BHL : derrière le « meurtre » de Griveaux, il y a les réseaux sociaux, les gilets jaunes et la Russie


BHL : derrière le « meurtre » de Griveaux, il y a les réseaux sociaux, les gilets jaunes et la Russie

.

« Hugh ! Le sage a parlé ! »

Et que nous dit Grand-Esprit-Fumeux-Qui-Divague ?

Que derrière le « meurtre » de Benjamin Griveaux, il y a la haine des réseaux sociaux et que derrière cette haine se cachent des millions de gilets jaunes. Et que, derrière ces gilets jaunes, il y a la main de… la Russie.

Élite « en marche » de la nation, (mâles)élus LREM de la République : tremblez !

Car, en pyjama ou en moule-bite, en chemise blanche ou nus sous la douche, à la cave comme au chiottard, seul ou à 2, par terre ou au pieu, entre amis ou avec des inconnus dans une orgie : attention, vous êtes écoutés, filmés, espionnés !

« Hugh, le sage a dit ! »

Plus sérieusement, les anti-complotistes anti-bobards se masturbent vraiment le ciboulot en plongeant au fond du complotisme le plus absurde.

Et, manifestement, notre sioux-philophe dépoitraillé s’avère sur le sentier de la guerre. Mini-Manitou (n’est pas Léon Ashkénazi qui veut) ne prône pas le dialogue car il y a deux camps irréconciliables : LUI, le « républicain » et EUX, les gilets jaunes, héritiers du fascisme et du nazisme.

Et ce que dit le sage ? Qu’il faudrait peut-être napalmer gilets jaunes illibéraux et Russes déloyaux.

Paradoxalement, le sage dénonce la haine des réseaux sociaux en déclarant sa haine du peuple, et, paradoxalement aussi, le sage exige un « droit de l’homme à l’intime » tout en dévoilant sans honte et en même temps sa grotesque intimité.

.

BHL – Griveaux : les réseaux sociaux ont bon dos

Après le « meurtre symbolique » du candidat Benjamin Griveaux, le philosophe rappelle qu’il n’y a pas de société de libres sujets sans droit au secret.

Dans l’affaire Benjamin Griveaux, le problème ce n’est pas les réseaux sociaux. 

Ils ont amplifié le forfait, bien sûr. 

Ils ont été le véhicule technique qui a permis aux sycophantes d’agir, aux salauds de partager et aux imbéciles de se réjouir.

Mais on a toujours tort, en politique, de surestimer le rôle de la technique. 

Et ceux qui raisonnent ainsi sont, une fois de plus, comme l’imbécile qui, quand le sage montre la lune, regarde le doigt. 

Car que dit, ici, le sage ?

Il dit qu’au principe de cette affaire il y a une opération politique qui a voulu détruire un candidat, pulvériser une élection et déstabiliser une démocratie.

Or on connaît les petits joueurs de cette manœuvre. C’est l’artiste Piotr Pavlenski. Sa compagne, destinataire de la vidéo. C’est le jeune Juan Branco, avocat mégalomane et glauque qui ne fait pas mystère d’avoir conseillé les délateurs. Et une justice digne de ce nom ne doit évidemment pas se priver de faire la lumière sur le rôle de chacun dans cette affaire. Mais le pire serait qu’on pèche par naïveté.

Et qu’on écarte trop vite l’hypothèse d’une autre main : celle à l’œuvre dans l’affaire Cambridge Analytica, dans la divulgation des e-mails qui conduisit à la défaite de Hillary Clinton, dans le piratage de l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron à la veille de la présidentielle – cette main russe, en un mot, dont il n’est pas interdit de penser qu’elle ait, ici, repris du service. 

Le sage note que ce meurtre symbolique du candidat Griveaux vient après d’autres actions, de presque égale violence, qui sont devenues le bruit de fond de la scène politique française.

La tête de Macron au bout d’une pique… L’occupation violente, avec graffitis assassins, du siège de BlackRock… Les assauts, par les Gilets jaunes, des permanences électorales de députés de la République… L’attaque à l’engin de chantier d’un ministère qui était déjà celui de Griveaux…

Sans parler du ton, inédit dans l’histoire de la Ve République, que prend la protestation sociale quand elle n’entend plus amender telle réforme mais « casser le système »… Le problème, chaque fois, ce n’est pas Internet, c’est la radicalité. Ce ne sont pas les réseaux sociaux, c’est la haine nihiliste et presque sans limites qui est en train de devenir la règle.

Nous avons à faire face, nous, républicains, à une barbarie très ancienne, mais déchaînée, et à laquelle la Toile n’offre rien de plus qu’un théâtre postmoderne. 

Le sage dit encore qu’il y a une urgence, si l’on veut résister à la déferlante : c’est d’appeler un chat un chat et une victime une victime. Or on a entendu des commentateurs dire que Griveaux était « un con ». D’autres, qu’il n’avait à « s’en prendre qu’à lui-même ». Un troisième, qu’un candidat à une élection de cette importance « ne devrait pas » se conduire comme ça. Eh bien, cette réaction n’était pas la bonne.

Elle était l’analogue de celle qui, après un viol, fait dire : « sa jupe était trop courte ; son attitude, trop provocante. »

Et la seule attitude juste consistait, et consiste encore, à dire : 1. qu’il y a, dans cette affaire, une victime et une seule, Benjamin Griveaux ; 2. que la sexualité du candidat Truc ou du candidat Machin ne concerne en rien, jamais, ses électeurs ; 3. qu’établir une corrélation entre la propension d’un homme à « mentir à sa famille » et son incapacité à « assumer un mandat public » est un raisonnement, au mieux, idiot et, au pire, robespierriste.

Mais ces raisonnements tordus, ces mauvais réflexes, ne sont-ils pas de toujours ? et qu’ont-ils à voir, une fois de plus, avec les réseaux sociaux ? 

Car le sage dit autre chose.

Le droit à l’intime n’est pas un droit honteux, voire un droit à la honte, ou à une part honteuse de soi, que l’on nous concéderait du bout des lèvres.

C’est un droit de l’homme…

https://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/bhl-griveaux-les-reseaux-sociaux-ont-bon-dos-17-02-2020-2363086_69.php

.

Bernard-Henri Lévy confie écrire nu chez lui !

Bernard-Henri Lévy a fait une étrange confession à l’équipe de Maïtena Biraben. L’écrivain s’adonne à l’écriture dans le plus simple appareil…

Le chroniqueur a finalement lancé : « C’est vrai que vous écrivez nu quand vous êtes à la maison ? La rumeur le dit. Vous seriez nu chez vous, avec votre ordinateur… […] La rumeur le dit… […] Si la rumeur le dit… Pour une fois, c’est vrai », a finalement avoué le mari d’Arielle Dombasle. 

« Je suis un homme à plume et à poil », a-t-il plaisanté, avant de conclure : « Je n’ai jamais de cravates car j’ai tendance à suffoquer. Et par exemple, les vêtements quand j’écris, me donnent le sentiment de corseter ma liberté. »

Traduction : pour BHL, être nu, c’est être libre !

https://www.closermag.fr/tv-tele-realite/bernard-henri-levy-ecrit-nu-chez-lui-video-284555

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




16 thoughts on “BHL : derrière le « meurtre » de Griveaux, il y a les réseaux sociaux, les gilets jaunes et la Russie

  1. AvatarMachinchose

    « Grand-Esprit-Fumeux-Qui-Divague  »

    Dieu que c’est joliment tourné ! BHV toujours égal a lui même, inoubliable ce cliché de lui faisant face a des « teros palestiniens » qui le menaçaient et qu il affrontait bravement, mains nues, mais pleines des shekels avec lesquels il payait leur « collaboration » a cette honteuse mystification

    merci pour notre cher Léon Askénazi;un vrai (grand) Manitou

    autre chose que notre fringant Manie- tout…………ce qui lui tombe sous le regard, je n’ ose pas dire « sous la main » surtout en cette période de branle-trés bas, de cons bas!!

    et puis, pourquoi faire de la peine a la charmante arielle dombasle !

    1. François des GrouxFrançois des Groux Post author

      Merci Machinchose.

      C’est vrai qu’elle a l’air très gentille, l’évanescente et diaphane Arielle !

  2. AvatarJeff

    Revoilà Botul-Henri Levy dit Béhachelle dit Vatenguerre dit aussi Copier-Coller – il a peu de temps- quand, dans la tenue d’Adam il écrit des bouquins que personne n’achète. Il a tant à faire sur les théâtres de conflits où il se rend en jet privé après avoir loué dans le palace le plus proche où l’attendent des figurants payés par lui et en tenues paramilitaires bien repassées.
    Nous avons eu Achille Zavatta, les Marx Brothers, Laurel et Hardy, nous avons maintenant Béhachelle.

  3. AvatarKarnyx

    Comme a dit Onfray (citant Audiard) à propos de BHL : « les cons ça ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait ».

  4. AvatarJean Paul H

    A ils sont ces russes et ces GJ ils ont faits trembler le dictateur, et maintenant ces disciples….je peut qu’applaudir et demander asile a Poutine, car bientôt nous les patriotes résistants nous devrons fuir cette nation souillée et islamisée .

  5. AvatarCaughnawaga

    Grand esprit fumeux qui divague… est bonne.

    Le meurtre de machin chose. C curieux il n’est pas monté aux barricades pour Mila et c’était des menaces de mort réelles.

    Dans son cas je l’appelerais Crazy Dunkey ou âne fou, je trouve que ça le représente assez bien.

    Il va se passer plusieurs lunes avant qu’on fume le calumet de paix. La hache de guerre est déterrée
    Ainsi parle le grand Sachem. 🤭🤭🤭

  6. pikachupikachu

    Enormissime !!!!!!

    Vraiment. Il a tout faux :

    Et qu’on écarte trop vite l’hypothèse d’une autre main : celle à l’œuvre dans l’affaire Cambridge Analytica, dans la divulgation des e-mails qui conduisit à la défaite de Hillary Clinton, dans le piratage de l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron à la veille de la présidentielle – cette main russe, en un mot, dont il n’est pas interdit de penser qu’elle ait, ici, repris du service

    De un, le rapport Mueller fruit de l’acharnement des démocrates a fait pschitt. Cette longue enquête, coùteuse, qui a ruiné des réputations, qui a fouillé partout, de fond en comble n’a rien trouvé pour prouver ce qui était, dès le début, un dossier bidon acheté par le parti Démocrate à un ancient agent du MI6, à savoir le « dossier Steele ».
    BHL démontre donc sa méconnaissance du dossier.

    De deux, en prenant un peu de la hauteur, on se rend compte que BHL ne fait rien d’autre que du complotisme. Cet esprit éclairé tombe donc dans les plus bas égarements que l’on associait généralement aux faibles d’esprit.

    BHL est sur le déclin, c’est bel et bien acté.

  7. Avatarbm77

    Pourquoi le patriotes ne seraient ils pas soutenus par les Russes ? Et pourquoi, par exemple, trouve -t- on normal que la construction de Mosquées pharaoniques en France soient financées par le qatar ou l’arabie saoudite?? Qui a fait les autorisations , qui a permis cela et en échange de quoi? Pourquoi le millionnaire mondialiste Soros soutiendrait des associations qui aident à la submersion de notre pays par les migrants en quoi cela serait plus moral ,éthique ou déontologique .Nous en sommes plus sous l’ère Soviétique ,on nous l’a bien rabâché pour d’autres pays comme l’Allemagne, même si pour l’UE c’est bien nous les cocus du couple franco allemand , nous ne voyons plus la Turquie comme un nouvel empire Ottoman malgré Erdogan qui se rêverait en nouveau sultan d’empire et malgré leur velléités d’hégémonies, nous continuons à entretenir des liens économiques étroits avec la Chine…

  8. frejusienfrejusien

    il décline, déjà qu’il était pas très net , l’âge ne lui réussit pas,

    il n’y a que les bons vins qui se bonifient avec le temps, et comme lui c’est une petite piquette

  9. Avatarbm77

    Griveaux était grillé de toute façon , il n’avait absolument aucune chance de prendre la mairie à Hidalgo sinon au contraire d’enfoncer un peu plus LREM . Il avait fait quelques déclarations farfelus qui avaient décrédibilisé le personnage. Accuser les Russes puis Poutine pendant qu’ils y sont et BHL de franchir le pas , tout cela est bien commode mais un peu tiré par les cheveux . Un gros revers deux ans avant les élections présidentielles aurait fait tâche surtout concernant la capitale , là où macron avait fait ses meilleurs scores Symboliquement et en terme d’image cela aurait été désastreux . Et si le Griveaux avait été sabordé de l’intérieur ? Pour moi ce serait l’explication la plus crédible mais la moins morale , d’où l’idée « d’amuser la galerie médiatique » qui bien sûr reprend cela à son compte comme une vérité première . Il ne faut surtout pas écorner ce parti, qui se présente comme un modèle mais se révèle être un panier de crabe au fur et à mesure des affaires .

Comments are closed.