En Bielo-Russie, Loukachenko se fout du Covid, le défilé militaire est bien plus important

Minsk, Biélorussie • Préparatifs au grand Jour de la Victoire

V-Day 9 Mai : le Petit Poucet biélorusse coiffe le Grand Ours russe

Dictateur invétéré pour certains, le président de la République de Biélorussie Loukachenko maintient son défilé militaire du 9 Mai 2020 auquel le Kremlin a dû renoncer. Face à la pandémie, « Luka » a tout simplement refusé de reporter la parade en argumentant que la signification émotionnelle – et idéologique – de la Grande Guerre Patriotique est énorme.

 

Selon Loukachenko, le monde entier a cédé à la psychose exagérée Covid-19. Ainsi, soldats, chars et avions de combat exposeront tout leur potentiel en ce 9 mai. Ce n’est sans doute pas toujours folichon pour le simple quidam mais ça donne de la vie à la cité quoi qu’on en pense. Luka veut donner l’image d’un homme fort qui n’a peur de rien. On en connaît comme ça…

 

Loukachenko, président depuis 1994

Dernière élection le 11 octobre 2015 avec 83,5% des voix

Drapeau biélorusse, très harmonieux à mon sens

 

Frontière commune avec la Pologne UE27

 

9 Mai 2020, jour de la victoire de Loukachenko

 

Le report de cet événement avait pourtant été demandé par l’opposition biélorusse et l’OMS a vivement recommandé de suivre l’exemple russe. Batyr Bierdyklyczew,représentant du bureau OMS à Minsk : « Nous sommes fort inquiets des conséquences sanitaires potentielles d’un tel rassemblement en temps de pandémie et de la participation des personnes âgées »

 

Le maintien du défilé est sans conteste un pied de nez protocolaire à Poutine. Comme l’a dit le président biélorusse, « quelqu’un (devinez qui) voudrait privatiser la victoire sur le nazisme ». Bref, Poutine se voudrait le seul héritier post-soviétique de la victoire. On est là dans le jeu d’ambitions entre les leaders du Kremlin et de Minsk…

 

Loukachenko flatte les mérites de « son peuple » qui, selon ses propres dires, dut survivre quatre ans dans la boue, les fossés de fortune et les forêts. Comme l’a magistralement décrit l’historien Norman Davies dont j’ai dévoré l’ouvrage en édition polonaise, la Biélorussie fut le plus tragique des épicentres des monstruosités nazies en termes de pertes humaines, tant civiles que militaires.

Norman Davies : L’EUROPE SE BAT

Sous-titre : Une victoire pas si évidente

 

La vie et la mort continuent

 

En outre, les présidentielles du 9 août 2020 se tiendront bel et bien suivant la récente décision de la Chambre des représentants, au grand dam de l’opposition biélorusse.

 

Le championnat de foot biélorusse poursuit imperturbablement son petit bonhomme de chemin et, pour mon plus grand plaisir borussen, la Bundesliga devrait reprendre ses droits le 15 mai 2020, à huit clos. FFF, pourquoi donc as-tu capitulé ? La Macronie t’a injecté le goût de la défaite à ce point ?

 

Au 8 mai 2020, la Biélorussie compte 116 décès Covid-19 sans que l’on ne connaisse réellement la méthodologie locale de cette sinistre inventorisation.

 

La Biélorussie reste le seul pays européen à n’avoir pas aboli la peine de mort. La sentence est exécutée par balle dans la nuque à la prison de Minsk.

 

Richard Mil+a

 

 

Minsk, 3 Juillet 2019 • Fête de l’Indépendance

 

Pour ceux que ça intéresse

 

9 Mai 2019 • V-Day à Minsk, bon enfant à souhait

 

3 Juillet 2019 • Fête de l’Indépendance

 

 206 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. Intéressant article car on ne parle jamais de la Biélorussie !

  2. ça mérite un titre a la San Antonio

    « ça rue chez les Ruthènes dans la rue « 

  3. Bof, chez nous, nous avons eu droit à la propagande du connard de service.

Les commentaires sont fermés.