Réception du prix de la liberté d’expression au Danemark : discours de Tommy Robinson (traduction)

Publié le 20 janvier 2020 - par - 8 commentaires

.

Nous vous avons signalé que Tommy Robinson avait reçu le prix de la Liberté d’expression au Danemark ; en réponse, il a fait un superbe discours. 

Le voici, en anglais, ci-dessous. Merci à Rochefortaise de nous avoir traduit ou plutôt résumé l’essence de son discours. Elle a eu du mal, Tommy a un accent terrible, celui que l’on appelle de la « working class », qui diphtongue beaucoup les syllabes, plus difficile beaucoup les syllabes, plus difficile à comprendre que l’américain moyen. La fin du discours est d’ailleurs presque inaudible, avec la présentation d’extraits enregistrés en caméra cachée, incompréhensibles.

Christine Tasin

.
Le sujet de son discours est sa situation personnelle dans les média 
.
Il commence :
« Le Prix de la Liberté, qu’est-ce que la Liberté ? La liberté n’est pas gratuite, l’obtenir a coûté  cher, elle nous est parvenue par les générations précédentes qui ont fait de nombreux sacrifices et maintenant, nous la perdons, nous livrons notre liberté en Europe, à la Silicon Valley, les mensonges des globalistes, ISIS au loin, demandez aux gens en Iran ce que signifie ne pas avoir de liberté, demandez aux gens à HongKong. Nous possédons un trésor (il dit un cadeau… ), nous ne sous rendons pas compte de ce que nous possédons et nous le perdons, morceau par morceau. »
.
Il donne sa définition de la liberté :
« C’est la liberté d’expression, c’est la liberté de parler sans retenue et sans interférence. C’est inscrit dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. C’est le droit de critiquer les idées, c’est la marque d’une société libre ».
.
 
Ensuite, il cite B. Franklin, G. Orwell et G. Washington.
.
 
Ensuite, il parle de l’islam, de l’islamisation de sa ville. En 1982, il y avait une mosquée dans sa ville, maintenant, il y en a partout.
.
 
Puis il parle des gangs de musulmans qui attaquent les jeunes filles. Dès 2009, il se rend compte que la Police ne fait rien et il commence à poser les questions que d’autres craignaient de poser. »Instantanément, j’ai été accusé de racisme. » dit-il.
.
 
Il dit :
« Il y a 10 ans, quand j’ai commencé à en parler, on s’est moqué de moi. Maintenant, toute la presse en parle et c’est devenu un sujet d’études pour les universitaires qui en parlent avec beaucoup plus de distinction que moi ! Et si la Ligue Anglaise de Défense, installée dans chaque ville, n’en n’avait pas parlé, le sujet serait resté ignoré. »
.
 
Ensuite il aborde le sujet de l’establishment et de l’utilisation des media comme arme de combat en vue de la destruction d’une société libre ainsi que l’utilisation de la censure.
 
Avec des vidéos, il explique comment les media l’attaquent avec des mensonges, le traitant de nazi,  classant l’EDL comme un mouvement d’extrême-droite et même lorsqu’un journaliste explique que ce n’est pas exact, la presse condamne ce journaliste. Il évoque la catégorisation  par les média – gauche – centre – droite – extrême-droite – et la stigmatisation par ce classement. Il dit que dans ses assemblées, de nombreuses personne « de couleur » interviennent mais ce n’est jamais montré à la télé.
 
Il montre les pages des journaux qui l’accusent d’avoir participé à l’enlèvement d’une pop-star et comme par hasard, tous les journaux font des articles en même temps à ce sujet alors que c’est un mensonge. Il est sujet aux provocations de la Police  comme à Birmingham où deux inconnus l’attaquent que la Police laisse partir et que la télé ne montre que ses réactions de défense à lui contre cette provocation.
 
Pour répondre aux mensonges des media, il a essayé de rencontrer des journalistes au siège de journaux le traitant d’extrémiste de droite quand lui-même évoque l’extrêmisme des musulmans. Les journalistes disent qu’il est un WHITE SUPREMACISTE. Il raconte comment il s’est rendu dans le bureau pour parler à la journaliste qui a dit cela et elle lui répond qu’elle n’a jamais dit cela (la salle se met à rire quand il montre en vidéo l’article et le titre avec le nom de cette journaliste).
 
.
Ensuite, il évoque le pouvoir des média et d’où vient ce pouvoir. Il cite twitter dont l’Arabie Séoudite possède des parts (à vérifier !!!!). Son compte twitter a été fermé.
 
Il raconte comment, lorsqu’il a fait réouvrir le dossier fermé (cold case)des viols de jeunes filles blanches et le meurtre de certaines, la BBC a immédiatement classé cela dans la rubrique « discours de haine » et lorsqu’il est sorti de prison, les journaux l’ont accusé de battre sa femme.
 
Il cite le cas d’un journaliste de la BBC, John Sweeney , qui se récuse après avoir été filmé en caméra cachée, qui a conseillé à sa rédaction de faire un  article utilisant contre Tommy « un truc sexuel ». Il a montré la vidéo de la caméra cachée sur sa page Facebook. Page fermée. Et lorsque sur une page Facebook, quelqu’un évoque Tommy et veut discuter sur l’islam, le message est effacé.
 
Il montre une vidéo d’une journaliste interrogeant un dirigeant de Facebook au Danemark : celui-ci explique calmement que la décision de classer comme discours de haine et prendre la décision de bannir un utilisateur vient des ordres émis par des sources extérieures à Facebook. L’un de ces « experts externes » serait Mohammed Shafiq, un journaliste musulman, présentateur à Ummah Channel et patron de la fondation Ramadhan. La vidéo montre la journaliste demandant au dirigeant de Facebook de lui indiquer où elle peut voir les messages de Tommy sur Facebook incitant à tuer les musulmans. Et ce dirigeant dit qu’il ne peut pas citer un message l’indiquant mais que cela veut dire la même chose (la salle s’esclaffe).
.
 
Tommy dit que Facebook a une page des Frères musulmans, qui eux sont des terroristes ….
 
Tommy précise que son livre n’est plus référencé sur AMAZON alors que Mein Kampf et le Coran ont des pages entières …..
 
Il précise que YouTube continue à passer ses vidéos mais subit les pressions du gouvernement anglais.
.
Ensuite, cela devient difficile à traduire pour qui ne connaît pas les gens dont il parle. En gros, il accuse la BBC et l’Establishment de mentir à son sujet, de truquer et tronquer les interviews et les vidéos pour déformer ses propos à chaque fois qu’il s’exprime. En particulier, les journaux ont dit qu’il avait été attaqué pendant sa détention (laquelle .), Tommy montre une vidéo où il est évident qu’il est bien installé et en bons termes avec d’autres détenus et son gardien qui lui demande s’il peut faire passer un démenti dans la presse. Tommy pense que c’est pour faire monter les tensions à l’extérieur et créer des motifs de vengeance. Il parle aussi du deux poids deux mesures et pourquoi certains sont protégés par la police.
.
 
A la fin de son discours, il demande pourquoi toutes ces précautions quand on parle de l’islam
 
Sa conclusion : les gens croient les mensonges émis par les média sur lui.
Traduction pour Résistance républicaine par Rochefortaise
Print Friendly, PDF & Email

8 réponses à “Réception du prix de la liberté d’expression au Danemark : discours de Tommy Robinson (traduction)”

  1. Avatar Rajkoumar dit :

    Après l’obtention d’un tel prix, il sera très délicat (indélicat) de le remettre en prison pour de fallacieux motifs !

    • Christine Tasin Christine Tasin dit :

      c’est surtout que le vent tourne en Grande Bretagne avec la victoire de Johnson, imaginez que Corbyn l’islamophile ait gagné….

  2. Jack Jack dit :

    Merci et félicitations Rochefortaise pour ce travail. Vivant dans une petite ville au Texas (ville qui malheureusement grandit trop vite), je cotoie des Texans qui sont parfois bien difficiles à comprendre, mais ayant vécu plusieurs années dans l’ouest (West Texas), je m’en tire assez bien. Par contre l’anglais britannique me cause des difficultés. Ne parlons pas de l’accent de Tommy dont j’ai tenté par le passé d’écouter les vidéos. Merci encore pour ce très difficile travail qui valait la peine. Tommy est une formidable figure d’une liberté qui est combattue partout en Europe de l’Ouest et, bien sûr, certainement en France.

    • Christine Tasin Christine Tasin dit :

      Merci Jack, bises en passant. Je crois qu’on appelle aussi l’accent de Tommy l’accent cockney

    • Avatar Richard Friand dit :

      Je me suis habitué à l’accent de Tommy, à force de l’écouter, et puis de l’avoir rencontré à plusieurs reprises (la dernière fois le 4 décembre dernier).
      Je vais tâcher de faire des sous-titres à ce discours puissant qu’il vient de prononcer dans une salle du parlement du Danemark. Mais ça va me prendre du temps.

  3. Sarisse Sarisse dit :

    C’est un très grand bonhomme Tomly Robinson!

  4. Sarisse Sarisse dit :

    Je lui fait toutefois plus confiance qu’en Boris Johnson qui n’est pas un Geerd Wilders et doit encore prouver qu’il n’y a pas que le Brexit mais la démondialisation et une résistance qui aille jusqu’à un coup d’arrêt de l’islamisation des îles britanniques.
    Robinson est un aiguillon de cette résistance.

  5. Avatar Pierre Malak dit :

    Longue vie à Tommy !

Lire Aussi