Alstom-General Electric, un désastre industriel nommé Macron !

Publié le 31 mai 2019 - par - 10 commentaires
Un dossier Alstom-GE bien trouble…
.
.
Le gouvernement savait, mais la direction de GE a attendu la fin des élections pour dévoiler un plan social catastrophique qui va supprimer plus de 1 000 postes en France.
.
Encore un cadeau de la « mondialisation heureuse », après une longue liste de déconvenues pour notre industrie. L’aciérie Ascoval dans le Nord,  Whirlpool à Amiens, Ford en Gironde, les papeteries Arjowiggins dans la Sarthe.
.
Mais sur le dossier Alstom-GE, Macron est directement impliqué. Car rappelons qu’Arnaud Montebourg s’était opposé au rachat de la branche énergie Alstom Power en 2015 par le géant américain GE.
.
Mais dès le départ de Montebourg, remplacé par Emmanuel Macron au ministère de l’Économie,  celui-ci donne aussitôt son feu vert à l’opération.
.
Et pour cause ! Macron  savait parfaitement depuis 2012 que les discussions étaient en cours pour ce rachat de la branche énergie d’Alstom, laquelle pesait pour 70 % dans le chiffre d’affaires de l’industriel français.
.
Il a donc menti sur toute la ligne en prétendant découvrir le projet en 2014 !
.
Il était parfaitement informé du dépeçage d’Alstom qui se préparait.
.
« Pourtant, la commission d’enquête parlementaire a clairement établi qu’Emmanuel Macron, alors Secrétaire général adjoint de l’Élysée, a commandé une étude illégale et secrète à David Azéma dans le dos de François Hollande. Cette dernière étudiait par le menu les options de démantèlement d’Alstom au profit de Bouygues et favorisait dès le départ General Electric. »
.
GE devait créer 1 000 postes, il en supprime plus de 1 000 !
.
Le conglomérat américain avait déjà payé 50 millions d’euros d’amende pour ne pas avoir créé les 1 000 postes promis. Il devra verser quatre Smic par emploi supprimé. Une goutte d’eau de 5 millions pour l’industriel US, qui a payé une amende d’1,5 milliard d’euros aux autorités américaines suite à son implication dans la crise des subprimes.
.
Le groupe justifie ces licenciements par un effondrement des commandes de la branche Power.
.
100 turbines à gaz construites en France en 2008, mais seulement 29 en 2018, dit Le Maire.
.
Mais en réalité, le désastre qui frappe le site de Belfort n’est hélas qu’un énième coup dur pour notre outil industriel, victime de la mondialisation sauvage, de l’euro et de l’immigration d’assistés qui ruine le pays.
.
La France est le pays de l’UE le moins compétitif. Et ce ne sont pas le CICE ou le Pacte de responsabilité qui vont radicalement changer la donne.
.
Graphique de la Direction générale des entreprises
.
Il est évident que compte tenu du différentiel de compétitivité, l’euro est une monnaie bien trop forte pour notre économie.
.
Le franc permettait de dévaluer, ce qui permettait d’exporter davantage et de moins importer.
.
Car dans un pays qui sait tout faire et possède une agriculture exportatrice, donc un pays autosuffisant,  une dévaluation n’est pas un appauvrissement, contrairement aux mensonges de nos politiques, mais un enrichissement.
.
D’ailleurs depuis l’euro, notre balance commerciale s’est effondrée et nous perdons 50 milliards par an !
.
Seul le pétrole nous fait défaut, mais rappelons que 75 % de notre électricité est d’origine nucléaire. Quant au coût du litre de carburant, c’est 60 % de taxes !
.
En 2017, Macron avait promis de réindustrialiser la France. Mais les fermetures d’usines s’enchaînent. 75 % des Français réclamaient un soutien massif pour notre outil industriel, et 80 % d’entre eux estimaient que François Hollande avait abandonné notre industrie (Florange).
.
Mais tout empire. Par son mondialisme débridé, Macron est le fossoyeur de notre industrie. Son bilan depuis 2012 est le plus calamiteux de tous les temps.
.
Quelques chiffres depuis la fin des Trente Glorieuses.
.
En 1970 le secteur industriel représentait 22 % du PIB,
En 2000, on tombait à 16 % et en 2015 à 11 %.
.
En termes d’emplois, c’est la saignée continue.
.
En 1970 on comptait 5,4 millions d’emplois dans l’industrie,
En 2000, on tombait à 4,1 millions et en 2015 à 3,1 millions.
.
De 2000 à 2018, ce sont 27 % des emplois industriels qui ont été détruits.
Merci l’Europe, merci la mondialisation, merci l’euro.
.
Il est donc permis de se demander si notre industrie n’est pas définitivement condamnée, compte tenu de l’obstination de Macron à accélérer la mondialisation sauvage et à poursuivre une immigration d’illettrés totalement inutiles à une économie numérique moderne.
.
.
Effondrement des emplois industriels depuis 1970.

https://ripostelaique.com/alstom-general-electric-un-desastre-industriel-nomme-macron.html

Print Friendly, PDF & Email

10 réponses à “Alstom-General Electric, un désastre industriel nommé Macron !”

  1. Avatar Alecendre 62 dit :

    C’est une honte d’avoir mené l’industrie d’un pays dans cet état là , et dire que toute cette clique de politiques osent encore avant chaque élection continuer a nous bourrer le mou et nous promettre la lune ou nous remonter contre le RN ! notre peuple n’est vraiment pas méchant . Arrêtons de nous parler du taux horaire l’argent que nous donnons en salaire a nos ouvriers dix jours après la paye il est revenu dans nos circuits , mais une autre équipe de pourris se charge de faire disparaitre ce qui est fabriqué en France pour que ce soit la Chine qui récupère un grosse part de l’argent . En clair nous sommes bien trahis sur toute la ligne par le vide patriotique de notre classe politique et nous avons mis a la tête de notre pays le roi des roi au service de cette mondialisation pas si sauvage qu’ils le prétendent mais bien pilotée par eux et les larbins qui les entourent . Si nous voulons sauver pour nos enfants notre paye attaqué sur de nombreux plans il va falloir arrêter de force cette démarche suicidaire et se recentrer sur nous même en envoyant bouler une partie de nos accords internationaux quitte a rentrer dans un isolement sélectif . je sais les pleureuses vont sauter au plafond face aux bennes des  »SI » ( si nous faisons ça il y aura ça etc etc )non il faut se dire que la guerre va être perdue et que nous sommes face a Verdun ! et que tous les sacrifices sont permis , voila ce que je veux entendre de la bouche des quelques vrais responsables qu’ils nous restent . Si nous faisons pas cette prise de conscience avant quinze ans nous seront disparus en tant que nation libre car les choses vont s’accélérer sans nous demander notre permission .

  2. Avatar angoulafre dit :

    J’espère qu’ils ont veauté pour ce tartufe.

  3. Avatar Eric des Monteils dit :

    L’a quand même une gueule de con notre dictateur ! Dire que certaines pétasses ont voté cette chose pour sa tronche . . . .

  4. Avatar clairement dit :

    MACRON doit être considéré comme un traitre puisqu’il a vendu la partie militaire d’ALSTHOM

  5. Avatar Hoplite dit :

    Personne n’a voté pour LREM aux dernières ?

  6. Jean-Paul Saint-Marc Jean-Paul Saint-Marc dit :

    Cela a commencé bien avant lui !
    Il ne fait que prendre le relais !

  7. Hoplite Hoplite dit :

    Négatif, il a préparé son coup quand il était ministre chez Hollande. Et naturellement personne n’était au courant de rien…

  8. Avatar LULU LE GAULOIS dit :

    LE MAC RON A VIRER D’ URGENCE AVANT UNE CATASTROPHE POUR NOTRE FRANCE

  9. Avatar Gally dit :

    « Le groupe justifie ces licenciements par un effondrement des commandes de la branche Power. »
    Pour info quand même : GE ne se justifie pas, il y a réellement un effondrement des commandes de turbines à gaz. Le fond de l’histoire, c’est que ces turbines à gaz étaient justifiées par la « transition écologique » cher à Macron et à ses escrologues, que GE s’est laissé charmer par les sirènes du « green » au point de se faire surnommer « Green Electric » depuis 2015 et que celà lui a couté très cher, au point d’avoir détruit 120 MILLIARDS de capital en 1 an (c’est sur que les 5 millions ne sont alors qu’une goutte d’eau, mais pas pour les raisons que vous sous entendez)

    Pour le cas bien précis des turbines à gaz Alsthom, qui étaient et restent ce qui se fait de mieux dans le domaine, l’erreur est d’avoir imaginer que la multiplication des éoliennes allait entrainer une multiplication des petites centrales à gaz rapides pour combler les périodes sans vent. La réalité, c’est que les pays assez crétins pour planter des éoliennes ont fait le choix de centrales à charbon et que le marché des turbines à gaz se casse bien la figure (la valeur prévue du marché passerait de 63 milliards de $ pour la période 2012-2017 à seulement 38 pour 2018-2022, et que sur les 125.000 MW de centrales à gaz plantées en Europe, 110.000 ne couvrent même pas leurs frais d’investissements). Tous les fabricants de turbine à gaz (Siemens et Mitsubishi par exemple) ont des stocks de turbines invendues, la seule différence avec GE, c’est qu’eux ont les reins suffisament solides pour encaisser le loupé, alors que GE, qui accumule les conneries « écolo friendly » depuis des années, ne les a plus du tout.

    Cela explique pourquoi GE a décidé de se recentrer sur les domaines où il est leader et qui ne sont pas des chimères (moteurs d’avion, scanners et IRM, …) et que, pour le reste, selon les propos de son PDG, il va « fermer ou vendre ». Ceci étant, on peut douter que si Alsthom était toujours propriétaire des usines, il n’aurait pas lui aussi du les fermer : aux dernières nouvelles, la France n’est pas encore une société communiste et ses entreprises ne gardent pas des employés si le produit qu’ils fabriquent ne se vend tellement plus que tout le monde ne sait plus quoi faire avec ses stocks existants. Les exemples d’entreprises d’Etat qui ont licenciés en masse sont suffisamment nombreux pour ne pas tout le temps se défausser sur la mondialisation alors que les erreurs sont souvent franco-françaises : Rappelons quand même que la France est en Europe le pays le plus désindustrialisé, avec une contribution du secteur industriel à la formation du PIB dans les 10% alors que le standard européen est plutôt dans les 20%. Un article intéressant sur le sujet : https://entrepreneurs-pour-la-france.org/Edito/article/La-descente-aux-enfers-de-l-Industrie-Francaise

  10. Avatar peplum dit :

    Hey Dude !

Lire Aussi