Pour Mazerolles, Apathie et consorts, Mossoul libérée devra demander pardon pour les crimes de l’EI

Libération de Toulon. Une toulonnaise, vibrante de joie, signale au conducteur français du char d’écraser l’emblème à croix gammée. Source : SHD

A Mazerolles, Apathie et consorts

Olivier Mazerolles, journaliste de vieille date, spécialiste des chausse-trappes, a glissé lors de la réception de Marine le Pen la questions piège, celle susceptible de pouvoir lancer une polémique et fournir une nouvelle opportunité à la sphère totalitarisante auto proclamée « pensant bien » de clouer la candidate au pilori : « Est-ce que Jacques Chirac a eu tort de prononcer son discours sur le Vél d’Hiv ?» Le passage qui sous-tend cette question exprime en quelque sorte la reconnaissance formulée par le Président de la République, en 1995, de la responsabilité de la France dans la traque des juifs en France et son implication notamment lors de la « rafle des 16 et 17 juillet 1942 » : « ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’Etat français. ».

La réponse de Marine le Pen  : « La France n’est pas responsable du Vél d’Hiv’, ce sont ceux qui étaient au pouvoir à ce moment là qui sont responsables ».

Et immédiatement, bingo, ce qui était espéré et attendu est arrivé : la possibilité, contre toute raison, de jeter l’anathème. «inacceptable ! Horrible ! quel antisémitisme ! pétainiste!fasciste ! nazi ! le discours du père ! le dérapage !… »

Il y a deux jours, je visitais avec mon petit-fils « le mémorial du débarquement en Provence » installé en haut du Faron, le massif qui domine Toulon. Il y a tout ce qu’il faut, documents, armes, cartes, témoignages et bien sûr la présentation du débarquement du 15 août 1944 et ses prolongements en Provence.

L’opération Alliée dont l’essentiel des forces est américain compte environ 260 000 soldats français dans l’armée B, dirigée par le général Jean De lattre de Tassigny ; son objectif la conquête du sud de la France sur l’occupant nazi, puis la remontée par la vallée du Rhône.

Elle recevra l’appui des « maquis », hors la loi, de résistants formés de jeunes gens qui ont choisi la clandestinité pour se battre pour la France, rassemblés dans les Forces Françaises de l’Intérieur.

Sainte-Maxime, Saint Tropez, Cavalaire , Saint Raphaël, Cogolin, sont parmi les premiers secteurs « libérés ». L’arrière-pays est à son tour libéré ; puis Toulon, au port lourdement bombardé, est libérée après de durs combats, le 28 août.

Libération de Toulon. Une toulonnaise, vibrante de joie, signale au conducteur français du char d’écraser l’emblème à croix gammée. Source : SHD

Libération de Toulon. Le défilé des F.F.I. A droite : M. Diethelm, le général de Lattre et le général Cochet. Source : SHD

Le même jour Marseille est à son tour est libérée

Les combattants des FFI pendant la libération de Marseille. Source : SHD

Il ne s’agit pas dans le cadre de cette contribution de présenter le déroulement des opérations militaires qui ont marqué l’année 1944 et qui se terminent par la libération de Strasbourg le 19 novembre après « Paris libérée » le 25 août.

Il s’agit simplement de mettre en évidence le mot «  LIBERATION », de rappeler «  LA LIBERATION » de la France arrachée en 1944 au joug militaire, policier, politique et économique de l’ Allemagne nazi au prix d’efforts immenses humains et en matériels mis en œuvre par les Alliés américains et anglais avec la participation des combattants de la FRANCE LIBRE.

Il s’agit de faire ce chemin de mémoire pour rappeler que la France de juin 1940 à novembre 1944 n’est pas un pays libre de ses choix ni de ses décisions. La République n’existe plus, l’Allemagne nazie impose un état fantoche, « l’Etat Français », comme l’a très bien nommé Chirac, contrôlé par les troupes d’occupation, la terreur de la police politique, la gestapo, la chasse, la torture, la « déportation » en camps de concentration ou l’exécution des opposants, des « Résistants », l’arrestation et la déportations des juifs. Et pendant ce temps il faut essayer de survivre avec les ordres inacceptables qu’il faut appliquer, avec le rationnement rendu nécessaire par la confiscation par l’Allemagne d’ Hitler de l’essentiel de la production française, avec le départ de centaines de milliers de jeunes gens pour travailler en Allemagne, tout cela dans le cadre de la « collaboration ».

Les Français sont dirigés par un état fantoche créé par l’Allemagne. Pas par la France.

Ainsi les décisions qui sont prises pendant cette période n’engagent en aucune manière la France. Et ce n’est pas l’implication volontaire au compte de la collaboration, de citoyens français, dans les strutures administratives, policières ou militaires qui peuvent donner l’autorisation d’en attribuer la responsabilité à la France.

Ainsi l’acte de répentance de Chirac en 1995 est une faute lourde.

Ainsi la réponse de Marine Le Pen est totalement conforme à la réalité historique. Et l’utilisation de ce vecteur de polémique à son encontre est tout simplement ignoble.

 Je sais, pour l’avoir vécu, que monsieur Mazerolles, né en 1942 à Marseille(wikipédia), a baigné dans l’évocation du merveilleux événement qu’a constitué « La Libération », dans ses jeunes années. Qu’il fasse semblant d’ignorer aujourd’hui sa réelle signification au compte d’une grossière manœuvre politique est particulièrement écoeurant.

Mais au fait, les Mazerolles , Apathie et consorts, et la sphère totalitaire anti-Marine Le Pen, considèrent-ils que les habitants de Mossoul par exemple, occupée depuis juin 2014, sont responsables des tortures, exécutions, massacres et crimes contre l’humanité perpétrés par daech ? Devraient-ils lorsqu’ils seront « libérés » s’excuser d’avoir été victimes ?

 

8 Commentaires

  1. tout cela est bien beau mais elle a été totalement stupide de tomber dans le piège ; il y a des limites à l’amateurisme !

  2. Depuis la fin de la guerre, on exige de la France qu’elle se mette à genoux et qu’elle courbe la tête. Humiliation permanente voulue, orchestrée et entretenue par nos ennemis dont certains animés par un esprit de revanche sinon de vengeance (je ne les citerais pas mais nous les connaissons tous). Et puis, aussi, les pires, les ennemis de « l’intérieur » donneurs de leçons pour faire oublier leurs lâchetés et leurs trahisons. Ils portent la honte et la haine en bandoulière. Ils font aussi de la politique et prétendent nous gouverner.
    Debout français ! Réagissez, ne nous laissons plus humilier, diffamer et insulter.
    Il est grand temps de relever la tête et de nous rappeler d’où nous venons.
    C’est enfin possible, avec Marine !

  3. Excellente mise au point, Jean. Merci.

    La mauvaise foi règne en maître mais les citoyens manquent de discernement ou acceptent trop volontiers d’être manipulés ! On dirait que ça les arrange car il faut bien que leur haine s’attache à quelqu’un en particulier !

  4. _ Bonjour Monsieur Theron, votre article est très clair et j’aime beaucoup sa construction qui démontre bien que la rafle du Vel d’hiv dépendait des Collabo de Vichy majoritairement de GAUCHE avec pétain sous le joug d’hitler et non de la France de De Gaulle et de la résistance, d’ailleurs, le gouvernement de Vichy a été déclarer « illégal » le 8 ou 9 Aout 1944, comment ne pas en tenir compte ?

    _ La Gauche est évidement vent debout contre Marine alors que cette meme gauche Pétainiste fascisante au gouvernement fantoche de Vichy, collaboratrice du Nazisme n’est pas claire du tout sur cette période des heures les plus sombres de notre Histoire et la vrais responsable de la rafle du Vel d’hiv. Il serait intéressant que les soutients de Marine montent au front
    médiatique pour expliquer certaines vérités à nos champions du monde de la bienpenssance donneur de léçons de Gauche qui voient la paille dans l’oeil du FN sans voire la Poutre qui est dans le leur, le pire, c’est que cela marche.

    _ Anania de Schirac.

    • Les collabos de Vichy majoritairement de gauche c’est inexact. Ne mélangeons pas la critique légitime de la politique menée par la gauche et une droite sans conviction depuis 40 ans avec une réécriture de ce qu’a été Vichy.
      Qu’il y ait eu à Vichy des personnes venus de la gauche, c’est certain, mais l’essentiel des ministres de Pétain venaient de la droite parlementaire, de jeunes technocrates (avant l’heure à) proches des milieux patronaux de l’époque mais aussi et beaucoup de personnes venant de l’extrême droite de l’entre deux guerres : Action française , ligues etc.
      En outre parmi les personnalités de gauche qui ont collaboré avec Vichy beaucoup d’entre elles s’étaient éloignées de la gauche dès le milieu des années 30 et n’étaient déjà plus au moment du Front populaire de gauche. certains comme Doriot ou Déat avaient créés des mouvements d’inspiration fascistes avant même la seconde guerre mondiale.

      • _ Bonjour cher rinocero et je vous souhaite de Joyeuses Pacques à vous et vos proches.
        _ Pour répondre à votre commentaire, sans avoir un esprit de polémique mais seulement historique et ayant moi-meme été de Gauche puis très déçu, je vous communique les sites sources de mes dires :

        _ 1) le site :SISI NI DIEU NI MAITRE ( liste nominative des collabos 100% socialiste, communistes, radicaux et centristes de gauche du gouvernement
        de Vichy). Nombreuses références à des historiens, wiki et documents officiels.
        _ 2) le site : Français de france’s blog (du 16/10/2013, 14 ministres sur 18 étaient , ou socialistes, ou communistes, ou issus des syndicats de Gauche).

        _ Loin de moi l’idée d’etre de mauvaise foi et haineux envers qui que ce soit en particulier, je recherche juste les faits historiques qui sont ce qu’ils sont, il y avait aussi de l’extrème droite dans ce gouvernement illégal de Vichy, je ne conteste pas.

        _ Très bonne fin de journée Patriote. Anania de Schirac.

  5. Merci @Jean Theron pour cet article très insctructif et très riche en information. Je ne manque pas de le divulguer en le relayant plusieurs fois.

Les commentaires sont fermés.