    Sur votre carte en illustration, il manque quand même des territoires en vert : par exemple en France, la Seine-Saint-Denis…

  3. AvatarVieux bidasse

    Avant cette année, il n’y avait que des coureurs à pieds nus dans le désert…

  4. AvatarMachinchose

    avant tout, compliment a Edmond pour ce travail de romain, si je puis dire…

    les « sachants » de toute cette comédie, savent trés bien tout ça, mais il faut le dire, le faire savoir, le ressasser, dans ce but j’ enverrais ce post a tout mon carnet d’ adresses, ce qui fera egalement connaitre notre site!

    le bouquin de Relandi, je l’ ai cherché en vain…pour ma bibliothèque
    iln’ existe qu en latin et comme Cicéron m’ aurait renvoyé aux cuisines pour mon Latin ..n’ est pas Christine qui veut !

    j’ ai relevé « Al Halil (Hébron) »

    c’est el khalil

    el khalil c’est en fait Abraham, qui signifie « ami sinçère de Dieu » en Arabe coranique, voir:

    « Abraham – Grande Mosquée de Pariswww.mosqueedeparis.net › le-coran › les-prophetes › a…
    Sur l’ordre de Dieu, l’illustre patriarche prit le nom d’Abraham (déformation … de cette grâce qui fait d’Abraham un » khalîl « , un homme sincèrement épris de Dieu »

    Hébron s’ est substitué a cette appellation d’ origine
    pour les juifs et les israéliens, ce lieu se nomme Kiryate Arba (je ne sais pas la signification, peut etre la ville des quatre ?? patriarches ? matriarches? le savoir de Pikachu eut été utile dans ce cas

    et pour finir, une pensée pour François René de Chateaubriand et son magistral « itinéraire de Paris a Jerusalem » ou on retrouve la dénonciation de tous ces poncifs chers au monde arabomusulman

    et felicitations aux ottomans, qui n’ ont jamais fait quoi que ce soit pour ces pays qu ils colonisèrent au proche orient comme en afrique du nord (maroc excepté) tout ces pays musulmans, quand la France penetra en Algérie, il n’ y avait rien! strictement rien! pas une seule route, pas un etablissement public, la désolation partout
    ça a duré quatre siècles, et enfin ces odieux colons français sont venus leur apporter progrès et confort dont ils n’ auraient même pas rêvé…Macron a cru bon de faire amende honorable face aux pires ingrats de la planète

    1. François des GrouxFrançois des Groux

      @Machinchose

      En effet, les Ottomans, après leur hold-up sur l’Empire Byzantin, sont partis à la conquête d’autres terres à coloniser et à piller.

      Et personne ne leur reproche d’avoir participé, aux côtés des bédouins et autres négriers, à la traite arabo-musulmane…

      Mais c’est vrai, dirait Taubira, qu’il ne faut pas faire porter le poids de l’esclavage sur les épaules fragiles des musulmans de nos contrées.

    2. Edmond RichterEdmond Richter

      Merci machinchose pour tes corrections et pour ton compliment: « travail de romain » Et ce n’est que le début! Il y a encore 7 chapitres à venir… Mais en réalité je ne peux même pas parler de « travail de romain » tant cela m’a fait plaisir de remettre les pendules à l’heure et de fouetter les connards qui répètent les conneries des soi-disants « palestiniens »

  5. MichèleMichèle

    Et si tu compilais tout ça dans un bouquin?
    Ce ne serait pas inutile!
    On pourrait s’en servir pour rééduquer, ho, le vilain mot, mais, il doit avoir sa place ici!
    Bonne continuation,
    Gérard

  6. AvatarMachinchose

    Edmond, comment faire pour grouper ces sept episodes qui s’ annoncent riches d’ enseignements

    j’ ai bien sur mis celui ci dans mes favoris et transmis a mon carnet d’ adresses

    notre Ami Belhassen, a reuni dans son blog une étude (que je partage totalement) a propos des Phéniciens, dits Puniques, et dont on a soigneusement pris soin de taire leur origine hébraique
    en fait des hébreux de la tribu de Asher, bien mélangés a leurs potes tyriens, mitoyens

    encore une mystification lamentable! je connais a Carthage le site de la nécropole du Djebel Khaoui, ou sont enterrés plus de ravs et de juifs que depaiens adeptes de moloch …
    le Père Delatre, initiateur de cette decouverte, n’ est pas tout blanc, malgré son habit de Père Blanc …

  7. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Merci pour ce premier chapître.

    N’oublions pas cette phrase de l’ex-mao Benny Lévy :

    « Les Palestiniens, c’est moi qui les ai inventés « .

  8. Edmond RichterEdmond Richter

    Michele et machinchose, si vous avez des idées pour en faire un bouquin, je suis d’accord . Mais moi je ne m’y connais pas suffisamment pour le faire…Mais je suis ouvert à toute proposition

  9. AvatarPierre Malak

    Cet article et magnifique sur le fon, mais sa mise en page est DEPLORABLE ! Elle ne répond à aucune des exigences typographique et graphique.

    Il faut changer d’urgence l’incapable qui assure ces mises en pages qui desservent largement l’article lui-même…

    1. Christine TasinChristine Tasin

      L’incapable s’appelle Christine Tasin qui assure toutes les mises en page de tous les articles sauf ceux des contributeurs qui font partie des meubles comme Antiislam, François des Groux, Jules Ferry, Julien Martel, Jean-Paul Saint-Marc… et de quelques autres qui, bien que faisant partie des meubles comme Maxime ou Raoul Girodet ne sont pas encore suffisamment à l’aise avec l’interface du site pour finaliser la dite mise en page. Pardon pour ceux que j’oublie dans la foulée.
      Christine Tasin n’est ni typographe, ni journaliste, mais simple militante politique qui fait pour le mieux avec les moyens du bord pendant à peu près 12 h par jour. Quand on m’envoie un article je le relis je fais l’éventuelle correction orthogaphique je change la police, la taille de celle-ci je trouve titre et illustration et j’essaie de faire la mise en page pour que ce soit clair, comme je le peux.
      Vous auriez pu dire, mon Dieu, bien des choses, par exemple : il est dommage d’avoir choisi cette mise en page qui ne met pas en valeur le fond, il eût fallu par exemple… et vous auriez pu suggérer des améliorations en donnant des conseils au lieu de me traiter d’incapable mon cher Pierre. Quand je vois la somme de travail que je fournis pour la cause, les ennuis et frais qu’elle m’occasionne et que je vois un commentateur se permettre de me traiter d’incapable, j’ai juste envie de lui dire « va te faire foutre, connnard, si t’es pas content ouvre ton site et fais de magnifiques articles avec de magnifiques mises en page ».

      1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

        Bravo Christine ! Je n’ai pas compris ce qui t’est reproché, pour moi, la présentation de cet article est tout à fait correcte. Surtout, ne te décourage pas et continue.

      2. AvatarPierre Malak

        Chère Christine,

        Oui, je sais combien vous travailliez et combien vous ne comptez ni vos efforts, ni votre temps.

        Ainsi, je me mords les doigts de vous avoir critiquée, mais à ma décharge, je ne savais pas que vous étiez l’auteur de cette mise en page.

        Je vais donc vous envoyer par mail une recomposition (et corrections) de votre travail. Vous pourrez alors juger de la pertinence de ma critique.

        Très amicalement, avec tout mon respect et ma sympathie !

        Pierre Malak.

        1. Christine TasinChristine Tasin

          Merci Pierre pour ce courriel et pour votre prochain envoi. Je suis preneuse de conseils, mais il se trouve que c’est moi l’auteur de la mise en page cela aurait pu être n’importe lequel des auteurs et modérateurs et les traiter d’incapables n’est pas acceptable…
          Je veux bien que vous me donniez des conseils si c’est rapide à appliquer je manque de temps trop de temps pour pouvoir étudier le manuel de Frémy d »ailleurs introuvable

      3. Edmond RichterEdmond Richter

        Bien envoyé Christine!!! J’ai été ravi de ta mise en page. « Quand on lui momtre la lune, l’idiot ne voit que le doigt » (Proverbe chinois).
        P.S.: « connnard » s’ecrit avec deux « n » seulement. ;-))

  10. Avatarbm77

    Les arabes dans le monde confondent souvent propagande et vérité!!
    On l’a constaté avec la guerre d’Algérie et la colonisation .
    J’ai eu suffisamment de témoignages sur ce conflit par des gens que je ne pouvais soupçonner de malhonnêteté puisqu’il n’avaient plus rien à gagner à la différence des menteurs du FLN. Il est vrai qu’ils trouvent ici en France l’ oreille complaisante des gauchistes, eux qui, par leur doctrine fantasment plus qu’il ne raisonnent et vérifient impartialement !! En France l’opportunisme est de mise avec le communautarisme il y a des places à prendre même et surtout par des bonimenteurs

Comments are closed.