Quand la mer monte, j’ai honte, j’ai honte…


Quand la mer monte, j’ai honte, j’ai honte…

.

Ça chie dans l’ventilo, comme on dit.

Qu’apprends-je ? Qu’ouis- je ?

Le dernier rapport du GIEC –  » organisme scientifique « , indépendant du pouvoir politique comme son nom l’indique :  » groupe intergouvernemental ….  »  – nous apprend, en toute urgence,  par un  » rapport spécial  » qui vient d’être publié que :

 » Rapport spécial du GIEC : la montée des eaux pourrait atteindre 1,10 mètre à la fin du siècle si rien n’est fait « .

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) lance mercredi 25 septembre une alerte sur les impacts du réchauffement climatique sur l’océan et la cryosphère. Aujourd’hui, d’après le GIEC, le niveau des mers et océans monte deux fois plus vite, tout en se réchauffant. Autrement dit, l’océan s’acidifie, produisant de moins en moins d’oxygène et de poissons.

Les glaciers, la couverture neigeuse des hautes montagnes du monde entier et le permafrost des régions polaires ont tous décliné au cours des dernières décennies. En Arctique, on assiste à une réduction de la banquise sans précédent depuis 1000 ans, qui pourrait être irréversible. Selon le GIEC, la fonte des glaces de l’Arctique et de l’Antarctique fait monter le niveau de la mer de 3,6 millimètres par an, soit deux fois plus vite qu’au siècle dernier, qui a vu le niveau de la mer augmenter de 15 cm, à raison de 0,7 mm chaque année.

Jusqu’à 5 mètres en 2300

La montée du niveau des eaux est un phénomène qui est parti pour durer encore plusieurs siècles, d’après les prévisions du GIEC. Si on ne fait rien, à la fin du 21e siècle, le niveau des eaux pourrait croître jusqu’à 1m10, alors que si on respecte l’accord de Paris, précise le GIEC, l’augmentation du niveau des eaux serait contenue entre 30 et 60 cm.

Selon le pire des scénarios, le niveau des eaux pourrait augmenter jusqu’à 5 m en 2300, ce qui entraînera – de toute évidence – des répercussions sur les évènements climatiques. Le rapport estime que des phénomènes d’inondations ou de submersion marine qui n’avaient lieu que tous les siècles auront désormais lieu tous les ans.

Toujours selon les auteurs du rapport, les phénomènes de réchauffement de l’océan ont doublé depuis 1982. Quant aux températures du permafrost, elles n’ont jamais été aussi élevées. Sa fonte va continuer de relâcher dans l’atmosphère d’énormes quantités de CO2 et de méthane mais aussi du mercure, jusqu’ici piégé dans le sol, ce qui provoquera – et provoque déjà – des problèmes de pollution de l’eau.

15% de la production de biomasse de l’océan en péril

Or, précisent les experts, ces écosystèmes jouent un rôle essentiel pour la vie sur Terre. Les glaciers nous apportent de l’eau potable, l’océan fournit 50% de l’oxygène atmosphérique et permet de réguler le climat en captant le CO2 et en absorbant la chaleur liée aux émissions. Il est également source d’alimentation et revenus pour plus de 800 millions de personnes.

Le constat du GIEC est pourtant sans appel : l’océan arrive à saturation, s’acidifie et produit moins d’oxygène et moins de poissons. On pourrait perdre 15% de la production de biomasse de l’océan et pêcher jusqu’à 26% de poissons en moins qu’actuellement, sans compter que ce phénomène pousse les espèces à remonter vers les pôles, laissant les pays subtropicaux sans ressources.

Le GIEC plaide donc, une nouvelle fois, pour que soit respecté l’accord de Paris et pour limiter le réchauffement en dessous de 2 degrés afin de pouvoir garder une chance de gérer les conséquences de ce changement climatique et de préserver l’océan et les glaciers sur terre. Une ressource vitale, dont dépendent actuellement 1,4 milliard de personnes, et dont dépendront en 2050 près de 2 milliards de personnes, la moitié des mégalopoles étant à côté des côtes ou près des montagnes.

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/cop24/rapport-special-du-giec-la-montee-des-eaux-pourrait-atteindre-1-10-metre-a-la-fin-du-siecle-si-rien-n-est-fait_3631231.html 

.

On est tous foutus !

Même pas 100 ans pour attendre le prochain passage du  » ocean viking  » ou d’un autre navire qui pourrait venir nous tirer hors de l’eau et nous sauver.

Ils sont déjà débordés, les pauvres .

C’est la fin !
Quel espoir nous reste-t-il ? Prier Sainte Greta, peut-être .
Et encore, c’est sûrement trop tard …

Alors, j’ai honte.

D’ailleurs, chaque fois que la mer monte, j’ai honte .

Tout comme Raoul de Godewarsvelde :

Il le dit très bien.

Début des paroles :

 » Tout près du cap Gris-Nez
Quand j’ai fini d’pêcher
On s’ retrouv’ chez Léonce
On est onze
On mesure les poissons
En vidant des canons
Et on pass’ vit’ le cap
Car ça tape

Bientôt plus d’ Cap Gris-Nez
Encor’ moins d’ cap Blanc-Nez
Ceux qu’on voit c’est nos nez
Tout roug’s et

Quand les verr’s que je lèv’
Ot’nt le sel sur mes lèvres
Moi je pens’ à Marie
Qui est partie.

Quand la mer monte
J’ai honte, j’ai honte
Quand ell’ descend
Je l’attends
A marée basse
Elle est partie hélas
A marée haute
Avec un autre.  »

__________

Tellement  j’ai honte que je vais immédiatement boire un coup, merde !

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




6 thoughts on “Quand la mer monte, j’ai honte, j’ai honte…

  1. AvatarRajkoumar

    « la montée des eaux pourrait atteindre 1,10 mètre à la fin du siècle si rien n’est fait »
    Tous ces experts de pacotille n’ont pas trouvé la solution pourtant très simple : favoriser les ventes de pastis, car en y ajoutant le volume d’eau correspondant, la réponse est plus qu’évidente, fini les inondations.
    Mais qu’est-ce que c’est con ! parce que d’un autre côté, on nous dit aussi que l’eau va manquer, et qu’il va falloir exploser les taxes pour continuer de boire !
    On n’en peut plus de ces conner… pardon, de ces stupidités.

  2. AvatarChristian Jour

    Et la montee de la connerie, et de l’enfumage pour nous baiser encore et encore plus de pognon, ca fait comblen de metres.
    Qu’ils virent deja tous les migrants qui crachent et qui chient partout et la France sera plus propre.

  3. Avatar@D.P.

    Encore une machination avec les données. Regardez les détails à Le Spectacle du Monde – Changement Climatique : mythe et réalités, p.IX ; un cahier spécial dans Valeurs Actuels N4309 de 27 juin 2019.
    Donc, les mesures avec marégraphes ne montrent aucune accélération d’élévation du niveau de la mer. Les ‘spécialistes’ de GIEC ont commencé prendre depuis quelques années les mesures par satellites, lesquelles sont moins précis et ont la calibration différente. D’où il y a un saut dans les résultats. Bien sûr, GIEC utilise seulement la combinaison de ces données pour approuvez une hausse catastrophique d’océan.

  4. AvatarDorylée

    La réalité est encore bien pire : entre 10h37 et 16h42 LA MER A MONTÉ DE 5 M !!! Mais je ne m’affole pas. Moi, la mer qui monte et qui descend, ça me fait marrer (marée)

Comments are closed.