Le 12 janvier, plusieurs cas déjà signalés aux autorités de Pékin à Shenzhen, aucun n’était allé à Wuhan…

La Commission nationale des soins de santé du Parti communiste chinois a empêché les institutions médicales et sanitaires de révéler l’épidémie dès le mois de janvier.

Vers le 12 janvier, Pékin, Shanghai et Shenzhen ont tous eu des cas confirmés sans antécédents de contact avec le marché des fruits de mer de Wuhan, une preuve évidente de cas « contact » interhumain, mais les autorités ont continué de cacher l’épidémie au public, et même six jours plus tard, laissent des dizaines de milliers de familles assister au « banquet des dix mille familles » dans le district de Wuhan Baibuting.

Le média taïwanais, New News, a récemment exposé un document confidentiel de la Commission nationale des soins de santé du Parti communiste chinois qu’il avait obtenu en exclusivité. Ce document volumineux publié le 3 janvier, connu sous le nom de « Document n° 3 », intitulé « Avis sur le renforcement de la gestion des ressources en échantillons biologiques et des activités de recherche scientifique connexes dans le domaine de la prévention et du contrôle des principales maladies infectieuses émergentes », n’a pas été publié sur le site officiel de la Commission nationale des soins de santé.

Selon le document n° 3, la Commission nationale des soins de santé du Parti communiste chinois a commencé à superviser l’épidémie liée au virus du Parti communiste chinois dès le début du mois de janvier, en donnant explicitement l’instruction de « gérer temporairement les échantillons de cas de virus de Wuhan en fonction des micro-organismes hautement pathogènes (catégorie 2)« .

Le document n° 3 stipule que toutes les institutions concernées doivent, conformément aux exigences des départements administratifs de la santé au niveau provincial et supérieur, fournir des échantillons biologiques à des institutions désignées pour les tests de dépistage des agents pathogènes et effectuer les procédures de transfert ; les échantillons biologiques et les informations connexes ne doivent pas être fournis à d’autres institutions et individus sans autorisation ; les institutions et individus qui ont obtenu des échantillons biologiques de cas pertinents auprès d’institutions médicales et sanitaires concernées doivent immédiatement détruire les échantillons sur place ou les envoyer à un dépôt désigné par l’État pour qu’ils soient conservés ; pendant la période de prévention et de contrôle des épidémies, aucune institution ou individu ne doit divulguer des informations sur les résultats des tests de dépistage des agents pathogènes ou des activités expérimentales sans autorisation.

Dans le même temps, la télévision centrale du PCC a rapporté le 2 et 3 janvier, pendant deux jours consécutifs, que le Dr Li Wenliang et huit autres médecins avaient été réprimandés pour « désinformation » ; et le 3 janvier, le même jour que la publication du troisième document, le gouvernement municipal de Wuhan a annoncé que les « deux sessions » (NPC, CPPCC) se tiendraient du 6 au 10 janvier comme prévu.

En outre, les médias ont également obtenu deux « notes internes » soumises par un média chinois faisant autorité aux échelons supérieurs du PCC, celle rédigée à la mi-mars, détaillant la manière dont la ville, la province du Hubei et le gouvernement central du CPC ont traité le cas de pneumonie inconnue à Wuhan fin décembre 2019.

Selon cette divulgation « d’initié », à la fin du mois de décembre de l’année dernière, plusieurs entreprises de séquençage génétique ont trouvé un coronavirus de type SARS dans des échantillons envoyés par des hôpitaux locaux de Wuhan à la province de Hubei et à la Commission nationale des soins de santé, mais l’information a été étroitement bloquée. Depuis le 31 décembre de l’année dernière, la Commission des soins de santé de Wuhan et le système de sécurité publique ont supprimé les messages d’avertissement des médecins et des professeurs de Wuhan

Une comparaison du « recensement interne » a révélé que du 6 au 10 janvier, la Conférence consultative politique populaire de la municipalité de Wuhan et l’Assemblée populaire nationale ont tenu deux sessions, le Comité municipal de santé de Wuhan n’a pas émis de notification d’épidémie de pneumonie inexpliquée ; du 11 au 17, la province de Hubei a tenu deux sessions, au cours desquelles la notification quotidienne du Comité municipal de santé de Wuhan a indiqué qu’il n’y avait pas eu de nouveaux cas la veille.

Les services de santé de la province de Hubei et de la ville de Wuhan ont fait obstacle pour empêcher les hôpitaux locaux de communiquer des informations. En particulier entre le 12 et le 17 janvier. Ils n’ont pas pris de dispositions que ce soit en matière de flux, de cas confirmé ou bien déployé les mesures d’isolement pour les patients qu’on soupçonnait être atteint du virus.

Au même moment, le nombre de cas suspects dans les hôpitaux de Wuhan continuait à augmenter. Un médecin a déclaré : « Nos cliniques externes sont pleines de patients suspects qui ne sont pas admis à l’hôpital. Certains patients s’agenouillent et supplient le médecin de les admettre. D’autres patients sévèrement atteints, tremblants, n’ont même pas la force de monter sur la table pour effectuer une tomographie. ».

Une tomographie des poumons d’un médecin pneumologue de l’hôpital de Wuhan Xinhua a montré une ombre vitreuse givrée un peu avant le 6 janvier. Un deuxième cas d’infection présumé a été signalé le 11 janvier. Puis le 29 janvier, 30 membres du personnel médical sont signalés par l’hôpital.

Le cabinet a également souligné que le 12 janvier, Pékin avait déjà confirmé un cas d’infection par le virus. Il y avait également des cas confirmés à Shanghai et à Shenzhen, qui ont été signalés à la Commission nationale des soins de santé. Aucun de ces patients n’étaient allés au marché des fruits de mer de Wuhan, ce qui est une preuve évidente de contamination interhumaine.

Cependant, la Commission nationale de la santé n’a pas confirmé avant le 20 janvier que ces cas étaient révélateurs d’une possible transmission interhumaine. Avant cela, la déclaration disait que l’épidémie était encore « évitable et contrôlable », tout au plus une « transmission interhumaine limitée », selon la Commission de la santé.

Ce qui est encore plus incompréhensible, c’est que les autorités municipales de Wuhan ont continué à autoriser la communauté Baibuting de la ville à accueillir le « 20e banquet Wanja » le 18 janvier. Plus de 40 000 familles sont venues y assister alors que des millions de personnes sont par la suite rentrées chez elles pour préparer la nouvelle année. Les autorités locales n’ont lancé aucune sorte d’avertissement au public ou ne lui ont rappelé de prendre les précautions appropriées, alors qu’une série de preuves susmentionnées a confirmé que le virus peut être transmis de personne à personne.

Source : Coronavirus Covid-19 : Actualité Internationale YKK.

 181 total views,  1 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. Bref sera-t-on un jour la Vérité ! le SIDA n’a jamais eu d’origine mais deux pays disent que c’est un labo en Afrique qui l’aurait créé (s et A )
    Maintenant l’omerta règne en général sur ce genre d’erreurs ce serait une fuite accidentelle d’un labo !
    A force de jouer aux apprentis sorciers tot ou tard cela devait arriver !

  2. Les Israéliens seraient-ils des imbéciles patentés ou plutôt lucides et pragmatiques?
    Ils viennent de signer un accord avec un labo chinois BGI qui va s’installer dès la semaine prochaine en Israel pour offrir aux Israéliens 12000 tests/Jour

    Pendant ce temps la mère Bachelot déblatère avec Karine Lacombe en attendant le discours du 1er Ministre.
     » La crise est finie » disent les uns immédiatement contredits par un autre spécialiste …..

  3. intressant et trés proche de la réalité

    «  » » »

    Après plusieurs jours de fuites et de demi-vérités dans les environs de la Maison Blanche, une enquête de Fox News confirme que le patient zéro du coronavirus était un travailleur du célèbre laboratoire de virologie de la ville chinoise de Wuhan .
    Conformément à la suggestion faite par les services secrets américains, les informations de Fox News assurent que le Covid-19 est originaire du laboratoire du Wuhan Institute of Virology (WIV), qui développait un programme chinois de recherche virale. Par conséquent, l’origine ne serait pas une chauve-souris mangée dans un « marché » de cette ville.

    « Le Patient Zero » a travaillé au laboratoire, il s’est infecté lors de tests, puis l’a transmis à la ville de Wuhan, où l’épidémie a commencé , selon le travail journalistique signé par Bret Baier . Selon ce journaliste, qui a eu accès à « de multiples sources » connaissant les détails des premières actions du gouvernement de Pékin en réponse à la maladie, le marché de Wuhan (initialement identifié comme le point d’origine probable du coronavirus ) n’a jamais vendu de chauves-souris, notant que l’origine était un effort du régime chinois pour nier la responsabilité de la pandémie de ce laboratoire

    Read more https://infos-israel.news/%f0%9f%94%b4-le-patient-covid-19-zero-a-ete-infecte-dans-un-laboratoire-de-wuhan-selon-fox-news/

    xxxxxxxx

    on comprend mieux le discours accusatoir de Trump !!

  4. « Commission nationale des soins de santé du Parti communiste chinois »

    vous avez le choix, soit soupir, soit inextinguible éclat de rire ………

  5. La Chine a menti en permanence et continue de mentir.

    En Italie, déjà dès novembre 2019, était apparue  » une étrange pneumonie  » :

     » Dans une interview accordée à NPR, le réseau de radios publiques des États-Unis, un expert médical italien affirme qu’une étrange pneumonie sévissait dès novembre 2019 dans le nord de l’Italie.
    [Les médecins généralistes] se souviennent avoir vu des cas de pneumonie très étranges, très graves, surtout chez des patients âgés, en décembre et même en novembre », précise le Dr Giuseppe Remuzzi, directeur de l’Institut de recherche pharmacologique de Milan.  »

    https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-une-etrange-pneumonie-circulait-deja-en-italie-en-novembre-6791626

    De nombreux articles de presse en avaient parlé.

    Le Parisien, la Dépêche, Sciencepost, le Télégramme, de nombreuses revues médicales.

    Depuis fin mars, plus rien sur le sujet.

    • Claude
      la chine ment a tout le monde et a son peuple
      si ellen’ est pas débarrassée de ce régime infect, elle sera la source d’ une dictature mondiale a la Orwel

      je t ‘enverrais bien le bouquin des frères Jésuites, intitulé « lettres curieuses et édifiantes des Jésuites en Chine » ou déjà au 17 eme siècle cette nation chafouine et muselée faisait ch… tout le monde

      tout comme , au milieu du 19 eme sièclele Père Huc (lazariste français) relatait son périple a travers la chine, la Mongolie et le Thibet

      mensonges, traités bidons, esclavage, massacres , traitrises n’ ont jamais cessé de ponctuer la lamentable histoire de ce trou a merdes jusqu a nos jours, les gardes rouges, la révolution culturelle et autres fantaisies qui ont fait des millions de morts….

      et en occident, tous les pays couards ferment leur clapet
      faut faire du bizness avec cette infection qu est la chine !

      aussi, je suis content, d’avoir lu ça, ce matin

      «  » EN DIRECT – Coronavirus : près de 40.000 morts aux Etats-Unis, Trump met en garde la Chine
      Avec 1.891 décès en 24 heures, les Etats-Unis continuent de payer le plus lourd tribut depuis le début de l’épidémie. Donald Trump, qui tente malgré tout de relancer l’économie américaine, s’en est de nouveau pris à la Chine, la menaçant de « conséquences » si le coronavirus avait été propagé de manière délibérée. » » »

      y a pas a dire! le shérif a eu les couilles de dire aux faces de citron et a ce dictateur ce que personne n’ a encore osé dire: LA VERITE !!

      et ce que le monde libre pense d’eux

      parce que, pour le moment, curieusement, ce virus en veut semble t ilaux populations dites Blanches…….

      toute l’ europe et le continent nord américain peuplé de descendants d’ européens sont touchés

      va savoir si ces chinois n’ ont pas créé un vilain petit virus trés méchant envers les Blancs

      parce que l’ orient comme l’ afrique semblent épargnés… pour l’ instant
      Inde, monde arabo-musulman,Afrique NOIRE ET GRISE

      un virus calibré pour ne s’ attaquer qu a la génétique blanche ….ce que la racaille noire de nos zones pleines de cibles, semble avoir perçu en clamant que c’est une « maladie de blanc »

      bon! on verra…..quand les 400 millions de Nigérians commenceront a tomber!

      sacré Trump ! j’ ai respect et admiration pour cet homme qui a tous les jours la haine et le vomi de l’ Immonde comme de l’ Aberration

      qui sont ses lettres de noblesse

      • Faux le virus attaque les populations neutropeniques
        Neutropenie très fréquentes chez les africains de l’est
        Somaliens en Suède
        Commoriens à Marseille
        Noirs en idf
        Afro ameriains
        Sont tous sur représentés en cas et en mortalité

Les commentaires sont fermés.