Nos vieux euthanasiés au lieu d’être soignés du corona pour libérer des lits d’hôpital ? A vérifier avant tout !


Nos vieux euthanasiés au lieu d’être soignés du corona pour libérer des lits d’hôpital ? A vérifier avant tout !

.

Le témoignage ci-dessous d’Odile Guinnepain, extrait d’un article paru dans Présent est terrifiant. Faut-il le croire ? Cette infirmière chrétienne milite activement contre l’avortement et contre l’euthanasie… cela nous oblige à prendre son témoignage avec recul si ce n’est avec des pincettes… Quoi que l’on pense de l’euthanasie, il ne faut pas mélanger le militantisme avec la critique d’une situation politique. 

Y a-t-il d’autres témoignages du même genre d’infirmiers neutres et objectifs ? Que pensent les médecins qui nous lisent des doses de morphine et Hypnovel et des situations qu’elle évoque ? Merci à nos lecteurs de nous dire ce qu’ils en pensent.

Christine Tasin

.

Une raison du peu d’empressement du gouvernement pour un traitement rapide et efficace ?

.

Le témoignage d’Odile Guinnepain Infirmière en soins palliatifs.

 Odile Guinnepain est la fondatrice de l’antenne d’écoute destinée aux soignants : Nos mains ne tueront pas. En cette période d’épidémie, elle reçoit l’appel d’infirmières alertant sur la hausse des sédations sur des patients malades du Covid-19. Quand avez-vous reçu les premiers appels et que se passe-t-il exactement […]

—Quand avez-vous reçu les premiers appels et que se passe-t-il exactement dans nos hôpitaux ?
—J’ai reçu la première alerte le 17 mars. Elle émanait d’une infirmière travaillant aux urgences d’un grand hôpital parisien. Depuis le 10 mars, elle a vu arriver beaucoup de patients alors que le service de réanimation était déjà plein. Il s’agissait surtout de personnes âgées ou très âgées, atteintes de Covid-19 et présentant une détresse respiratoire. Mais elles n’avaient, en général, pas d’antécédents médicaux. Ces patients, qui auraient pu être mis en réanimation sous respirateur, ne l’ont pas été faute de place. Le plus alarmant est que ces infirmières ont reçu un protocole de sédation systématique à appliquer pour ce genre de patients. Les doses préconisées m’ont laissée sans voix : 1 mg de morphine par heure combiné à 1 mg d’Hypnovel par heure, en intraveineuse. La dose quotidienne de morphine qui est administrée – 24 mg donc – est à elle seule létale pour des patients âgés, qui n’ont jamais reçu de morphine et qui se trouvent déjà en situation de détresse respiratoire. La quantité d’Hypnovel qui leur est administrée est tout aussi énorme. On considère que l’Hypnovel est létal à partir de 30 mg par jour. Or, ces patients reçoivent, d’emblée, 24 mg par jour ! Ces situations sont terribles pour les infirmières car on leur demande d’appliquer un protocole sans réfléchir, sans effectuer de surveillance, alors qu’il mène clairement à un surdosage et conduit très rapidement ces patients à la mort.

.
— Pourquoi le corps médical a-t-il mis en place de tels protocoles ?
— L’intention, en soi, comme souvent, n’est pas mauvaise. C’est une façon de pallier une crise que l’on ne peut pas gérer matériellement. Une façon de faire le tri. Dans les faits, il s’agit clairement d’euthanasie puisque les doses administrées sont létales. Pourquoi ne pas donner une chance à ces patients même s’ils sont âgés ? Le problème est que si l’on soigne ces patients cela va leur prendre entre trois semaines et un mois et demi pour guérir et les hôpitaux disent ne pas pouvoir se le permettre. Mais toutes les activités chirurgicales ont été stoppées, et beaucoup de cliniques sont vides…

[…]

 

Pour lire la suite de l’article :

Présent 31 Mars 2020

.
Pour en savoir plus sur la sédation.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




6 thoughts on “Nos vieux euthanasiés au lieu d’être soignés du corona pour libérer des lits d’hôpital ? A vérifier avant tout !

  1. AvatarJoël

    Si ce n’est pas le cas, ça y ressemble beaucoup :

    Pontoise (95) : « Une vague de jeunes arrive en réanimation, 1/3 a moins de 35 ans, il faut faire le tri parmi les patients »

    Nous sommes blindés de chez blindés. Il faut alors faire un choix parmi les patients… Ici, on appelle ça « le tri«
    Il nous arrive de devoir laisser des patients quadragénaires dans les unités Covid-19 pour pouvoir accueillir d’autres malades plus jeunes.
    Idem, lorsque le Samu apporte de jeunes patients d’un « département voisin » et que nous n’avons pas de lit disponible…

    https://actu.fr/ile-de-france/pontoise_95500/val-doise-coronavirus-une-vague-jeunes-deferle-reanimation-pontoise_32722561.html

  2. AvatarDorylée

    Les gouvernements de la France ont kidnapper des enfants réunionnais pour repeupler la campagne française, ont contaminé des malades avec du sang vicié et des farines animales corrompues (Kreuztfeld-Jacob) et ont importé un virus mortel en France en allant chercher des ressortissants français au cœur de l’épidémie chinoise sans prendre de mesures de confinement en rapport avec le risque qu’ils faisaient courir à la population. Alors, de la part de ces gens là, on peut s’attendre à tout et surtout au pire. Peu leur chaut le devenir des  » gens qui ne sont rien  » .

  3. AvatarGloup la grenouille

    Pourquoi le gouvernement refuse-t-il obstinément de placer les malades pas ou peu atteints dans les cliniques privées alors que 10 000 lits y sont disponibles tout de suite ?
    – Est-ce pour qu’il y ait un maximum de morts, notamment parmi les plus âgés ?
    – Est-ce parce qu’ils effectueront ces transferts uniquement lorsque le nombre de malades aura explosé dans les banlieues ? Cette décision permettrait alors d’évacuer les Français qui occupent actuellement ces lits puis d’apporter les meilleurs soins, dans les meilleures conditions, à la racaille (importée) .

  4. AvatarJLG

    Je vous invite à aller voir le site ciel voilé.fr où le décret assassin est mentionné avec un autre produit hors AMM pour les détresses respiratoires donc pour tuer les gens. Des vidéos jointes dont une de Sud Radio (Bercoff) font témoigner deux médecins différents qui confirment tous les deux qu’il s’agit d’assassinats programmés.
    La date limite actuelle est le 15 avril.
    Le titre est proche du votre.

Comments are closed.