Après les Municipales, on compte les morts dans les mairies

Publié le 1 avril 2020 - par - 11 commentaires

Illustration : Luc Tafforeau, décédé du coronavirus le 23 mars

.

En prévision des Municipales, ils étaient les premiers à serrer des mains, à embrasser des voisins ou des amis, à distribuer des tracts sur les marchés, à argumenter ou convaincre sans se soucier de respecter les « règles de distanciation sociale » et encore moins un confinement.

Car, en effet, le 6 mars 2020, le couple Macron incitait encore les Français à ne pas modifier leurs habitudes…

.

Emmanuel et Brigitte Macron au théâtre pour inciter les Français à sortir malgré le coronavirus

Au terme d’une semaine où il a voulu s’affirmer en « président protecteur », Emmanuel Macron s’est rendu vendredi soir en compagnie de son épouse au théâtre Antoine pour assister à une représentation de Par le bout du Nez.

Objectif: inciter les Français à continuer de sortir malgré l’épidémie de coronavirus: « La vie continue. Il n’y a aucune raison, mis à part pour les populations fragilisées, de modifier nos habitudes de sortie »…

https://people.bfmtv.com/actualite-people/emmanuel-et-brigitte-macron-au-theatre-pour-inciter-les-francais-a-sortir-malgre-le-coronavirus-1870852.html

.

Après le 1er décès d’un Français contaminé (le 26 février), notre Clémenceau des bacs à sable avait annoncé par un tweet, le 3 mars, « la réquisition des stocks de masques protecteurs ».

Stock évidemment au plus bas depuis la décision du gouvernement Hollande de se débarrasser des 1,7 milliards entreposés…

Mais, apparemment, tout semblait sous contrôle : le président-stratège élaborait ses plans de bataille pendant que les équipes municipales vaquaient à la préparation des futures élections.

Hors de question de les annuler !

Surtout que la Macronie comptait sur Buzyn pour emporter Paris… même si cette dernière déclara plus tard que la tenue des élections était « une mascarade ».

Malgré tout (et l’augmentation exponentielle des décès), on vota donc, sans masques, le dimanche 15 mars. Avec des stylos, des bulletins, des isoloirs et des électeurs possiblement contaminés…

Si les Français pouvaient encore partir à la pêche, skier ou s’exiler dans leur résidence secondaire, les équipes municipales devaient assurer à tout prix le bon déroulement du vote et ce, malgré une abstention record (près de 60%).

Puis on ferma les écoles, les restaurants et les cafés. Enfin, on confina 68 millions d’habitants.

Aujourd’hui 1er avril, un mois après le premier décès du coronavirus, la France compte ses morts : plus de 3500 décès « officiels » du COVID-19 dont nombre de candidats à l’élection, de maires sortants, d’assesseurs et de conseillers municipaux.

Alors comment qualifier cette mascarade macronienne : inconséquente, inconsciente ou… criminelle ?

.

Photo : distribution de tracts fin février au marché couvert de Charleville-Mézières

Covid-19 : les élus locaux frappés de plein fouet

Patrick Devedjian n’est pas le seul édile à succomber du coronavirus.

Au fil des jours, la liste des élus victimes de l’épidémie s’allonge. Chargés de maintenir le contact avec la population, les édiles paient un lourd tribut à la crise…

L’adjoint au maire de Chécy (8 700 hab., Loiret), Luc Tafforeau, a été le premier élu à succomber du coronavirus, le 23 mars. Depuis, deux premiers magistrats de villages en sont également morts : Jacques Lajeanne, 81 ans, à Beurez-Bauguay (130 hab., Côte-d’Or) [et son épouse – NDA] et François Lantz, 74 ans, du côté de Saint-Nabor (500 hab., Bas-Rhin).

La Seine-Saint-Denis durement touchée

Le conseiller municipal de Montreuil et ancien vice-président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Jean-Charles Nègre, 71 ans, est également décédé du Covid-19, le 28 mars.

Les élus de son département, où les consignes de confinement n’ont pas toujours été respectées, sont particulièrement touchés par l’épidémie.

Le maire de Tremblay-en-France, François Asensi, ainsi que ses collègues de Sevran, Stéphane Blanchet et d’Epinay-sur-Seine, Hervé Chevreau, ont tous trois été hospitalisés. Impossible de comptabiliser le nombre d’élus touchés. Mais les cas se multiplient ces derniers jours.

Le père de Thibaut Pinot atteint

Le père du champion cycliste, Thibaut Pinot, Régis Pinot à Mélisey (1 700 hab., Haute-Saône) souffre ainsi de problèmes respiratoires dus au Covid-19. La présidente d’Aix-Marseille-Provence, candidate à la mairie phocéenne, Martine Vassal est également atteinte.

Cela a été le cas aussi du patron du Grand Est, Jean Rottner, et de celui de la métropole de Nice-Côte d’Azur, Christian Estrosi, ainsi que du premier magistrat de Fontenay-aux-Roses, Laurent Vastel. Tous trois vont mieux.

Difficile distanciation sociale

Mais cette vague de contamination pose question. Selon André Laignel, numéro 2 de l’Association des maires de France, elle serait supérieure à la moyenne nationale. Rien d’étonnant, a priori à cela. Beaucoup d’élus locaux ont battu la campagne des municipales jusqu’au bout.

Jusqu’à l’avant-veille du scrutin, les rassemblements de moins de 500 personnes étaient encore admis. L’assistance se pressait autour des édiles à la fin des meetings.

Certains élus eux-mêmes ont parfois eu du mal à se défaire de leurs réflexes. Surnommés « serre-la-louche » ou « toque-manette », il leur a fallu se faire violence pour ne pas répondre à l’adresse d’électeurs qui leur tendaient encore la main malgré les consignes de distanciation sociale.

Et, surtout, beaucoup d’élus ont tenu des bureaux de vote lors du premier tour des municipales, le 15 mars. Comme toujours, ils ont également fait la tournée des points électoraux.

Depuis le confinement, les maires sont sur le pont, œuvrant au maintien des services publics essentiels et rassurant la population. Autant de missions qui les mettent au contact des autres. Moins que d’habitude certes. Mais les risques sont assurément plus grands pour eux que pour la majorité de leurs administrés.

https://www.lagazettedescommunes.com/671564/covid-19-les-elus-locaux-frappes-de-plein-fouet/

 

.

Coronavirus: le lourd tribut payé par les élus locaux

Dimanche est décédé Daniel Davisse, Vice président communiste du Conseil départemental du Val-de-Marne, maire honoraire de Choisy-le-Roy […] 

Le maire de Châtillon-sur-Loire, Emmanuel Rat, 70 ans, maire depuis 1995, a été atteint au lendemain du premier tour. Il est en service de réanimation, dans un état préoccupant tandis que son premier adjoint, Gérard Galfano, a également été admis en réanimation au CHRO…

À Drancy, deux conseillers municipaux, Paule Beaujour, 81 ans, et Brahim Fellah, 53 ans, sont décédés […] Déstabilisée et inquiète, Aude Lagarde, la maire UDI, dont le directeur de cabinet et une bonne partie du personnel sont aussi contaminés, songe à la cérémonie de recueillement œcuménique…

[…] à Muzillac, dans le Morbihan, Jo Brohan, le maire sortant, qui ne se représentait pas, a été hospitalisé d’urgence…

Meilleure nouvelle, en revanche, à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) où le maire UDI, Laurent Vastel, a écrit à ses administrés pour dire qu’il allait mieux. Même si les médecins demeurent vigilants sur son état de santé. Son premier adjoint est lui aussi hospitalisé. Plusieurs autres élus de la majorité et de l’opposition sont aussi touchés.

A Caen, ce lundi 30 mars, le maire LR Joël Bruneau réélu le 15 mars, confiné chez lui depuis 10 jours a .repris le chemin de la mairie…

A Saint-Fons dans le Rhône, une candidate aux municipales, Chafia Zehmoul veut attaquer l’Etat «pour mise en danger de la vie d’autrui» devant la Cour de justice de la République après la contamination de 5 de ses colistiers qui sont hospitalisés…

https://www.lefigaro.fr/politique/coronavirus-le-lourd-tribut-paye-par-les-elus-locaux-20200329

.

Décédés du Covid-19 : Jacques Lajeanne, François Lantz, Jean-Charles Nègre

Décédés du Covid-19 : Brahim Fellah et Paule Beaujour

Print Friendly, PDF & Email

11 réponses à “Après les Municipales, on compte les morts dans les mairies”

  1. Avatar Hatebreed dit :

    Ce virus est il utile de dire qu il a été créé pour tuer le plus d’humains possible. Une genre de guerre bactériologique pour un génocide. Je le pense. Regardez en France des tas de morts s’entassent et que fait choupinet à part rigoler il ment ainsi que tous ses sbires.

  2. Jean-Paul Saint-Marc Jean-Paul Saint-Marc dit :

    Il faut dire que droite et gauche voulaient ces élections municipales, logique après la débâcle de 2017, revanche était à espérer !
    Quelques individualités s’y sont opposées peu de temps avant…
    Même le Pr Raoult n’a pas cru à une pandémie au tout début !
    L’expérience Bachelot était encore dans les mémoires !

    Je crois avoir aussi vu des articles sur RR et RL y appelant !

    • François des Groux François des Groux dit :

      J’avoue avoir été comme la majorité des Français : insouciant jusqu’à début mars. En même temps, je suivais les infos qui plaisantaient presque sur ce virus attrapé « en mangeant de la chauve-souris » ou du « pangolin » à Wuhan…

      Ensuite, il fallait faire des bisous aux Chinois dans le métro pour montrer « que nous n’étions pas racistes ».

      En revanche, j’étais contre la tenue de ces élections. Beaucoup de Français n’allaient pas se déplacer par crainte du virus.

      • Avatar Karl der Hammer dit :

        Sauf erreur de ma part, le site « Info Wars » d’Alex Jones a expliqué dès le début, que le nouveau virus était une fabrication humaine en laboratoire spécialisé (arme bactériologique), que son système d’entrée dans les cellules était celui du Sida… et que si rien n’était fait, il fallait compter avec plusieurs millions de morts aux Etats-Unis d’ici le mois de Juillet!

  3. Conan Conan dit :

    Si le commun des mortels n’était pas vraiment informé, eux l’étaient !
    Preuve en a été donné par les révélations de celle qui passait pour notre ministre de la santé !

  4. Avatar Christian dit :

    Ce virus est arrivé de Chine ou les premiers cas datent parait-il d’octobre 2019. Ensuite il s’est vite propagé et des cas circulaient en Europe dés janvier.
    Depuis des siècles les chinois pensent qu’un zoo est un buffet froid mais jamais un tel virus n’était apparu Alors je pose la question : Ce virus n’a t’il pas été créé dans un laboratoire ?? Curieusement les chinois disent être sorti du confinement, ils ont du cash, possède 30% de la dette américaine et comme les bourses mondiales n’ont pas fermé (pourquoi ????) ils auront les moyens de faire leurs courses en rachetant des entreprises stratégiques (IA,….) Trump leur avait serré le kiki, ils n’ont pas apprécié, surtout avec une croissance qui freinait beaucoup et là ils se retrouvent maitres du monde… Alors ai je le droit de me poser des questions sur ce virus ???

    • Avatar durandurand dit :

      Bonjour Christian , c’est exactement la même question que je me suis posé , et a qui profite le crime ? De plus rappelons-nous dans un article ou l’on voit une photo de le drian visitant un labo P4 dont le scientifique est dans une combinaison étanche entrain de bosser et le drian sans aucune protection debout penché au-dessus de l’épaule du scientifique , je me suis posé la question si le drian était un suicidaire ou bien si la France ne possède pas un remède complet pour tous les types d’infections ?

  5. Avatar Bayard dit :

    Triste destin pour ces élus et candidats qui étaient en pleine forme il y a 3 semaines ! La décision de maintien des élections étaient totalement irresponsable ( mais il ne faut pas le dire) !

  6. Avatar Gloup la grenouille dit :

    On compte les morts parmi les élus locaux mais qui compte le nombre de morts parmi les électeurs qui ont attrapé le virus en accomplissant leur ‘ devoir civique ‘ le 15 mars ?
    Personne car ‘ Les prolétaires sont des bêtes. Ils ne comptent pas. ‘ – George Orwell – 1984.

  7. Avatar jojo dit :

    les familles doivent porter plainte
    Elections criminelles……les autorites savaient

  8. Avatar PUGNACITE dit :

    Des suicides( morts en connaissance de xayses) ou des sacrifiés du pouvoir,???

Lire Aussi