Retraites : Macron veut que les profs travaillent pendant les vacances…

Publié le 20 décembre 2019 - par - 25 commentaires

.

Un million de votants pourraient l’avoir mauvaise…

Il leur promet depuis pas mal de temps une revalorisation de leur salaire, un des plus faibles à qualification égale en Europe. Cela ne serait pas du luxe eu égard à la difficulté du métier qui empire chaque jour en France, même en-dehors des territoires perdus de la République.

.

Et la réforme des retraites ne va pas arranger des choses  puisque les enseignants  vont perdre l’avantage de partir avec une retraite calculée sur le salaire des 6 mois précédant la retraite… S’ils passent à la retraite universelle, ça sera une moyenne calculée sur 25 ans ! Une sacrée différence au bout… De quoi faire grincer des dents. D’autant que le métier étant ce qu’il est, peu de profs auront la pêche pour enseigner au-delà de 64 ans… avec la décôte que cela suppose.

.

Macron sait tout cela… Un millions d’enseignants, ça fait un paquet de votants qui, majoritairement votent à gauche et majoritairement votent contre le RN donc pour Macron dans le cas d’un affrontement Macron-Marine. Ce n’est pas à négliger….

Alors il essaie de leur vendre une augmentation de salaire, une amélioration de leur niveau de vie… mais « en même temps », il va dégraisser le mammouth et exiger d’eux ce que pas un Ministre, pas un Président  n’a eu le courage de faire jusqu’à présent, s’attaquer aux vacances. 

.

Macron prévoie donc, entre autres, qu’une semaine des précieuses vacances serait dorénavant dévolue à la formation des profs (quand on sait comment, par qui et avec quels objectifs sont menés la majorité des stages actuels, ça fait peur, ça fait hurler…). Tout ça pour ça… Mais ça, avec ou sans la réforme des retraites, c’est déjà décidé et acté par décret. 

Mais cela ne suffit pas. Macron veut également que les profs travaillent une partie des vacances scolaires avec un autre public que leurs élèves habituels. Les jeunes des quartiers ? Alphabétisation des migrants ? Accueil des étudiants étrangers ? Animation et soirées culturelles pour tout ce beau monde ? Animation de centres aérés et autres colonies de vacances ? Cours de rattrapage pour les branleurs qui leur ont cassé les pieds toute l’année ? 

.

M’est avis que ça va grincer dans la citadelle assiégée… D’autant qu’il le fait au plus mauvais moment, quand les meilleurs des profs cherchent à se reconvertir, fuyant un système qui les use et les détruit… C’est quand le métier devient encore plus difficile que Macron charge la mule…

Certes, il sait, comme moi, que les enseignants sont majoritairement déviés du ciboulot et qu’ils sont capables de voter quand même Macron pour éviter Marine, c’est peut-être son pari ? 

.

Il n’empêche que Macron-Blanquer prennent les enseignants pour des cons :

 

J’avais cru comprendre que la « retraite universelle » visait à… faire faire des économies. Or Blanquer prétend augmenter les salaires pour que les retraites ne baissent pas…  quelque chose m’échappe. D’autant que, pour compenser la baisse des retraites prévue, il faudrait des augmentations de salaire/prime absolument considérables..

Selon un calcul du Snes Fsu la réforme des retraites ferait perdre un millier d’euros par mois à un enseignant partant avec 43 années d’ancienneté et 525 € avec 38 ans de carrière. Source

De quoi se contenter d’une retraite officielle de misère complétée en ayant cotisé à des fonds de pension ? C’est l’un des buts de la manoeuvre macronienne, supprimer la retraite par répartition et obliger les gens  à entrer dans le grand jeu de la mondialisation et de l’exploitation à mort du travailleur.

Par ailleurs, quand Blanquer agite le joujou « les retraites des profs ne seront pas inférieures à la moyenne des retraites des agents de catégorie A », c’est un truisme qui ne garantit rien. D’abord les profs sont déjà des fonctionnaires de catégorie A, ensuite si les retraites des fonctionnaires de catégorie A baissent, comme baisseront toutes les retraites, ça leur fait une belle jambe, aux profs !

.

Et puis, tout cela, qui promet des lendemains qui déchantent, n’est rien par rapport au prix que vont devoir payer les profs.

 

Macron l’a dit en octobre, si on revalorise, il va falloir des contreparties : on change le temps de travail et la relation au travail, ils vont donc « regarder les périodes de vacances ».

.

D’après le président de la République, les enseignants pourraient travailler “hors du temps scolaire”, “que ça puisse être demandé aux enseignants, que le métier change”. “Qu’on regarde aussi les périodes de vacances par rapport aux autres”, avait ajouté le chef de l’État. Premier point de friction.

https://www.franceinter.fr/reforme-des-retraites-le-dialogue-de-sourds-entre-les-profs-et-jean-michel-blanquer-en-six-dates

« Il a écarté l’idée d’une revalorisation immédiate des enseignants. Pour garder leur niveau de retraite, les enseignants devront accepter de travailler plus et de réduire leurs vacances. Cette évolution se fera sur plusieurs années ». Source

.

Le pire ? C’est que les syndicats de l’Education Nationale, à part le SNALC sont des vendus à l’idéologie et gauchiste et mondialiste.. ils signeront. Et les moutons suivront…

La preuve ? C’est que tout est prêt, Blanquer a publié les décrets nécessaires à l’augmentation du temps de travail, à la formation sur temps de vacances et au réaménagement de celles-ci….

Le gouvernement va donc commencer à négocier la hausse du temps de travail et la baisse de la durée des vacances. Ces points là ont déjà été bien préparés par JM Blanquer. Le ministre a déjà décidé d’augmenter de deux heures supplémentaires le temps de travail des professeurs du secondaire. Et il a fait passer deux décrets qui prévoient une semaine de formation obligatoire sur les congés et un réaménagement des cycles des vacances.

Evidemment , en pleine vague de suicides d’enseignants pour burnout ces propositions frisent l’indécence. Mais ces projets viennent de loin. E Macron peut s’inspirer de deux rapports, celui du sénateur G. Longuet en 2016, un proche de F Fillon, et du rapport de 2017 de la Cour des Comptes.

Suite ici :

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/10/07102019Article637060293947598926.aspx

On notera que  le site du Café pédagogique est un site de « pédagogistes » qui ont largement concouru à faire de l’école le merdier actuel… Qu’ils en payent le prix ne manquerait pas de sel si tous nos enfants et nos bons profs ne payaient pas, eux aussi, les pots cassés… Quant à l’état de l’enseignement et de la France, c’est déjà la Bérézina, mais ils sont capables de faire encore plus.

A suivre… Le gouvernement peine déjà à recruter des profs, notamment dans les matières scientifiques, les salaires de profs ne faisant pas le poids par rapport à ceux des entreprises privées, surtout si on met dans la balance le passage obligatoire en début de carrière dans le 93, le vide existentiel des programmes, les consignes débiles de correction et évaluation… Suicide ou bien volonté délibérée de remplacer, aussi, les enseignants par des immigrés ou descendants d’immigrés plus malléables et peu regardants ? 

Print Friendly, PDF & Email

25 réponses à “Retraites : Macron veut que les profs travaillent pendant les vacances…”

  1. Avatar Pierre-Jean dit :

    Bonjour Christine,
    L’état de l’éducation nationale est effectivement désastreux et, vous avez raison, la dégradation du métier d’enseignant a pour conséquence une crise de recrutement : comment accepter de devenir enseignant quand on est traité ainsi ? Le niveau de recrutement va donc baisser.
    Je suis enseignant et vote pour le Rassemblement National. Mais la majorité écrasante de mes collègues ont bien évidemment voté pour Macron en 2017 et pour un député macroniste aux législatives qui ont suivi : il ne faut donc pas venir se plaindre maintenant, tout était prévisible.

  2. Laurent P Laurent P dit :

    > Suicide ou bien volonté délibérée de remplacer, aussi, les enseignants par des immigrés ou descendants d’immigrés plus malléables et peu regardants ?
    Poser la question c’est donner la réponse !
    SAUF pour les collèges et lycées où ils enverront leur progéniture, bien évidemment.
    Ils ont vraiment absolument tout prévu pour nous suicider, c’est affligeant.
    Ah, non, il y a un truc qu’ils n’ont pas prévu : les massacres d’Elois par leurs Morlochs de temps à autres les vendredis à la sortie des mosquernes…

  3. Avatar Mat dit :

    J’ai arrêté l’enseignement il y a quelques années après 15 ans d’ancienneté, voyant que la situation empirait. Aucun regret quand je vois tout cela.
    Honnêtement la décrépitude de l’éducation nationale ne me fait plus ni chaud ni froid.
    Je vais quand même regarder d’un oeil amusé ceux qui ont voté Macron se faire étriller.

    • Avatar vieux bidasse. dit :

      Aucun souci pour ceux qui ont « veauté », le chef des tas va leur refiler une augmentation qu’il fera cracher aux serfs, et ce, juste avant les élections…. car il est bien connu que ça ne s’est jamais fait….tous partis confondus…

  4. Avatar celasepassenfrance dit :

    Message à RR : Pourriez-vous mettre en valeur cette interview ….

  5. Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

    Ils ont déjà du mal à recruter, la plupart des futurs nouveaux enseignants n’ayant qu’une crainte : la banlieue à Paris avec peu d’espoir de retour, et ça ne va pas s’arranger avec les problèmes réels évoqués dans l’article.

    Ce que ne voient pas, entre autres, ces gens du Privé, ce sont les concours qui éloignent, brisent les familles et coûtent l’argent de l’installation, je passe sur la déprime bien souvent de se retrouver complètement isolé ailleurs dans un environnement parfois plus que difficile voire dangereux.

    Je me souviens d’avoir entendu le cas de cette jeune professeur qui, le premier jour d’enseignement, a vu un couteau s’afficher dans let tableau ainsi que sa voiture, pourtant pas très neuve et d’occasion vu ses faibles moyens.

    Quand on voit l’épuisement des enseignants avant les vacances scolaires vu les ambiances actuelles…… je ne vois pas comment cela va aider l’enseignement de qui que ce soit.

    Quand on sait ce qu’il y a derrière en plus d’électoralisme sur fond de jalousies malsaines vu ce qui seraient les « Vacances Scolaires » et de volonté non affichées purement idéologiques, c’est écoeurant..

  6. Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

    j’ai oublié la fin : ainsi que sa voiture, pourtant pas très neuve et d’occasion vu ses faibles moyens, « brûlée ».

  7. Avatar Jolly Rodgers dit :

    les profs gauchistes , ils ont votez macron au deuxième tour , comme leurs torchon (libération) qu’ils lisent tous en cœurs , leur a demandé ? alors maintenant qu’ils aillent se faire voir !

  8. Moktar Moktar dit :

    Je vais avoir une levée de boucliers, mais tant pis. Tout d’abord les profs, comme vous dites, ne sont pas aussi mal lotis qu’on le prétend et rapporter leur salaire au regard de LEUR TRAVAIL EFFECTIF en prétendant qu’il est inférieur aux autres salaires est un mensonge.
    Mais venons en tout d’abord à leur profession: qui est responsable de leur situation? sûrement pas le citoyen lambda. Notre camarade Jolly Rodgers s’est manifesté en deux phrases. Et il a raison.
    J’ai cotoyé cette profession pendant 40 ans (mon épouse était principal de collège); j’en ai vu des vertes et des pas mures tant sur le manque d’éducation d’une MAJORITE de cette profession que de leur laisser-aller. Mais laissons le fait qu’ils récoltent ce qu’ils ont semé.
    J’ai travaillé pendant 42 ans (quarante deux), ma retraite a été calculé sur les 25 dernières années de ma carrière; mon épouse a travaillé 40 ans et sa retraite a été calculé sur les SIX derniers mois; je n’évoque même pas sur quel pourcentage. Voyez déjà les avantages des uns et les désavantages des autres. J’étais cadre commercial et travaillais en moyenne une dizaine d’heures par jour y compris le samedi. Combien d’heures effectue un enseignant? Je conclue, il le faut bien, Grâce à mes complémentaires retraite (AGIRC-ARCCO) j’ai tout de même réussi à avoir une retraite un peu plus élevée que le SMIC MAIS inférieure de moitié à celle de mon épouse. Ouf..j’ai bien fait de ne pas divorcer.
    Cerise sur le gateau: mes caisses de retraites PRIVEES alimentent les caisses de la fonction publique. Cherchez l’erreur.
    Alors mesdames et messieurs les en.saignants soyez un peu plus objectifs car vous agissez de la même manière que les nantis SNCF et EDF qui, ne risquant rien, s’autorisent à prendre en otages les pauvres « travailleurs » du privé.
    Quant aux anecdotes vécues au cours de ces 40 ans où j’ai VU agir les enseignants, je puis affirmer (vous pouvez lever les bras au ciel) que ce n’est pas beau..pas beau du tout.
    Cela dit ou tout au moins écrit j’ai rencontré de vrais professeurs; des personnes respectables et qui respectaient également autrui.
    Dernier point: n’est-il pas vrai que ces dames et messieurs « agrégés » n’aient pas quelque mépris pour leurs autres collègues? là également j’ai pu observer en salle de profs le comportement de ces êtres abjects (pour certains du moins).
    Je conclue: Tous ces profs ne se posent-ils pas la question de savoir pourquoi ils ne sont pas aimés? Comment se comportent-ils dans la vie hors de leur établissement?

    • Avatar Victoire de Tourtour dit :

      Mais pourquoi donc, compte tenu de tous les avantages dévolus aux enseignants et que vous décrivez complaisamment, mais pourquoi donc n’avez-vous pas choisi l’enseignement ? Il vous suffisait de passer l’agrégation, ou au moins le Capes . Masochisme de votre part ?

      • Moktar Moktar dit :

        @Victoire de Tourtour; MAIS tout simplement parce que j’ai opté pour un métier qui me plaisait et NON (sans doute comme vous-même) pour l’acquis d’avantages. Je présume que vous-même, compte tenu de votre réaction, avait passé bien entendu le CAPE..S et que vous avez une agrégation…laquelle je vous prie?
        Il est vrai que dans votre profession la corde sensible est toujours la même?

  9. Avatar Jenna dit :

    Pour la retraite des enseignants du privé des écoles catholiques, on prend en compte les 25 meilleurs années, cela a toujours été comme cela et nos frais de déplacements sont à notre charge contrairement au public…donc entre.profs du privé et profs du public , de très grandes inégalités ….Avec des collègues, nous trouvons qu ‘ils se plaignent de façon abusive et plus qu’ abusive ….
    Pour les profs des écoles, toutes nos formations sont sur nos vacances ….donc pour nous la réforme de Macron n en est pas une !!!
    Nous avons même le plaisir de récupérer les enfants des bobos de gauche qui se cachent pour mettre leurs gosses dans le privé et les musulmans fortunés qui souhaitent le meilleur pour les leurs vu la population du public !
    Ras le bol !!!

    • Moktar Moktar dit :

      Pardon dans mon commentaire précédent de n’avoir évoqué ce que vous indiquez très justement.
      2 poids=2 mesures
      Mais un constat: ce sont ceux qui ont les meilleurs avantages qui se plaignent toujours.
      Pourquoi ne pas appliquer envers les enseignants: la prime au mérite; souvenez-vous de la levée de boucliers.
      Et oui « touche pas à mon statut ».

      • Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

        « la prime au mérite »

        Croyez-vous qu’actuellement on « voit » le mérite des gens ?

        Non, quand on voit les rivalités voire harcèlement au travail où les meilleurs sont généralement jalousés, où c’est copinages et compagnies, où les faux-culs gagnent toujours par rapport à ceux qui sont authentiques et francs voire qui voient « clairs » et qui dénoncent, etc….alors surtout pas ce genre de « récompense » !

        Regardez la Légion d’Honneur ce qu’elle est devenue et à qui elle est donnée.

        Quant au travail des profs je ne m’étendrai pas, on ne peut généraliser et il ne faut pas dire qu’ils ne font rien, les vacances sont souvent bien amputées par réunions, examens à surveiller, pré-rentrée et préparation des cours.

        Je ne voudrais pas, quant à moi, supporter les classes que l’on voit maintenant et je ne sais pas d’où cela vient de penser qu’un travail physique est plus dur qu’un travail intellectuel (bien que les profs ne soient pas tous des intellectuels avec pourtant le même salaire, ce qui m’avaient étonnée mais passons…).

        Un tel travail peut-être, pour celui qui le fait avec conscience et « selon » les spécialités enseignées, épuisant et, contrairement à un travail physique où l’on peut se reposer arrivé à la maison, c’est un travail qui continue dans la tête quand on a passé la porte de l’établissement scolaire.

        Et les vacances ne sont pas, dans ces conditions un luxe, la fatigue « nerveuse » cela existe et c’est plus dur à soigner qu’une fatigue physique (ce que l’on a oublié depuis un certain nombre d’années…).

        Enfin, selon le niveau d’études (« qualitatif » pas en nombre d’années), le salaire n’est pas adapté mais, plus que tout ailleurs, tout le monde est mis sur le « même » plan… (le syndicats sont très puissants).

  10. Moktar Moktar dit :

    @Amélie Poulain; « prime au mérite » Je suis tout à fait de votre avis quant à votre point de vue. Il n’en reste pas moins que cette règle qui, de mon point de vue, est fondamentale car elle permet de récompenser ceux et celles qui sont capables de s’intégrer et s’investir dans la société dans laquelle ils exercent des fonctions: quelles qu’elles soient.
    Dans la fonction publique (notamment) lorsque l’administration veut se débarrasser d’un fonctionnaire gênant qui n’assume pas ses responsabilités, elle se contente de le muter.
    Deux exemples dont j’affirme le témoignage. J’ai parfaitement connu 2 chefs d’établissements: l’un des deux passait son temps en « public relation » entre le mess de la gendarmerie et les cours de tennis; cela se passait dans un collège du Nord-Isère. Il fut muté………..sur la Côte d’Azur.
    le second principal de collège d’une banlieue lyonnaise…c’est son adjoint qui assumait son travail..muté…………..où Outre-Mer.
    Vous me direz que je passe du « coq à l’âne »..Mais non tout cela est un tout.
    Je conçois aussi que mes propos quant à l’Education Nationale puissent être considérés comme extrémistes: je le revendique. Je n’ai jamais eu pour habitude pour faire plaisir ou pour paraitre politiquement correct d’envelopper mes propos dans de la soie. Je ne fais que dire, rapporter, non pas ce que l’on m’a chuchoté à l’oreille, mais ce que j’ai vécu, ce que j’ai vu.
    Et sur ce plan particulier de l’E.N. Je les ai cotoyés pendant 4 décennies et donc ai pu apprécier le comportement des uns et des autres.
    Le constat: PAS BEAU…..PAS BEAU du tout.
    On récolte ce que l’on sème. S’il m’était permis de m’étendre sur ce sujet je puis vous affirmer que cela nécessiterait des volumes entiers définissant cette profession qui, au départ, était une vocation.
    Dernier exemple (tout au moins pour cette intervention); vous avez compris que j’étais à la retraite et mon épouse également.
    Nous vivons dans une petite ville de Charente-Maritime, dans un quartier pouvant être considéré comme bourgeois: petites maisons individuelles, population..disons aisée. Tout se passe très bien et il y a une bonne entente avec tout le voisinage…tout? pas tout à fait. Face à notre maison vit un couple d’enseignants en activité: la quarantaine. Et bien ma chère Amélie ce sont les SEULS qui créent la perturbation dans le quartier. les fêtes pour ne pas dire orgies durent jusqu’à 3, 4 heures du matin; lorsqu’arrivent les beaux jours c’est le « bordel » le plus total enfants et adultes dans la piscine.
    Voila le comportement de ces enseignants qui prétendent donner des leçons de civisme. Et ils ne sont pas cas isolés car ils s’imaginent (seulement s’imaginent) qu’ils possèdent le savoir.
    Je conclue..pour l’instant: Ils ont été, de tous temps, l’abcès du pays; aujourd’hui ils se plaignent, notamment de leurs conditions de travail; certes, lorsque l’on a vu ce merveilleux film « la jupe », on peut comprendre MAIS qui en est responsable? Quant aux assoc de parents d’élèves? Mon Dieu. La paire est faite et on comprend aujourd’hui pourquoi un excellent élève qui a bac plus 3, 4, 5 etc…ne soit pas fichu de s’exprimer verbalement et encore moins d’écrire le Français.

    • Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

      @Moktar, oui je suis d’accord également dans ce que vous dites, je connais bien aussi l’Education Nationale pour x raisons, et donc ce que je renvoie est aussi une part de la réalité, on ne peut généraliser, et l’ambiance que vous décrivez, il est vrai, décourage certains sauf ceux qui gardent encore l’idée d’une vocation et c’est triste pour eux (qu’on arrête de jalouser leurs « soit-disant » vacances).

      Pour les chefs d’établissement, je connais aussi….. et souvent ce n’est pas un hasard s’ils sont là….

      Je parlais donc de ceux qui travaillent vraiment et qui se font embêter par les uns et les autres notamment par ce désir de « tout niveler » comme je le dis, sans la moindre reconnaissance.

      Cela m’a toujours frappée par exemple, le pouvoir des femmes de ménage et des secrétaires sur les profs (ex ceux qui se font alpaguer vertement car ils n’ont pas bien ramassé les chaises ou si vous appelez le Rectorat, l’intérêt qu’il y a d’avoir de bonnes relations avec la Secrétaire….), que l’administration puisse aussi mettre son nez dans le travail propre des professeurs lié à leur spécialité alors qu’elle n’en n’a pas les compétences, etc…. (mais il n’y a pas qu’à l’EN).

      Une hiérarchie cela permet pourtant de fonctionner correctement et c’est une partie aussi du problème de l’EN : c’est un « gros mot » à l’Education Nationale (dixit 1968) que penser hiérarchie d’où déni.

      Il y a aussi le nivellement des diplômes des professionnels qui pourtant n’ont pas le même niveau ni la même « profondeur » de travail mais qui touchent le même salaire (avant c’était des « moniteurs » de l’Education Nationale…). Il y a aussi les diplômes « maison » pour soit-disant se mettre au niveau de l’Université…. etc…

      Bref, je ne citerai personne pour ne pas froisser mais je n’en pense pas moins.

      On est d’accord sur le fond mais je me refuse à généraliser, j’ai des exemples en tête bine méritants mais qui n’ont pas le retour et donc le « mérite » précisément ne sera jamais reconnu pourtant.

      L’Education Nationale comme partout finalement en France d’ailleurs avec la mentalité pourrie qui s’est développée depuis plusieurs années, « utilise » l’humain et n’est pas « dans » l’humain avec ce qu’il est et donne.

      Quand au niveau des élèves cela vient plus des élèves que des profs mais cela on ne veut pas le voire : tout le monde (= nivellement) aurait la même intelligence mais ce serait le milieu qui empêcherait qu’elle s’exprime… Là aussi on pourrait en faire un livre des exemples qui disent le contraire et les fantasmes généraux qu’il y a là-dessus…

      Il n’y a qu’à voir, dans un autre registre et cela en dit long sur comment est considérée la notion de « mérite » en France, la désinvolture avec laquelle on traite les Morts pour la France, avec ceux, d’un autre côté, qui ont été infects dans leur action voire ont même trahi la France (sur fond d’exactions voire de massacres…) mais qui sont mis en avant et parfois font même partie d’associations d’Anciens Combattants (j’en ai découvert), alors…..

      On pourrait en faire un livre vous savez Moktar sur l’idée du mérite en France nous pourrions en donner plein exemples récents aussi notamment avec les « migrants » (détour politico-commode pour parler de gens sans-papiers hors-la-loi) et bien d’autres exemples plus ou moins proches.

      Voilà pourquoi je ne suis pas pour un traitement particulier selon le mérite en France….

      • Moktar Moktar dit :

        @Amélie; A chacun sa vérité. En ce qui me concerne je ne prétends pas détenir la vérité si ce n’est la mienne. Grâce à mon épouse (ou à cause..selon) j’ai cotoyé au cours de sa carrière 6 établissements de l’Isère, au Rhône et au sud-est. J’ai donc cotoyé différents établissements, différentes mentalités d’enseignants dans des lieux diamétrallement opposés.
        Je n’ai hélas fait qu’un seul constat majoritaire:  » la mentalité des enseignants dans leur très grande majorité était identique ».
        Vous avez raison il y a de quoi faire un livre; personnellement je prétends que pour évoquer cette éducation nationale dans son ensemble il y faudrait des dizaines de volumes. »Comment tuer le « mamouth »? Vous connaissez la désignation n’est-ce pas? avec tout ce que cela comporte.
        Je pourrais encore et encore vous évoquer tous ces enseignants qui en réalité n’ont d’enseignants que le nom.
        De ce qu’ils devraient être? de l’exemple qu’ils devraient donner? d’être, oui en effet, au dessus du panier par l’exemplarité de leur comportement.
        Mais hélas, pour une majorité en tous cas; ils ne connaissent de la pédagogie que le terme..et encore.
        Et oui Amélie c’est ainsi. La vérité est souvent cruelle mais la reconnaitre est un signe de noblesse.

  11. Avatar Saint Thomas dit :

    Maman ne isque rien, elle est retraitée!

  12. Avatar angoulafre dit :

    Ils ont appris à manier le boomerang en copiant les indigènes Australiens, et maintenant ils osent se plaindre qu’il n’est plus interdit d’interdire.

  13. Avatar Evora dit :

    Je me souviens il y a 20 ans déjà je préparais le Capes pour devenir professeur de français… et je me souviens aussi d’avoir commencé à renoncer à ce beau métier quand à l’IUFM on nous a dit « même si l’élève vous crache dessus ou vous insulte, ne dites rien » il y a 20 ans… j’imagine maintenant. Aucun regret je ne me vois pas supporter ces chances pour la France que j’exècre tant

  14. Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

    Excusez mes nombreuses fautes de frappe que je ne peux corriger voire mes relectures difficiles parfois vu mon clavier d’ordinateur….

  15. Avatar Michel dit :

    Les enseignants vont l’avoir dans le c.. mais, pour la quasi totalité, ils méritent ce qu’ils vont recevoir. Fallait pas voter pour l’assassin de votre profession (si c’est encore une profession…).

Lire Aussi