Plus le droit de brûler mes déchets verts, et les déchetteries saturent… Je fais quoi, moi ?


Plus le droit de brûler mes déchets verts, et les déchetteries saturent… Je fais quoi, moi ?

.

Cet article fait quelque peu écho à celui consacré à l’interdiction des foyers ouverts et, à moyen terme, au chauffage au bois.

https://resistancerepublicaine.com/2019/11/15/ecologie-vers-une-interdiction-des-foyers-ouverts-et-du-chauffage-au-bois/

.

Tout le monde, évidemment, tient à sa cheminée. En revanche, le thème de l’interdiction progressive du brûlage des déchets verts sera, sans doute, moins consensuel.

.

En effet, les fumées émanant de la combustion des tailles saisonnières ou des tontes peuvent indisposer le voisinage, même s’il a toujours été pratiqué à la campagne.

.

Nombre de citadins, actifs ou retraités, venus s’installer dans nos belles provinces, ne supportent pas les aléas de la ruralité et imposent leur point de vue « urbain » : faire taire les coqs, les cloches et les cigales ; chasser les vaches et leurs mouches devant les fenêtres ; asperger de Baygon jaune/vert les moustiques et autres cloportes ; interdire les bouses de vaches, le crottin ou les crottes de biques dans les rues et chemins…

.

Avec l’hystérie écologique, tout ce qui fume devient un danger pour la planète et accélère le réchauffement climatique (sauf le joint et le quad pétaradant de la racaille racisée de banlieue… ça, l’écolo n’y touche pas).

Donc, évidemment, brûler ses tailles de cupressus ou de lauriers palmes en automne ou au printemps donnent des nausées aux voisins « Verts » ou sensibles du nez.

.

Ainsi, de nombreuses communes rurales interdisent complètement le brûlage des déchets verts. C’est certainement bon pour la planète mais cela pose un autre problème : la saturation des déchetteries sous-dimensionnées et, donc, le recours à des investissements coûteux pour y remédier.

.

Certaines communes autorisent encore le brûlage des déchets verts mais les préfectures l’encadrent si drastiquement que cela confine au ridicule.

Ainsi, pour brûler quelques branchages, il faudra avertir la mairie 3 jours avant et remplir 2 pages de formulaire (qui sera établi en 2 exemplaires pour la gendarmerie et les pompiers…) en indiquant votre identité, vos coordonnées, l’endroit du brûlage et le numéro de la parcelle cadastrale, l’heure et le jour, le volume, l’origine et la nature des végétaux brûlés, les personnes et le matériel présents etc.

Et bien sûr, en respectant les dates d’autorisation comprises entre le 1er octobre et fin février, entre 10h et 16h et si la vitesse du vent reste inférieure à 5m/s…

.

.

.

Cependant, de plus en plus de préfectures interdisent définitivement le brûlage des déchets verts. Et les contrevenants s’exposent à une amende de… 450€ !

.

Problème : les usagers multiplient les allers-retours domicile-déchetterie, les embouteillages se multiplient, les sites saturent, la pagaille règne et certaines déchetteries doivent limiter… le dépôt de végétaux pour encourager, via des subventions, le broyage et le compostage.

L’écologie et le sauvetage de la planète : tout le monde est pour. Mais à quel prix ?

.

 

C’est l’automne, et avec lui réapparaissent les files d’attente aux déchèteries. Herbe de tonte, feuilles mortes et branches coupées remplissent les remorques.

Les trois déchèteries de Dinan Communauté ont réceptionné 8.900 tonnes de déchets verts […] Un boom qui s’illustre par des files d’attente de remorques pleines à l’entrée des déchèteries, notamment à la fin de l’hiver, à la fin du printemps et au début de l’automne.

« J’ai plus de 1.000 m² de terrain, limiter à 16 passages en déchèterie par an, c’est trop juste », « les années où ça pousse bien, je me retrouve coincé, avec trop de déchets verts », « quand j’ai épuisé mon badge, j’emprunte celui de ma mère, je n’ai pas le choix », pouvait-on entendre à la déchèterie des Landes Fleuries, à Quévert…

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/dinan/dechets-verts-vers-un-acces-libre-sans-badge-05-10-2015-10799280.php

 

 

Embouteillage à la déchetterie

La déchetterie des Aubuis est située en partie sud de la commune de Saint-Avertin […] Depuis 2017, en particulier lors des jours fériés qui coïncident avec des périodes propices aux élagages, la déchetterie arrive à saturation.
En plus du nombre important d’utilisateurs, des mesures de sécurité ont été prises pour éviter des accidents…

https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/commune/saint-avertin/embouteillage-a-la-dechetterie

 

Haute-Vienne: les déchets verts limités en déchetterie depuis le 1er juillet 2019

Depuis le 1er juillet  les déchetteries de la Haute-Vienne […] acceptent moins de déchets verts.  Il faut dire que ces dernières années la quantité amenée dans les déchetteries du département est en constante augmentation.

18 000 tonnes y ont été amenées l’an passé. C’est d’ailleurs le premier type de déchets collectés devant les encombrants. Entre 2015 et 2018, les dépôts ont augmenté de 35%.  

En cause l’interdiction depuis 2011 de l’écobuage, des saisons détraquées et rallongées et un excès de zèle de certains particuliers. 

En déchetterie, ça déborde, ou presque constate Alain Auzeméry, le Président du SYDED ( Syndicat Départemental d’Élimination des Déchets) :  » Depuis le début de l’année on est déjà à  30% d’augmentation par rapport à l’an passé . On est sur des tonnages importants et ça a un coût !  » .

Il faut en effet compter 40 euros pour traiter une tonne de déchets verts.

D’où cette limitation depuis le 1er juillet 2019« Chaque foyer est limité à 10 apports par an en déchetterie avec un maximum de 10 mètres³ ».

https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/haute-vienne-les-dechets-verts-limites-en-dechetterie-a-partir-du-1er-juillet-2019-1561471732

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




21 thoughts on “Plus le droit de brûler mes déchets verts, et les déchetteries saturent… Je fais quoi, moi ?

  1. AvatarFomalo

    Cela va commencer par les déchets « encore verts » pour les taxes et les aides aux broyeurs, cela se terminera par l’interdiction d’incinération des « vieux déchets » avec des taxes monumentales dans les cimetières, pour les incinérations en milieu urbain et rural. A moins que cela ne finisse par des bassins aménagés pour les futurs La Gloïre, reliées directement aux bassins de pisciculture écologiques.. Oui il va y avoir du boulot pour les jeunes dans « l’environnement » .. Pauvres de nous, vieux ..!

    1. AvatarHollender

      Ils vont bientôt nous interdire la crémation des morts……….
      Merci aux  » zécolos fanatiques », on devra recycler les macabés pour en faire des croquettes pour chiens. Revoir le film  » Soleil vert » ( Soilent green ) avec Charlton Heston.

      Avec 3600 M2 de jardin et des haies, pas moyen de faire autrement que de brûler une fois ou deux dans l’année, avec un fût de 200 litres avec des trous et une grille au tiers de la hauteur, comme incinérateur.
      Nous sommes 131 habitants dans le village……….. pour le moment tout va bien mais je surveille le vent comme un aigle les lapins.

    1. AvatarBarbier

      Dans ma ville des Bouches du Rhône…voilà comment ça se passe : vous appelez les services techniques en laissant vos coordonnées . Vous déposez vos déchets sur le trottoir…Dans ma rue le camion passe le mardi . Je dépose donc mes déchets le lundi soir .Mais….ll personnel ne ramasse qu’un certain cubage (je n’ai jamais su quel était ce cubage car j’ai eu des réponses différentes!…). Donc…si le dit-cubage est dépassé…tout reste sur le trottoir pendant une semaine !…Une organisation à la française !…

  2. AvatarMauricette

    Je n’ai jamais compris cette obsession de bruler les déchets verts. Laisser les pourrir tranquillement et vous aurez du bon terreau. Vous avez des branches ? Coupez les en petits et faites en des petits tas. Quand ils seront secs un voisin avec une cheminée ou un poele sera très content de vous en débarrasser.
    J’ai 2000m de terrain et je vosu assure qu’il ne me viendrait jamais à l’idée de bruler les déchets verts. Les feuilles mortes ? je les laisse pourrir sur place et en 3 semaines elles ont fertilisé la terre. Non, vraiment, c’est un faux problème. Encore un truc de Parisien ☺

  3. romulusromulus

    Désormais interdit, le brûlage trop fréquents de déchets encore verts car les gens ne supportent pas la présence de déchets à sécher dans un coin de leur propriété a posé dans mon hameau d’importants problèmes de voisinage. Pourtant, à l’instar de coqs qui chantent et de grenouilles qui coassent, la gestion des déchets confinée à l’intérieur des propriétés devrait être la règle autant se faire que peu. En effet, quelle imbécilité de transporter de pleines remorques ou d’encourager l’achat de broyeurs et autres composteurs préfabriqués, méthodes qui n’ont d’écologiques que le nom (mais « ça fait marcher le commerce ». Voici ma méthode « écolo-gilet-jaune »:
    – tondre le strict nécessaire, éventuellement à la faux, laisser des zônes sauvages, et pailler le plus possible le jardin, sinon redistribuer sur le sol
    – composter par la « méthode Jean Pain » les résidus de haie (trempage dans piscine trouvée sur LBC ou dans trou d’eau) et mis en tas
    – brûlage « hors la loi » des gros résidus, pour l’instant, en attente de créer une méthode de cuisson pour les écouler. Je reconnais que ceci est surtout valable pour une propriété ouverte, hors lotissements « serrés » très réglementés. Il devra nécessairement y avoir des évolutions dans les dits règlements, pour une certaine tolérance de brulage et dans la conception de l’écologie. Si j’ai coutume de dire que cette dernière n’est surtout pas une question d’argent, elle peut toutefois nous aider à en gagner un peu et surtout plein d’autres choses.

  4. AvatarAlexcendre62

    Constatons que les incinérateurs sont toujours en vente ? et les barbecues aussi , pourtant les merguez fument parfois pas mal ! mais cet Etat se gratte tous les matin la tête pour savoir ce qu’ils vont pondre pour nous emmerder et demain se sera autres choses . A voir la fréquence et l’impunité des brûlage des voitures dans les villes fait que je m’interroge si je ne vais pas leur porter mes déchets verts .

    1. AvatarFomalo

      Excellente idée [email protected], vous avez vraiment un nom prédestiné je trouve.
      Je suggère que trois jours avant les prochaines élections municipales, l’on déverse ses tonnes de déchets-verts ou bruns – devant les mairies à majorité REM ou EELV sans oublier le domicile des postulants. Que vont-ils faire les candidats? AH AH! Je propose que l’on suive la piste finement (oui, c’est sûr il nous faudrait une vidéo ou un film de Boyadjian..) Cela promettrait de l’audience et une bonne rigolade à la française!

  5. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Effectivement dans ma commune, pourtant rurale, il est désormais interdit de bruler les déchets verts et bien sûr les déchetteries ne peuvent plus encaisser alors on fait quoi? Eh bien on emmerde les gens des campagnes pour « plaire » à ces cons d’écolos sortis des villes où ils respiraient allègrement les émanations de gasoil et autres saloperies et qui n’acceptent pas de sentir l’odeur d’un feu de feuilles à l’automne ou d’un feu de bois. On nous oblige a nous démerder avec nos branches et feuilles et à force de nous faire chier on va recommencer a retrouver des décharges sauvages un peu partout. Car la seule chose dont les politicards rêvent c’est de nous faire payer chaque passage en déchetterie pour nous piquer du fric, fric qui ne servira certainement pas à adapter les déchetterie a la demande, soyez en certain!

  6. AvatarJoseph

    On fait tout un « cinéma » pour le brûlage de ces déchets verts dont les fumées sont toxiques bien sûr et pas un mot sur les centaines de voitures qui sont brûlées chaque année et dont les fumées sont vraiment très très toxiques.

    Il suffirait d’attendre que les déchets verts deviennent secs pour les brûler tout simplement.

    1. AvatarLANKOU RU

      Et « lubrizol » ? et « AZF » et les églises incendiées et toutes les autres usines qui ont brûlé récemment (dont les merdias se sont bien gardées d’évoquer ) et bien sûr les voitures , les voitures et encore …

  7. AvatarMichel

    Par chez nous, quand la déchetterie est saturée, on dépose tous nos déchets devant. Après, ce sont eux qui ont accepté ce genre de conneries et donc, qu’ils se démerdent avec. Par contre, moncon 1er ne dit rien sur la pollution des voitures incendiées et autres feux déclenchés volontairement pour nuire. Par exemple, Notre Dame, victime d’un horrible attentat (c’est établi par un scientifique qui a été aussitôt interpellé et mis en prison), ça ne polluait pas, peut-être ? Alors, pour les déchets verts ou pas verts, on s’en fout complet.

  8. AvatarPimpin

    Moi je broie, donc pas de fumée mais juste un peu de bruit en plus … et de l’énergie électrique consommée. Et du temps passé. Rien n’est parfait.
    Pour les petits déchets, petites tailles, je passe la tondeuse dessus c’est plus rapide que le broyeur et aussi efficace … avec un peu d’essence consommée.
    Ensuite compost, ça se décompose très vite, comme les feuilles (que je ramasse avec la tondeuse) qui passent l’hiver sur la terre nue du potager. Au printemps elles ont presque disparu.

    1. Avatarcalvo

      Les escrolos veulent faire livrer les déchets à la déchetterie bar c’est meilleur pour leur « réchauffement » Je dois faire vingt kilomètres avec une remorque aller-retour, donc moins de CO2…

  9. AvatarAnne Lauwaert

    En effet, aussi ici au Tessin il est interdit depuis +- 1985 de brûler les « déchets verts » surtout qu’ici aussi nous avons toujours le danger d’incendie de forêts. Nous avons acheté un broyeur qui depuis lors est encore comme neuf car on ne l’emploie que après les élagages de nos arbres et haies c.-à-d. 1 x par an vers la Chandeleur. Nous avons aussi acheté 3 treillis à compostage que nous remplissons avec les « petits » déchets verts coupés en petits morceaux et l’herbe coupée du pré. Les grosses branches, nous les coupons à 40cm les laissons sécher et elles sont idéales pour allumer le poêle à bois . Au printemps nous ouvrons les compost, nous enlevons la terre qui très belle et très fertile, nous la semons au pied de nos arbres fruitiers, rosiers, et surtout sur notre potager. Ici la terre est très pauvre (sable et cailloux de granit) avec le compost nous réussissons à cultiver un potager intéressant.
    Petite histoire : en 1996 j’ai acheté un appartement qui dispose d’un jardin. Passionnées de fleurs, nous avons planté un jardin botanique. Quand ma mère est venue nous faire visite en été elle a fait le tour du jardin et nous a dit : « Très beau… mais ça ne se mange pas… magnolia, cerisier du japon, mahonia, cotonéaster, etc. :c’est magnifique mais ça ne se mange pas. Plantez des arbres/buissons fruitiers : ils font des fleurs magnifiques et leurs fruits se mangent , ils sont bio et à km zéro… » C’est ce que nous avons fait. Je vous le conseille avec l’excellent compost que vous allez faire déjà cette année. J’invite tous les lecteurs à faire de même : le jardin est une vraie joie et une thérapie contre les contrariétés quotidiennes. Inspirez-vous de la ferme La Grelinette http://lagrelinette.com/ Avec un peu d’expérience vous n’aurez même plus envie d’aller « en vacances » vous serez plus heureux dans votre jardin.

  10. Avatarsly

    le monde devient taré avec ces écolos de m… même si bien entendu il faut arrêter de détruire la nature mais la ça devient du n’importe quoi, quoique :
    en général ceux qui ont des déchets verts, ont bien un petit coin de jardin pour faire du compost, bien entretenu, c’est l’idéal et un tas de feuille l’année suivante n’existe pratiquement plus, alors qu’est-ce que les gens sont parfois c.. d’aller se faire chier à la déchetterie, bon c’est mon avis car j’ai la chance d’avoir un terrain et je récupère tout pour mettre dans le compost, vu les commentaires je ne suis pas le seul …
    puis n’y a t il pas plus important concernant la pollution à s’occuper ? bon on ne va pas y revenir Pffffffffff

  11. AvatarJoël

    1 La plupart de broyeurs sont à moteur thermique.
    2 La plupart des gens amènent leurs déchets verts avec au minimum une voiture. Certains font même plusieurs voyages par jour.

    Où est l’écologie là-dedans ?

    1. AvatarAnne Lauwaert

      Joël, vous avez raison: les broyeurs font aussi beaucoup de bruit ou consomment beaucoup d’électricité c’est pourquoi nous préférons couper ce qu’il y a moyen avec un sécateur – les grosses branches nous les scions – bien souvent à la main c’est plus rapide que devoir installer la machine…
      mais il y a aussi le problème de la tondeuse à gazon… même si nous n’avons pas « une pelouse » mais un pré… il faut de temps en temps raccourcir l’herbe mais comment?

  12. AvatarDorylée

    Une astuce pas chère : affûtez avec une lime, votre lame de tondeuse thermique ou électrique pour la rendre bien tranchante. Taillez vos haies en laissant les tailles sur la pelouse. Passez la tondeuse sur les tailles et videz le bac au pied de votre haie pour faire du paillage et de l’engrai. Les branches qui restent, une fois séchées servent à allumer le barbecue.

Comments are closed.