De Baden Powell à Claude Nougaro : quand des Anges dansaient la Samba !


De Baden Powell à Claude Nougaro : quand des Anges dansaient la Samba !

.

Années 80/90. Poitiers. J’avais rendez vous. Ne le sachant pas. Mais j’étais à l’heure ! Face à moi une esplanade en pente, bitumée et je pouvais voir, plus bas, une double porte, dont l’un des battants, ouvert, laissait passer une colonne disparate, un besogneux désordre de personnes affairées…

J’ai totalement perdu la mémoire de la ou des raisons qui m’avaient amené à cet endroit, une sorte de hall d’exposition, de Zenith… Je n’ai gardé du lieu que le souvenir de la nacelle suspendue à l’intérieur, en haut d’un dôme, dans laquelle, je l’appris plus tard, se trouvait le technicien lumières et poursuites…

Un petit groupe de personnes me dépasse alors que je suis là, mains aux poches, debout, à une cinquantaine de mètres de l’entrée, vers laquelle ils se dirigent. Sans savoir pourquoi, je leur emboîte le pas. Et nous pénétrons, ensemble, à l’intérieur de cette énorme structure. Une fourmilière dessus, devant, derrière. Un concert semble se préparer… J’en vois qui font la balance, une batterie, des instruments et plus loin, comme dans l’ombre, d’une posture discrète, un homme égrène ses chapelets de gammes, d’arpèges. Personne ne fait attention à moi, je m’approche. Le choc ! Baden Powell. Lève la tête, une seconde, me sourit ! Poussé par la même inspiration qui m’a fait entrer subrepticement, je prends une chaise et me pose. L’artiste s’échauffe ! L’éternité que cela a duré a pris possession de mon âme !

.

Puis ! Puis j’apprends que l’artiste principal, n’est autre que Claude Nougaro, Baden Powell, allumant la première partie.

.

Tout aussi mystérieusement, les augures qui se sont chargés de m’ouvrir le passage vers ce lieu d’enchantement, ont agité la magie d’une sympathie fulgurante avec le technicien opérant dans la nacelle que j’avais repéré en entrant. Croyez le ou non, mais cet homme me propose d’assister au concert, là-haut, accrochés à quelques barbules de plumes d’Anges… Le bonheur est gratuit !

PACO. 04/03/2020

.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Paco

C'est jamais que des mots tournés en écheveaux, des embrouillaminis parcourant le cerveau ! Mais c'est vrai ça vaut pas tripette, ces mots tirés à l'escopette, ce n'est pas du Verlaine et pas du Marivaux... PACO 2016.


5 thoughts on “De Baden Powell à Claude Nougaro : quand des Anges dansaient la Samba !

    1. PacoPaco Post author

      Ouf… J’ai bien cru que plus personne ne pourrait apprécier le fabuleux talent de ces deux la ! Merci, merci !

  1. Avatarjojo ( le plombier )

    Le bonheur est gratuit ! on a tellement d’occasions de l’oublier ..merci Paco de nous le rappeler. Et de nous faire partager ces deux mémorables vidéos

  2. Avatarbm77

    Deux magnifiques artistes , Nougaro grand amateur de musique Brésilienne et Baden Powell guitariste hors pair dans un même concert , c’est le pied . Merci Paco. de nous avoir fait partager ce merveilleux souvenir.

  3. ConanConan

    Décidément, que de sensibilité parmi les personnes qui animent ou contribuent à ce blog … Merci Paco de nous avoir fait vivre ce moment de bonheur…

Comments are closed.