Chloroquine : Macron veut des essais en double aveugle, la moitié des malades avec un placebo crèveront


Chloroquine : Macron veut des essais en double aveugle, la moitié des malades avec un placebo crèveront

.

Le gouvernement accepterait enfin d’écouter Raoult et d’utiliser contre le coronavirus la chloroquine mise parmi les produits vénéneux par Buzyn en janvier .

Victoire ! Je vous vois et je vous entends exulter…

Sauf que… 

Sauf que ces crétins de Macron et d’organisations  européennes ont décidé de faire avec la chloroquine ce que la loi oblige à faire pour tout nouveau médicament, à savoir, des essais clinique randomisés.

Traduisez : 

On a 800 personnes atteintes du corona virus, on va tirer au sort la moitié d’entre eux qui vont être soignés  à la chloroquine…. et les autres seront soignés par un placebo…

.

Absolument monstrueux et inacceptable. 

On n’est pas dans le cas de figure où on teste un médicament nouveau, inconnu, qui va en remplacer un autre, on est dans une crise lourde, dans une épidémie sérieuse, avec de vrais malades qui risquent juste leur peau. Ici et maintenant ! 

.

Il faut soigner tout le monde, directement et non tester ! 

C’est d’ailleurs ce que demande en toute logique Bruno Retailleau : 

Le patron des sénateurs Les Républicains Bruno Retailleau s’est d’ailleurs interrogé sur France Inter sur la non utilisation du médicament pour le moment et demande au gouvernement de pas « prendre du retard » avant d’ajouter « la chloroquine, pourquoi ne l’utilise-t-on pas? Elle a un avantage, elle n’est pas chère. (…) Peut-être faut-il simplement le prescrire en milieu hospitalier. Mais on élargit tout de suite la prescription. Et il faut que le directeur général de la Santé dise à tous les hôpitaux de France: allez-y ! De toutes façons qu’est ce qu’on risque ? Les gens meurent ».

https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2489467-chloroquine-et-plaquenil-le-medicament-teste-a-grande-echelle-face-au-coronavirus/

.

Mais la presse aux ordres de soutenir le parti-pris du test randomisé, évidemment.

L’article de l’Internaute, par exemple, est sidérant. Ils annoncent qu’ils n’ont rien à part la chloroquine qui semble prometteuse et que « faute de grives » ( le vaccin qui rapporterait tellement d’argent…) ils vont tester. 

Et Véran de pavoiser en espérant des résultats dans 15 jours... Bref, au moment où on va atteindre le pic de l’épidémie, la moitié des testés vont avoir droit à de la mie de pain ou  de l’eau minérale en se croyant pris en charge par un vrai médicament… juste histoire de respecter les « protocoles », les règlements… et de ne pas rendre hommage à Raoult trop vite :

« J’ai demandé à ce que l’étude du professeur Raoult puisse être reproduite […] dans d’autres centres hospitaliers, par d’autres équipes indépendantes. Je suis cela d’extrêmement près. » Le ministre a précisé qu’il espérait avoir des résultats d’ici une quinzaine de jours. Ces propos font suite à ceux de Jérôme Salomon qui avait indiqué vendredi 20 mars que la France avait demandé « une évaluation en urgence » pour « acquérir rapidement des connaissances scientifiques fiables sur l’efficacité ou non de ces molécules« 

https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2489467-chloroquine-et-plaquenil-le-medicament-teste-a-grande-echelle-face-au-coronavirus/

.

Comme d’habitude Macron ne peut rien faire tout seul, il ne peut que s’associer à une officine européenne qui annonce elle, des résultats dans 6 semaines … l’ordure !

Sachez que cette étude française va rejoindre l’essai européen Discovery que conduit l’institut de recherche médicale dans le cadre du consortium multidisciplinaire Reacting. Le gouvernement confirme que l’autorisation accélérée d’un essai clinique randomisé de grande ampleur supervisé par l’Inserm va être accordée ce mardi. Cette vaste recherche devrait concerner environ 800 patients français et quelques CHU pour le moment. Concrètement durant cet essai, les patients seront répartis en cinq groupes :  un groupe placebo traité pour les symptômes uniquement, un pour tester l’efficacité d’un médicament anti-VIH (le Kaletra), un autre qui l’associera à de l’interféron bêta pour moduler la réponse immunitaire, un quatrième pour vérifier l’effet d’un antiviral développé contre le virus Ebola (le Remdesivir) et donc un pour la chloroquine. Il faudra être patient pour avoir des résultats concrets puisqu’on annonce un délai de six semaines.

.
et tout cela alors que Raoult utilise la chloroquine depuis 30 ans, qu’il en connaît les inconvénients, les effets secondaires;  et tout cela alors que l’étude a déjà été utilisée en Chine, en Iran, en Corée du Sud… et a largement démontré l’efficacité de la chloroquine.

Et l’Internaute de casser du sucre sur le dos  de Raoult et de faire la part belle aux opposants à Raoult…  ceux qui font partie du système. 

Preuve de la prudence du gouvernement, les essais étendus souhaités et autorisés par Olivier Véran seront réalisés avec une équipe indépendante du professeur Raoult. Quoi qu’il en soit, un avis semble être partagé par bon nombre de professionnels de la santé : la chloroquine ne doit pas être jugée, pour l’instant, de médicament miracle contre le coronavirus. Il convient également d’avoir à l’esprit que la chloroquine peut générer des effets secondaires graves en cas de surdosage ou de mauvaise utilisation. Des réactions très négatives sont craintes en cas d’interactions avec d’autres médicaments, en particulier pour les patients placés en réanimation. La molécule provoquerait notamment en mauvais dosage : des nausées, vomissements, affections du système immunitaire, affections gastro-intestinales, troubles hépatiques voire hématologiques.

Le manque d’encadrement des premiers essais cliniques est particulièrement décrié. « Le développement du médicament est encadré pour la sécurité du patient et la santé publique. Le court-circuiter ainsi est un retour au Moyen-Age du médicament. C’est irresponsable et grave », a tweeté Antoine Flahault, directeur de l’Institut of globel health de Genève.

Face à ses détracteurs, Didier Raoult a répliqué dans Marianne : « La chloroquine est très connue. […] Les effets secondaires sur le plan oculaire n’arrivent jamais avec des prescriptions d’environ dix jours comme celles auxquelles nous aurions affaire face au coronavirus : elles interviennent au bout de cinq ans, sur 1 % des patients. Il peut y avoir, en effet, des contre-indications avec le Cordarone [Ndlr : médicament pour le coeur]. Mais tout cela est très dérisoire à côté des effets positifs que ce médicament pourrait nous apporter. », argue-t-il. Et le professeur d’assurer : « Le vrai risque serait plutôt de tester des molécules nouvelles dont on ne connait pas la toxicité.« 

.

Et Trump généralise l’utilisation de la chloroquine, sans se soucier d’essais cliniques, faisant confiance, lui,  à Raoult.

 

Les Américains vont donc être sauvés pendant que les nôtres, pas testés, vont mourir sur leur lit d’hôpital, abandonnés de tous, parce qu’ils auront eu la malchance de ne pas être tirés au sort pour les essais cliniques.

.

Révoltons-nous, téléphonons, écrivons en masse aux Maires, aux Préfets, aux ministres, à l’Elysée, aux députés, aux sénateurs… Des millions de citoyens en colère doivent réclamer l’utilisation de la chloroquine pour tous les malades atteints du coronavirus.

Il semble que le couple Estrosi ait eu droit à ce traitement, et aient été guéris en quelques jours. J’ignore s’ils sont allés se faire soigner à Marseille chez Raoult ou bien s’ils ont eu droit à une prescription d’un médecin intellligent, mais je ne voudrais pas que nos élites reçoivent le divin produit de façon assurée, sans être tirés au sort pendant que la moitié des nôtres seront abandonnées au nom de « la science ». Ils sont où tous les défenseurs des animaux qui se sont battus pour que lapins et autres cochons d’Inde ne soient plus utilisés par les laboratoires ? 

Cela ne les dérange pas que les humains le soient, eux, et qu’ils payent de leur vie des essais cliniques qui n’ont aucun sens ? 

.

Oui, le professeur Raoult a raison, ne pas traiter les malades à la chloroquine est immoral. Je dirais même plus, c’est, carrément, criminel.

.

Joint dimanche, ce spécialiste des maladies infectieuses se dit convaincu d’avoir trouvé un remède contre le coronavirus. Le Pr Raoult juge « immoral » d’attendre pour l’administrer et affirme qu’il se « fiche » qu’un essai clinique soit lancé.

[…]

Le gouvernement a autorisé un essai clinique de grande ampleur pour tester l’effet de la chloroquine sur le coronavirus. C’est important pour vous d’avoir obtenu cela ?

DIDIER RAOULT. Non, je m’en fiche. Je pense qu’il y a des gens qui vivent sur la Lune et qui comparent les essais thérapeutiques du sida avec une maladie infectieuse émergente. Moi, comme n’importe quel docteur, à partir du moment où l’on a montré qu’un traitement était efficace, je trouve immoral de ne pas l’administrer. C’est aussi simple que ça.

Que répondez-vous aux médecins qui appellent à la prudence et sont réservés sur vos essais et l’effet de la chloroquine, notamment en l’absence d’études plus poussées ?

Comprenez-moi bien : je suis un scientifique et je réfléchis comme un scientifique avec des éléments vérifiables. J’ai produit plus de données en maladies infectieuses que n’importe qui au monde. Je suis un docteur, je vois des malades. J’ai 75 patients hospitalisés, 600 consultations par jour. Donc, les opinions des uns et des autres, si vous saviez comme ça m’est égal. Dans mon équipe, nous sommes des gens pragmatiques, pas des oiseaux de plateau télé.

Comment en êtes-vous arrivé à travailler sur la chloroquine en vous disant que cela pouvait être efficace pour traiter le coronavirus ?

Le problème dans ce pays est que les gens qui parlent sont d’une ignorance crasse. J’ai fait une étude scientifique sur la chloroquine et les virus il y a treize ans qui a été publiée. Depuis, quatre autres études d’autres auteurs ont montré que le coronavirus était sensible à la chloroquine. Tout cela n’est pas une nouveauté. Que le cercle des décideurs ne soit même pas informé de l’état de la science, c’est suffocant. L’efficacité potentielle de la chloroquine sur les modèles de culture virale, on la connaissait. On savait que c’était un antiviral efficace. On a décidé dans nos expérimentations d’ajouter un traitement d’azithromicyne (un antibiotique contre la pneumonie bactérienne, NDLR) pour éviter les surinfections bactériennes. Les résultats se sont révélés spectaculaires sur les patients atteints du Covid-19 lorsqu’on a ajouté l’azithromycine à l’hydroxychloroquine.

Qu’attendez-vous des essais menés à plus grande échelle autour de la chloroquine ?

Rien du tout. Avec mon équipe, nous estimons avoir trouvé un traitement. Et sur le plan de l’éthique médicale, j’estime ne pas avoir le droit en tant que médecin de ne pas utiliser le seul traitement qui ait jusqu’ici fait ses preuves. Je suis convaincu qu’à la fin tout le monde utilisera ce traitement. C’est juste une question de temps avant que les gens acceptent de manger leur chapeau et de dire, c’est ça qu’il faut faire.

Sous quelle forme et pendant combien de temps administrez-vous la chloroquine à vos patients ?

On donne de l’hydroxychloroquine à raison de 600 mg par jour pendant dix jours (sous forme de Plaquenil, le nom du médicament, NDLR) sous la forme de comprimés administrés trois fois par jour. Et de l’azithromycine à 250 mg à raison de deux fois le premier jour puis une fois par jour pendant cinq jours.

http://www.leparisien.fr/societe/didier-raoult-pour-traiter-le-covid-19-tout-le-monde-utilisera-la-chloroquine-22-03-2020-8285511.php

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


51 thoughts on “Chloroquine : Macron veut des essais en double aveugle, la moitié des malades avec un placebo crèveront

      1. Avatardmarie

        angora, je suis de votre avis ! Cette pandémie arrange bien ce gouvernement de félés, ça va lui permettre de régler une partie du problème des retraites ! Et aussi le problème des gilets jaunes, tout au moins provisoirement, car je pense que la colère sera encore plus grande après la crise !

        Reply
  1. AvatarPUGNACITE

    Ce President plus que péremptoire pétri de certitudes pourtant parfois plus qu incertaines voire erronées a tellement été conforté dans ce sens qu il a perdu tout sens des nuances et toute empathie pour les individus qui composent le pays qu il dirige.
    J espère qu il saura réviser ses positions en sachant raison garder.

    Reply
  2. Avatarjetelavaisbiendit

    Il devient évident que les atermoiements de cette clique du petit freluquet aux neurones carbonisés, sont criminels. Il faut absolument que tous les soignants ne tiennent aucun compte des recommandations d’inconscients incompétents qui n’en ont rien à faire des décès qui s’annoncent. Mais ils bavardent, bavardes pour rien ! Ce sont des IN-CA-PA-BLES ! il va bien falloir qu’ils rendent des comptes et qu’ils soit chassés du pouvoir.

    Reply
  3. AvatarDavid

    Oui il ne faut pas attendre!
    j’en ai des proches morts ou atteints par le Coronavirus; donc feu vert pour les plus atteints par contre pour les positifs peuvent ils prendre des infusions de notre armoise ( en attendant la l’hydroxychloroquine pour tous)
    actuellement mes proches n’ont que de la Doliprane

    Reply
      1. Avatarzoé

        Christine : les huiles essentielles anti virales comme le Ravintsara, l’origanum compacticum et bien d’autres, sont extrêmement efficaces. Sachez que j’ai pu guérir mon époux d’une maladie nosoccomiale le Clostridium difficile avec un mélange d’HE à avaler et aussi par massages. Les antibiotiques n’avaient pas d’effets et en desespoir de cause j’ai fait le traitement avec les HE et deux jours après mon époux était guéri. Le Professeur J.P Wilhem utilisait les HE pour soigner les africains car il n’avait pas d’antibiotiques et les résultats étaient extraordinaires. Il avait travaillé pendant 4 ans avec le Dr Schweitzer. Pour ma part, je ne me soigne qu’avec les médecines parallèles car la médecine officielle ne me convient absolument pas.

        Reply
    1. Jean-Paul Saint-MarcJean-Paul Saint-Marc

      Tout tenter pour se défendre…
      Bien des huiles essentielles aident en cas d’atteinte des voies respiratoires même si elles n’arrivent pas guérir.
      Eucalyptus ! Ravintsara ! Thé Tree ! Essence de pin ! Des désinfectants : thym, laurier noble (peuvent aussi servir sous forme de plantes pour infusion)…
      Des vitamines pour enforcer les défenses en particulier la vit. C, Vit. D !

      Reply
  4. Avatardurandurand

    Il y en a marre du freluquet et de son équipe de sinistres incompétents ,allons-nous les supportés encore longtemps et les laissés décider qui vivra ou mourra ?
    Il y en a marre de ces assassins qui sont au pouvoir , il est temps de purger notre Patrie de ces sinistres salopards qui nous gouvernent !

    Reply
  5. AvatarBetty

    La chloriquine est un traitement bon marché c’est là que le bât blesse, macron préfèrerait un traitement plus onéreux afin de faire travailler les labos qui ont donné de l’argent pour son élection. La quinine n’est pas vénéneuse – j’ai commandé de l’écorce de quinine dans le cas où. ….. En tous cas, il ne doit y avoir d’atermoiements, il faut écouter le professeur Raoult, point barre.Il est plus que temps.

    Reply
  6. AvatarHenri

    Nous avons vraiment affaire à des jean-foutre.

    Alors que l’heure est grave et la vie comptée pour près de 600 des nôtres en réanimation, donc dans le couloir de la mort, sans oublier tous ceux qui sont diagnostiqués positifs et inquiets de leurs sorts, nos politiques, en pleine urgence de bataille, sont à demander des tests et autres autorisations au lieu de pallier au sauvetage de nos compatriotes.

    Cela ne manque pas de me faire penser à un film des années 70 avec Burt Lancaster à savoir : l’ultime attaque ( la fameuse bataille d’Isandhlwana: anglais versus Zoulous) où, alors que les munitions manquent de toutes parts, un sous/officier chargé de la logistique en munitions, réclame le formulaire administratif ad hoc, pour en obtenir pendant que les soldats se font massacrer.

    Là pareil !C’est complètement irrationnel ! Jusqu’au bout, leur incompétence l’emportera ! Et ça se dit en guerre !

    Reply
  7. TEMPLIERTEMPLIER

    Je suis Patrick Cohen de Strasbourg. J’ai passé un long moment hier soir avec un ami médecin, chef de service à l’hôpital de Mulhouse. Ce qu’il me relate est tout bonnement stupéfiant, glaçant. Son épouse, elle-même infirmière dans le même hôpital de l’horreur a été infectée par le Covid-19, leurs deux enfants aussi. Elle souffre le martyre depuis 48 heures, les enfants vont bien, jusqu’ici… Ce virus qui semble ne ressembler à aucun autre déjà connu est incroyablement puissant, résistant, et très hautement contagieux. La situation vécue dans cet hôpital est proprement apocalyptique. Nombre de soignants sont contaminés, certains meurent, faute de protections suffisantes et adéquates. Actuellement, ils travaillent avec des masques chirurgicaux périmés depuis 2 ans, de toute façon insuffisamment efficaces pour assurer une protection suffisante. Les masques de norme FFP2 en nombre insuffisant sont réservés aux gestes les plus invasifs comme les intubations. Il était stupéfait de voir dans un reportage du 20 heures hier soir des gens se promener dans les rues de Paris, une caissière de Nantes, porter des masques de norme FFP2 alors même que les soignants en manquent et qu’ils sont en 1ère ligne… Ils manquent de masques, bientôt ils manqueront aussi de combinaisons de protection… Ils sont submergés à l’hôpital de Mulhouse par la vague de patients qui arrivent quotidiennement et qu’ils ne peuvent pas soigner, faute de traitement… Qu’il ne peuvent plus sauver faute de respirateurs disponibles… Des gens arrivent aux urgences de Mulhouse souffrant d’insuffisances respiratoires « légères » et se retrouvent quelques heures plus tard transférés en réanimation tant leur état s’est dégradé rapidement, en quelques heures. L’évolution de la maladie est fulgurante dans de nombreux cas. Tous les âges sont concernés, malheureusement… Jeunes, vieux, tout le monde est concerné. Les plus de 80 ans n’ont quasiment aucune chance d’en réchapper. Faute de pouvoir les intuber et les mettre sous respirateurs (il n’y en a plus de disponibles) beaucoup sont accompagnés jusqu’à la mort dans le cadre de soins palliatifs. Les personnes meurent, seules, sans aucune présence familiale ou amicale.
    suite du témoignage ici :
    https://www.ricochets.cc/Temoignages-de-soignants-sur-l-epidemie-la-crise-sanitaire.html

    Reply
  8. AvatarAlexandre

    Ce truc de la chloroquine me semble invraisemblable.
    Parce que si c’est efficace ça va être difficile de le cacher donc tôt ou tard ça va se savoir et les gens qui ont freiné son emploi vont normalement être accusé quasiment de meurtre.
    En plus il y a le vol des stock de la pharmacie centrale, le classement comme dangereux par Buzyn, les bruits qui ont couru sur la qualité du P Raoult.
    Ça fait beaucoup.
    On pourrait penser que cette chloroquine est le grain de sable qui va peut être faire obstacle à un « beau » projet
    Va savoir.

    Reply
    1. AvatarOrange

      Je suis d’accord avec vous avec les relents de « beau projet ». Depuis le début de la pandémie, Macron et sa clique ont un raisonnement extrêmement morbide.

      Reply
  9. AvatarGloup la grenouille

    Vu que micron, Jupiter de pacotille, est un placebo de chef d’état digne de ce nom, s’il est atteint par le virus, donnons-lui un placebo.

    Reply
    1. AvatarMati

      Faites vite
      Il y va de notre santé de notre vie
      Au monde entier….
      Pour qu’on puisse retrouver au plus vite le quotidien de nous tous
      La vie est trop belle
      Le gouvernement doit laisser faire les scientiphiques
      Un traitement peu onéreux vous dites ils veulent remplir les poches des copains…. Bien sur l’argent toujours l’argent et nos vies notre santé vous y pensez ????
      Pour nous le peuple on veut s’en sortir au plus vite
      Agissez Mr Macron

      Reply
    2. Avatardmarie

      Ce qui serait bien, s’il n’est pas contaminé, le contaminer d’office, lui et sa vieille poule de luxe et leur donner le choix à tous les deux : un traitement pour l’un, un placebo pour l’autre. Et les laisser décider eux-mêmes, qui prend quoi ?

      Reply
  10. Jean-Paul Saint-MarcJean-Paul Saint-Marc

    Plus con, tu meurs !
    Et les malades aussi…
    Ces médocs sont connus, leurs effets aussi !
    Par contre, leur coût ne doit pas intéresser certains, dans le domaine public et pas assez cher !

    Reply
  11. Jean-Paul Saint-MarcJean-Paul Saint-Marc

    Sur le Moniteur des pharmacies.
    « Le 18 mars, Sanofi, qui commercialise Plaquenil (et également la chloroquine -Nivaquine-), a annoncé sa mise à disposition gratuite pour traiter 300 000 patients du fait de résultats qui sont jugés prometteurs. Dans un courrier au Moniteur des pharmacies, le laboratoire français indique qu’il soutiendra les essais cliniques qui vont être déployés sur le territoire national « dès lors que les conditions protocolaires de ces essais seront réunies conformément aux bonnes pratiques cliniques en vigueur et validées par les autorités compétentes ».

    A ce jour, le laboratoire affiche un stock suffisant pour traiter 300 000 patients en France. »

    https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/200319-penurie-de-chloroquine-sanofi-veille-au-grain.html

    Il faut savoir que sur internet, certains se font des couilles en or, vendant les boites à plus de 60€ !

    Reply
    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Il faut quand même remarquer que Sanofi prétend ne fournir les boîtes qu’en échange de « bonnes pratiques » soit des essais en double aveugle c’est monstrueux, envie de leur faire rendre gorge !

      Reply
    2. DeniaudDeniaud

      Déjà en 1968 à Dakar, l’armée nous donnait de la NIVAQUINE contre le paludisme. A la fin de mon service militaire , aucun problème dans tout le régiment.

      Reply
      1. Avatardmarie

        Deniaud, vous avez tout à fait raison. Tous les personnels militaires et leurs familles étaient traités préventivement contre le palu par la prise régulière de nivaquine en comprimé, comme dans d’autres pays africains soumis au paludisme.
        En Guyane française, nous avions accès au sel nivaquiné, sel de cuisine ordinaire traité par l’institut Pasteur local. Il suffisait d’apporter son paquet de sel acheté dans le commerce local et on nous remettait un paquet de sel traité.
        Aucune inquiétude pour l’utilisation de ce médicament dans la mesure où les gens respectaient les doses prescrites.

        Reply
  12. AvatarJC arrive

    Et c’esr le RN qui est traité de nazi à tout bout de champ ???
    C’est cet ersatz de président et toute son infâme clique qui se comportent comme des nazis ! ( doublés d’islamos )…Quel ramassis de pourritures !!!

    Et dire que les sondages remontent en sa faveur ( 51 % )…Plus on découvre ses sales coups, plus il remonte dans les sondages. Cherchez l’erreur ! C’est hallucinant ! ( même si je me méfie des sondages ).

    Estrosi n’a pas été tiré au sort lui, il n’a pas reçu de placebo, lui.

    Le traitement distribué gratuitement par Sanofi sera réservé en priorité aux « puissants » de ce monde, les autres, les gueux et les sans-dents, devront attendre ( s’ils sont encore en vie ) la découverte d’un autre traitement et/ou d’un vaccin qui seront bien plus onéreux et enrichisseront les laboratoires, dont celui du mari de la mère faux-cul ex 1ère sinistre de la santé.

    Et pourquoi ne demandent-on pas directement aux malades eux-mêmes s’ils ne préfèrent pas accepter les éventuels effets secondaires ? Ce sont quand même eux les 1ers concernés non ?

    C’est un véritable scandale qui va encore passer  » comme une lettre à la poste « ., tout comme la disparition subite du stock de chloroquine. Subtilisé par qui ? Il n’est pourtant plus là Benalla ! ( À moins qu’il était connaissait l’endroit du stockage )

    Reply
    1. AvatarOrange

      Oui, on pourrait signer une décharge de responsabilité du service de soins pour les éventuels effets secondaires du médicament.

      Reply
      1. AntiislamAntiislam

        Bonjour,

        C’est déjà fait !

        Quand Marine a produit des photos des crimes de DAESH (pour démontrer à des salauds qul l’assimilaient à DAESH leur saoloperie) la « justice » l’a inculpée du chef d’ « apologie de terrorisme ».

        Là, j’ai vraiment compris que « notre » « justice » était composée de sombres crapules.

        Et les dénégations de Bilger ne font que renforcer mon opinion.

        Reply
  13. AvatarAdalbert le Grand

    La connerie de l’aristocratie française dans sa splendeur.

    Raoult cumule les tares aux yeux des fats petits marquis de la (basse) Cour parisienne : il n’est pas Grand Chef de Service dans un Grand Hôpital Parisien, mais guérisseur dans un dispensaire de brousse marseillais.

    Pour aggraver son cas, il n’est pas un chercheur sérieux: au lieu de faire des ronds-de-jambe au ministère et dans les médias pour se mousser, d’intriguer pour obtenir des postes d’experts tout en n’ayant rien publié, ce tocard s’acharne à faire des vraies recherches et à multiplier les publications internationales, bref à jouer les vrais scientifiques. Comment peut-on faire confiance à un individu aussi bizarre?

    Non, mieux vaut se reposer sur des gens sérieux comme le « professeur » Lina (pte?), d’autant plus compétent sur le coronavirus que sa spécialité est le virus de la grippe… Il a donc un regard objectif, contrairement à Raoult, trop impliqué et trop familier du corona….

    ____

    Tout cela est ahurissant : la chloroquine est un médicament connu depuis plus de 80 ans, et il faudrait le tester comme s’il s’agissait d’une nouvelle molécule! Les effets secondaires sont connus et archis-connus.

    Des millions de personnes dans le monde l’ont pris, sans doute des dizaines ou des centaines de milliers de Français qui ont naguère dans des pays infestés par le palu. Est-ce qu’on s’est alors inquiété de savoir s’ils étaient infectés par un virus?

    Il est vrai qu’il faut être d’une prudence de Sioux: en effet, on ne sait jamais; des fois que ce médicament guérirait le corona! Peut-on prendre ce risque? Il faudrait alors libérer les Français et arrêter de les enfermer façon dictature…

    ___

    On reconnaît la la culture du parapluie chère à l’administration française: ne prenons aucune initiative qui pourrait nous être reproché, on ne pourra jamais nous reprocher la passivité, surtout habilement rebaptisé « principe de précaution ». Plutôt laisser mourir dix mille personnes en restant les bras ballants que de prendre une initiative qui pourrait en tuer dix en sauvant les 9990 autres.

    ____

    J’imagine ces tocards sur le front en 1917 (en fait ils devaient y être en 40!) : « bon, les gars, avant de savoir si ces chars fonctionnent, il faut faire des essais en double aveugle, en envoyant un régiment avec des vraies chars, cinq avec des placébos en carton, et quatre avec des obus factices ».

    On est dirigés par des clowns aux bras cassés! Des Trissotins pleutres et énucléés (sans couilles en français du peuple)

    Reply
  14. Charles Martel 02Charles Martel 02

    C’est un peu hors sujet, mais je pense à Roseline Bachelot qui, il faut le reconnaitre, à été raillée et trainée dans la boue tout simplement parce qu’elle avait anticipé une pandémie H1N1, pandémie qui ne s’est pas produite mais qui aurait bien pu resembler à ce que nous vivons aujourd’hui. Je pense qu’il est nécessaire que beaucoup présentent des excuses à cette dame, docteur en pharmacie, qui a eu le comportement adéquat à l’époque et si aujourd’hui nous avions eu Roseline Bachelot comme ministre de la santé je pense que les personnel de santé et tous ceux qui en ont besoin auraient ce qu’il faut pour se protéger.
    Tous mes respect Mme Bachelot.

    Reply
    1. AvatarAdalbert le Grand

      Désolé de vous contredire, mais Bachelot a bien déconné.

      Le coronavirus est une épidémie nouvelle, avec un virus (ou un variant) nouveau. On, avance dans le brouillard (d’autant plus qu’on n’est apparemment pas foutu de faire une enquête statistique pour évaluer la vraie dangerosité en testant un échantillon exhaustif de population), et on n’avait pas de traitement potentiel avant les derniers jours.

      La grippe H1N1 de 2009 n’avait elle rien de nouveau : elle avait « sévi », ou plutôt montré sa bénignité (la grippe la moins mortelle des soixante dernières années!) dans l’hémisphère sud 6 mois avant – information pourtant connue -, il suffisait dès lors de chercher les statistiques de mortalité de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l’Amérique du Sud.

      Ce que j’avais fait, et qui m’avait permis d’écrire sur les réseaux sociaux que c’était une vaste fumisterie, et que cette grippe ne ferait que quelques centaines de mort. Prévision vérifiée. Comme quoi être formé à l’analyse des statistiques, et surtout faire preuve d’un peu de bon sens, permet souvent d’être plus pertinent que le médecin lambda…

      Je n’ai jamais compris pourquoi cette simple enquête à la portée de n’importe qui n’avait pas été faite par les autorités (apparemment, seulement chez nous, la plupart des pays n’ont absolument rien fait et aucun ne s’est précipité pour acheter des stocks délirants de traitements – eux avaient dû s’informer)

      Mon sentiment, c’est que Bachelot s’est à l’époque fait bourrer le mou par des labos et des « experts » complices qui ont fait croire à la menace d’une épidémie ultra-dangereuse pour fourguer leur camelote (le fameux Tamiflu) [dans le même genre il y avait la campagne de vaccination contre l’hépatite B recommandée par le bon docteur et ministre Douvient-Steblaze et qui ne servait à rien, sauf à engraisser quelques labos, avec beaucoup d’effets secondaires (je connais plusieurs cas)]. La trouille des politiques de se retrouver avec une réplique du fiasco de la canicule de 2003 et leur ignorance scientifique ont fait le reste…

      Remarquez bien que maintenant qu’il y a une vraie épidémie, quoique bien exagérée (comparer les taux apparents de mortalité – largement surévalués, tout le monde l’admet maintenant – avec la peste), mais non anticipée, aucun labo ne s’est manifesté en proposant un médicament préventif miracle.

      Reply
      1. Charles Martel 02Charles Martel 02

        Maintenant que cet épisode H1N1 est passé sans grandes conséquences il est bien sûr aisé de dire qu’elle a déconné, hormis le fait, et vous n’avez pas tort de le mentionner, qu’elle a du se faire bourrer la tête par des labos pharmaceutiques et qu’il y a probablement une affaire de gros sous là dessous, elle a appliqué le principe de précaution. Oui le H1N1 est connu, certes, mais les virus de la famille alphainfluenzavirus ont une capacité à muter assez facilement et à cette époque nul ne pouvait savoir si ce virus allait garder le même phénotype ou bien muter vers une forme plus agressive pour l’homme comme l’a fait Covid 19 qui n’est pas en soi si nouveau que ça car appartenant à la famille des Coronavirus qui est déjà connue. Je suis d’accord avec presque tout ce que vous dites, mais pour moi le principe de précaution doit être prioritaire. On peut peut être critiquer le fait qu’elle ait acheté des stocks de doses de vaccin mais pas le fait qu’elle ait acheté des stocks de masques. Et si aujourd’hui on avait des stocks de masque aussi importants que ceux que Roseline Bachelot avait constitués nos soignants, policiers et autres intervenants pourraient bosser dans des conditions de sécurité plus dignes et ça c’est un fait.

        Reply
        1. AvatarAdalbert le Grand

          Alors pourquoi autre pays n’a fait une telle bévue et ne s’est précipité pour acheter 100 millions de doses de Tamiflu? Parce qu’en France, nous sommes deux fois plus intelligents que tous les autres réunis?

          Comme je vous l’ai dit, l’info que le virus était le même que celui de l’hémisphère sud 6 mois avant était publique, tout le monde savait, elle était disponible à la portée de n’importe qui, Cela avait été dit au début, et puis bizarrement l’information a été escamotée. Si j’ai pu faire une prédiction exacte, sans être parmi les milieux en pointe de l’information sanitaire, c’est que c’était pas compliqué à trouver.

          Autre problème, l’efficacité du Tamiflu n’était pas prouvé, il était considéré comme douteux.

          Et puis il faut arrêter avec le coup de la possible mutation. c’est un argument débile, à ce compte il faudrait être en permanence en état d’alerte maximum, car on ne sait jamais, il pourrait y avoir un microbe qui pourrait soudain muter sans crier gare! C’est la logique « Désert des Tartares », on attend toute sa vie un ennemi fantasmatique qui n’arrivera jamais.

          Il n’y avait pas plus de risque de mutation en 2009 qu’à n’importe quel autre moment, on se fait juste peur parce qu’à ce moment on se focalise sur le risque d’épidémie auquel on ne songe pas d’habitude, et on se met à gamberger.

          La preuve, quand on parle de mutation, on pense toujours que cela va être en mal, or la plupart des mutations sont en bien, elles rendent le virus ou la bactérie moins dangereux! Car une mutation n’est pas téléologique pour être plus pathogène, c’est le hasard et il marche dans tous les sens. En réalité la probabilité qu’une mutation tombe juste et rende le microbe plus dangereux et plus efficient est faible, c’est l’inverse qui est le plus probable. Heureusement sinon il n’y aurait déjà plus aucun macro-organisme vivant.

          A preuve : on estime qu’il y aurait entre 100 millions et peut-être 100 milliards d’espèces de bactéries. Parmi elles, seulement quelques dizaines sont pathogènes pour nous!
          ___

          Rappelons aussi (je l’ai déjà suggéré avec la campagne de vaccination contre l’hépatite B) qu’il y avait en ce temps-là des relations troubles (c’est un euphémisme) entre l’administration de la Santé (experts et membres de l’ANSM pour obtenir l’AMM et le remboursement Sécu), certains hommes politiques et certains labos pharmaceutiques, qui arrosaient allègrement tout ce petit monde. C’est à l’époque qu’a éclaté le scandale Servier, grand pote d’un certain Sarkozy, et qui se vantait ouvertement (dans une interview) d’arroser les partis politiques et de les avoir dans sa poche.

          Le principe de précaution a bon dos, et àmha sert de paravent et de bouclier pour dissimuler au mieux une bourde par ignorance, au pire un détournement d’argent public. Voilà pourquoi je rejette cette justification et continue de penser que c’était une connerie, et pas seulement a posteriori.

          Reply
          1. Charles Martel 02Charles Martel 02

            Vous pensez ce que vous voulez et je pense ce que je veux. Je vous ai dit que j’étais d’accord avec vous sur presque tout sauf en ce qui concerne l’achat de masques qui pour moi était une bonne mesure. Bien sûr on ne peut pas ignorer que les labos pharmaceutiques font une pression ignoble pour se faire du fric avec la complicité d’un monde politique pourri. Je suis d’accord en ce qui concerne les doses de Tamiflu mais pour ce qui est des masques, c’était une bonne mesure conforme au principe de précaution, principe que vous semblez ne pas trop apprécier, mais que vous apprécieriez, j’en suis sûr, s’il était appliqué honnêtement par des gens intègres.

            « Et puis il faut arrêter avec le coup de la possible mutation. c’est un argument débile, »

            Ouais, c’est vrai, si chaque année on élabore un vaccin nouveau contre la nouvelle forme de grippe saisonnière pour anticiper son arrivée c’est donc débile car l’argument de la mutation est débile, alors laissons des gens crever de la grippe aussi..
            Quant aux mutations oui c’est le hasard et il y en a des bénéfiques, mais ce ne sont pas les mutations bénéfiques qui tuent, par contre une seule mutation est arrivé à rendre le HIV compatible avec l’espèce humaine, ce n’était peut être qu’une seule mutation néfaste parmi tant d’autres bénéfiques mais celle là elle a fait mal et continue d’ailleurs. Donc pour reprendre votre terminologie, votre allégation sur les mutations est débile.
            Il y a des choses qui ont été une connerie, oui c’est vrai, mais, au risque de me répéter si aujourd’hui on avait fait de stocks de masque, comme ce fut le cas au nom du principe de précaution je pense que beaucoup de personnel soignant, policiers etc. seraient reconnaissants aujourd’hui à celui ou celle qui aurait pris cette mesure.

          2. AvatarAdalbert le Grand

            M. Martel, quand je dis que Bachelot a déconné, je parle bien de ce qui a coûté deux milliards claqués pour rien.

            Je n’ai à aucun moment remis en cause le stockage de masques. Ça peut toujours servir, et peut-être que dorénavant les gens en mettront plus, ce qui évitera d’avoir à les jeter et permettra de faire tourner les stocks.

            En passant on s’aperçoit que même un milliard de masques en réserve, c’est sans doute insuffisant dans une situation comme celle que nous expérimentons avec le covid, même en le restreignant au personnel médical (ça suffirait peut-être pour les hôpitaux, mais pas pour l’ensemble des médecins, infirmières, secouristes, etc.). Ne parlons même pas d’un usage général.

            donc inutile de chercher la polémique, on ne parle tout simplement pas de la même chose.

            _____

            Concernant la réaction de Bachelot et surtout de l’ensemble des autorités (je ne mets pas Bachelot personnellement en cause, elle n’a fait que suivre l’avis des « experts » et fait de son mieux), je vous invite à voir ce qu’on en disait en 2015.

            C’est dans l’émission de JM Morandini sur Cnews ce matin (31 mars), où il repasse un extrait d’une émission sur Europe 1 de 2015, animée par Morandini JM, et où les invités reparlent des épidémies et du scandale de la grippe H1N1. En fait c’est encore pire que je ne le supposais!

            Et les médecins présents sont unanimes pour approuver les propos de celui d’entre eux qui porte l’estocade.

            Étaient présents à cette émission des figures connues de la médiatisation médicale : Gérald Kierzek, urgentiste chroniqueur sur LCI (« En pleine forme »), Marcel Ichou, Jean-Michel Cohen et surtout un certain… Didier Raoult!

            Et devinez qui met les pieds dans le plat et confirme qu’on a déconné avec le H1N1, et met en cause les entreprises pharmaceutiques?

            En passant, il règle aussi son sort à la fameuse grippe espagnole, qui n’aurait pas tant tué que cela (c’est malheureusement survolé, allusif, mais il parle d’une épidémie de pneumonie concomitante).

            Replay pas encore dispo. Ça devrait apparaître là: https://www.cnews.fr/replay

  15. AvatarBourbon

    A quand une pétition pour dénoncer ce qui se passe en France, on ne pourra plus attendre 6 semaines. On sera mort…….

    Reply
  16. AvatarL'Imprécateur

    C’est quoi, cette connerie? La chloroquine n’est pas un nouveau médicament, il existe depuis trente ans. Je rappelle qu’il est donné en ce moment avec deux autres médicaments à la Pitié-Salpêtrière, sans avoir attendu les résultats des expériences macroniennes.

    Reply
  17. AvatarCoupendeux

    Et pour notre sinistre con: distribution de placébos aux retraités, qu’il vaut mieux faire crever – il est vrai que « qu’est-ce qu’ils foutent encore là, à nous faire dépenser les sous des gueux »:ça fera d’autant plus de champagne pour les coquins. – je voulais dire « copains ».

    Reply
  18. Avatarcaiusbonus

    Cette idiote de Ndiaye Si bête en a remis une couche et se croit plus scientifique que le numéro 1 mondial en la matière.
    Il faudra un jour juger tous ces politicards assassins.

    Reply
    1. Avatardurandurand

      Bonjour , oui et le plutôt sera le mieux ! Sachant que ces pourritures ont déjà prévu un point de repli pour se mettre hors de portée du peuple .

      Reply
  19. Avatarbm77

    Je crois que dans l’histoire il y a un paramètre qui n’est pas pris en compte mais dont les raisons ont été évoqués plus haut dans les commentaires; c’est le fait que nous manquons de tout! Nous manquons de lits et de personnels, donc il faut rester chez soit jusqu’au bout . Nous manquons de tests donc les tests bien sûr deviennent obsolètes et inutiles .Nous manquons de masques donc ils deviendraient inefficaces, alors que le personnel soignant les demandent à corps et à cri . Nous manquons de médicaments y compris la chloroquine pour traiter le coronavirus, donc celle ci deviendrait carrément dangereuse et même vénéneuse alors que jusqu’à il y a peu encore, elle était en vente libre dans les pharmacies et même si celui qui préconise son usage pour soigner les personne atteintes est une sommité mondiale dans le domaine et même si nous n’avons aucune solution alternative à proposer!!! Combien de temps encore les français vont ils accepter de se faire balader comme cela par une oligarchie qui n’ a plus que la COM pour justifier de la raison de son existence .
    Mais le pire c’est que beaucoup de gens se croient sur un nuage et se laissent dangereusement abuser par la formidable propagande qui nous est martelé par tous les médias ayant pignon sur rue.
    Et il faut fouiller sur le net pour trouver un contre poids crédible à ce bourrage de crâne , ce qui suppose déjà que la personne qui va en faire la démarche a déjà au préalable l’ esprit critique en éveil.
    En vérité ces petits marquis du mondialisme sont complètement impuissants face à ce problème qu’ils ont géré à la sauve qui peut et à grand coups d’effets de manche. Le virus qui s’est invité au pire moment dans un pays déjà bien malades de tous les maux que nous dénonçons dans les colonnes est par la façon dont a été abordée la pandémie, est un grand révélateurs de tout ce qui ne va pas en France . On ne fabrique plus rien, on dépend de tout le monde, pour ce qui est des produits manufacturés y compris financièrement puisque certains pays achètent nos dettes .En même temps on invite tout la terre pour ne pas appliquer nos règles et profiter de ce qui reste d’un pays exsangue. Tout en nous mentant aussi sur la dangerosité d’un autre virus qui passe par la cervelle des gens gracieusement accueillis depuis des années! .Nous sommes pris pour les cobaye du mondialisme et voilà ce que cela donne lorsque un problème inattendu favorisé par ce mondialisme se présente sans crier gare , minimisé depuis le début par tous les totalitarismes pris de court , Chinois puis maintenant Européens dont les membres pour ce qui est de résister à cette épidémie avancent en ordre dispersé ce qui en dit long sur l’ inutilité de l’ UE . Nous avons été tiers mondisés et nous sommes désormais gérés comme une république bananière .par ceux de la caste qui ont détruits la France . A quand la renaissance ? J’y crois encore mais il est vrai que je suis d’un indécrottable optimisme . En même temps, si on y croit pas, cela ne sert à rien de se retrouver dans les colonnes de RR pour faire simplement le constat de notre impuissance, sinon de se faire plaisir de façon narcissique en disant j’avais raison, j’avais raison ! Il y en a plein les cimetières des gens qui avaient raison et n’ont même pas essayé de faire bouger les choses !

    Reply
  20. AvatarBaribal

    Le gouvernement envoie les soignants au front comme les Soviétiques ont sacrifié des dizaines de soldats sans protection sur le site de Tchernobyl, juste après l’explosion. Dans les deux cas, l’impréparation face à une situation cataclysmique générée par l’incompétence des dirigeants politiques aboutit au massacre des Innocents.

    Reply
  21. AvatarXettoise

    il se passe EXACTEMENT LA MEME HOSE avec la phagothérapie ! les Labos freinent des quatre fers pour empêcher sa réintroduction , seule thérapie possible face aux BMR de plus en plus fréquentes. Les labos à l’époque avaient gagné et s’étaient mis à développer les antibiotiques
    Documenta-Vous : « Comment se soigner en Géorgie ».
    Ils font exactement pareil, ils critiquent Tbilissi comme ils ont critiqué les Chinois. Heureusement encore un petit espoir Tbilissi a conservé par miracle une banque mondiale de phages. Mais ….

    Reply
  22. AvatarCausselot

    Mme Christine Tassin, je suis bien souvent d’accord avec vous, lis régulièrement RR, mais là, le titre de votre article m’assoie !!
    Ou avez-vous vu, lu la demande d’étude en double aveugle par le Gouvernement ??
    Ceci est totalement faux, et n’est relevé par aucun des commentaires (quoique j’ai pas tout lu).
    Des choses simples à comprendre:
    1) Macron à accepté la mise en place d’une étude comparative, certes de mauvais grès, mais nous sommes loin du placebo!!
    2) Le Pr. Raoult se bat pour mettre en place un testage systématique (impossible à ce jour) au moins des personnes fragiles et/ou présentant les 1er symptômes pour traiter préventivement à la chloroquine et azithromycine.
    3) Pourquoi ? Parce que ce traitement en amont éradique la charge virale en quelques jours ou la fait baisser.
    * soit le patient est bien portant et en quelques jours il est guerri et non contaminant.
    * S * soit le patient est bien portant et en quelques jours il est guerri et non contaminant.nt présente des pathologies diverses et il restera sous ce traitement associé aux autres besoins (viraux et pathologiques) avec bien moins de risques d’atteindre la phase létale puisque le virus incriminé est contenu ou éradiqué.
    4) Ce traitement est d’une extrême efficacité préventivement !! C’EST BIEN CE QUE RAOULT FAIT SUR LA TIMONE !!

    Plus que sur La Timone, Pitié-Salpétrière à Paris, à bordeaux, Strasbourg et bien d’autres hôpitaux à ce jour (25/03).La ou le bas blesse, c’est que pris suffisamment tôt, nous n’en serions pas là.

    Le Pr. Raoult à alerté et proposé sa méthode avec son traitement au 16 février, au 26 février, avec un refus gouvernemental et une demande de résultats scientifiques!
    Les résultats existent, des centaines de papiers (comme ils disent) chinois sont publiés sur le sites scientifiques dédiés, et la chloroquine n’est pas la seule molécule connue pour ce faire, pour peut que l’action de santé s’exécute préventivement.
    Alors, attaquez Macron, que j’exècre par toutes le pores de ma peau, mais faites-le sur ses réels méfaits, c’est pas le choix qui manque.

    C’est un assassinat national, c’est un assassinat économique, c’est l’assassinat à venir de notre code du travail, de notre liberté.

    Soit le patient présente des pathologies diverses et il restera sous ce traitement associé aux autres besoins (viraux et pathologiques) avec bien moins de risques d’atteindre la phase létale puisque le virus incriminé est contenu ou éradiqué.

    Merci de m’avoir lue.

    Reply
    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Cher Causselot, je suis navrée mais je persiste et signe. Et je donne dans l’article le discours qui l’explique. Il est bien question d’essai randomisé… ce qui signifie essais en double aveugle avec placebo.. Je n’ai rien inventé :
      Sachez que cette étude française va rejoindre l’essai européen Discovery que conduit l’institut de recherche médicale dans le cadre du consortium multidisciplinaire Reacting. Le gouvernement confirme que l’autorisation accélérée d’un essai clinique randomisé de grande ampleur supervisé par l’Inserm va être accordée ce mardi. C
      Et le gouvernement interdit que les hôpitaux qui avaient décidé d’expérimenter la chloroquine puissent le faire désormais.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *