« La France n’a pas de culture », « l’Allemagne n’a pas de culture »… sauf la culture arabo-musulmane !

La France n’a pas de culture, l’Allemagne n’a pas de culture, l’Europe n’a certainement pas de culture …. Mais heureusement que la culture arrive vitesse grand « V » ; celle-là oui ! qu’elle existe de culture , et pour en imprégner ces sales bambins blonds aux yeux bleus acculturés, sortis d’on ne sait où, dès la rentrée, langue européenne obligatoire l’arabe grâce à laquelle la nouvelle génération élevée, « cultivée au grand géant vert » pourra enfin avoir de belles et bonnes raçines mais qui pourtant conjuquera son histoire au présent et au futur ; à moins que un petit retour sur le passé en déblayant le superflu pour ne révéler que l’essentiel de ce passé caché jusque là lequel pourtant remonte à Mahommet et allez savoir, peut-être qu’en enlevant un peu plus de poussière on finira bien par trouver aux européens des racines encore plus anciennes arabo, arabo-musulmanes remontant au début de l’humanité et l’an commençant un premier avril an 1 de l’humanité !
_______________________________
Pour la chargée de l’intégration dans le gouvernement Merkel, il n’y aurait pas de culture allemande
:: http://www.fdesouche.com/854411-pour-la-chargee-de-lintegration-dans-le-gouvernement-merkel-il-ny-a-pas-de-culture-allemande#
Par Gaston le 20/05/2017

Tribune d’Aydan Özoğuz parue le 14 mai dans le Tagesspiegel]

L’Allemagne est diverse et, pour bien des gens, c’est trop compliqué. Aussi réclame-t-on au rythme des saisons une culture de référence censée assurer ordre et repères. Mais dès que l’on doit donner un contenu à cette culture de référence, le débat tourne au ridicule et à l’absurde, les propositions se réduisent à un cliché : être allemand. Ce n’est pas étonnant, car, au-delà de la langue, une culture spécifiquement allemande n’est tout simplement pas identifiable. Déjà, d’un point de vue historique, ce sont plutôt les cultures régionales, ce sont l’immigration et la diversité qui ont façonné notre histoire. La mondialisation et la pluralisation des modes de vie conduisent à un accroissement supplémentaire de la diversité.

Cette diversité culturelle n’est pas non plus facile, mais elle constitue la force de notre nation en tant que société ouverte. Par contre, l’invocation d’une culture de référence ne crée pas de points communs, bien au contraire, elle exclut. […]

On ne peut pas décréter en soi que les immigrés doivent s’adapter à une culture majoritaire prétendument traditionnelle, ni insinuer qu’ils ont besoin de cours de rattrapage parce qu’ils se situeraient en dehors de notre système de valeurs.[…]

[…]

Reste naturellement la question de savoir quelle forme nous allons donner à la diversité et comment nous pouvons créer un « nous » commun. Ma proposition : un contrat social basé sur les valeurs de la Constitution et se fixant comme objectif l’égalité des chances pour participer à la vie sociale. Sous ma présidence et avec la participation de larges couches de la société, la Fondation Friedrich Ebert a fait des propositions concrètes en ce sens : une loi d’immigration avec des règles claires, une ouverture interculturelle dans tous les domaines, un accès équitable à l’éducation et au marché du travail pour tous, développement massif des cours d’intégration, facilitation des naturalisations.[…]

(Traduction Fdesouche)

Tagesspiegel : { https://causa.tagesspiegel.de/gesellschaft/wie-nuetzlich-ist-eine-leitkultur-debatte/leitkultur-verkommt-zum-klischee-des-deutschseins.html}

 197 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Français dévorez votre histoire redevenez des gaulois pétris de culture grecque et romaine, résistez chaque jour aux programmes officiels.
    Réécoutez sans cesse cette histoire comme les auditoires anciens des Grecs écoutaient les récits d’un vieux poète aveugle et les transmettaient de bouche à oreille.
    Résistez aux programmes et révoltez-vous par plus de connaissances encore.
    Bibracte ne sera jamais une Mecque.

  2. Notre histoire n’est plus enseignée ,nos racines disparaissent de fait ,ce qui nous réunit c’est notre constitution ,notre république ,l’amour de la liberté et de notre pays ,il n’y a jamais eu de problème avec l’immigration et les différentes religions .Sauf avec l’Islam et ceux qui la pratiquent puisqu’ils ont leur loi (la charia )qui passe au dessus des lois Françaises ,comme le disait Bel Kacem ,je suis musulmane avant d’étre Française et moi je lui réponds ,je suis Français avant d’étre Chrétien ,car je n’aie pas choisi ma religion et elle non plus elle lui a été imposée !cela prouve que dans son cerveau il y a un manque de discernement !
    Je lui propose donc de retourner vivre dans un pays islamique ou elle sera en parfaite harmonie avec l’obscurantisme qui règne dans ses neurones!

  3. _ Cher Juju, il ne faut pas confondre éthnie qui correspond à une culture, une langue, un art, une spiritualité, une organisation sociétale singulière et partagée de ces membres avec « Race » qui correspond à des critères de génomes d’ADN types.
    _ Je vous rejoint sur le fait que les turcs d’aujourd’hui ne sont du type mongoloide comme l’était à 100% les Sèljoukikes, il n’en demeure pas moins que les turcs forment un peuple homogène éthnologiquement parlant, meme langue, meme religion, meme organisation sociétale, patriotisme très fort.

    _ Pour ce qui est des turcs seljoukides qui venaient des steppes mongoles, de l’actuel Kazakstan, ils ont conquis en partie, sur plusieurs siècles, petit à petit, les Grecs Bysantins, les Perses, les Romains et les Arméniens, par grignotage du territoire, puis plus tard les Arabes qui occupaient le territoire sud de l’actuel Turquie et se convertirent à l’islam à leur contact.

    _ Bien avant sur ce territoire vivaient les Ourartéens guerriers et batisseurs 10 000 ans avant JC, ancetres des Arméniens, les Hittites, puis les peuples venant d’Europe Centrale de type Alpin tel les Phrygiens (langue très proches de l’Arménien), les Cimmériens (Guerriers venant de Géorgie), et les peuples venant du croissant fertile de Mésopotamie tel les Satrapes, les Mèdes, les Assyriens, les Perses.

    _ Bien Cordialement, Anania de Schirac.

  4. En Turquie, il n’y a en réalité pas de peuple turc à proprement parlé, mais des descendants de nombreux peuples qui sous le joug Seldjoukide puis Ottoman ont été turkifié et convertis à l’Islam. A savoir les Hittites, les Perses, les Galates(des Celtes), les Arméniens, les Grecs, les Romains et les Byzantins notamment, sans compter nombres d’esclaves importé d’Europe par les turcs ottomans.

    A la base, tout les peuples turcs étaient des nomades, proches des mongols, venant des Steppes d’Asie Centrale (ont parle aussi de peuples turco-mongols)

  5. Même Israël qui est composé d’une multitude de personnes venant de pays aux cultures très différentes (juifs arabes, juifs originaires d’Europe, d’Afrique subsaharienne) a une culture et une identité qui lui sont propres.
    Les propos relevės dans cet article sont de l’enfumage, comme savent si bien le faire les turcs lesquels sont extrêmement nationalistes mais hétérogènes. La Turquie subira probablement la partition avant la France et l’Allemagne et d’autres pays d’Europe. Je pense que le Kurdistan notamment, peut faire sécession.

  6. Alors que le sultan Erdogan, obtenait difficilement la majorité à son référendum, lui concédant encore plus de pouvoir, il obtenait 66 pour cent de « oui » par l’électorat turc d’Allemagne! La ministre SPD turque Özoguz ferait bien de réfléchir à ce sujet plutôt que de donner des leçons de culture aux européens.

  7. AyDan Ozogus , produit marketing de la SPD dans le gouvernement de coalition de Mama Merkel.Cela permet à ce parti d’attirer les voix des Turcs d’Allemagne aux élections. Il faudrait que Ozogus s’occupe du niveau scolaire et d’alphabétisation de ses compatriotes , avant de s’occuper de la culture du pays d’accueil.

Les commentaires sont fermés.