Dijon : le tribunal administratif va-t-il imposer des repas de substitution à la cantine ?


Dijon : le tribunal administratif va-t-il imposer des repas de substitution à la cantine  ?

C’est la ville de Châlons sur Saône qui est concernée, puisque depuis 2015 le Maire a mis fin aux repas de substitution au porc, au nom de la non discrimination et du coût supporté par toutes les familles des doubles repas. Voici sa lettre, parfaite, envoyée aux parents à l’époque :

 Il est indispensable de revenir à une pratique exigeante du vivre-ensemble. Cela passe par une séparation de la sphère publique et de la sphère privée. En cet effet, l’offre de restauration ne peut pas prendre en compte des considérations religieuses. Proposer un menu de substitution dès lors que du porc est servi, c’est opérer une discrimination entre les enfants, ce qui ne peut être accepté dans le cadre d’une République laïque. Les cantines scolaires de Chalon doivent redevenir des espaces de neutralité.

Naturellement une association musulmane, présidée par l’avocat des voyous radié du barreau Achoui a porté plainte…

http://resistancerepublicaine.com/2015/07/31/refus-de-repas-de-substitution-a-la-cantine-le-11-aout-le-maire-de-chalons-sur-saone-au-tribunal/

Naturellement, FCPE et Belkacem avaient volé au secours de l’islamisation de nos cantines :

http://resistancerepublicaine.com/2015/03/18/chalons-sur-saone-belkacem-vole-au-secours-des-menus-halal-a-la-cantine-scolaire/

Deux fois, le tribunal administratif a donné raison au Maire, mais pour la troisième fois, les choses pourraient changer puisque le rapporteur public a plaidé pour l’annulation de la décision, et le rapporteur public est souvent suivi… Le rapporteur public s’appuie sur « une pratique ancienne et durable »… Bref, parce que des dhimmis et des soumis ont voulu aller au-devant des demandes des musulmans il y a des années, la loi française devrait être modifiée par la coutume…

https://fr.news.yahoo.com/fin-menus-porc-à-chalon-saône-devant-tribunal-181734501.html

Quand la coutume française prend en compte une coutume étrangère et discriminatoire (ils ont fait quoi, les gosses de 4 ans, pour ne pas pouvoir manger comme leurs copains et être mis à part ? ) la coutume française issue de coutumes d’aliens remplacera-t-elle la loi ?

http://resistancerepublicaine.com/2017/03/13/le-conflit-entre-la-coutume-et-la-loi-tournera-a-lavantage-de-la-coutume-lislam-perdra/

Si c’était le cas, ce serait une première et une attaque de plus contre la loi de 1905. Avec un sacré paradoxe… Le Maire de Châlons a fort justement plaidé que mettre en place des menus de substitution revient à tenir des fichiers concernant la religion des enfants, pratique interdite. C’est à ce titre que Robert Ménard, d’ailleurs, a été condamné… pour avoir donné le nombre d’enfants musulmans dans les écoles de Béziers à partir du nombre de repas de substitution ! Réponse lundi.

Attendons-nous alors à un sacré bras de fer juridique…

En attendant, notre colère de voir notre ancien avocat Nicolas Gardères plaider pour Achoui et pour les repas de substitution n’a pas diminué d’un pouce, au contraire.

C’est à l’occasion de cette affaire que nous nous sommes séparés de lui, d’ailleurs.

http://resistancerepublicaine.com/2015/08/10/chalons-comment-nicolas-garderes-peut-il-etre-lavocat-de-la-ligue-de-defense-des-musulmans/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


11 thoughts on “Dijon : le tribunal administratif va-t-il imposer des repas de substitution à la cantine ?

  1. Avatarclairement

    En ce qui concerne la LAICITE, il faut rappeler que LE CULTUEL N’EST PAS LE CULTUREL et il faut éviter de se laisser entrainer dans LA CONFUSION QU’ENTRETIENT L’ISLAM à noir dessein.

    En effet, cette idéologie qui fait prévaloir « le religieux » sur le pouvoir temporel conteste les principes institutionnels qui régissent notre vie en société et essaie de les remettre constamment en cause parce que ses représent(r)ants n’acceptent pas la notion de laicité dans son essence car l’ISLAM EST UNE THEOCRATIE INCOMPATIBLE AVEC LES VALEURS ET LES PRINCIPES DES SOCIETES DEMOCRATIQUES.

    Pourtant, nos principes sont clairs, car les Français, administrativement parlant, sont avant tout des citoyens soumis aux mêmes lois, sans distinction religieuse ni ethnique et l’égalité entre les sexes est un fondement de notre société.

    L’IDENTITE NATIONALE QUI S’APPUIE EGALEMENT SUR L’IDENTITE CULTURELLE repose avant tout sur l’appartenance et l’identification au pays où on vit, c’est à dire LA FRANCE, FILLE AINEE DE L’EGLISE dont nous sommes tous, croyants ou pas, des héritiers de cette culture, et dont les ancêtres étaient bien des Celtes Gaulois, possédant malheureusement pas l’ecriture, ( Laurent OLIVIER, Pierre Yves MILCENT ) et qui ont précédé  » Jérusalem, Athènes et Rome, (qui sont aussi) nos mères patries » ( Jean Marie PAUPERT )

    C’est pourquoi, la religion qui est un engagement d’ordre privé ne doit pas interférer dans la vie publique et sociale car cette distinction introduit une discrimination contraire aux principes républicains dans NOTRE PAYS QUI EST DE CULTURE HELLENO ROMANO JUDEO CHRETIENNE.

    Nous pouvons constater que dans notre pays toutes les revendications reliés aux dogmes, aux interdits, aux tabous vestimentaires ( burkini, burka, hijab hiljab et autres vêtements prescrits ) et alimentaires ( CE QUI EST SURPRENANT POUR DES GENS QUI VIENNENT POUR LA PLUPART CHERCHER A SE NOURRIR EN FRANCE) concernent uniquement LES MUSULMANS QUI DOIVENT S’ADAPTER EN SE CONFORMANT A NOS REGLES DE VIE ET NON PAS L’INVERSE.

    Toutes les autres considérations qui débouchent sur des conflits sont uniquement entretenus pour faire céder les pouvoirs publics et envahir l’espace public de marqueurs religieux aux fins ci dessus précisées.

    C’est pourquoi, nous ne devons pas accepter  » les prières » de rue des musulmans qui doivent être immédiatement dégagés de l’espace public par les forces de l’ordre, tout comme en ce qui concerne LES CANTINES SCOLAIRES QUI SONT FACULTATIVES et dans lesquelles SI LES MENUS LAIQUES NE CONVIENNENT PAS A CERTAINES PERSONNES , DE CONFESSION MUSULMANE, ELLES N’ONT AUCUNE OBLIGATION A Y LAISSER LEUR ENFANT

    1. AvatarBermudienne

      Toute personne de bon sens, honnête et… de bonne foi, sait pertinemment cela. Merci de l’avoir si bien résumé et rappelé.
      C’est pourquoi la tragédie de la France qui s’est nouee il y a des années d’abord insidieusement, et aujourd’hui à grand fracas et dans le sang, met en évidence l’origine des responsabilités convergentes et des torts. Les « conquérants » sont en effet bien dans leur rôle que nul ne peut plus ignorer. Les « facilitants », les nouveaux « collaborateurs » sont quant à eux parfois dans la confusion mentale, plutôt dans la traîtrise à divers degrés, dans la compromission, la soumission précisément à la terreur sous toutes ses formes, et ils nous condamnent aux conséquences, sans état d’âme à grand renfort de propagande.
      Dire que tous nos villes et villages commémorent la Libération en 1945 de l’invasion allemande ! Certains osent évoquer les « leçons de l »Histoire » tandis que nous sommes sous un joug ancré et pernicieux, interdits même de l’envisager et de le nommer sous peine d’insulte, de calomnie et de répression. Le sursaut vital vient, n’en doutons pas !

      1. AntiislamAntiislam

        Bonjour,

        Il y a eu une courte période où l’on a pu croire que la Gauche communisante avait tiré les leçons de l’Histoire, les leçons du totalitarisme et puis elle nous refourgué , illico, avec l’islam, un nouveau totalitarisme à admirer …

    2. frejusienfrejusien

      très bien dit, très clair
      pas de confusion, cette histoire de coutume, et puis quoi encore !
      si on fait appel à la coutume, alors un repas normal sera choisi, car la coutume la plus ancienne est celle qui prévaut, et c’est celle d’un repas normal et non d’un repas halal, qui est venu beaucoup plus tard

  2. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    Et les repas de poisson le vendredi à la cantine scolaire, ce n’est pas une coutume très ancienne ? Je me rappelle qu’en 1965, lorsque je suis arrivée en France, tous les vendredis nous avions droit au poisson et puis, un jour, pfouiiit ! ce menu a été supprimé ces jours-là… Je ne suis pas avocat de la défense mais je pourrais arguer que, dans ces conditions, les menus coutumiers de la France reviendraient chaque vendredi, avec, en outre, entrées composées de cochonnaille tous les jours. En ceci, le maire respecterait tous les coutumes.

  3. Amélie PoulainAmélie Poulain

    J’espère que le Maire ne cédera pas car c’est insupportable ce genre de situation et l’on imagine les émules pour l’avenir si ce n’est pas le cas…

    Si le repas de la cantine ne convient pas, on s’arrange pour garder soit-même son enfant, Cela ne s’est jamais vu avant.

    Pour ma part, si j’avais un enfant devant manger dans une telle cantine, j’exigerais qu’il ait du porc car c’est bon pour la santé, quitte à venir moi-même avec la dite viande (avec déduction du prix payé pour le repas). Les parents devraient d’ailleurs aussi « exiger » des menus spécifiques pour leurs enfants ce qui rendrait inapplicable une telle décision car un refus à leur endroit serait discriminant..

    Si les gens réagissaient intelligemment, cela ne pourrait se faire, mais leur passivité permet le n’importe quoi…. Et après, ils viennent se plaindre.

  4. AvatarDany BARTHOUIL

    Si on impose à ce Maire des repas musulmans, il doit faire payer un supplément…De toute façon on oblige pas ces enfants à manger du porc, quand il y en a ils n’ont qu’à le laisser….
    Pourquoi ne pas faire aussi des repas pour enfants diabétiques, pour allergiques au gluten…???
    Dans une cantine tout le monde a le même repas , c’est depuis toujours, et celui qui n’aime pas les carottes laisse les carottes, s’il n’aime pas le poisson il le laisse…!!

Comments are closed.