En Algérie les écoles de Kabylie meilleures que les autres : elles enseignent autre chose que l’islam

Oui, il y a une véritable opposition à l’islam en Kabylie, même s’il y a des traîtres parmi les Kabyles.

 

A chaque fois qu’il émane de cette terre, que l’on nomme Algérie, des réticences, du rejet face à l’islam, il  s’agit presque à chaque fois de Kabyles.

Les Kabyles ne sont pas représentatifs de l’Algérien de base.

Les Kabyles ne sont pas représentatifs de ce qu’est l’Algérien de base, il y a une réelle scission entre l’Arabo-musulman et le Kabyle sauf comme le dit Machinchose quand ce dernier est « khorotisé » (arabisé). Pour l’Arabe lambda, le Kabyle n’est pas au regard de son dogme un vrai musulman comme lui le conçoit et de ce fait il le considère même comme un infidèle, un impie.

En effet, l’islam de Kabylie s’est marié par la force, et surtout le glaive, à la culture amazighe qui a gardé des liens encore très forts avec les rites païens antéislamiques, avec aussi des croyances issues de la chrétienté présente sur cette terre bien avant la doctrine musulmane.

Ainsi, pour le Kabyle musulman qui a résisté au fondamentalisme islamique, celui des Bédouins d’Arabie et du coran, la religion doit rester une affaire privée, une affaire entre soi et Dieu. Il y a donc bien en Kabylie des musulmans mais ceux-ci pour une bonne part d’entre eux n’adhérent pas à l’hégémonie prônée par l’islam. Ils sont, comme je les appelle, des musulmans de tradition qui n’appliquent pas tout à fait ce dogme comme entre autres la haine des autres peuples, la violence envers celui qui ne croit pas. J’ai d’ailleurs pu garder des liens avec des gens vivant en Kabylie se disant musulmans et qui connaissent mon athéisme. Cela ne leur pose aucun problème. Pour ces gens avec qui je continue d’entretenir des liens affectifs, ma non croyance en l’islam est mon affaire et selon leurs dires pas la leur. Ce n’est pas un sujet de discorde entre nous, au contraire nous échangeons toujours dans le respect de l’autre. Pour moi, ces individus plus que des musulmans sont des Amazighs attachés à leur culture ancestrale, celle que leur ont léguée Massinissa, Jugurtha, Dihya, plus qu’à celle de Boukhari, Ibn Taymiya, figures emblématiques de l’islam. Leur identité est d’abord et avant tout kabyle puis, pour certains, musulmane.

S’ils devaient choisir, sans hésiter c’est l’amazighité qui aurait leur faveur. Le système arabo-islamique algérien l’a très bien compris et c’est pourquoi il fait tout pour empêcher la survie de la culture kabyle plus proche de la laïcité que de la religion de soumission. C’est ainsi que depuis le début des années 2000 des Kabyles, par le biais de l’école fortement arabisée, islamisée et la propagation des mosquées, sont tombés en masse dans l’escarcelle musulmane : un couteau planté dans le cœur des résistants à l’islam, cette idéologie qui assassine tout ce qui est différent. Pour faire face à cette offensive criminelle, certains instituteurs, professeurs kabyles ont décidé de boycotter l’enseignement de l’islam dans leurs cours et en échange de s’atteler à transmettre à leurs élèves les connaissances du 21ème siècle qui selon eux pourront sortir les cerveaux de l’abrutissement provoqué par l’arabo islamisme pour se diriger vers la modernité.

Pour les Kabyles, il faut faire reculer la place de l’islam à l’école

Sur tamurt, site kabyle clairement anti arabo musulman, un ancien enseignant de mathématiques dans un collège de la ville de Tizi Wezzu explique pourquoi au juste Tizi Wezzu est toujours classée en haut du podium dans les examens scolaires ainsi que les autres régions de Kabylie. Il n’y va pas avec le dos de la cuillère pour donner son explication. « Là où la religion recule, le savoir et le progrès s’installe », déclare d’emblée ce professeur, avant de préciser que « toutes les religions doivent être bannies du système scolaire et pas seulement l’islam mais quand même plus celle-ci qu’une autre ». En Kabylie, certains enseignants n’assurent même pas les cours de l’éducation islamique, surtout dans les écoles primaires, et préfèrent consacrer la plupart de leur temps à apprendre aux élèves les maths, la poésie, les langues, l’histoire et autres.

Par contre, dans le reste de l’Algérie, on ne parle aux élèves, du primaire jusqu’au lycée, que de la religion et même du radicalisme. Il ne faut pas s’étonner alors de voir les Kabyles triompher chaque année alors que les arabophones régressent dans les résultats scolaires. Certaines écoles sont même transformées en mosquée », explique l’ancien enseignant qui a dirigé avec brio une école privée à Tizi Wezzu pendant 10 ans.

« Le niveau de l’enseignement en Kabylie n’est pas vraiment au top niveau, malgré les meilleurs résultats qu’obtiennent chaque années les Kabyles, c’est aussi le niveau trop faible des arabophones algériens qui a permis aux Kabyles de s’illustrer », ajoute cet homme qui plaide pour l’enseignement en langue française et pour la suppression de la religion musulmane des programmes scolaires comme première étape pour espérer une école prospère en Algérie.

 

                                                                                Quid des musulmans kabyles ?

Les musulmans kabyles sont certes différents des autres mais tout de même en danger car pouvant être récupérés à n’importe quel moment par la peste verte qui ne recule devant rien. La morale islamique, on le sait, n’est pas celle de l’Occident, respecter la différence, respecter les peuples et leurs croyances. Non la morale islamique, on le sait, est d’imposer par n’importe quel moyen sa présence, sa suprématie. Pour elle, c’est la fin justifie les moyens. Avant ces offensives incroyables d’islamisation de la société, les Kabyles ont su résister à la folie meurtrière de la décennie noire qui a eu lieu en Algérie et qui a tué plus de cent mille personnes au nom de l’islam. La Kabylie, par la force de son identité amazighe, n’a pas succombé au terrorisme qui a fait rage dans toutes les autres régions algériennes. Incroyable quand même quand on sait les proportions de violence qui ont été atteintes. Les Kabyles vivant en terre de Kabylie n’ont pas voulu participer à ces horreurs, leur adhésion à l’islam étant autre et surtout une part non négligeable d’entre eux ne reconnaissant pas ou plus la religion musulmane comme faisant partie de leur vie. La Kabylie, au grand dam de l’Etat algérien, abrite trop pour ce dernier d’individus farouchement athées, farouchement opposés à la culture arabo musulmane sans parler des chrétiens, communauté assez importante, qui par principe rejettent toute violence.Toute la population s’est mobilisée pour protéger son territoire des assassins musulmans, des prêcheurs de haine et le résultat a été là, pas ou très peu de drame. En revanche, pour les Kabyles vivant dans les régions arabo musulmanes, c’est une autre affaire il y a eu de la contamination parmi eux.

 

Comment ce bazar est-il arrivé ?

D’abord, il faut savoir que la Kabylie depuis des décennies souhaite rejoindre le concert des nations en faveur de la modernité, la démocratie et plus particulièrement la laïcité, valeur à laquelle tiennent les Amazighs qui jurent encore aujourd’hui au nom de toutes les croyances. Les Kabyles ont tenté de convaincre les autres habitants de l’Algérie de les rejoindre dans leur lutte pour l’avènement d’une démocratie, en vain !!! Ils ont supporté, seuls, pendant des décennies les affres de la dictature. Les Arabes eux n’en avaient que faire jusqu’au jour où en 1988 ils se sont soulevés contre l’Etat. Pourquoi ? Pour leur liberté ? Pour dénoncer la dictature ? Pour dénoncer le déficit de culture, d’ouverture ? Non !!! Ils se sont soulevés pour leurs ventres car le prix des denrées alimentaires avait atteint des sommets. Cela en dit long sur ce que l’on peut attendre de leur part !!!

Les Kabyles, à leur tour, n’ont pas levé le petit doigt car ne se sentant pas concernés par les émeutes de la faim des algériens arabo musulmans de qui, soit dit en passant, ils ne reçoivent que haine et mépris à longueur de temps.

Suite au désordre qui s’est généralisé sur le territoire, l’Etat algérien sentant le danger a instauré pour la première fois de son histoire le pluralisme politique. Mais qu’ont fait les Arabo-musulmans lors de leur première vraie élection ? Ils ont voté en majorité pour le front islamique du salut (FIS), parti islamique souhaitant l’application totale et entière de la charia. Voilà ! La liberté souhaitée par les Arabes.

Les Kabyles, pour leur part, ont voté en masse pour le RCD (rassemblement pour la culture et la démocratie), parti se réclamant laïque. Dans les rues de Kabylie à cette occasion, je me souviens de jeunes de toute origine sociale chantant des chansons à la gloire de la démocratie et de la laïcité. J’en garde des souvenirs émus car j’aurais aimé, désir vain, que l’islam soit enfin éradiqué de la terre de mes ancêtres.

 

Les Kabyles rejettent de plus en plus ouvertement l’islam

La sédition de la Kabylie face à l’islam ne date donc pas d’aujourd’hui, elle a toujours plus ou moins existé. Mais après les maints déboires qu’elle affronte depuis trop longtemps déjà, nombreux sont ceux de ses habitants qui le rejettent de plus en plus ouvertement soit par l’athéisme soit par la conversion au christianisme. Ce dernier est de plus en plus rejoint par un nombre grandissant de Kabyles dans tous les coins de la Kabylie. J’ai vu même des gens que je connais se convertir alors que franchement je n’aurais jamais pensé cela d’eux. Pour moi, ce phénomène comme celui de l’athéisme est un espoir pour sortir la Kabylie de l’obscurantisme islamique, de la domination arabo musulmane.

Ces dernières années ont vu ainsi fleurir en Kabylie de plus en plus de manifestations pour affirmer haut et fort un refus du dogme mahométan, un rejet franc et total de la doctrine islamique et cela malgré la menace de la geôle, du bâton.

Je reste quand même prudente car l’école arabo musulmane a fait son œuvre sur certains, islamiser une part de la jeunesse kabyle qui avant cela rêvait plutôt de liberté, de modernité.

C’est pourquoi il est urgent, selon ceux qui militent pour l’autonomie de la Kabylie*, de stopper l’hémorragie, d’arrêter le mouvement de ceux qui cèdent aux chantres mortifères de l’islam.

BIBLIOGRAPHIE 

* MAK, mouvement pour l’autonomie de la Kabylie

 

http://apostat-kabyle.blogspot.com/

 

https://www.youtube.com/results?search_query=t%C3%A9l%C3%A9vision+madame+l%27afrique

 

http://apostats-de-lislam.xooit.org/t359-Apostat-Kabyle-AK.htm?start=15

 

https://www.facebook.com/aksel2007/?ref=py_c

 

https://tamurt.info/fr/chretiens-kabyles-nouvelle-cible-regime/

 

(Sur le site Tamurt, beaucoup de commentaires sont sans appel, non à l’islam, stop à la perversion de l’âme amazighe par celle des bédouins mahométans.)

 

PS : Comme en France curieusement, les Arabes algériens accusent les Kabyles d’être racistes à leur égard. Pourquoi ? Parce que ces derniers souhaitent simplement être eux-mêmes en tout quiétude, en toute liberté ce qui n’est pas bien sûr du goût de nos « chers amis ».

Avec l’Arabo-musulman, quand on refuse son impérialisme idéologique, c’est soit vous êtes raciste ou maintenant la nouvelle mode soit vous êtes islamophobe. Soit qu’on se le tienne pour dit !

Tout cela, j’en suis sûre, vous rappelle bien des choses, n’est ce pas ?

 

 

 

 63 total views,  1 views today

image_pdf

33 Commentaires

  1. @Bonjour Samia,

    Cela fait plusieurs années que Djamila m’a parlé de son projet, mais j’étais septique comme vous me le confirmez aujourd’hui. Cependant j’avais retenu que l’apostasie par l’athéisme et la conversion à d’autres religions, est bien plus répandue en Algérie qu’on aurait pu le supposer.
    Nul n’est dans le secret des consciences, mais il n’est pas possible mentalement d’accepter une idéologie contradictoire et de garder son équilibre psychique. Je pense donc que beaucoup d’apostats de l’islam s’ignorent, et font semblant d’avaler des couleuvres pour ne pas souffrir d’une indigestion sévère.

    • Je le pense aussi ou je le pensais, je voulais croire qu’il était impossible d’adhérer à cette supercherie d’islam sans sombrer dans la folie et que fatalement son rejet irait en grandissant. Mais depuis j’ai déchanté car j’ai vu tellement de gens sensés sombrer dans la doctrine mahométane sans retenue. Il y a sûrement des apostats mais allez dire à Alger, Constantine, Sétif, pour ne citer que ces villes, que vous l’êtes, la réaction de vos interlocuteurs risque d’être à votre désavantage (agression verbale, physique…)
      N’oubliez pas que le FIS a fait des scores phénoménaux dans l’Algérie arabo musulmane.

  2. merci Samia pour cet article . J’ajoute une petite note de musique : Idir qui chante des ballades très douce, est venu à Dôle dans le Jura il y a quelques années juste avant la purge des intellectuels kabyles .. sinon il y a chez les kabyles des blondes aux yeux bleus , j’en connais et en règle générale , ils sont doux ! à moins qu’ils aient déteints …

    • Dans ma famille, il y a des bruns, des blonds, des rouquins. C’est curieux d’ailleurs mon père était brun quand son frère, mon oncle, était roux. Pareil pour des cousins, une fratrie de blond et un brun au milieu avec les mêmes parents. Mes enfants, mon fils est blond foncé, ma fille très claire de peau et les cheveux châtains, l’un comme l’autre ont le type amazign.

  3. Hein, alors… le droit des minorités? Breiz Atao! Similitude des perspectives? Ce serait curieux. Recentrons-nous sur la France, et ses provinces. Rien à faire de la Kabylie et des maghrébins, à cette aune la Catalogne est vraiment plus intéressante!

  4. Bonjour Samia,

    Doit-on craindre une implosion de l’Algérie ?
    Je me suis toujours demandé si les tensions entre musulmans intégristes et apostats n’allaient pas aboutir à un véritable conflits à plus ou moins long terme.

    • Je pense effectivement qu’il y aura tôt ou tard des conflits car les musulmans intégristes ne lâcheront pas comme cela le morceau. En France, pays occidental, ils foutent le bordel, ils assassinent sans vergogne, ils agressent alors sur ce qu’ils pensent être leur terre, on n’en parle même pas.
      Il y a eu déjà pas mal d’affrontement entre les 2 mais pour l’instant ce n’est pas allé plus loin que l’affrontement. Jusqu’à quand ?
      C’est une véritable poudrière et forcément cela va finir par pêter.

      • Djamila d’origine algérienne arabo-musulmane et athée, m’avait fait part de son projet de planter un vignoble en Algérie sur un terrain qu’elle possédait. Elle désirait faire du vin. Je lui aie demandé si son athéisme ne serait pas un problème dans son pays d’origine. Elle m’a répondu que les athées y étaient nombreux et qu’il ne fallait pas croire internet !
        Nous nous sommes perdus de vue, aussi j’ignore si elle a pu mener son projet à bien, mais si cette information est exacte, il est clair qu’une partie de la population algérienne exigera tôt ou tard le respect de ses droits.

        • Mes sources je ne les tiens pas d’internet mais de gens vivant là-bas. Il est faux de dire qu’on peut se déclarer athée en toute quiétude dans ce pays géré par une meute de loup. Des gens sont en prison pour cela. Quant à faire prospérer du vin aujourd’hui en Algérie, je reste septique. Tous les évènements, l’état de la société montrent qu’il y a un recul net et franc vers l’obscurantisme. Un fait pour moi qui ne trompe pas et que j’ai vu de mes yeux, pas par internet, ce sont les plages qui avant tout ce merdier n’étaient guère différentes des françaises quand maintenant elles sont burkinisées presque à 100%.
          Les gens d’origine algérienne n’assument pas la réalité de ce qui se passe dans cette contrée que l’on nomme Algérie. Ils vous dressent toujours des tableaux idylliques qui ne sont que chimères et inventions. Je ne peux adhérer à ces faux semblants. Mes cousins chrétiens en Kabylie sont là pour en témoigner, vivre leur foi dans la clandestinité même quand les églises sont au demeurant visibles.

          • « les plages qui avant tout ce merdier n’étaient guère différentes des françaises quand maintenant elles sont burkinisées presque à 100%. »

            Les grandes plages françaises sont maintenant burkinisées. L’Algérie de Dunkercque à Tamanrasset.

          • Effectivement, ce merdier est bel et bien là sur le sol de notre France livrée en pâture aux muzz par tous ces politicaillons de la bien-pensance.

  5. Je savais déjà la résistance des Kabyles et leurs similitudes avec la culture occidentale mais merci à vous Samia de ces précisions qui donnent un autre visage de ce qui se passe réellement de l’autre côté de la Méditerranée dont on ne nous parle jamais en France, bien sûr.

    • Le gamin est un cas lourd, très lourd, hiérarchie et collègues c’est pas de vague mais je soupçonne l’enseignante qui raconte de ne pas être bien nette…

      • Un enseignant net, au fur et à mesure des années, cela devient rare…
        Et puis tu connais les pressions subies…
        Le prof de français, tu dois en avoir eu des échos, qui note juste se voit privé de classe d’exam en lycée (1ère)… Les autres aussi, là c’est la terminale…
        Je passe sur toutes les vexations et insinuations tant du CDE que de l’IPR ! Les listes d’aptitudes à la HC étaient d’ailleurs révélatrices de tout cela… Pour défendre les collègues, c’est fort difficile, il faut que ce soit très gros ! Il m’est arrivé de ridiculiser une IPR en CAPA tant elle avait sorti une argumentation qui se retournait contre elle !
        Bien sûr, il n’est pas moderne, trop traditionnel (argument entendu pour ne pas titulariser un certifié par LA (ex-instit ou AE, certes pas les meilleurs si non ils auraient eu le concours interne adapté aux collègues ayant cumulé les années d’enseignement).

  6. Bonjour,

    Merci, Samia, pour ce bel article.

    Il y aurait bien d’autres nom à citer avant la catastrophe musulmane : Térence; Apulée et surtout Saint Augustin, influence majeure pour l’Europe, à l’égal d’un Newton ou d’un Molière à mon avis …

    • Saint Augustin,

      elle en a bavé sa brave maman, le lycée ou j’ ai passé mon bac c’ était celui dit de Carthage….a Saint-Monique ! du nom de l’ arrêt du train y menant

      remarque au moins ses prières ont été entendue, il a quitté sa « petite amie » comme on dit aujourd’hui….et son fils, Déodat ?

      heureusement qu il ne choisira ni Thagaste, ni Hippone pour y « vivre », mais plutot « la cité de Dieu » 😆

      • Bonjour,

        Petite amie qui devait être charmante, mais dont nous ne saurons jamais le nom :=)

      • Vous étiez au pensionnat SAINTE MONIQUE? moi l’arrêt avant (TGM : Tunis-Goulette-Marsa): au pensionnat ST JOSEPH je suis très fière d’avoir connu Carthage, St Cyprien, Salambo sur les traces de SAINT AUGUSTIN (prénom de mon grand-père), toute jeune (7ans) on nous emmenait en promenade – le jeudi -dans les ruines romaines où nous n’avions qu’à nous baisser pour trouver des petites lampes à huile romaines – que sotte je n’ai pas fait-Mon collège se situait au-dessus du temple d’ Antonin,
        Ce pensionnat a été rasé par bourghiba pour en faire son palais d’été……j’aimerais bien parler de ce temps-là avec ceux qui l’ont connu.

        • Chère Paule je ne peux laisser votre courriel apparent vous pourriez être approchée par nos ennemis croyant qu’il s’agit de Machinchose, il a mon courriel, s’il le désire il peut me demander le vôtre.

    • Catastrophe musulmane est bien le mot pour désigner cette incurie sur la terre des amazighs.

    • Salut ami,
      J’ai parlé de toi à mon mari, en bien évidemment. Je lui ai dit que tu m’apprenais tous les jours plein de chose car je trouve que les contrées sud méditerranéennes sont peu connues et toi tu en connais un rayon sur la question.
      J’ai commencé à lire l’histoire des zkara et c’est effectivement très intéressant et instructif. Vraiment merci car je ne les connaissais pas.
      Est ce que tu sais que zkara en kabyle veut dire narguer ?

  7. @Samia,

    La majorité des « arabo-musulmans »d’Algérie ne sont -ils pas à l’instar des kabyles des descendants de numides convertis de force ou non à l’islam ?

    • Oui mais qui rejettent avec force cet héritage. Pour eux, leur dire cela est une insulte. Ils se revendiquent arabes avant tout et donc se sentent plus proches du Moyen Orient que des kabyles vivant juste à côté d’eux. Ils pleurent, se mettent en pétard pour leurs « frères » palestiniens quand ils se fichent royalement du sort des kabyles tués, emprisonnés, humiliés…

      • Bonjour Samia,
        Je suis ne en Algérie mais Français.
        C était mon ex pays. Mais bravo aux Kabyles.
        L Algérie avait été une grande civilisation avant l islamisation.
        Je parle de l histoire de l ancienne Numidie que j ai connu gamin.
        Alors vous avez beaucoup a faire.

  8. Ce mouvement est très intéressant. Le peuple Kabyle devrait se manifester plus souvent

    Avec tout mon soutien

  9. Bravo Samia ! Longue vie au peuple amazigh indigène et libre. Vive sa revendication d’indépendance et de souverainté sur sa terre !

Les commentaires sont fermés.