Pourquoi je ne participe jamais aux guignolades du 19 mars

Publié le 4 mars 2020 - par - 3 commentaires

.

Pour nous, Provençaux, le 19 mars, est la fête de Saint Joseph et le jour de semer les haricots.

Ce n’est, en aucun cas, le jour de fayoter avec les islamistes.

Si tous nos amis se mobilisaient, en cette occasion, pour rappeler divers «évènements», comme on disait, si joliment, alors.

Je ne citerai pas ici les articles du N° spécial de Valeurs Actuelles (Algérie française Les vérités interdites). On pourrait tous les reprendre, et même en rajouter.

De la rue d’Isly, à Oran, en passant par les enlèvements, les tortures et autres horreurs, il y a beaucoup à rappeler, pour les plus anciens, et à enseigner, pour les plus jeunes.

Que dire du lâche abandon des harkis, dont le seul tort est d’avoir fait confiance ?

Si ces sinistres souvenirs pouvaient, au minimum, servir à prendre conscience de ce qui nous attend, prochainement,

très prochainement,

au moins, nous aurions la piètre consolation, piètre, mais, consolation tout de même, que des patriotes ne sont pas tombés pour rien.

.

Si nous voulons éviter que de tels massacres se répètent, et se répètent avec une intensité dans l’horreur et un déploiement sur tout le territoire national, il nous faut insister, et revenir sans cesse, sur les atrocités d’alors, un alors qui n’est pas si éloigné que cela.

Nous devons utiliser toute nos capacités d’éloquence et de persuasion. Il n’y a pas chez nous que des intellectuels, mais, les gens simples, avec leur cœur, peuvent, doivent, toucher beaucoup de nos concitoyens ignorants. Je vérifie, tous les jours, l’ignorance provoquée, entre autres raisons, par la désinformation. A nous de pratiquer la ré-information.

Pour l’anecdote, je ne manque jamais de dire, en Mairie, chaque fois que je m’y rends, que j’ai garé mon auto Place Waterloo, même, et surtout, si je suis sous la stèle du «19 mars 1962».

Ben, quoi ? Une défaite en vaut une autre ?

Pour ceux qui seraient embarrassés par la référence à Waterloo, il y a Sedan, ou tout ce que vous voulez !

Courage à toutes et à tous,

Et, plus que jamais :

DELENDA CARTHAGO

Print Friendly, PDF & Email

3 réponses à “Pourquoi je ne participe jamais aux guignolades du 19 mars”

  1. Avatar Coupendeux dit :

    Exact, la Provence a payé lourdement les invasions sanglantes. Combien de temps a-t’il fallu pour les déloger de La Garde Freinet?
    Vu le nombre de fois où ils ont tenté de s’implanter durablement, ils ont compris qu’il fallait faire payer les autochtones pour pouvoir rester et bénéficier de tous les bienfaits de la soumission.
    Combien de villages ont-ils déjà détruits lors de leurs invasions?
    Et, au fait, combien de femmes et jeunes hommes emmenés en esclavage?
    L’invasion Romaine avait apporté la civilisation, eux, ils ont apporté la destruction.

  2. Avatar Jim dit :

    Date inacceptable en effet. Après ce pseudo cessez-le-feu, il y a eu plus de morts en quelques mois qu’avant sa signature en huit ans ! Même Mitterrand disait que tous les jours de l’année convenaient sauf le 19 mars : https://www.asafrance.fr/item/video-en-1981-francois-mitterand-avait-explique-pourquoi-le-19-mars-1962-ne-pouvait-pas-etre-une-date-officielle-de-la-fin-des-combats-en-algerie.html

  3. Conan Conan dit :

    Comment peut-on en arriver à célébrer le jour d’une capitulation sans défaite??!!…
    On peut se demander si ce genre d’auto-dénigrement n’a pas initié la nouvelle conquête de la France par les arabo-musulmans, car il faut bien admettre qu’il n’y a pas meilleure signe d’ethno-masochisme que le choix de cette date …
    Pauvres petits gars qui ont laissé leur vie pour en arriver là, et la peine de leurs parents …
    Et on poursuit dans l’ignoble, jusqu’à comparer à la shoah notre lutte contre les atrocités du terrorisme aveugle !…

Lire Aussi