Hôpital parisien : hallucinant témoignage d’un médecin « nous ne dépistons plus personne, rentrez chez vous »


Hôpital parisien : hallucinant témoignage d’un médecin « nous ne dépistons plus personne, rentrez chez vous »

.

Cet enregistrement m’est arrivé hier dans ma boîte mail.

C’est un confrère, le photographe italien Lillo Rizzo, qui me l’a envoyé.

Lillo photographie le conflit social depuis des années et continue depuis la mise en place de l’état d’urgence. Récemment son travail s’est concentré sur les manifestations contre les réformes du gouvernement Macron. Alors cet enregistrement l’a intéressé. Le document audio a été enregistré dans un hôpital parisien, on ne dira pas ici lequel pour éviter de mettre en difficulté le médecin qui s’exprime. Le monsieur franco-italien qui s’adresse au médecin, est malade, il a de la fièvre et une toux depuis plusieurs jours, il est inquiet car il vit avec sa femme qui avait subi une opération aux poumons il y a quelques années. Il voudrait être dépisté. Voici ce que le médecin lui a répondu, en le renvoyant chez lui, sans test.

Hier soir:

« Français, françaises,

Grace à nos efforts et aux mesures mises en place on a réussi a contenir le coronavirus en France… »

Pardon?

Je ne voudrais pas sembler irrespectueuse Monsieur Le Président, mais de quelles mesures parlez-vous? Qu’est-ce qui a été mis en place en France jusqu’à votre allocution d’hier soir pour contenir ce fléau?

Je crois avoir une réponse Monsieur Le Président: rien.

Ah oui, on a dit de ne pas se faire la bise et de ses laver les mains en chantant deux fois « happy birthday ».

La réalité de ce qui se déroule en France est toute autre, Monsieur le Président, la réalité vous l’écoutez ici, des mots d’un médecin d’un hôpital parisien, un médecin excédé par vos non-dits.

Si on dépistait, on saurait que des nombreux Parisiens sont atteints par le Covid 19, on devrait imposer une quarantaine jusqu’à nouvel ordre, « ça couterait cher » comme dit le médecin, ça chamboulerait vos programmes, donc on ne dépiste plus. Et par conséquent en France « il y a pas beaucoup de cas ».

Vous êtes malades? Appelez le 15, si vous arrivez à les avoir, qui vous dira de rester chez vous, de prendre du Doliprane et de vous reposer.

Sauf si vous travaillez à l’Assemblée Nationale ou à l’Elysée, si vous êtes un sportif de haut niveau ou un personnage puissant et célèbre avec les réseaux qui vont avec, alors là vous serez dépisté même en présentant peu ou pas de symptômes et vous aurez droit à un suivi.

Si vous êtes un père de famille de la catégorie des communs de mortels, avec 39° de fièvre, de la toux et des courbatures, vous pouvez avoir le Covid mais on s’en fiche. Débrouillez-vous. Peu importe si vous allez contaminer votre femme et vos enfants dans votre appartement de 60 mètres carrés qui ne vous permet pas de faire chambre à part. Peu importe qu’après, vos enfants aillent à l’école et répandent le virus autour d’eux, en infectant le personnel enseignant, les petits camarades et leurs familles. Parce que ce cas précis est déjà arrivé, Monsieur Le President, ce n’est pas une supposition, c’est un autre médecin qui me l’a raconté.

Les médecins d’ailleurs, parlons-en…ceux qui ne savent pas quoi faire, qui sont dans le flou le plus total, qui ne sont pas du tout équipés pour faire face à cette urgence sanitaire. Pas de masque, pas de protections suffisantes, pas d’indications précises à suivre.

D’ailleurs, pas de masques non plus dans les pharmacies, pour ceux qui voudraient bien protéger leur entourage.

Sibeth Ndiaye, de son coté -tandis que l’OMS félicitait l’Italie pour ses efforts extraordinaires – lève le petit doigt pour dire que les Italiens « n’ont pas SU contenir l’épidémie ».

Elle, en revanche est très contente de communiquer sur le fait que dans les aéroports français aucune précaution ait été prise…

Je confirme, en effet.

On rentre à Roissy comme dans un moulin, personne parmi le personnel qui vous accueille ne porte un masque ou des gants alors qu’il est en contact permanent avec des centaines de passagers venues des quatre coins du monde.

Mais Ndiaye et le Président en personne sont « très fiers » du fait que le virus n’ait pas encore atteint la France en de grandes proportions, ils se réjouissent d’un état des choses qui tient juste du hasard ou du miracle.

« Grâce à nos efforts »? L’autre soir, 3000 supporters se retrouvaient au Parc des Princes pour fêter la victoire du PSG avec grandes accolades, tandis qu’il y a moins d’une semaine, en pleine alerte sanitaire, 3500 personnes déguisées en Schtroumpfs, battaient le record des participants à Landerneau, en Bretagne. Pas un policier, ou que sais-je, un CRS pour disperser ces gens. Les CRS sont plus prompts à disperser et à matraquer les médecins et les infirmiers qui descendent dans la rue pour dénoncer leur condition de travail et le démantèlement progressif de l’hôpital publique. Ces mêmes médecins et infirmiers hier écoutaient, abasourdis, vos louanges.

Vous regardez l’Italie de haut, comme si les mille morts à ce jour seraient dus à la « désorganisation », comme si cette tragédie aurait son origine dans les failles d’une nation sous-développée, aux institutions brouillonnes, à un système défaillant.

Détrompez vous, Monsieur le Président. Le nombre de lit disponibles en réanimation est à peu près le même que pour la France: 5000 sur tout le territoire national, et la Lombardie, foyer de l’infection, est une région à la pointe médicalement, avec des établissements réputés, des chercheurs d’excellence; malgré cela, les victimes augmentent chaque jour, y compris parmi le personnel médical. Une anesthésiste de 50 ans a perdu la vie il y a une semaine.

Dans les villages de la province de Bergame, Cremona, Pavia, les seuls sons qu’on entend sont ceux des cloches des funérailles (auxquelles personne ne participe) et ceux des sirènes des ambulances. Les annonces mortuaires ont remplacé les annonces publicitaires sur les murs de la ville. Des famille ont perdu plusieurs membres, chacun a perdu un ami. Les infirmières demandent qu’on leur prête des iPad, histoire que les condamnés, lucides, puissent regarder encore une fois par Skype le visage de leur fils, de leur neveu, de leur petite fille. Les morts du coronavirus meurent seuls, Monsieur le Président. Et les malades graves sont de plus en plus jeunes, cette semaine à l’hôpital de Bergame ont été accueilli une cinquantaine d’hommes et de femmes de 40-45 ans, en grave détresse respiratoire. Quelques jours plus tôt, ils étaient en parfaite santé.

C’est une tragédie immense Monsieur le Président, et vous, à quelques kilomètres de ce qui devrait vous effrayer et vous servir de leçon, vous vous limitez à dire, après mille hésitations, qu’il faut fermer les écoles (enfin) et qu’il faut que les gens âgées restent chez eux. Sans consigne véritable. Les activités, les magasins, les lieux de loisir et de culture  restent ouvertes. Les personnes continuent à aller travailler (avec la contrainte en plus des enfants à la maison). Ces remèdes vagues n’ont rien d’une quarantaine, n’ont rien d’un programme clair pour contenir la pandémie.

Aujourd’hui seulement, quelques 16 heures après votre discours, Édouard Philippe annonce la fin des rassemblements de plus de 100 personnes. Pourquoi ne l’avez-vous pas annoncé hier? Peur d’être impopulaire?

 Si la Chine, au bout de deux mois, arrive maintenant à s‘en sortir c’est peut-être seulement grâce à une quarantaine stricte et à des mesures draconiennes. Celles que toute l’Europe, plus que jamais menacée, devrait prendre au même moment, tous ensemble, en regardant peut être au modèle italien.

Vous vous définissez européen et vous l’êtes assurément, Monsieur le Président, alors montrez le, montrez nous que l’Europe n’est pas seulement pour vous celle des grandes entreprises à choyer. Soyez transparents avec les Français sur la réalité du coronavirus en France comme les autorités italiennes ont su l’être vis-à vis de leurs citoyens. Apprenez à ne pas regarder les autres état membres de haut, cette prétention, cette fois, pourrait coûter un lourd tribut à vos concitoyens.

Eva Morletto

Journaliste et reporter depuis 15 ans, Eva a été directrice éditoriale en Italie pour le magazine Life Club dédié à l’art de vivre. En 2006 elle est arrivée à Paris comme journaliste et news producer pour la chaine de télévision japonaise FUJI TV. Après plusieurs années, elle est devenue correspondante pour Radio Montecarlo et aujourd’hui elle collabore régulièrement avec l’ hebdomadaire italien Famiglia Cristiana et le magazine Marie Claire. En France elle collabore ponctuellement avec Radio France Culture, Radio France International et TV 5 Monde. Elle continue de s’occuper d’actualité, avec un oeil attentif sur les enjeux écologiques et les droits des femmes.

Coronavirus: épidémie et mensonges

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.

Articles du même thême

11 thoughts on “Hôpital parisien : hallucinant témoignage d’un médecin « nous ne dépistons plus personne, rentrez chez vous »

  1. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Ça a été dit aussi hier sur BFM. On mesure bien là le problème, l’hôpital est déjà sursaturé et ne peut plus assurer. C’est ça que Macron et sa bande de salopards veulent cacher à tout prix avant que ça ne saute au yeux des français comme une évidence. Si encore les mesures prises étaient cohérentes, mais non c’est du grand n’importe quoi, c’est encore des interdiction à la tête du client. Les petits commerçants voient leurs magasins fermés mais aucune mesure pour les grandes surfaces qui sont bondées d’imbéciles qui font des stocks de PQ.. Bin oui faut pas toucher au chiffre d’affaire juteux des Leclerc et autres grand patrons de la distribution!!

  2. AvatarPUGNACITE

    Rentrez chez vous et surtout en dehors de l hôpital ..si vous êtes un âge certain
    Chu de Rennes ?

  3. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    =====================
    Damien Rieu @DamienRieu
    Erdogan a monté une liste à #Bron (69).
    :::: https://twitter.com/DamienRieu/status/1239123747568787458

    CON-TEM- PLEZ L’HORREUR ; l’ampleur des traîtrise de notre caste oligarchique qui fait tout pour interdire le RN nationaliste
    :::: https://pbs.twimg.com/media/ETJAednX0AAcsaC?format=jpg

    C’est un scandale ; et toutes les alertes et les fausses mesures concernant le coronavirus, sont un prétexte pour écarter le gaulois des urnes et aisser la place aux communautaristes étrangers musulmans.

    Tout a été fait pour écraser, éliminer le gaulois et l’humilier en prétextant qu’il ne vaut rien et qu’en fin de compte, à e remplacer, le territoire français s’en portera mieux et profitera d’une prospérité garante en changeant sa population ; place nette aux envahisseurs, faisant du gaulois une caste d’intouchables.

    Il a osé dire cela, Aymeric Patricot :  » « Quand je vois un SDF blanc, j’ai du mal à le considérer comme un dominant »  » ; comme beaucoup d’autres tentent de nous mettre cette pensée dans la tête en omettant de dire que depuis plusieurs décennies ; l’oligarchie c’est chargée du plan machiavélique d’anéantissement du Français de souche et favoriser les maghrébins, les musulmans ; les pouvoirs accompagnés de la Justice détruisent le Français d’origine et favorisent en tout, même dans l’impunité les nouveaux venus.

    Ils dépouillent et enchaînent le Français et en plus ils l’humilient en disant qu’il n’a que ce qu’il mérite parce qu’il ne vaut rien, frapper d’incapacité, n’est pas à la hauteur pour faire partie de l’Histoire; l’histoire politique, sociale, perpétrer sa civilisation, n’a pas de culture propre… Et on doit tout supporter sans rien dire ni se rebiffer ; confronter les accusateurs à la réalité de l’histoire et à celle politico-historique moderne dont ils sont les artisans de cette déconstruction de la société française.

    Quelle injustice, quel affront ! Et eux, sont inattaquables ! Ils ne risquent rien sinon de gagner des postes, en popularité et notoriété artificielles et en médailles. Y-en- a-t-il un seul d’honnête parmi eux qui ose dire que le français est écrasé par leur système ?!

    – « Quand je vois un SDF blanc, j’ai du mal à le considérer comme un dominant »
    :::: https://www.fdesouche.com/1348743-quand-je-vois-un-sdf-blanc-jai-du-mal-a-le-considerer-comme-un-dominant

  4. AvatarHector Poupon

    Vous mettez le doigt sur le vrai problème, à savoir l’omerta sur le dépistage, réservé aux copains et à la superclasse mondiale. Comme ça on peut faire dire aux chiffres ce que l’on veut. A quand le dépistage pour tous ? Trump, plus honnête, s’y est engagé dans son pays.

  5. AvatarBruno Jarczyk

    Taper sur Macron est devenu un sport national. Macron pourtant,ne fait que suivre les recommandations de son entourage, du Medef et de toute la batterie d’experts affolés,soit par l’ampleur de la crise économique qui va suivre,et des troubles sociaux ,dans le sillage ,soit par l’ampleur de cette pandémie.C’est donc toute une culture économique,financière et comptable qui est mise à mal.Avec ou sans Macron.Les manifs des pseudo gilets jaunes ,elles,ont pu se dérouler,comme d’habitude! Il lui faut donc,en outre,gérer l’opinion publique-avec toutes les contradictions qu’elle génère: le serpent se mord la queue.Bien malin celle où celui,qui aurait mieux fait! Il suffit de voir tous les revirements d’un Trump aux États-Unis!
    Cessons d’alimenter les querelles,SVP
    Merci.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Désolée mais sous prétexte de ne pas alimenter les querelles il faudrait se taire et ne pas chercher à comprendre, analyser et dénoncer ce qui doit l’être ? Hors de question on n’est ni des macronistes ni des moutons. On est des gaulois réfractaires et on en est fiers.

  6. AvatarCaughnawaga

    La Chine est entrain de s’en sortir et la France de plonger. Ensuite ils vont reprendre les transports entre les pays et les français vont infecter les chinois français qui vont aller en Chine. Et on est reparti comme en 40.
    Macron devra être jugé au motif de crime contre l’humanité.

Comments are closed.