Interview de Marion Le Pen au Corriere della Sera : « Nous refonderons l’Europe en défendant la France »

Publié le 30 avril 2017 - par - 7 commentaires
Marion Le Pen : « Nous refonderons l’Europe en défendant la France »
Le député du Front National précise le plan de son parti : « C’est nous les gaullistes aujourd’hui, nous ne devons plus être diabolisés »
Lucius Di Marzo-Dim, 30/04/2017-Il giornale
« Enfin, quelqu’un fait preuve d’indépendance et franchit la barrière de diabolisation érigée contre nous. »
Le commentaire de Marion Marèchal Le Pen, seule femme député du Front National à l’Assemblée nationale française, est euphorique, après la poignée de main entre sa tante Marine, en lice pour le second tour des élections présidentielles, et les gaullistes de Nicolas Dupont-Aignan.
La parlementaire de 27 ans parle au « Corriere della Sera » des plans de son parti, en définissant le Front comme « les héritiers du général De Gaulle, » dans un pays qu’elle perçoit comme divisé entre ceux qui « veulent encore à défendre l’idée de la Nation, et ceux qui sont prêts à la dissoudre dans la mondialisation ».
« Dupont-Aignan est un peu le premier de cordée » indique-t-elle clairement, en se référant au chef de « Debout la France », certaine que d’autres suivront. Elle parle ensuite de ce demi-pas en arrière de Marine sur le thème de l’euro, qu’elle explique avant tout comme la reconnaissance d’un fait : « la question de la monnaie n’est pas le seul problème économique que nous ayons en France. »
Il y tant de problèmes à affronter : il vaut donc mieux « attendre les autres élections prévues en Europe en 2018 », puis faire le point à partir des résultats. Surtout pour voir le résultat de ces élections  en Italie, pour avoir l’appui de nos alliés, qui sont déjà très forts «. Et ensuite négocier et demander aux Français « Cette Europe renégociée vous convient, ou vous préférez la quitter  ? ».
 Et si le lien avec la « Ligue du nord » est maintenant bien établi, Marion n’exclut pas le Mouvement 5 étoiles. La stratégie du Front National porte son regard vers le sud de l’Europe, « les grands perdants de l’euro », mais aussi vers les pays de l’Est, « les grands perdants de la politique migratoire ».
Traduction Steve Preve
Print Friendly, PDF & Email

7 réponses à “Interview de Marion Le Pen au Corriere della Sera : « Nous refonderons l’Europe en défendant la France »”

  1. Avatar J dit :

    Bonne interview de Marion, enfin quand ils ont bien voulu la laisser parler, face au porte-parole du micron qui ne nie pas accepter le soutien de l’UOIF : https://www.youtube.com/watch?v=AXChDK8ASeA
    Choisir le micron, c’est choisir la mort de la France.
    Votez pour la France, votez Marine.

  2. Marcher sur des oeufs Marcher sur des oeufs dit :

    Entretien de Marine Le Pen avec Laurent Delahousse
    (F2, 30/04/17, 20h15)
    :: https://www.youtube.com/watch?v=L_HW8RDSCrg
    DURÉE : 17’34s

  3. Marcher sur des oeufs Marcher sur des oeufs dit :

    Interview de Nicolas Dupont-Aignan
    (LCI, 30/04/17, 13h)
    :: https://www.youtube.com/watch?v=lVAdhUUt0Gg
    DURÉE : 27’22s

  4. Maxime Maxime dit :

    N’est-ce pas excessif de se revendiquer si franchement héritier de De Gaulle, alors que sur certains aspects son action est vivement critiquée par des partisans du Front national (à propos notamment de la guerre d’Algérie) ?
    Il est indéniable qu’il faut une force politique pour répondre à certains préoccupations que seul le FN semble actuellement prendre sérieusement en considération.
    La candidature de Marine le Pen est importante de ce point de vue, et la seule issue pour les présentes élections.
    Je ne sais si des circonstances historiques imposaient le 30 avril pour célébrer les déportés. A défaut, qui a choisi cette date ?
    En effet, plusieurs figures de la résistance et des déportés appellent à voter contre Marine le Pen.
    Le premier article le plus partagé du « Monde » actuellement, et de loin, est celui-ci :
    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/30/l-ex-secretaire-de-jean-moulin-denonce-le-pen-la-france-de-la-reaction_5120148_4854003.html
    C’est embarrassant. Le FN est trop compromis par son image, sa réputation, pourtant démentie par des articles comme celui-ci :
    http://resistancerepublicaine.com/2017/04/29/oradour-macron-osera-t-il-traiter-de-nazis-les-99-compagnons-de-la-liberation-qui-ont-rejoint-le-fn/
    Mais sera-t-il lui aussi partagé 18.000 fois, pour rétablir la vérité… ?
    Ou encore celui-ci :
    http://resistancerepublicaine.com/2017/04/30/petit-clamart-oradour-cnr-linculte-emmanuel-macron-fache-avec-lhistoire/
    Marine ne pouvait refuser le financement de son père. Le seul lien officiel qui demeure avec lui et ce parti.
    Mais les déclarations de ce dernier demeurent hélas un boulet pour sa candidature.
    Et pour les idées auxquelles beaucoup adhèrent !
    Parce que le principe de précaution n’a rien de fasciste, tout est déjà dans la Déclaration de 1789 (ce n’est pas faute de l’avoir démontré) et les Lumières n’étaient pas des fascistes je crois… ;
    parce que la souveraineté, issue de la pensée de Jean Bodin au 16ème siècle, n’est pas fasciste ;
    parce que la préférence nationale n’est que la conséquence de la vieille idée de citoyenneté (cette dernière a plus de 2 millénaires, elle est sans doute consubstantielle à l’histoire de l’Humanité en réalité) ;
    parce que l’attachement d’un individu, d’un peuple à son territoire, à son milieu est une réalité humaine et psychologique profondément liée à ce concept aussi… etc.

  5. Avatar Oncle Bob dit :

    Bravo aussi sur les fichés S. Le crétin dit qu’il faut laisser libre les fichés S, pour les mettre soi-disant sous surveillance pour remonter la filière, mais ces derniers, pendant ce temps, passent à l’acte.

  6. Avatar Xtemps dit :

    Absolument, et les escrocs dictateurs Fascistes aux pouvoirs risquent de perdre leurs prises du pouvoir en Europe.
    C’est çà que nous combattons amis résistants, le Fascisme est à Bruxelles.
    Le vote de Marine Lepen, est le vote de la liberté contre le Fascisme de Bruxelles.
    Seul le peuple a droit à tous les pouvoirs, pas les élus, qui ne sont que le prolongement de la volonté du peuple.
    Le fascisme se reconnaît par le manque de référendum.

Lire Aussi