Il menace une infirmière des urgences… Et si on jouait au jeu des prénoms ?


Il menace une infirmière des urgences… Et si on jouait au jeu des prénoms ?

.

Et si on jouait au jeu des prénoms ?

Les journalistes,  uniquement certains, et uniquement dans la presse locale ) sont parfois facétieux.

Ils savent très bien qu’ils ne doivent en aucun cas citer les  prénoms  des délinquants sauf, bien sûr, si ceux-ci se prénomment Pierre, Robert, Alain, Christine…

Auquel cas ils ont toute latitude pour écrire le nom de famille, l’adresse, et tout…

.

Certains journalistes, uniquement dans la presse locale, sont particulièrement facétieux.

Tout en appliquant strictement les ordres visant à  » ne pas stigmatiser « , ils réussissent à…

En voici un nouvel exemple, que je viens de découvrir dans cet article de la République du Centre : 

https://www.larep.fr/orleans-45000/actualites/il-avait-menace-une-infirmiere-des-urgences-au-chro-trois-mois-de-prison-ferme_13683122/  

 » Un Olivétain de 26 ans, qui avait menacé une infirmière des urgences du CHRO, a été condamné, mardi 12 novembre, à trois mois de prison ferme « .

Jusque là, tout va bien : pas de prénom !

Mais, plus loin dans l’article, on peut lire ce qu’avait hurlé ce sans-prénom à l’hôpital d’ Orléans : 

« Je vous préviens, si je ne vois pas de médecin, je vais vous retourner votre service, SUR LA VIE DE MA MÈRE !  » . 

Bon, on a compris :  « sur la vie de ma mère ! « .
Son prénom n’est ni Pierre, ni Robert, ni Christine, ni même Claude…

Il se prénomme comment, d’après vous ? 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




12 thoughts on “Il menace une infirmière des urgences… Et si on jouait au jeu des prénoms ?

  1. AvatarMachinchose

    je ne pense pas que sa « môman » soit une Yiddish Mame

    car d’ habitude ces indésitables ça sermente sur « la tête du coran »

    bouquin aussi brenneux que sa grègue

  2. AvatarJoël

    Ce que ne captent pas les journaleux, c’est que bon nombre de Français ont encore un truc (peut-être en voie de disparition) qu’on apprenait à l’école d’avant 68 : l’esprit de déduction.

    Je leur conseille, pour éviter de nous faire réfléchir, de n’écrire des articles qu’avec une seule phrase ou le titre.

    1. Amélie PoulainAmélie Poulain

      Mais même là on s’en rendra compte, c’est incontournable… même avec un seul mot ou rien, car cela devient tout de suite suspect le manque d’informations.

      Ils sont coincés.

    1. Avatarandrea

      Ben Innocent, ça va pas le faire non plus !….. Voir Innocent Oseghale, le migrant violeur assassin démembreur et cannibale de Macerata en Italie.

  3. AvatarRODRIGUE

    Non, c’est LOUIS parce que: si pa moa si loui !
    Petite blague:
    Un ami à nous genre bronzé arrive à l’ANPE et demande à voir un conseiller.
    Ce dernier vient à sa rencontre et lui demande:
    « Bonjour Monsieur, que puis-je faire pour vous ?
    « J’y voudrais un travail !  »
    « Parfait, j’ai ce qu’il vous faut, un travail pas trop dur, vous êtes payé 15.000€ par mois, logé dans un appartement de fonction de 150 m² dans le XVI ème de Paris, vous avez tous les jours fériés, 18 semaines de congés pour pouvoir aller dans la famille au bled « !
     » Si quoa ce travail ? »
     » Chauffeur de ministre  »
    « Ty ty fou di ma gueule ? »
     » C’est pas moi qui ai commencé » répond le conseiller « c’est vous quand vous m’avez dit que vous cherchiez un travail ! »

  4. AvatarPUGNACITE

    IMPUNITE grâce aux formatés de l ecole de Bordeaux du mur des cons, qui lui résulte de la médiocrité potentialisee d une partie d un corps de métier en voie d d’inculture et .acculturation .

  5. Avatarberger

    Une habitude des médias c’est aussi de définir le « jeune » comme étant « originaire de » et de citer une ville n’importe laquelle en France.Or le fait de naitre quelque part ne rend pas originaire de ce quelque part, sinon tous les Européens nés en Afrique seraient originaires d’Afrique ahahaha cqfd.

Comments are closed.