Emilie Chalas, député LREM, a honte de son parti ? Elle se présente aux municipales sans étiquette


Emilie Chalas, député LREM, a honte de son parti ? Elle se présente aux municipales sans étiquette

BREVE

.

Dans la série « j’aime mon président mais je n’assume pas »…
Ci-dessus l’affiche de campagne d’Emilie Chalas, députée LREM,  3ème circonscription de l’Isère et candidate aux municipales à Grenoble.
.
Elle ne porte AUCUNE Mention du « parti unique » de notre président…
.
AUJOURD’HUI traître à LEUR PARTI, DEMAIN traître à LA PATRIE…
.
J’invite les lecteurs de Résistance républicaine à nous signaler tous les cas de ce genre, afin que nous publiions sur notre site et sur les réseaux sociaux un florilège des candidats LREM qui renient leur parti seulement 2 ans après l’avoir rejoint.  Nous pourrions les affubler du désormais fameux #jsuispasLREM ;
Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Avatar

Responsable de Résistance républicaine Isère et Haute-Savoie


6 thoughts on “Emilie Chalas, député LREM, a honte de son parti ? Elle se présente aux municipales sans étiquette

  1. AvatarChristian Jour

    Le bateau lerm prend l’eau et les rats quittent le navire mais reviendront dare dare pour aider mohamed macron contre le RN aux prochaine election de 2022.

  2. AvatarJuleslefuret

    Simple taqiya…Ce parti commence à comprendre comment fonctionne la taqiya et en viens a manipuler ses propres electeurs. Ejectez ces collabos des que l’occasion se présentera lors des élections municipales.

    1. AvatarOlivier Saint André

      À Grenoble c’est plutôt sympa les municipales ; tu as le choix du roi pour les prétendants au trône :
      – Ecolo Eric Piolle + ou – avec LFI
      – LREM (enfin pas officiellement) avec Chalas
      – peut être un PS qui traîne
      – où les Come Back 20ans après d’Alain Carrignon ..
      Que du bonheur !!!

  3. AvatarDorylée

    É. CHALAS n’a rien à voir avec les piquets qui soutiennent la vigne : ils sont utiles, eux. La blondasse est plutôt du style de la surprise qu’on achetait le dimanche au gamin à la boulangerie. L’emballage faisait briller les yeux du gosse, le contenu était presque toujours décevant….

Comments are closed.