Les Américains auraient informé Israël et l’Otan d’une épidémie due au coronavirus à Wuhan… dès novembre !

.

Confirmation (comme l’avait laissé entende Buzyn) que le gouvernement était parfaitement au courant qu’une pandémie allait s’abattre sur la France, sur le monde.

Israël était également au courant.

Sur cette base on peut donc comparer l’attitude des deux gouvernement face à cette pandémie et les résultats de leur stratégie respective.

Le renseignement américain a informé en novembre dernier les dirigeants israéliens et l’Otan d’une épidémie due au coronavirus à Wuhan, alors que les informations officielles sur la flambée de la maladie, plus tard baptisée Covid-19, n’ont été publiées par la Chine qu’en décembre, relate le Times of Israel.

Les services secrets US auraient averti d’avance Israël et l’Otan (donc Macron était au courant) d’une flambée de Covid-19

Le renseignement américain a informé en novembre dernier les dirigeants israéliens et l’Otan d’une épidémie due au coronavirus à Wuhan, alors que les informations officielles sur la flambée de la maladie, plus tard baptisée Covid-19, n’ont été publiées par la Chine qu’en décembre, relate le Times of Israel.

Le début d’une épidémie due à un coronavirus en Chine n’était pas un secret pour les services secrets américains dès le mois de novembre, a annoncé The Times of Israel.

Selon le journal, l’administration Trump n’a pas été intéressée par ces informations, mais Washington les a transmises à ses alliés de l’Otan et à Israël.

Plus tard, en novembre, le commandement de l’armée israélienne aurait étudié la possibilité de la propagation du virus dans la région et les effets qu’elle pourrait avoir sur Israël et les pays voisins. Le ministre israélien de la Santé publique aurait lui aussi été mis au courant de cette épidémie, mais il «n’a rien fait», note le Times of Israel.

Des informations «sans intérêt» pour Trump ?

La chaîne de télévision ABC avait précédemment annoncé que le National Center for Medical Intelligence (NCMI) de l’armée américaine avait informé la Maison-Blanche de la menace de propagation du virus à la fin de l’automne.

Les services secrets américains auraient obtenu des informations sur une nouvelle maladie à Wuhan à la mi-novembre en analysant des données interceptées et des images satellite. Les services secrets auraient estimé que l’épidémie serait un «événement catastrophique», d’après la chaîne.Donald Trump a pour sa part qualifié ces informations de fausses. Selon le Président, ABC savait qu’elle avait tort «au moment de la publication de cette fausse histoire».

Début de la pandémie

Les premières informations officielles sur une flambée de pneumonies d’origine inconnue à Wuhan ont été publiées fin décembre. Les chercheurs ont établi que cette maladie était provoquée par un nouveau coronavirus, qui a plus tard été baptisé SARS-CoV-2.

À la mi-mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu’il s’agissait d’une pandémie. Selon un dernier bilan publié par l’Université Johns-Hopkins, plus de 2,1 millions de personnes ont été contaminées dans le monde et plus de 149.000 personnes sont décédées. Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 632.000 cas recensés et 28.000 décès. En Israël, le nombre de personnes infectées à atteint 12.855 et 148 personnes sont mortes.

 https://sptnkne.ws/CdSX

.

Alors, MACRON, la liste est longue des chefs d’accusation contre toi et tous tes potes…

 171 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. @machinchose, j’assume avec fierté mon amitié et collaboration avec la grande mère patrie Russe , et surtout mon crédo communiste , j’ai honte de ce que mon pays est devenu peuplé majoritairement de dégénérés sans testicules qui ont favorisé son islamisation .j’ai la chance avoir un statut et passeport russe qui me permettra de rentrer définitivement en Russie en fin de confinement ,où je m’empresserai de faire annuler. Ma nationalité française qui n’est plus une référence dans le monde entier ., je vous compati car la grande soumission aux USA de la France sera sa perte , votre pays est voué à devenir une république islamique. Quant a mon nom il est hautentique ainsi que mon adresse mail si vous souhaitez vérifier camarade je suis même une fiche S ,pour ce pays, vu mon étroite amitié avec la grande Russie. Je n’ai rien à cacher..

  2. spassiba tovaritch Santonivitch vladimir !!

    ah! ces voix d’ outre tombe !!

    «  »Avis de décès de Jean-Pierre SANTONI paru le 18/09/2019 …www.libramemoria.com › defunts › santoni-jean-pierre
    18 sept. 2019 – Avis de décès de Jean-Pierre SANTONI paru le 18/09/2019 dans La Provence – département Bouches-du-Rhône sur le site Libra Memoria. » » »

    charlot coco va !!

  3. Cela ne m’étonne pas, que les USA ont informé Israël et OTAN en novembre de. Cette epidémie, selon les chinois les Usa seraient a origine de celle ci , la pourrie CIA a toujours participé aux pires événement de ce monde, les USA sont aussi a origines de nombreux conflits inutiles , quel que soit son président , l’Amérique restera un pays de traitrise exemplaire….par ma profession. De consultant sûreté militaire j’ai vécu 40 ans en Russie, et je peut dire qu’ayant côtoyé certaines institutions des USA , j’ai pu constater leurs vrais traîtrise ,et moyens de morbides persuasions.

  4. Apparemment si l’on se fie à cet article du Times of Israël, ni notre pays, ni les USA, ni Israël , ni les autres pays membres de l’OTAN n’avaient pris de mesures particulières.

  5. Le nombre réel de cas de coronavirus serait plus de 50 fois supérieur aux chiffres annoncés, selon des chercheurs US
    :::: https://sptnkne.ws/Cehy
    18.04.2020

    Après avoir testé plus de 3.000 bénévoles du nord de la Californie sur la présence d’anticorps contre le coronavirus dans leur sang, des chercheurs américains estiment que le nombre de contaminations est largement supérieur à celui rapporté par le bilan officiel.

    Le nombre de personnes infectées par le coronavirus pourrait être des dizaines de fois supérieur à celui rapporté par le bilan officiel, indiquent les résultats d’une étude pas encore certifiée publiés le 17 avril sur le site medRxiv.

    Menée par des chercheurs de l’Université de Stanford, de l’Université de la Caroline du Sud, de l’association Health Education is Power, de l’entreprise Compliance Resource Group, de l’entreprise Bogan Associates, du laboratoire ARL Bio Pharma et du laboratoire Sports Medicine Research and Testing Laboratory, cette étude s’est basée sur l’analyse des données du comté de Santa Clara dans le nord de la Californie, l’un des centres de propagation du coronavirus. Les chercheurs ont testé 3.330 bénévoles locaux sur la présence d’anticorps contre le Covid-19 afin d’évaluer combien de personnes auraient pu contracter le virus sans même le savoir.

    Selon leurs conclusions, 2,5% à 4,2% de la population locale pourraient avoir des anticorps contre le coronavirus, ce qui indique qu’ils auraient pu être porteurs de la maladie.

    «Ces estimations de prévalence représentent une fourchette comprise entre 48.000 et 81.000 personnes infectées dans le comté de Santa Clara au début du mois d’avril, soit 50 à 85 fois plus que le nombre de cas confirmés», indiquent les chercheurs dans leur étude.

    §.- Le taux de mortalité serait plus faible

    …./….

  6. La victoire du Coronavirus ; un espoir pour l’humanité ?!

    Arrêt des coronavirus : La fin de la mondialisation et de l’obsolescence programmée – Entrez dans la multipolarité
    :::: https://www.strategic-culture.org/news/2020/04/12/coronavirus-shutdown-end-globalization-and-planned-obsolescence-enter-multipolarity/

    [TRADUCTION DEEPL]

    La pandémie de coronavirus a montré que le double processus de mondialisation et d’obsolescence planifiée est déficient et moribond. La mondialisation était fondée sur un certain nombre de postulats, notamment la perpétuité du consumérisme et l’effacement des frontières nationales comme l’exigeaient les sociétés transnationales.

    Ce que nous voyons n’est pas un processus de mondialisation, mais plutôt un processus de multipolarité croissante et une remise en question du consumérisme lui-même.

    Normalement, un effondrement total du marché et une crise du chômage inaugureraient une période d’activité militante, de grèves, de départs et de campagnes de travail communautaire. Nous en avons déjà vu quelques exemples. Mais l' »état d’urgence médicale » dans lequel nous nous trouvons a effectivement fonctionné comme un « lock-out ». Les élites ont effectivement retourné le scénario. Au lieu de réclamer le rétablissement des salaires, des horaires et des droits sur le lieu de travail, les travailleurs réclament toute chance de travailler, quelles que soient les conditions imposées. Les élites peuvent « se permettre » de le faire parce qu’on leur a donné des billions de dollars pour le faire. Vous voyez comment cela fonctionne ?

    Toute notre vie, nous avons été mal informés sur la signification d’une économie en croissance, sur son aspect, sur la façon dont nous l’identifions. Toute notre vie, on nous a menti sur ce que signifie littéralement l’amélioration technique.

    Une économie en croissance signifie en fait que tous les biens et services deviennent moins chers. Cela permet de lutter contre l’inflation. Tous les prix devraient plutôt être dégonflés – moins d’argent devrait acheter la même chose (ou le même argent devrait acheter plus). L’innovation technique signifie que les biens doivent durer plus longtemps, et non pas être planifiés pour une obsolescence avec des durées de vie plus courtes.

    Le chômage est une bonne chose s’il est parallèle à la déflation des prix. Si tous deux atteignaient un point zéro, les problèmes que nous pensons avoir seraient résolus.

    Dans un article révélateur paru le 2 avril sur le site de la BBC, le coronavirus va-t-il inverser la mondialisation ? il est proposé que la pandémie expose les faiblesses et les vulnérabilités d’une chaîne d’approvisionnement et d’un système de fabrication mondiaux, et que cela, combiné à la guerre commerciale globale entre les États-Unis et la Chine, entraîne une tendance générale à la « relocalisation » des activités. Ce sont des points justes.

    Mais l’article passe à côté du problème sous-jacent auquel l’économie en général est confrontée : la baisse du taux de profit rendue nécessaire par l’automatisation, les politiques de plus en plus irrationnelles, dans tous les domaines, étant menées pour sauver ce qui est finalement irrécupérable.

    La roue karmique de la production-consommation

    Ces arrêts – qui semblent inutiles aux yeux des nombreux experts en virologie et en épidémiologie, largement estimés – semblent avoir pour but d’arrêter le cycle production-consommation. Lorsque nous examinons la création gratuite de nouvel « argent », pour renflouer les banques, on nous dit que cela ne provoquera pas d’inflation/d’affaiblissement tant que la vitesse de l’argent est maintenue à un minimum. En d’autres termes, tant qu’il n’y a pas de réaction en chaîne des transactions et que l’argent « reste immobile », cela ne provoquera pas d’inflation. C’est une affirmation spécieuse, mais qui justifie la politique de quarantaine et de verrouillage qui détruit aujourd’hui des milliers de petites entreprises chaque jour. Aux États-Unis Rien qu’à la mi-avril, les demandes de chômage dépasseront les 30 millions.

    De même, cet argent semble réel, il se présente sous forme numérique comme une nouvelle liquidité sur les écrans d’ordinateur des banques transatlantiques – mais il ne peut pas être dépensé, ou alors il fait sombrer le système dans l’hyperinflation. Plus précisément, l’article de la BBC continue de supposer à tort la nécessité du cycle production-consommation, transformant le blé en or pour toujours.

    Les élites n’ont pas eu tort d’arrêter le cycle en tant que tel. Le problème est qu’ils ne peuvent pas proposer le matériel adéquat à sa place – car cela met fin à la manière même dont ils gagnent de l’argent. C’est ce qui constitue à son tour une source majeure pour le maintien de leur équilibre en dopamine et leur approvisionnement narcissique.

    Ce n’est pas un problème économique auquel est confronté le « 1% » (le 0,03%). Il s’agit d’une crise existentielle face au sens de leur vie, où la satisfaction ne peut se trouver que dans des niveaux de richesse et de contrôle toujours plus élevés, réels ou imaginaires – chasser ce dragon, à la recherche de ce haut toujours insaisissable.

    Donc, naturellement, leurs solutions sont la réduction de la population et d’autres plans néo-malthusiens quasi-génocides de ce type. La destruction de l’humanité – la première force productive potentielle – remet les mains du temps entre les mains, à une époque où les niveaux de profit étaient plus élevés. La campagne Instagram contre les coronavirus, qui consiste à voir les centres-villes sans habitants et à les déclarer « beaux » et « paisibles », est un exemple de ce principe misanthrope en jeu.

    Le fait que les élites aient choisi de fermer l’économie occidentale est révélateur d’un point historique que nous avons atteint. Et si l’on nous dit que la production et la consommation reviendront quelque peu « après la quarantaine », les nouveaux tsars non élus – Bill Gates et al – nous disent également que les choses ne reviendront jamais à la normale.

    Nous devons mettre un terme à toute la théorie et à la pratique de la mondialisation elle-même, y compris l’Agenda 21 des Nations unies et le rôle dangereux des philanthropes qui « parlent aux livres » comme Gates et son degré de pouvoir très déséquilibré sur la formation des politiques dans la sphère occidentale.

    Au lieu d’une mondialisation qui s’essouffle, nous constatons la réalité d’une multipolarité et d’un inter nationalisme croissants. Avec cela, la fin du cycle de production-consommation, basé sur la production off-shore et l’assemblage international, et à la racine de tout cela : l’obsolescence planifiée vers une rentabilité à long terme.

    Le problème de la théorie de la mondialisation

    Sans aucun doute, la théorie de la mondialisation a satisfait à certains aspects du pouvoir descriptif. Mais à mesure que le temps avançait, son pouvoir prédictif s’affaiblissait. D’autres théories ont commencé à émerger, dont la principale est la théorie de la multipolarité.

    La promotion de la théorie de la mondialisation pose également des problèmes éthiques. Comme un criminologue qui « décrit » une vague de criminalité tout en étant investi dans la construction de nouvelles prisons, la théorie de la mondialisation était autant une théorie qu’une politique imposée au monde par les mêmes institutions qui ont contribué à sa popularisation dans le monde universitaire et dans l’élaboration des politiques. Il ne faut donc pas s’étonner de la montée de solutions comme celles de Gates. Il s’agit de « vaccins » brevetés par des entreprises à but lucratif, au détriment du renforcement des immunités humaines naturelles, ou de l’utilisation de médicaments que d’autres pays utilisent avec efficacité.

    La vérité ? La mondialisation n’est en réalité qu’une nouvelle appellation du Consensus de Washington – des groupes de réflexion néo-libéraux et la domination éternelle présumée d’institutions comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, qui sont à leur tour des conglomérats à peine déguisés des plus grandes institutions bancaires transatlantiques.

    Ainsi, alors que la mondialisation a souvent reçu un vernis humaniste qui promettait le développement mondial, la modernisation, la fin des « États-nations » qui sont vraisemblablement la source de la guerre ; En réalité, la mondialisation était fondée sur une concentration continue et croissante des capitaux vers les zones du XIXe siècle – New York, Londres, Berlin et Paris.

    L' »internationalisme » était autrefois ancré dans l’existence de nations qui, à leur tour, ne sont possibles qu’avec l’existence de la culture et des peuples, mais il a été détourné par le projet transatlantique. En peu de temps, les « internationalistes » de la nouvelle gauche sont devenus les champions du même processus d’impérialisme auquel leurs prédécesseurs s’étaient farouchement opposés. Appelez-la « mondialisation » et montrez comment elle détruit le « nationalisme toxique » et crée des « solutions de microfinancement pour les femmes et les filles » – dites Malala – et elle a été achetée ; hameçon, ligne et plomb.

    Ce n’était pas la nouvelle ère de la « mondialisation », mais plutôt les suspects habituels remontant au XIXe siècle ; une nouvelle image de marque de l’impérialisme du XIXe siècle tel qu’il est décrit dans l’ouvrage fondamental de J.A Hobson de 1902, L’impérialisme. Son « inévitabilité » ne repose pas sur l’impossibilité d’autres modèles, mais sur l’autorité qui découle de la diplomatie de la canonnière. Mais la puissance maritime a cédé la place à la puissance terrestre.

    À bien des égards, elle s’est alignée sur l’ère de la décolonisation et du post-colonialisme. Les nouvelles nations pouvaient brandir leur propre drapeau et faire leurs propres lois, tant que les institutions bancaires occidentales traditionnellement impérialistes contrôlaient la masse monétaire.

    Mais ce qui émerge, ce n’est pas la « mondialisation » du consensus de Washington, mais un modèle multipolaire basé sur la souveraineté et la différence des civilisations, qui construit des produits pour durer – pour leur utilité et non pour leur potentiel répétable de vente au détail. Cela va à l’encontre des affirmations selon lesquelles l’homogénéisation mondiale dans tous les domaines (moral, culturel, économique, politique, etc.) était inévitable, en conséquence de la spécialisation mercantile.

    Par conséquent, l’inter nationalisme, avec son trait d’union, nous rappelle que les nations – les civilisations, la souveraineté et leurs différences – nous rendent plus forts en tant qu’espèce humaine. Comme contre les virus, certains ont une immunité naturelle plus forte que d’autres. Si les gens étaient identiques, un seul virus pourrait anéantir toute l’humanité.

    De même, une économie mondiale trop intégrée conduit à un effondrement mondial et à une dépression lorsqu’un nœud s’effondre. Plutôt que des piliers indépendants qui pourraient s’entraider, l’interdépendance est sa plus grande faiblesse.

    La multipolarité est une réalité

    Cette nouvelle réalité – la multipolarité – implique des processus que certains aspects de la théorie de la mondialisation suggèrent et prédisent également. Il existe donc des raisons honnêtes pour lesquelles les experts pourraient mal diagnostiquer la multipolarité comme étant la mondialisation. On a négligé le fait que la concentration des nœuds de capitaux dans des régions diverses et globalement variées par continent, n’étaient pas exclusivement des régions transatlantiques comme dans le modèle de mondialisation standard des villes Alpha ++ ou Alpha+. Cette concentration de capitaux à l’échelle continentale s’est produite parallèlement au développement économique régional et à l’augmentation du niveau de vie, qui ont eu tendance à favoriser l’efficacité des transports locaux par rapport aux voyages en mer dans le processus de production. Comme les nœuds régionaux par continent avaient de plus en plus diversifié leur propre production intérieure, une tendance générale à l’augmentation des coûts de transport à mesure que l’utilisation individuelle par habitant augmentait, allait à l’encontre de la viabilité d’une dépendance excessive à l’égard des lignes de transit mondiales.

    Mais parmi les nombreux problèmes que pose la théorie de la mondialisation, il y a le fait que les États-Unis seront toujours le premier consommateur des biens mondiaux et, avec eux, le secteur financier transatlantique. Elle était également subordonnée à l’idée que les conceptions mercantiles de la spécialisation (par nation ou par région) l’emporteraient toujours sur les modèles autarciques et l’ISI (industrialisation par substitution de revenu). Là encore, si la consommation des classes moyennes augmente sur tous les continents habités, comme l’explique et le prédit la multipolarité, alors un régime de production mondial rationalisé vers une consommation transatlantique, comme le prédit la théorie de la mondialisation, n’est pas tout à fait aussi approprié.

    Parce que le système actuel est fondé sur un modèle de production-consommation et de finance, les solutions aux crises sont présentées comme une réduction de la population et ce qui apparaît même, du moins dans le cas de l’Europe, comme un remplacement de la population. Aussi cliché que cela puisse paraître, c’est aussi la politique du Troisième Reich lorsque le capitalisme a fait face à ses dernières grandes crises qui ont culminé avec la Seconde Guerre mondiale.

    Briser la roue

    L’arrêt révèle que la roue karmique de la production-consommation est en réalité déjà brisée. Nous avons déjà dépassé le point culminant de ce que l’ancien paradigme avait à offrir, et il est entré depuis longtemps dans une période de déclin, de destruction économique et morale.

    Comme le Christ qui apporte une nouvelle alliance ou le Bouddha qui émerge pour briser la roue du karma, le nouveau monde à construire sur les ruines de la modernité est un monde qui libère les forces productives, réalisant leur plein potentiel, et avec lui la libération de l’homme de la machine du cycle de production-consommation.

    L’obsolescence planifiée et le consumérisme (marketing) sont les deux maux qui ont contribué à l’asservissement simultané de « vivre pour travailler », et qui ont construit une mondialisation basée sur l’assemblage mondial et la monoculture mondiale.

    Ce qui est important pour les gens et leur qualité de vie, c’est le temps de vivre la vie, et non pas d’être coincé dans la routine. Nous entendons les politiciens et les économistes parler de « tout le monde a un emploi », comme si les gens voulaient être loin de leur famille, de leurs amis, de leurs passions ou de leurs passe-temps. De plus, les gens ne peuvent pas inventer, innover ou aborder les grandes questions de la vie et de la mort s’ils ont le nez sur la meule.

    Maintenant que nous vivons sous un système de contrôle ouvert, un « état d’urgence médical » avec une économie gelée, nous pouvons voir qu’un autre monde est possible. La vérité est que la plupart des choses qui sont produites sont intentionnellement faites pour se casser à un moment précis, de sorte qu’un rachat est prévisible et que les profits sont garantis. Cela contraint les chaînes d’approvisionnement mondiales et justifie les crashs artificiels visant à la redistribution vers le haut et aux expropriations de masse.

    Au lieu de permettre à Bill Gates de faire le tour du monde pour vanter les mérites d’un plan de réduction de la population par l’État policier juste après qu’une pandémie mondiale de virus ait frappé, un plan dont beaucoup pensent qu’il détient le brevet, nous pouvons au contraire aborder les questions de multipolarité, de souveraineté civilisationnelle, et de fin de l’obsolescence planifiée et de la chaîne d’approvisionnement mondiale, ainsi que de la délocalisation qu’elle nécessite – ce que la BBC note à juste titre, est de toute façon remis en question.

  7. Le coronavirus serait sorti du laboratoire du Wuhan

    https://youtu.be/CgAuua9gtGM

    Le Professeur Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine en 2008 pour sa découverte du VIH, a affirmé que le coronavirus responsable de la pandémie de COVID-19 serait sorti accidentellement du laboratoire de Wuhan, en Chine.
    Cette extrait est tiré d’une interview accordée par le Pr Montagnier en exclusivité à Pourquoi Docteur, dont vous retrouverez l’intégralité ici :
    https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32184-EXCLUSIF-Pour-Pr-Montagnier-SARS-CoV-2-serait-virus-manipule-Chinois-l-ADN-de-VIH-podcast

    • Bonjour @durandurand ;

      Et ceci :

      1°).- LABORATOIRE FRANÇAIS EN CHINE (Résultats de recherche générale) :
      :::: https://tinyurl.com/Lab-FR-Chine

      2°).- Ambassade France-Chine « LABORATOIRES et RESEAUX FRANCO… »(server inaccessible) ???
      :::: https://cn.ambafrance.org/-Laboratoires-et-reseaux-franco-3534-

      3°).- Institut de virologie de Wuhan –>Laboratoire P4 ⇿ [La classification P4 d’un laboratoire signifie « pathogène de classe 4 » et le rend susceptible d’abriter des micro-organismes très pathogènes. Dans le monde, les laboratoires de ce type sont également nommés « BSL 4 », de l’anglais : biosafety level 4. ]
      :::: https://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_de_virologie_de_Wuhan#Laboratoire_P4
      – :::: https://fr.wikipedia.org/wiki/Laboratoire_P4

      4°).- ET LA FRANCE N’ES PAS AU COURANT DE CE QUI SE TRAFIQUE ET QU’ELLE FINANCE POURTANT ?! Pas non plus au courant que c’est du laboratoire qu’elle finance en Chine que serait née la pandémie du Coronavirus ?!
      – Le gouvernement Français est encore plus responsable de la gestion de la pandémie du Coronavirus en France et donc de sa politique, de sa gouvernance.
      ⇾ Covid-19 : enquête sur le P4 de Wuhan, ce laboratoire en partie financé par la France où a été identifié le virus
      :::: https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-enquete-sur-le-p4-de-wuhan-ce-laboratoire-en-partie-finance-par-la-france-ou-a-ete-identifie-le-virus_3920783.html
      Voulu et construit avec l’aide de la France, le très sensible laboratoire de virologie P4 de Wuhan a peu à peu échappé au contrôle des scientifiques français. Selon la cellule investigation de Radio France, un vaccin contre le Covid-19 y a récemment été testé.

      5°).- Voyage officiel du Premier Ministre en Chine, visite du laboratoire P4 de Wuhan
      :::: https://cn.ambafrance.org/Voyage-officiel-du-Premier-Ministre-en-Chine-visite-du
      Dans le cadre de son voyage officiel en Chine (20 au 23 février 2017) et de sa visite à Wuhan le 23 février 2017, le Premier Ministre (Cazeneuve et Touraine posent pour la photo) a visité le laboratoire P4 de Wuhan, de conception française, dans le cadre de la coopération bilatérale en matière de prévention et de lutte contre les maladies infectieuses.
      M. Bernard CAZENEUVE, dans le cadre de son voyage officiel en Chine du 20 au 23 février 2017, s’est rendu à Wuhan le 23 février.

      Il était accompagné d’une délégation dont faisaient partie Mme Marisol TOURAINE (Ministre des affaires sociales et de la Santé), M. Mathias FECKL (Secrétaire d’Etat au commerce extérieur), M. Yves LEVY (PDG de l’Inserm, président de l’alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé et co-président français du comité chargé du suivi de la mise en œuvre de l’accord intergouvernemental de coopération en matière de prévention et de lutte contre les maladies infectieuses de 2004) ainsi que M Hervé RAOUL (directeur du laboratoire P4 Jean Mérieux-Inserm de Lyon).

      Le Premier Ministre s’est rendu sur le site du laboratoire de haute sécurité biologique P4 de Wuhan, premier de ce type en Chine continentale. Ce laboratoire de l’académie des sciences de Chine (CAS, Institut de virologie de Wuhan) est un laboratoire de conception française et possède de nombreux équipements de confinement biologique de pointe français et européens.

      Accueilli par le Gouverneur de la Province du Hubei (M. WANG Xiaodong), le vice-président de l’Académie des Sciences chinoise (M. ZHANG Yaping) et l’Ambassadeur de Chine en France (M. ZHAI Jun), il a effectué une visite du laboratoire et participé à la cérémonie d’accréditation par l’organisme chinois d’accréditation.

      Lors de son discours, le Premier Ministre est revenu sur l’importance que revêt ce laboratoire, de conception française, dans le cadre de la coopération et de la lutte contre les maladies infectieuses émergentes. Il a également annoncé que l’Etat français mettrait à disposition un budget d’un million d’euros par an sur 5 ans pour soutenir la coopération scientifique dans ce domaine autour du P4 de Wuhan.
      Ce laboratoire devrait être intégré à terme au système d’alerte et de réponses aux épidémies de l’Organisation Mondiale de la Santé.

      L’après-midi, et en marge de la suite de la visite de la délégation officielle, s’est tenue une réunion consacrée à la coopération scientifique autour de la construction du P4 de Wuhan et à laquelle participaient M. Yves LEVY, M. Hervé RAOUL ainsi que Pierre LEMONDE (Conseiller pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France en Chine), M. Philippe MAURIN (Attaché pour la Science et la Technologie au Consulat général de France à Wuhan) et les représentants de l’Institut de virologie de Wuhan (WIV-CAS), de l’académie des sciences de Chine (CAS), du Centre de chinois pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et de l’organisme chinois d’accréditation (CNAS).

      Service pour la Science et la Technologie au Consulat général de France à Wuhan :
      M. Philippe MAURIN, Attaché pour la Science et la Technologie
      Mme LI Shanshan, assistante et interprète du service pour la Science et la Technologie
      ____________________________
      Alors de deux choses l’une :
      – ou le coronavirus n’est pas sorti du laboratoire de Wuhan et donc la France est hors de cause ; mais alors, pourquoi s’acharner sur ce labo et laisser traîner la rumeur ?
      – ou la rumeur correspond à la réalité et donc la France cumule les mensonges et les erreurs de gouvernement ; cette caste qui depuis quarante ans nous dit que seuls les libéraux, les gochos et pseudo droito sont légitimes et à même de gouverner.

      _____________________________
      Coronavirus émergent 2019-nCoV Pneumonie
      :::: https://pubs.rsna.org/doi/10.1148/radiol.2020200274
      February 2020

      Contexte : Les résultats de la tomodensitométrie thoracique des patients atteints de pneumonie à nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV) n’ont pas encore été décrits en détail.
      Objectif : Étudier les résultats cliniques, de laboratoire et d’imagerie des pneumonies à nouveau coronavirus 2019 chez l’homme.
      Matériel et méthodes : Cinquante et un patients (25 hommes et 26 femmes) ; de 16 à 76 ans) avec une infection à 2019-nCoV confirmée en laboratoire par l’utilisation de la réaction en chaîne de la polymérase de transcription inverse en temps réel a subi une tomodensitométrie à section fine. Les résultats d’imagerie, les données cliniques et les données de laboratoire ont été évalués.

      ⇨⇨ Résultats : Cinquante des 51 patients (98%) avaient des antécédents de contact avec des personnes du centre endémique de Wuhan, en Chine.⇦⇦
      …/…

    • L’ouverture d’une enquête sur l’origine du coronavirus Covid-19 par le gouvernement américain et les révélations du Washington Post ont causé de nombreuses réactions. Elles sont rejointes en France par le controversé professeur Luc Montagnier. Fakes news ou vraies théories ? Décryptage de ce que l’on sait du laboratoire de Wuhan.

      Laboratoire de Wuhan : VIH, accident, intox… L’origine du coronavirus remise en cause
      :::: https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2493415-laboratoire-de-wuhan-vih-accident-intox-l-origine-du-coronavirus-remise-en-cause/
      17/04/20 18:23

      …/…

  8. il y a comme ça des nations dont les gouvernants aiment leur peuples

    et d’ autres ou les gouvernants s’ aiment entre eux et n’ en ont rien a cirer de leur peuple………qui peut crever…….les Zafricains les remplaceront

Les commentaires sont fermés.