Quand l’école laïque endoctrine nos enfants dans l’islam …

N’y aurait-il vraiment pas quelque chose qui cloche en France, pays laïque.

On ne supporte pas que les croisées de chemins, les cimetières, aient une croix ; que des édifices, des rues portent un nom chrétien, qu’une minuscule croix portée au cou se soit rendue visible, qu’une crèche de Noël soit mise à l’honneur, qu’un marché soit nommé Noël ….

Mais quelles sont les choses de l’islam qui ne soient autorisées puisque jusqu’à ses crimes on tente la banalisation, l’absolution.

Et voilà encore une démonstration de laïcité à laquelle échappe l’islam dans notre pays. Bientôt notre sol couvert d’experts en islam y compris nos enfants et bien peu d’intellectuels, de scientifiques, de médecins, de têtes pensantes par elles-mêmee …

Le Coran expliqué aux adolescents dans un collège marseillais:

Le spectacle de Selman Reda présente un spectacle devant les élèves de deux classes de 3e du collège Louis-Pasteur de Marseille (9e). Il « remonte aux prémices du livre sacré » selon Le Monde.

Sa voix chaude et ses mains sont celles d’un conteur, enrobant d’arabesques des phrases distillées avec lenteur et poésie.

Mais le spectacle de Selman Reda n’a rien d’une fable.

Ne laisse personne te voler les mots, monologue très personnel que l’acteur marseillais a écrit et déjà joué plus d’une vingtaine de fois depuis décembre 2017 dans les théâtres, collèges et lycées de sa région , brasse des thèmes contemporains, sensibles et inflammables.

L’interprétation du Coran, les dérives qu’elle engendre et, mais aussi, en toile de fond, la façon dont on peut vivre l’islam dans une France laïque et républicaine, profondément traumatisée par les attentats terroristes.

Selman Reda a 40 ans. Il est né dans le Rif marocain mais vit en France depuis ses 4 ans.

Silhouette svelte, tête rasée et sourire pacifique, il a basculé tardivement dans le théâtre.

 L’établissement, situé dans l’est de la ville, n’est pas classé en réseau d’éducation prioritaire mais il accueille depuis quelques années des élèves des quartiers nord. «Leurs parents sont en quête d’un havre de paix», glisse Lucile Pleven, professeure de français qui a organisé la venue du spectacle. Dans ses classes, où musulmans et non-musulmans se côtoient, l’enseignante juge que «la question de l’islam est au cœur des préoccupations ».
Derrière leur doux débit, les mots de Selman Reda en imposent. Debout sur une grande table, l’acteur joue son propre père, le jour où il l’a chassé de chez lui. « Tu ne veux pas être un bon musulman, tu n’es plus mon fils », lance cet homme « tombé en religion ». Selman Reda n’a alors que 16 ans et s’interroge : « Quel dieu peut ­demander à un père de mettre son fils à la rue ? »
Et c’est permis ça avec la bénédiction des pouvoirs publics !!!!

http://www.lemonde.fr/scenes/article/2018/02/28/le-coran-explique-aux-adolescents_5263436_1654999.html#l6mWDbfYk6uTOWzQ.99

 

Et c’est permis ça avec la bénédiction des pouvoirs publics !!!!

 200 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Les sectes sont interdites en France, que la loi soit appliquée ! Que font les parents laïques ?

  2. La logique de la pensée totalitaire en Islam attend son Stéphane Courtois ou sa Hannah Arendt, on l’a fait pour le nazisme et le communisme (et toutes ses variantes), et cette logique a toujours pris l’enfance pour cible ( notamlent en détachant éloignant ceux ci du cercle familial au profit d’une idéologie).
    J’espère que le coup de tonnerre d’un tel ouvrage viendra pour éclairer les consciences en Europe et déterminera près d’un demi milliard de citoyens à ne plus se laisser abuser, subjuguer tromper ni confier sa descendance aux mains de dangereux précepteurs.
    La crispation de l’Europe centrale et orientale est un très bon signe car cette Europe-là a toujours été aux premières loges depuis la Grèce antique, des invasions, des empires, des tyrannies, de Darius aux Huns en passant par les Mongols et les Ottomans jusqu’aux périodes nazie et soviétique.
    Ils n’ont pas envie de remettre le couvert avec l’ottoman Erdogan et le retour de flamme de l’islam que ce soit par guerre ou par ruse.

  3. La logique d’un enseignement totalitaire est d’abord de commencer par s’instiller au compte-goutte dans une société démocratique et libérale, et puis, quand cette pensée à finit par s’instiller toute entière dans la poche qu’elle remplit, tout le poison peut se libérer dans un organisme.
    L’islamisation suit la même logique que les processus qui conduisirent aux totalitarismes rouges, bruns, noirs ou vert qui ont ensanglanté nombre de pays dans le monde.
    On ne voit rien venir dans un premier temps car tout procède par instillation, et puis quand cet endoctrinement devient plus présent, plus fort, plus intimidant, alors ils n’ont plus qu’à appuyer sur l’accélérateur. L’instillation ne sera plus nécessaire et on nous demandera de boire la coupe jusqu’à la lie.
    C’est une logique, il ne s’agit pas seulement de dire que l’islam c’est dangereux, mais de comprendre que c’est aussi quelque chose de méthodique qui envahit nos sociétés en suivant une logique.Une logique de pouvoir, et avec des alliances.
    Les textes ont une logique, il ne faut jamais cesser de le rappeler, ne sous-estimons pas notre ennemi et les Hippias moderne qui jouent son jeu, les aigris de nos propres sociétés qu’il a déjà soudoyé, pires que l’ennemi lui-même.
    Je parle des Hippias (en référence au tyran d’Athènes qui se vendit aux perses pour reconquérir sont pouvoir), des Hippias de notre siècle, leurs dictatures ne furent pas aussi visibles sous nos latitudes que celles des Staline des Pol Pot et des Mao, ils avaient un magistère dans nos sociétés d’Occident qui fonctionnait bien jusqu’à la chute du mur de Berlin, des tyranneaux qui ayant perdu leur repères ont trouvé dans l’islam un nouvel horizon indépassable.
    Pour cette gauche devenue folle l’islam a remplacé le marxisme, l’immigré est devenu l’homme nouveau, nos Hippias traitres à leur civilisation , déambulent encore sur les estrades et s’expriment sur les plateaux de télévision.
    Ils ne sont jamais remis de cette défaite idéologique, et de leur expulsion par le peuple qui ne les suit plus, alors ils se vengent en le trahissant et en guidant ses ennemis.
    Ces deux totalitarismes se sont reconnus et se soutiennent , l’un servant suite à ses échecs de marchepied à l’autre.

  4. Je reste sur ma faim: Où est la suite de l’article expliquant la démarche?

  5. La da’wa et il l’ont bien compris ça commence comme pour toute doctrine totalitaire (hitlerjugend , komsomol…) par le cerveau des enfants, et pas seulement les leurs!

    Seul Internet peut transmettre désormais un enseignement alternatif et de contre-endoctrinement en rappelant ce qui de la Grèce à nos jours a permis plus de trois mille ans de civilisation européenne, une histoire où l’islam apparu seulement au 7 ème n’a joué qu’un rôle hostile pour l’essentiel.
    Il faut inciter les familles à la résistance et à bien décortiquer les manuels de prop…pardon d' »histoire » de leurs enfants.

  6. Que cherche à démontrer SELMA REDA?

    Que son père a une interprétation rigide de l’Islam?

    Que la rigidité de son père ne l’a pas dissuadé d’aimer l’ISLAM?

    Que malgré la rigidité religieuse de son père, L’Islam est une belle religion de pardon, d’amour « même si tu dévies un peu »?

    DONC FAIRE CONFIANCE A CETTE RELIGION D’AMOUR, DE TOLERANCE ET DE PAIX?

    Il a la chance de ne pas avoir vécu en famille en AFGHANISTAN où au PAKISTAN où son père n’aurait pas eu de poids face la communauté qui lui aurait « réglé son compte très sévèrement ». On en sort « rarement vivant ».

    Il semble oublier toutes ces variantes de l’ISLAM qui peuvent si l’on n’est pas vigilant se propager dans les démocraties occidentales, tellement tolérantes.
    Car les soldats de l’Islam radical sont « présents sur nos territoires, semble-t-il?

  7. Que voulez-vous ? A Marseille, il n’y a presque plus d’enfants Blancs. Ils sont tous en grande majorité muzz. La ville est perdue. Il faudrait la Légion pour nettoyer et désinfecter plus de 40ans d’abandon.

  8. -« Bientôt notre sol couvert d’experts en islam y compris nos enfants et bien peu d’intellectuels, de scientifiques, de médecins, de têtes pensantes par elles-mêmee … »-

    Oui ! quand je dis cela,je veux mettre en évidence, TOUT LE TEMPS consacré aux chose de l’islam dans l’enseignement ; des cours entrecoupés de récréations ….

    Mais quel temps reste-t-ils aux élèves gaulois pour leur instruction ; celle pour laquelle nous sommes taxés par un gouvernement dit Républicain et LAÏQUE pour former les citoyens de demain dans un but constructif personnel et citoyen ?

    Quel temps est consacré à l’enseignement autre que celui des choses en relation avec l’islam et le vivre ensemble ?

    Mes amis, vérifiez le planning de vos enfants, leurs livres, leurs cahiers, parlez avec eux pour savoir ce qui se dit, se fait pendant les cours !

Les commentaires sont fermés.