Question aux adeptes de la RATP : qui fait tourner l’économie de service, les musulmans ou les kouffars ?

Je sais que la doctrine islam pousse ses adeptes à détester tout ce qui est en dehors de la oumma. Je ne le sais que trop bien pour l’avoir vu tellement de fois à l’œuvre. Seuls les « taqiyistes » professionnels ou les dhimmis de service vous diront le contraire.

Pourtant, à ce jour, je n’arrive pas tout à fait à concevoir, comment autant de gens ont pu sombrer dans un tel pourrissement de l’âme. Je frémis d’horreur quand je vois les visages haineux de tant de musulmans de par le monde, la rue pakistanaise étant le summum de l’abjection.

Toutes leurs manifestation de violence, de colère, dès que les évènements ne vont pas dans le sens islamique, auxquelles nous assistons trop régulièrement, nous montrent combien le mal est profond. Toutes ces rues musulmanes, qui vibrent au rythme de la détestation de l’autre, montrent combien l’espoir d’un monde meilleur est vain.

Je sais que l’endoctrinement islamique est puissant. Les individus vivant dans les pays musulmans n’ont pas de répit, le bourrage de crâne étant présent dans n’importe quel fait du quotidien, même le plus anodin. Matin, midi et soir, de la naissance à la mort, la haine des autres, des kouffars, est présente en tout, en chaque évènement. Elle est rabâchée à toutes les sauces et plus particulièrement dans les cerveaux tendres des enfants. C’est pour ces derniers particulièrement difficile d’y échapper. Comme si l’éducation familiale ne suffisait pas, l’enseignement scolaire vient compléter cet endoctrinement forcené. Les programmes font la part belle à la détestation du monde non musulman. A quoi ça sert de mettre le paquet dans les sciences et autres, le message de momo est là, autosuffisant, donnant l’illusion de la supériorité… Ah ! Ah !

Le sieur d’Arabie a bien un seul mérite, si on peut appeler ça mérite, c’est d’avoir bousillé des générations de cerveaux, d’avoir réduit à néant des possibilités en sommeil sur plusieurs siècles à ce jour. Son message suintant le crime, sous toutes ses formes, a triomphé contre toute attente sur tout, la moindre petite pousse de lucidité éradiquée, la moindre lueur d’intelligence effacée.

Comme le dit si justement Wafa Sultan, ce soi-disant prophète a légué des valeurs à ses adeptes, d’une laideur la plus absolue, la plus abjecte qui soit, ayant fait d’eux, pour certains, des bêtes sanguinaires. C’est comme elle l’a souligné, une fabrique assurée de personnes déséquilibrées, en décalage avec le reste de l’humanité. Une gageure pour eux-même et surtout pour le monde ! Tous les jours, ici et là, elle se manifeste malheureusement par le versement du sang de non musulmans, notamment chrétiens.

Pour ma part, je le redis, la haine véhiculée par cette doctrine qui a traversé les siècles de cette façon, sans que rien ne l’affaiblisse, sans que rien ne la canalise, est un mystère pour moi. Mon cerveau humain limité n’arrive pas à imaginer, à réaliser comment un tel désastre a pu advenir, en dépit d’un temps aussi long. On va me dire, oui mais le message étant sacré, personne n’a osé y toucher, ou ceux qui ont essayé ont été tués. Oui ! Oui ! Mais tout de même, cette affaire est une aberration difficile à avaler. Autant de générations à avoir transmis l’Ebola islamique, c’est perturbant !

Et c’est d’autant plus incompréhensible quand cela a lieu aussi de nos jours, dans un pays comme la France. Les musulmans nés ou vivant en dehors de la musulmanie auraient dû, c’est ce que je pensais naïvement, prendre de la distance quant à ces injonctions de haine. Ils auraient dû s’adoucir au contact d’une autre culture comme celle de la France. On aurait pu penser que la littérature, les sciences, le sport, les langues, les sorties culturelles à l’école et autres allaient rafraîchir, un tant soit peu, leurs cerveaux programmés à la bêtise humaine. Je croyais que la libération de beaucoup allait se faire avec les années, que la prison islamique, transmise par des parents arriérés, analphabètes, ne durerait qu’un temps. Erreur fatale !!!

Force est de constater que non, cette horrible haine est tenace et continue d’exister sur notre sol, pire elle se régénère avec force.

C’est, semble-t-il, la propension des musulmans à se victimiser qui a joué le catalyseur dans la poussée de cette haine féroce. Beaucoup de politiciens leur ont en plus donné du grain à moudre pour cela, la culture de l’excuse, de la victimisation. Le fleurissement des mosquées, des écoles coraniques est venu parfaire une ambiance déjà explosive.

Rien, pour ma part, ne pourra excuser une telle ignominie quand je vois tout ce que la France leur a apporté en bienfait et la réponse qu’ils en font en retour. Ce point est extrêmement sensible, je suis écœurée de tels agissements.

L’endoctrinement d’accord mais les faits, ça n’a pas d’importance, ça n’a pas de sens ? Ils ne sont pas capables de discerner le réel sous leurs yeux et de faire la différence avec de prétendues paroles d’un zouave, qui n’est plus sur Terre depuis longtemps maintenant ? Aucun esprit cartésien n’émane de cette bouillie insipide ? Quand même, c’est difficile à concevoir. Bien sûr, une bonne part des familles musulmanes est responsable de toute cette détestation de l’autre, bien sûr !

Mais, l’école de ces dernières décennies a également sa part de responsabilité. Elle était censée apporter un esprit critique, ce qu’elle n’a pas fait dans la mesure où elle s’est perdue dans les méandres du gauchisme, du multiculturalisme.

Pourquoi, bon sang, respecter, renforcer une culture néfaste comme celle véhiculée par l’islam ? Pourquoi ? Pourquoi avoir abaissé les exigences ? Pourquoi avoir abdiqué face à la connerie mahométane ?

Me dire les pauvres, il fallait faire ça pour qu’ils puissent s’en sortir, est faux, totalement faux. Je ne peux l’accepter car je sais de quoi je parle. Je suis un pur produit de l’école républicaine, celle-ci devant pousser normalement les enfants à se dépasser quelles que soient leurs origines sociales. Mes deux parents étaient analphabètes et cela ne m’avait jamais empêché d’être une bonne élève, parmi les camarades de ma classe. Mes instituteurs ne faisaient pas de moi une victime, mais un enfant avec des potentiels à exploiter par tous les moyens. Aujourd’hui, je peux compter sur cette instruction solide pour aller de l’avant dans la vie. Il ne me viendrait pas à l’esprit de pleurnicher sur mon sort, bien au contraire si je rate quelque chose, je me rends responsable exclusivement de l’affaire. C’est ce que je transmets à mes enfants, la responsabilité assumée de ce qui arrive. Cela se perd malheureusement. Je fais de même avec l’équipe que je gère au travail. Curieusement, c’est une philosophie qui marche. Alors pourquoi continuer à plébisciter la médiocrité, la  déresponsabilisation des individus face à leurs actes ?

Les élites françaises, bien planquées, elles, ont signé pour le malheur du peuple. Merci à elles quand on voit comment beaucoup de mahométans sont complètement aveuglés par cette doctrine pourrie jusqu’à la moelle des os et ne peuvent ainsi voir les bonnes choses que leur donne un pays comme la France.

Beaucoup d’entre eux vivent, en l’occurrence, grâce à ceux qu’ils haïssent !!! C’est insupportable et inimaginable d’accepter de telles aberrations dans un pays qui se dit phare dans le monde.

Tant d’Arabo-musulmans vivent bien entendu d’aides sociales mais ce n’est pas de ça dont je veux parler. C’est un autre débat. Je ne parle pas non plus des emplois classiques dans des entreprises.

Non ! Je veux parler de tous ces gens qui, pour vivre, proposent des services comme par exemple la livraison de repas à domicile, les taxis, les assistantes maternelles, les services à la personne (ménage, repassage…).

Si ce n’était ces kouffars qu’ils abhorrent, ils pourraient aller se rhabiller. Leurs coreligionnaires n’utilisent pas ce genre de services, c’est bien connu. Beaucoup de ceux-là préfèrent utiliser ce qui est gratuit ou à moindre frais. Là où il faut payer plein pot, il n’y a plus personne au portillon… C’est un constat que je fais depuis des années. Trop d’Arabo-musulmans se jettent littéralement sur les produits pas chers, bradés et snobent carrément ceux dont le prix est un peu au dessus du ras des pâquerettes…

Alors, il ne faut pas compter sur eux pour faire marcher l’économie de services !!!

Je vois de plus en plus de jeunes musulmans rouler à vélo, avec sur le dos des repas à livrer. Curieusement, on ne les aperçoit pas souvent là où vivent leurs pairs. Bizarre  ! Bizarre ! Ils vont ça et là dans le monde où les gouères sont majoritaires. Il ne leur viendrait pas à l’esprit d’en tirer des enseignements. Que la haine est une horreur qui ne mène à rien, si ce n’est à la destruction ! Qu’ils ont tout à gagner à se fondre dans la masse et être respectueux de notre belle France. Mais il ne faut pas pousser car se déclarer musulman et vouloir le rester est incompatible avec un comportement normal, équilibré, ancré dans les réalités.

Je leur dis une seule chose, que feraient-ils si les Kouffars se prenaient à boycotter ce genre de services  ? Ils iraient se plaindre à la licra, au CCIF ? Hein ?

Non ! Ils devront aller se plaindre auprès de l’enflure, à laquelle ils croient, qui leur a légué un univers mental complètement inversé, malsain, contre-productif.

Je m’arrête là avec la haine que transmet généreusement l’islam, religion d’amour et de paix, à ses adeptes.

Il y a tellement à en dire !

Des personnes, qui me reprochaient d’avoir une position trop tranchée sur la question, ont dû se rendre à l’évidence. Au détour de situations les plus anodines qui soient, le mal a souvent refait surface et a pointé le bout de son nez. On ne peut nier l’impétuosité des valeurs islamiques. Ces dernières ne peuvent pas rester indéfiniment cachées, il faut qu’elles s’affirment. C’est comme ça !

La seule chose à privilégier, c’est la vigilance vis à vis des adeptes de la doctrine mortifère. A t-on le choix ? Non !

Regardez cette vidéo d’une minute cinquante à Alger, du jour de l’enterrement du sinistre fondateur du FIS, front islamique du salut, Abassi Madani. Elle en dit long sur l’étendue du mal. Nous avons les mêmes en terre de France !!!

https://www.siwel.info/abbassi-madani-logre-islamiste-algerien-a-enfante-armee-de-monstres_59529.html

 140 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. L’ex-musulmane Nonie Darwish donne un exemple de duplicité et d’oppression ordinaire exercée par les musulmans sur les femmes en Egypte. Elle donne l’exemple de la pratique suivante: un jeune homme musulman abordera une jeune femme sur la rue en étant sympa. Si la jeune femme lui répond amicale, il s’empressera de détruire la réputation de cette jeune femme en colportant qu’elle est une fille facile. Ce qui est grave en Egypte. Cela oblige les femmes à une attitude de fermeture défensive permanente quoi qui se présente à elles. Remarquez qu’il s’agit de « l’oeuvre » d’un homme jeune, contaminé et actif dans le négatif. Je trouve que cette ambiance négative se ressent dans la proximité des musulmans en occident où ils ont transporté ce pourrissement de l’ambiance quand on les croise dans la rue; hommes et femmes musulmans chargés négativement socialement. En plus les musulmans en occident « souffrent » entourés qu’ils sont « d’infidèles ». Même si ces » infidèles » leurs donnent accès à un niveau de vie extraordinaire. Pourtant toutes les autres confessions et croyances dans le monde voient et communiquent le positif, sont constructifs. Pas les musulmans. Les musulmans se lâchent créativement dans un domaine: la destruction avec ce genre de comportement social négatif et avec diverses armes de guerre empruntées à l’occident ou au monde pré-islamique (les couteaux, les frondes….), toujours avec un raisonnement extrêmement obscurantiste.

  2. Il faut avoir fait l’effort de fréquenter des musulmans,et de penser sincèrement à une entente possible,entre eux et nous,pour pouvoir vraiment les juger. Personnellement,je l’ai fait,et j’ai été très déçu,car on ne peut accorder aucune confiance,en eux. Ils mentent constamment,sont faux,et vous scrutent tout le temps,avec énormément de vice,pour essayé de découvrir la petite faiblesse à exploiter,et qui leur permettra de tirer profit de vous. Leurs sourires qu’ils vous adressent ne sont que de l’ironie et de la tromperie,et si vous ne réagissez pas sur l’instant pour partir,ils pensent que vous n’avez pas compris leur jeu,et vous prennent pour un con,qui sera facile à dépouiller. Les Français devraient tous apprendre à leurs filles,à ne jamais répondre une seule fois,à un musulman,car ce sont des êtres anormaux,qui ont le mal en eux,et qui sont incapables de vivre sans faire le mal.

    • C’est tout à fait ça. C’est ce qui me dégoute au plus haut point avec ces individus.

  3. Excellent !
    Pour la question de la durée incroyable de la persistance du culte islamique, cela réclame une thèse, en tout cas un article à part pour commencer.

  4. quel force dans ce texte de notre chère Samia

    en effet, il est bien vrai que ces livreurs et autres « serviciers » on n’ en voit pas beaucoup dans les « shités » puantes ou se concentrent leurs corligionnaires!

    «  » » » » » »quand je vois tout ce que la France leur a apporté en bienfait et la réponse qu’ils en font en retour » » » » » » » » » » » » » » une gigajalousie, en voyant comme ça marche bien chez les Kouffar, qui produisent tout ce qu ils ne produiront jamais ! depuis l’ objet jusqu a l’ idée, la pensée… 😆

    «  » » » » » » » » » »Trop d’Arabo-musulmans se jettent littéralement sur les produits pas chers, bradés » » » » » » » » » » » » »

    hahahaha! d’ ou le sucçès de ces contremarques , commercialisées en contravention par des Noirs … depuis 30 ans les fausses montres Cartier, les habits Dior et goutte-chie etc etc ….et l’ élévation au poste de second prophète de l’ Islam de ………. TATI !!

    ce merveilleux TATI, qui leur a permis de pouvoir enfin couvrir leurs bas morceaux, au plus bas prix, Tati, une famille de Juifs tunisiens !!

    « lire ça:
    1948 – Quand Tati aurait pu s’appeler Tita
    L’histoire de Tati commence en 1948 dans le quartier parisien de Barbès. Ou plutôt non. Elle commence à La Goulette, à Tunis, que quitte Jules Ouaki pour venir s’établir en France après la Seconde guerre mondiale. A peine arrivé à Paris, le sellier juif sépharade “achète des lots soldés qu’il paye cash, fait tourner ses stocks à toute allure…….

    Tita c’était le prénom de la grand mère, trés courant chez les juifs berbères, et signifiant « petit oeuil » ou encore « petite source »

    j’ espère que les rebeux vont ainsi apprendre qu ils ont bien participé a la formidable réussite d’ un Feuj……………..ces mêmes rebeux , qui, chassant les Juifs de tous les pays musulmans, ont agi en excellents sionistes, fournissant a l’ Israel naissant prés d’ un million de réfugiés juifs en moins de 20 ans !
    braves Zarabes! si foncièrement sionistophiles!! ( sans le savoir) 😆

    bon! a présent, ils se chaussent de vrais baskets Nike, Adidas etc d’ habits Boss, de fringues Cerruti, , les fleurons des plus grandes marques!
    ils refont le plein tous les ……….Samedi !!

    merci qui ? merci les Gilets Jaunes 😆

    et Merci a Samia pour nous avoir dévoilé ce qui nous parait si normal….qu on ne le voyait plus !

    • Bonjour mon cher Machinchose,
      Comme tu dis giga jalousie, je suis tout à fait d’accord. Il y a quelques années, pendant mes études, il y avait parmi les étudiants, une musulmane, une nullité dans toute sa splendeur. Elle se tapait que des cartons. Au lieu d’essayer de s’améliorer, elle enrageait et fustigeait tout ce qui bougeait. Les profs des salauds racistes, moi une sale lèche cul se prenant pour une intello avec le melon. Soit qu’on se le tienne pour dit, l’année d’après, elle a fait un aller simple vers sa banlieue. Aux dernières nouvelles, elle élève une sacré marmaille dans sa shité. Elle doit peser 100 kilos et je te dis pas le reste !!!

Les commentaires sont fermés.