Le jour où je suis devenue une femme… j’avais 9 ans


Le jour où je suis devenue une femme… j’avais 9 ans

.

« La fin de mon enfance à l’âge de 9 ans » ou la vie des petites Iraniennes de nos jours, au XXIème siècle.

Je vous présente Anni Cyrus, qui vit maintenant aux États-Unis. Je lui laisse la parole :

« Le jour où je suis devenue une femme, selon l’islam »

Bonjour, je m’appelle Anni Cyrus. J’aimerais commencer par vous montrer une photo.

 

 

Me voici, j’avais 9 ans et ce que je porte est un vêtement très spécial fait pour moi ce jour-là, non seulement pour moi mais pour toute petite fille ayant 9 ans ce même jour.

Nous étions prêtes pour célébrer ce jour très spécial, appelé « jour d’assignation »

En Farsi : « Jashne Taklif » qui se traduit par l’exigence que je vais vous expliquer, en fait et pour éviter toute erreur, je vais vous en lire sa signification : une petite fille qui atteint l’âge de la responsabilité (9 ans) doit prendre des directives religieuses et satisfaire à des exigences et éviter ce qu’Allah a interdit, et, juste une remarque, cet âge pour les garçons en Iran est de 16 ans.

.

Ce qui ce produit ce jour, nous sommes toutes réunies dans cet immense endroit choisi par je ne sais réellement pas qui, et nous arrivons là, nous nous asseyons et des adultes arrivent et nous parlent ; voici ce qu’ils nous disent :

« Vous, petites filles, devenez des adultes selon la loi de l’islam et vous devrez faire face à des responsabilités et voici ce que sont vos responsabilités, vous suivrez Allah, vous obéirez aux règles islamiques et vous vous battrez pour le prophète Mohamet, vous vous marierez si on vous le dit et aurez des enfants parce que vous devez continuer la génération ».

.

N’oubliez-pas, j’ai 9 ans et, encore une fois, toutes les filles ici n’ont que 9 ans et nous devons nous asseoir, analyser, comprendre et écouter.

Voici ce que j’ai ressenti : j’étais furieuse.

.

Encore hier j’étais une petite fille pouvant courir, ne m’occupant de rien sauf de mes amis, m’amuser, aller à l’école, manger, ma mère, mon père et maintenant, aujourd’hui, je suis adulte, je dois être prête et faire tout ce que je viens de vous dire et j’avais peur, pourquoi encore une fois ?

Parce que maintenant n’importe qui peut décider pour moi, on peut me marier à n’importe qui, de n’importe quel âge.

Je peux devenir enceinte et devenir une mère et, une fois de plus chers amis qui me regardez, je n’ai que 9 ans.

Merci de m’avoir écoutée… »   

Traduction de Jack pour « Résistance Républicaine » de la vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=qsm8TFdmZ7o&feature=youtu.be

 

 

.

Voici quelques extraits d’un article sur cette courageuse jeune femme, de 33 ans maintenant, qui explique son expérience et sa fuite vers la liberté:

.

Anni Cyrus, née en Iran, a été mariée à l’âge de 13 ans à un inconnu d’une trentaine d’années (en fait vendue à son futur mari pour l’équivalent de 50 dollars).

Quand elle ne faisait pas ce qu’il voulait, il la battait.

Anni Cyrus s’échappa en Turquie à l’âge de 15 ans et se rendit aux États-Unis trois ans plus tard.

Aujourd’hui citoyenne américaine et militante des droits de l’homme, elle parle et écrit pour sensibiliser et aider d’autres filles et femmes comme elle. Anni Cyrus a récemment prononcé un discours dans une maison privée, louant les femmes iraniennes maintenant impliquées dans le soulèvement contre le régime oppressif de son pays natal.

Elle a rendu hommage à celles qui courageusement enlèvent leur hijab et risquent la prison ou la mort.

En dénonçant le régime, Anni Cyrus a également risqué la mort.

Une fatwa, condamnation à mort prononcée par des chefs religieux musulmans, lui a été infligée.

Elle se déplace fréquemment et parle sous haute sécurité…

À 14 ans, elle a été arrêtée 12 fois et soumise à 100 coups de fouet.

« Les coups ont couvert mon corps du cou aux chevilles », a-t-elle expliqué.

« Les coups ont été administrés de 15 à 25 à la fois. En général, je m’évanouissais après le cinquième ou le sixième coup, je n’ai donc jamais ressenti tout le processus »…

 

Anni Cyrus était mariée depuis un peu moins de dix huit mois lorsque sa grand-mère maternelle a trouvé un moyen de lui faire fuir l’Iran vers la Turquie.

« Ma grand-mère avait environ 40 ans lorsque la révolution islamique a eu lieu. Elle savait donc à quoi ressemblait la vie avant de vivre sous la charia », a-t-elle expliqué. « Elle était toujours attachée à son humanité ».

Sa grand-mère a dit au mari de Anni Cyrus qu’elle était malade et qu’elle avait besoin de sa petite-fille pour l’aider.

Cette nuit-là, Anni Cyrus fut prise en charge par des passeurs.

« Il nous a fallu trois jours et deux nuits pour entrer en Turquie », se souvient-elle.

Comme réfugiée âgée de 15 ans en Turquie,

Anni Cyrus ne pouvait ni travailler ni aller à l’école.

Elle a pris tous les emplois possibles pour subvenir à ses besoins et a échangé ses tâches ménagères contre de la nourriture avec ses colocataires.
«
C’était un cas inhabituel d’être une mineure sans tuteur », a-t-elle déclaré.

« J’ai dû attendre jusqu’à mes 18 ans pour émigrer aux États-Unis en tant que réfugiée sociale ».

Grâce à une agence d’immigration, elle s’est retrouvée à Chicago.

Devenue citoyenne américaine en 2010, Anni Cyrus s’est exclamée :

« J’ai eu l’impression que c’était le début de ma vie».

.

Devenue militante des droits de l’homme, elle a été désavouée par sa famille, avec laquelle elle n’a plus aucun contact.

Selon la charia, la peine de sortie de l’islam est la mort.

S’exprimer contre le régime iranien est tout aussi risqué. Ali Khamenei, l’actuel guide suprême de l’Iran, veut la faire comparaître en justice.

Depuis décembre 2015, elle a déménagé 10 fois.

Lorsque son adresse était divulguée, elle déménageait.

Un jour, passant en voiture devant son appartement, elle a vu deux hommes armés.

« J’ai continué à conduire», a-t-elle dit, déménageant cette fois dans un autre État.

Anni Cyrus est en contact avec la résistance en Iran et a créé son organisation en 2006, « Live Up To Freedom », pour faciliter les sauvetages. 

En raison des menaces qui pèsent sur sa vie, Anni Cyrus fait passer le message de ses expériences et de ses objectifs principalement par le biais des médias sociaux, d’émissions de radio et de réunions en petits groupes très sécurisés.

« Les filles et les femmes iraniennes sont prises au piège », a-t-elle déclaré.

« Vous devez obéir au Coran, et le Coran dit que votre mari a le droit de vous battre. À l’heure actuelle en Iran, il n’y a pas de réformateurs. Toutes les grandes organisations islamiques veulent ma mort ».

Le CAIR (Council on American Islamic Relations), Conseil des relations islamo-américaines, affilié aux Frères musulmans, tente de lui interdire de parler.

Traduction de  Jack  pour Résistance Républicaine de l’article :

https://www.jewishboston.com/married-at-13-activist-educates-about-women-in-iran/

Voici une autre vidéo d’octobre 2017 qui a été vue par plus de un million cinq cent mille personnes :

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jack

Résistance républicaine Etats-Unis “Those who surrender freedom for security will not have, nor do they deserve, either one.” « Ceux qui sacrifient la liberté pour la sécurité n'obtiendront, ni ne méritent, ni l'une ni l'autre » Benjamin Franklin


14 thoughts on “Le jour où je suis devenue une femme… j’avais 9 ans

  1. AvatarFomalo

    Donc elle serait plus ou moins née en 1986. Quelle chance d’avoir une grand-mère en Turquie, sous le régime militaire! Et aussi d’avoir pu fuir l’Iran, ça me rappelle une cinéaste yéménite!

    Reply
    1. Avatardmarie

      Bubu, Non seulement ils voudraient que ça perdure mais de plus ils veulent l’imposer au monde entier !
      Quel bonheur pour les pédophiles qui ne rêvent que de violer des petites filles sans être inquiétés par la loi !
      Combien de ces personnages à des postes importants à faire la pluie et le beau temps ?
      Combien déjà islamisés pour profiter des « bienfaits » de cette pseudo-religion ?
      Parents, soyons contents, vous pourrez vendre vos filles !

      Reply
  2. JackJack

    Contrairement à la France, la liberté d’expression a encore de beaux jours aux États-Unis et des femmes, oui surtout des femmes, comme Anni Cyrus, Ayanh Hirsi Ali, Marfa Sultan (pas certain des orthographes de ces noms), Brigitte Gabriel, Pamela Geller et bien d’autres organisent des réusions (parfois annulées sous la pression de CAIR), des réseaux sociaux, se déplacent d’une côte à l’autre du pays. Ces femmes, dont, grâce à elles, le nombre ne peut qu’augmenter, sont la meilleure arme contre l’islamisation.

    Reply
  3. AvatarPUGNACITE

    C est sans doute le devenir potentiel car probable des petites-filles qui pourraient être soumises à la charia en France du fait de leur famille nucléaire au premier chef: pere mère fratrie…
    Dans l accepration de l inacceptable.

    Reply
  4. frejusienfrejusien

    [email protected] pour cette traduction qui nous permet de découvrir une autre apostate de l’islam et son douloureux parcours,
    elle peut rendre grâce à sa grand mère,

    heureusement qu’il y a ce grand pays , les USA où les damnés de la Terre , condamnés par l’islam, peuvent se réfugier,

    malheureusement les raclures islamiques y sont également, soutenues par la clique clinton-obama, le muz,

    si ça ne tenait qu’à TRUMP, je pense que ces fanatiques seraient expulsés

    Reply
  5. AvatarChristian Jour

    Et chez nous les femmes de gauche, comme de droite soutiennent l’immigration et l’accueil des pauvres migrants musulman; si elles avaient lu le coran au moins.

    Reply
  6. AvatarCorsica

    Cette femme courageuse a vécu l’enfer avant de goûter à la liberté ,la liberté ca n’a pas de prix et chez nous ici en France ,nous devons tout faire pour conserver tous nos acquis et ne pas revenir en arrière .

    Reply
  7. AvatarDorylée

    Et en FRANCE, il y a plein de gourdassses (pour rester courtois) qui se bâchent pour être à la mode. On en reparlera quand elles n’auront plus le droit de l’enlever sous peine de prendre des coups de bâton sur la gueule…

    Reply
  8. AvatarChristian

    le prophète de mes couilles à épousé sa femme alors qu’elle avait 6 ans et a essayé de la dépuceler à ses 9 ans… pendant ces 3 ans il a du copuler avec les chèvres da la région puisque le coran autorise cela.. cette religion engendre des tarés frustrés et Madame Schiappa la gourdasse et toute sa clique de féministes à la noix sont complices de l’islamisation des rapports hommes femmes en France en mettant tous les hommes dans le même panier que ces frustrés.
    Samedi mon frère à vendu sa vieille voiture 1000 euros à un vieux blédard car il n’y a qu’eux qui achètent des merdes via leboncoin sur Paris;;il a 70 ans 9 enfants avec deux femmes et le dernier à 7 ans… comment voulez vous faire des bons citoyens avec de tels parents qui vénèrent un prophète pédophile et qui en sont fière

    Reply
  9. AvatarPUGNACITE

    L inculture alliée à la sauvagerie culturelle cultuelle et in fine sexuelle pour cette jeune femme victime .
    Sommes nous étonnés ?
    Pour la part non!
    Ce destin seracelui de nos filles quand la Charia sera imposée.
    Ne comptons pas sur les Lesbos gauchos féministes pour constituer un rempart solide contre la barbarie masculine des dits opprimés muzzs qu elles soutiennent vaille que vaille.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *