Catastrophe pour Schiappa et Taubira : c’est une Nigériane qui est l’esclavagiste majeure de ce siècle


Catastrophe pour Schiappa et Taubira : c’est une Nigériane  qui est l’esclavagiste majeure de ce siècle

Europol présente la nigériane Jessica Edosomwan comme une esclavagiste majeure de ce siècle

Caca-tastrophe pour Schiappa et Taubira…

 

Oui, sans doute auraient-elles rêvé que ce fût un homme blanc, Français de souche forcément descendant d’esclavagistes du commerce triangulaire. Pas d’bol, de une, c’est une femme, de deux, c’est une immigrée nigériane noire.

Et voilà qui périclite tout le fonds de commerce de Dame Schiappa, terrée au fond de sa boutique comme une Césarienne Birotteau pourchassée par ses créanciers.

Merdouille, pas de « féminicide » en vue et l’écriture inclusive n’a qu’à bien se tenir : même Europol l’écrit, « le crime n’a pas de genre », qu’il s’agisse des victimes comme des coupables…

Quant à Taubira, sans doute espère-t-elle que la justice finira par blanchir Jessica Edosomwan ! Car Dame Taubi n’avait pas prévu le coup en faisant voter sa loi mémorielle en 2001, loi qui déterrait un passé plus que lointain…

A moins que Dame Taubi voulût ainsi mieux faire oublier que de nos jours, l’esclavage dit « moderne » se pratique surtout entre gens de la même origine, immigrés africains, dans un cercle familial élargi dans bien des cas, ou constitue un privilège halal entre les mains de quelque princesse pétrolière argentée…

Bref, ces deux-là ont pris un sacré coup de vieux tout d’un coup : Taubi a quelques 400 ans de retard à force de regarder dans le rétroviseur, et le costume vintage de Schiappa revêtue du look de la féministe des années 1960 dans une société qui a profondément changé a pris la poussière.

Si nous sommes semble-t-il débarrassés politiquement de Dame Taubi, mais pas de ses avatars et épigones, ça sent de plus en plus la porte de sortie pour Schiappa. Laquelle se fait d’ailleurs assez discrète ces derniers temps ; peut-être cherche-t-elle à se mettre à l’abri, comme ça sent le roussi ? Son pseudo-néoféminisme commence à battre de l’aile…

https://www.ladepeche.fr/2019/10/18/qui-est-jessica-edosomwan-la-fugitive-la-plus-recherchee-de-france,8488831.php

Jessica Edosomwan est l'une des criminelles les plus recherchées en ce moment en France par l'Agence Europol.

 

L’Agence européenne de police criminelle Europol lance un appel pour retrouver ses 18 criminels les plus recherchés sur le continent. La police française a choisi le visage de Jessica Esohe Edosomwan pour l’Hexagone. Cette Nigériane est mise en cause dans une affaire de traite d’êtres humains et de proxénétisme aggravé entre Nîmes, Lyon et Montpellier.

La femme la plus recherchée en France, l’un des 18 visages des « Most wanted criminals » d’Europol, c’est elle. Jessica Edosomwan est une Nigériane mise en cause dans une affaire de traite des êtres humains et proxénétisme aggravé. Âgée de 26 ans, Jessica Edosomwan est la seule personne manquante dans cette tentaculaire affaire jugée à Lyon le mois prochain.

L’agence européenne de police criminelle lance un appel ces jours-ci pour la retrouver. En tout, 26 personnes ont été arrêtées et mises en examen dans le démantèlement d’un énorme réseau de prostitution contrôlé par un pasteur nigérian vivant à Montpellier, qui exploitait une soixantaine de femmes en France. Elles ont depuis été prises en charge par des associations.

Jessica Edosomwan était une « mama » de ce réseau, explique Jacques Croly Labourdette, patron de la brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF). La « mama », « s’occupait des filles » mais avait aussi pour mission de prospecter au Nigéria pour trouver de nouvelles recrues. Celles-ci étaient acheminées en France clandestinement, via la Libye.

Des prostituées soumises à un « rite vaudou »

Arrivées en France, elles se voyaient assigner une dette de 50 000 à 60 000 euros et devaient se prostituer à Lyon, Nîmes ou Montpellier dans des camionnettes. Pour assurer leur emprise, les proxénètes menaçaient les prostituées de représailles sur leurs familles au pays.

Elles étaient également soumises à un « rite vaudou », le « juju », qui était « terrible pour elles, bien plus que les menaces », selon le patron de la BNRF. Jessica Edosomwan s’occupait aussi du transfert et du blanchiment d’argent au Nigéria. En lançant cet appel à témoins via les « Most wanted » d’Europol, les enquêteurs français espèrent obtenir de nouveaux renseignements. La jeune femme pourrait en effet se trouver au Bénélux, en Italie ou en Allemagne où existent des réseaux similaires.

Une filière nigériane implantée durablement

Lors du premier coup de filet des enquêteurs de l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) en septembre 2017, 16 premières personnes avaient été arrêtées à Lyon, au Havre, à Nîmes mais aussi au Portugal et en Italie.

Après 15 mois d’enquête, les policiers avaient estimé que l’argent récolté par le réseau, entre 100 000 et 150 000 euros par mois, repartait très rapidement vers le Nigeria. La « tête de réseau », le pasteur, possédait également plusieurs biens immobiliers à Lyon et au Nigeria, selon une source policière.

Dans son rapport annuel présenté en juillet, le service de renseignement criminel de la police nationale constatait « l’implantation durable des filières étrangères: Nigeria, Roumanie, Chine et Brésil » dans la prostitution en France.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.

Articles du même thême

8 thoughts on “Catastrophe pour Schiappa et Taubira : c’est une Nigériane qui est l’esclavagiste majeure de ce siècle

  1. AvatarJoël

    Peut-être une descendante de ces marchands occultés par taubira et dont les blancs n’étaient que clients.
    C’est ballot, hein !

  2. Avatardmarie

    C’est sans doute une erreur !!! Ils sont tous bons et gentils ces pauvres africains, victimes des vilains blancs que nous sommes !

  3. Laurent PLaurent P

    Faites savoir, concrètement, à Marlène Schiappa que vous partagez pleinement l’opinion exprimée dans cet article :
    Imprimer l’article et l’envoyer par la poste à l’ADRESSE POSTALE de la m·s·inistre Schiappa que vous trouverez sur la page
    https://www.gouvernement.fr/ministre/marlene-schiappa
    au paragraphe « CABINET DU MINISTRE »
    [Si vous voulez aussi dépenser un timbre sur la tête à Taubira·t, malgré qu’elle soit en voie de disparition de la vie politique, vous pouvez lui écrire via le mouvement politique WALWARI (http://walwari.over-blog.com) qu’elle chapeaute en sous-main : http://walwari.free.fr/php/contact.html ]
    Pour imprimer facilement l’article, c’est pas compliqué :
    Cliquer sur la barre verte « Print Friendly » en bas à gauche du présent article.
    (ou accès direct : https://www.printfriendly.com/p/g/FFGmSq )
    Dans la fenêtre d’impression qui s’ouvre, choisir la taille de texte 100% et la taille d’image 75%.
    Ceci fait, cliquer sur l’icône PDF.
    Choisir la taille de page « A4 » (« Letter » est le format américain) puis cliquer sur « Téléchargez votre PDF » et enregistrer le PDF sur votre ordinateur.
    Désormais vous pouvez imprimer l’article dans sa version PDF de 3 pleines pages, en deux feuilles : la première imprimée recto-verso, avec les pages 1 & 2, la deuxième feuille imprimée recto seulement avec la page 3.
    Optionnellement vous pouvez signer au bas de la 3ème page, dans le petit espace resté blanc, avec votre prénom et ville (inutile de bêtement donner vos coordonnés complètes à une islamo-collabo idiote-utile du Grand Remplacement).
    Eventuellement, la dernière page étant totalement vierge, vous pouvez y rajouter un commentaire personnel si vous en avez un, ou alors vous pouvez recopier un commentaire de l’article parmi ceux qui vous semblent les plus percutants.
    Voilà, participer à la résistance contre le Grand Remplacement, ça commence en investissant un timbre.

  4. Avatarwar gear

    cela existe depuis longtemps les réseaux de prostitution de noirs exploités par des noirs leur magrélles sont des être immondes bien souvent d’anciennes victimes de ces réseaux . Avez vous entendu parler aussi des hommes zombies a la réunion un ami originaire de la bas m’avait expliquer ça il y a plus de 40 ans une drogue qui rendais les gens pratiquement a l’état de mort vivant et que l’on exploitaient a notre bon vouloir ils étaient obéissant au doigt et a l’œil de parfait esclaves tout sauf une invention des méchants blancs .

  5. frejusienfrejusien

    acheminés par la Libye, certaines ont dû passer sur le bateau de carola Rackete, cette négrière reçue par micron à l’Elysée

  6. Avatarlucien

    De toute façon, la vérité apodictique est que quand les Européens sont descendus sur les côtes Africaines, leur projet principal était de cartographier le monde tout en trouvant de nouvelles voies maritimes et si possible, trouver de nouveaux partenaires commerciaux. Ils n’avaient pas prévu de faire du commerce d’esclaves, d’une part leur chrétienté l’interdisait à priori ; d’autre part, leurs bateaux n’étaient pas prévus pour ce type de marchandises. Les Européens n’ont participé au commerce d’esclaves que parce que cela était la principale ressource les Africains, et que Rome, intéressé par le profit, a laissé en suspend la question de savoir si un homme noir avait une âme. D’ailleurs, très peu d’esclaves sont remontés jusqu’en Europe, celle-ci n’en avait pas besoin, l’autochtone corvéable étant tout à fait suffisant aux besoins locaux.

Comments are closed.