Je suis un cocu de l’Europe… mais l’Europe est morte, Vive l’Europe !

.

Habituellement peu disert, Jacques Delors, est sorti de son silence le mois dernier pour avoir ce terrible propos :
« Le climat qui semble régner entre les chefs d’État et de gouvernement et le manque de solidarité européenne font courir un danger mortel à l’Union européenne »
À 94 ans, craint-il de survivre à sa création ?
Après l’avoir portée sur les fonts baptismaux, devra-t-il lui administrer l’extrême-onction ?

L’âge ne semble pas avoir altéré ses capacités de perception : il a raison. L’Europe est en état de mort clinique.

.

Pour ma part, je suis un cocu de l’Europe. J’y ai cru très fort, j’ai voté « Oui » à tous les référendums pour réaliser finalement que la créature a échappé à ses maîtres.
Ceux-ci ont au bout du compte créé un monstre bureaucratique complètement incontrôlé et d’ailleurs parfaitement incontrôlable. La Commission a déjà démontré dans l’affaire du glyphosate qu’elle n’avait cure du Parlement. Nous sommes arrivés à une dictature.

.

Ce monstre nourrit fort bien les 43.000 fonctionnaires qu’il emploie. Se gavent également sans vergogne quelque 705 députés qui font semblant de contrôler, mais qui en fait ne contrôlent rien du tout.

Tout le monde doit se rappeler ce reportage de la télévision allemande qui avait pincé les députés européens à frauder pour leurs indemnités journalières avant que le journaliste ne soit éjecté manu militari .

.

Le tout se fait au grand profit des multinationales qui dirigent en fait le monstre acéphale par le biais des dizaines de milliers de lobbyistes qu’elles emploient à Bruxelles. Ce nombre même est sujet à caution, estimé entre 9.000 et 25.000.
Les textes des règlements européens sont ainsi fortement influencés par ces multinationales. C’est encore le meilleur des cas, puisqu’il est arrivé qu’ils soient transmis aux instances européennes qui les retranscrivent sans vergogne.

Voilà où nous en sommes rendus aujourd’hui. Une armada de fonctionnaires qui s’acharne à vouloir réglementer notre quotidien de la façon la plus absurde, allant mettre des normes partout, sur la taille des concombres, la vitesse des essuie-glaces des tracteurs agricoles, sur le volume des chasses d’eau ou la courbure des bananes, le tout en vingt-quatre langues.

.

Et pendant ce temps, l’Europe reste un nain politique et économique, en proie aux prédateurs de la mondialisation.

Où est le rêve européen ?

.

Même pour les fonctions les plus basiques, l’Europe est en panne.
Abraham Maslow avait décrit la hiérarchie des besoins dans sa fameuse pyramide. Selon lui, une fois les besoins physiologiques satisfaits, le premier besoin recherché par l’Homme est celui de sécurité. Seulement une fois cette étape franchie, peut intervenir le besoin d’appartenance.

Or qu’observe-t-on ?

L’Europe est dramatiquement absente dans ce domaine essentiel et primordial : protéger ses ressortissants.

La politique immigrationniste et islamophile de l’Europe est suicidaire. On aurait tort de croire qu’il s’agit d’un épiphénomène récent. En décembre 2010, l’Europe affichait clairement le cadre juridique dans lequel s’inscrivait sa politique en publiant le :

Cadre commun pour l’intégration des ressortissants de pays tiers.
Cette communication constitue une première étape vers la création d’un cadre européen cohérent pour l’intégration de ressortissants de pays tiers. Elle propose des mesures concrètes à l’échelle nationale et au niveau de l’Union européenne (UE) visant à mettre en pratique les principes de base communs, mais aussi d’une série de mécanismes de soutien de l’UE.
L’emploi est un élément clé du processus d’intégration ». La Commission propose au niveau national (…)
• d’encourager le recrutement des migrants et de soutenir la création d’entreprises par les migrants.
Elle proposait aussi :

• de renforcer la capacité de la société d’accueil à s’adapter à la diversité
«La pratique des différentes cultures et religions doit être protégée».
Et pour faire bonne mesure :
«La participation des immigrants au processus démocratique et à la formulation des politiques d’intégration favorise leur intégration».
On voit donc clairement que la stratégie affichée est de donner les clefs de la ville à l’envahisseur sans livrer combat. D’aucuns, moins délicats que moi, diraient « baisser le pantalon et tendre le pot de vaseline ».
Les flux incontrôlés de migrant ne sont pas une fatalité : ils ont été voulus, voire clairement encouragés.

La course au mondialisme est aussi un refus de protéger les emplois. L’Europe a refusé la naissance d’un géant du ferroviaire en mettant son veto à la fusion Siemens /Alstom.
En revanche, elle s’ingénie à faire tomber toutes les barrières tarifaires et réglementaires, véritable coup de pouce aux délocalisation. L’Europe tue ainsi des millions d’emploi.

L’absence de prévention dans le cadre de l’actuelle pandémie est probablement le dernier clou dans le cercueil de cette Europe moribonde.
Disposer d’un budget de 150 milliards d’euros par an et être incapable de protéger ses ressortissants ne sera probablement jamais pardonné à nos eurocrates.

.

Certes, je comprends aisément qu’il y ait d’autres priorités, telles que :

COUPE DES QUEUES DES COCHONS : LA FRANCE POINTÉE DU DOIGT PAR LA COMMISSION EUROPÉENNE
Alertée à propos du non-respect de la directive européenne relative à la protection des porcs en élevage, la Commission européenne a mené un audit dans les élevages français en juin dernier. Son rapport témoigne de nombreux et sérieux manquements à la réglementation en vigueur.

Ou mieux encore :

DIRECTIVE 2008/120/CE DU CONSEIL du 18 décembre 2008 établissant les normes minimales relatives à la protection des porcs
(9) Lorsque les porcs sont détenus en groupes, il convient de prendre des mesures de gestion propres à assurer leur protection et à améliorer leur bien-être.
(…) Sans préjudice de l’article 3, paragraphe 5, les porcs doivent avoir un accès permanent à une quantité suffisante de matériaux permettant des activités de recherche et de manipulation suffisantes.

Et, en retraduisant tout cela dans les réglementations nationales, on en arrive à rendre obligatoires des jouets pour les cochons :

Ces matériaux peuvent être de la paille, de la sciure, de la tourbe ou des « jouets ».

.

Déjà, dès le début des années 80, certains avaient prévu le naufrage de cette Europe technocratique et bureaucrate.

Franz-Joseph Strauss avait été visionnaire en annonçant la faillite prévisible de cette Europe. Il illustrait son propos d’une image assez parlante :
« Les Dix Commandements, c’est 81 mots, La Déclaration des Droits de l’Homme, c’est 785 mots, et la réglementation européenne sur l’importation des caramels mous, 22.589 mots, sans les annexes ».

Il est urgent de dynamiter cette Europe. Quand les fondations sont pourries, il ne sert à rien de ravaler la façade.

Raser la Commission et le Parlement devient une urgence absolue.

Après seulement, on pourra reconstruire.

 4,818 total views,  5 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. L’Europe est un cuisant échec ,la preuve par la gestion de cette épidémie ou chacun a tire la couverture a soi ! C’est une usine a gaz qui n’a produit que des fonctionnaires avec des lois qui s’empilent et que l’on ne mettra jamais en route ,car contradictoires les unes aux autres .A son actif un déficit colossal une invasion par ses frontières pourries ,un cout astronomique pour un résultat nul ,la faillitte de nombre d’entreprises !bref un cacophonie interminable de séances ou tous les sièges sont vides! La tour de Babel dans la bible en parle déjà!!
    I .Pire l’Europe a organisé la chute de l’Europe déjà a cinq c’était dur alors maintenant c’est impossible mème pas capable d’avoir géré un virus ,alors n’envisageons pas ce que cela sera quand il faudra lutter contre l’islam et le califat qui va se créer de fait!moi je crois que je vais émigrer en Russie si cela continue!!

  2. Que cette mafia de Bruxelles et ses milliers de pouritures politiques et technocratiques aillent chier ailleurs et ne reviennent plus de l’enfer. Qu’ils crèvent tous, macron et ses complices en premier. Vive la France, débarrassée de ses parasites nuisibles et criminels et aux chiottes cette europe de merde.

  3.  » Et, en retraduisant tout cela dans les réglementations nationales, on en arrive à rendre obligatoires des jouets pour les cochons : »

    éclairez moi je n’ai pu comprendre si c’était du lard ou du cochon ,car
    les nazis eux ne voyaient pas l’intérêt de donner des jouets dans les camps de la mort .
    Ces technocrates, peut être un court instant ont’ils sentis en eux un coeur battre
    ou alors penser que la viande serait plus goutteuse si les porcs pouvaient au moins se mouvoir et respirer l’air propriété exclusive des bêtes a deux pattes.

    Pour ma part je culpabilise toujours que nos milliers d »années d »évolution ai fait que des chats ( mes chats ) doivent subir une cohabitation forcée avec moi .Je tente du mieux que je peux de leur rendre cette captivité la moins pénible et visible .En philosophe je cherche un sens à cet état de fait et en déduit que nos vaines tentatives de nous soustraire à notre condition de simple mortel , nous ramènent à elle justement au travers de ceux à qui nous nions le droit à l’existence .
    Alors oui donnons des jouets aux porcs ou plus exactement partageons les nôtres nous n’en serons que plus vivant.

  4. poutine
    president du plus grand pays d’europe, devrait mettre sur pied une Europe comme nous la voulons
    EURO-PARTENAIRES
    Une Europe ou les pays s’entraident economiquement
    Et uniquement economiquement
    Pour le reste, frontieres et chacun chez soi
    Aucune ingerence que ce soit au niveau politique
    Et plus d’euro, cette monnaie de singe
    Chacun retrouve sa monnaie

  5. Vous n’aviez quand même pas cru qu’ils allaient se laisser priver de gueuletons et de siestes?

  6. Pas encore mort du coronavirus, ce connard de Delors ? Le virus ne voudrait-il pas le mettre dehors, le Delors, dès lors que son Europe donne de l’or aux or-dures d’islamistes ?
    Et dans la foulée, sa fille, la communisto-anarchiste Martine Aubry qui pue à des dizaines de kilomètres ?
    Quel dommage… Mais on peut toujours espérer.

    • Je croyais Delors confine dans un bocal a formol pour monter a nos jeunes générations la bêtise de nos élites. Mais il bouge encore. Incroyable ces gauchistes: On peut les conserver dans des bocaux mais ils en ressortent comme les virus prédateurs. Des mutants…
      On est toujours en pleine science fiction avec ces énergumènes.
      Quelle plaie purulente:

  7. Les dé putes ne sont là que pour prendre le pognon, pas pour travailler et en plus quand on les dénonce, quand on les prend la main dans le sac, ils le prennent de haut. Pour le pognon, le fric, le flouze, ils vendent leur âme au diable. Quand je dis que pour le coved 19, ces même pourritures nous ont laissé crever pour s’enrichir auprès des laboratoires, je ne crois pas me tromper beaucoup. Pour ces pourris nos petites vies ne comptent pas, seul le pognon compte.

Les commentaires sont fermés.