"Je ferai un attentat comme Mohamed Merah" : un an ferme – et dans un an ?

Illustration : la Nef des fous, de Jérôme Bosch
Ils veulent décidément traiter les terroristes en puissance comme des voleurs de bicyclette.
C’est une faute grave, très grave. Ils ont le sang de nos enfants sur leurs mains. Et ils s’en moquent royalement. Au nom de prétendus droits de l’homme  des inhumains, des barbares devraient avoir la possibilité de tuer ?
http://www.larep.fr/saran/justice/2017/03/18/je-ferai-un-attentat-comme-mohamed-merah_12326163.html

La détention préventive, jamais ?

Le Guantanamo français, jamais ?

Comment imaginer un instant que le type décrit ci-dessous soit récupérable ? Dans le climat actuel, avec les mosquées actuelles, avec l’EI, avec les Frères musulmans, avec les barbus et les voilées qui patrouillent partout…

J’opterais volontiers quant à moi pour la Guyane, afin que ces olibrius tiennent compagnie à Taubira en cassant des tas de cailloux, on pourrait aussi les prendre pour tester vaccins et médicaments, ils serviraient au moins à l’humanité qu’ils détestent et veulent détruire…

Nous payons lourd le syndrome de L’Histoire de la Folie de Foucault, fabuleux ouvrage qui expliquait comment, au Moyen Age, on se débarrassait des « fous » ( traduisez ceux qui ne respectent pas l’ordre établi ) en les abandonnant sur des barques qui descendaient la rivière… Une forme d’ostracisme barbare. Parce que, chez les Grecs, l’ostracisme faisait suite  à un procès en bonne et due forme, protégeait explicitement la Cité de dangers recensés.

C’était fort intéressant en 1976, nous étions entre nous, nous étions encore dans l’idée des 30  Glorieuses, même si le chômage et le regroupement familial commençaient leur oeuvre destructrice ; nous n’avions pas vraiment besoin d’exclure, les prisons jouaient leur rôle, étaient plutôt dissuasives et les peines de longue durée n’étaient pas rares. La peine de mort existait encore mais n’avait plus guère d’utilité.

On pouvait effectivement juger que mettre sur un bateau ceux qui pensaient mal, ceux dont on ne savait pas quoi faire, était barbare. On a appris à accepter l’autre, à penser à le soigner, à le prendre en considération, à l’écouter…

Là où ça ne va plus c’est que, bouffés par ce syndrome de la folie dénoncée par Foucault, ajoutée à l’esprit gauchiste, nous refusons de mettre sur une barque, une galère ou dans un camp loin de chez nous celui qui nous pourrit l’existence actuellement au point de menacer explicitement la vie des nôtres. Et là rien ne va plus…

Nous devons nous libérer de nos entraves, de nos peurs, du politiquement correct et penser aux nôtres et à notre pays, d’abord. On n’y arrivera pas autrement.

 
 

 115 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Non Monsieur
    Je ne suis pas  » un vivre ensemble « comme vous m’appelez.
    Je considérerais même qu’actuelllement c’est le  » mourir ensemble » que nous supportons.
    Mais je suis réaliste.
    Même si nous arrivons à une immigration zéro, ceux que nous avons, nous les avons.
    Pour ceux d’entres eux qui sont des racailles, nous avons le choix de les subir ou de les redresser.
    Or nous savons que les prisons ne servent à rien car c’est là qu’ils deviennent pire.
    En revanche un petit stage dans un centre de redressement spécialisé gèré par la légion, serait de nature à leur mettre un peu de plomb dans la tête ce que ni leur parents, ni l’éducation nationale n’ont su faire.
    En cela je m’inspire d’un exemple de camp de redressement militaire en Russie, vu à la TV. Il y qq année où l’on voyait des soldats faire rougir le cul nu des voyous à grand coup de ceinturons.
    C’est à cela aux que je pensais: l’ apprentissage de la discipline à grands coup de pompes dans le train.
    Il n’est pas question, une seule seconde, de leur apprendre le maniement d’arme,
    C’est sans danger pour la santé et çà remet les idées en place.
    De plus est ce que vous imaginez des légionnaires aguerris se laisser enmerder par des petites racailles, comme sont obligés de le faire les Profs et les gardiens de prison?
    Amitiésrepublicaines et résistantes.

  2. Bravo Christine !
    Vous avez le chic de trousser des billets ….d’une pertinence !…Ah quel régal ! Et pourtant en ne faisant que rappeler des évidences….
    Les serbes aussi avaient appris à soigner l’autre, en l’occurrence tous ces miséreux qui fuyaient l’Albanie…A les prendre en considération etc ..
    Parallèlement, une politique nataliste initiée par le maréchal Tito entraîna une guerre des ventres qui aboutit à une domination musulmane au Kosovo. Les femmes serbes préférant, elles, conduire des tracteurs et contribuer à la production de richesses agricoles plutôt que se faire emplir le ventre de gamètes…
    Remerciements : les églises incendiées et la chasse aux mécréants, aidée en cela plus tard par l’OTAN !!!….Merci chirac et kouchner !
    C’est sans doute ce qui nous attend quand nous nous opposerons à la partition du 9-3 …

  3. Cela s’appel, le petit coup de gueule de Madame Tasin, et j’aime bien quand elle grogne et sort un peu ses griffes.
    Je dirai : qu’il n’y a pire assassins, que celui qui joue avec la vie des gens et n’éprouve aucune empathie pour la vie d’autrui.
    Et jamais je ressemblerai à ces gens là, car la vie est amour pour moi et un univers d’amour.

  4. re bonjour ,c’est sur la plupart des gauchistes vivent avec 40ans de retard , bien sur que depuis Foucault la société a évolué (et en mal) a sont époque dans les années 70’s comme vous le dites on étaient encore entre nous et on pouvais etre un bohème aux idées folles. mais désormais l’ennemis est sur notre sol et a déclaré la guerre a notre patrie chez nous (c’est valls qui la dis :  » nous sommes en guerre) .et je trouve vraiment louche notre gouvernement d’etre aussi laxiste et de plus incapable de protéger les citoyens des barbares islamistes. les gauchos devraient comprendre et voir que désormais ,les gens qu’ils défendent au non d’un pseudo anti racisme ( qui n’est rien d’autre qu’une forme de racisme envers sois ) sont des dangereux criminels racistes avec une l’idéologie totalitaire: l’islam ! mais comme le dis le dicton : il n’y a pas de pire aveugles , que celui qui ne veux pas voir . bien a vous

  5. Je suis absolument d’accord.
    Il faut revenir à la tolérance zéro, avec un panel de peines graduées’immediatement applicables.
    Comparution immédiate et arrestation à la barre.
    Il n’y a pas assez de prison?
    Je propose que l’on fasse des convois de condamnés transportés par la marine militaire en direction de Cayennes où ils seront dans un premier temps logés sous des marabouts fournis par l’armée, en ayant pour tâche de construire leur futurs baraquement d’hébergements,sous la surveillance de la légion.
    Cela ne coûtera presque rien puisque nous pourvoyons déjà à l’entretien de la marine et de la légion ainsi que de leur matériel et que nous possédons déjà les réserves stratégiques de carburant et de munitions qui doivent être épuisés avant leur date de péremption.
    (lorsque j’étais militaire du contingent, un jour nous avons eu pour mission le liquider une caisse de dix milles cartouches ayant atteint la date de péremption. Offisiers, sous officiers et caporaux- caporaux chefs, dix hommes en tout en position du tireur couché ont tiré sans discontinuer pendant près de deux heures. Les soldats du rang nous passaient les chargeurs, fusils MAS 41 chargeur de 10 cartouches, nous changions souvent de fusils car ils chauffaient tellement qu’ils nous brûlaient les mains.
    Il y a même une culasse qui a explosé blaissant l’un d’entre nous à la joue.
    À la fin, les cibles n’existant plus nous nous amusions à couper les cadres en bois, puis les pieds métalliques, une balle de fusil de guerre passe sans problème à travers une cornière d’acier de 15/15 soit dans l’angle 30 mm d’acier, les gens qui ne connaissent pas les armes peuvent maintenant imaginer ce que ces malheureux ont subi au Bataclan avant qu’on se décide à intervenir, et toutes les amputations dues aux blessures extrêmement graves sur des jeunes gens, dont on ne nous a pas parlé .
    Et en ce qui concerne le carburant que dire des officiers et sous officiers qui passaient faire le plein de leurs véhicules personnels et quelques fois même celui de leurs épouses, avec le carburant de l’armée, tous les vendredis soir.
    Cette longue digression pour expliquer, par l’exemple que le matériel et les moyens, nous les avons, au point de devoir les gaspiller.
    Ce qui manque c’est la volonté politique de les utiliser à bon escient et de mettre fin à ce gaspillage éhonté.
    On nous dit qu’il n’y a plus d’argent, mais tout le monde, partout, du haut en bas de l’échelle, se gave, depuis l’électricité, l’essence , la nourriture et les fournitures diverses gratuites jusqu’aux emplois fictifs grassement rémunérés.)
    Et c’est nous qui paye!!! Comme disait Coluche.
    Je ne souhaite pas la mort du pêcheur, mais si nous voulons pouvoir vivre ensemble il est absolument impératif qu’il y ait des règles établies et que tout le monde les respecte de gré ou de force.
    Or ce n’est plus le cas.
    Nous produisons sans cesse de nouvelles lois qui suivent l’événement, sans jamais le prévoir ni le devancer et qui de toutes façons ne sont presque jamais appliquées.
    D’où cette sensation galopante des citoyens de bon sens d’être assaillis et sans protections devant une poussée constante qui les oblige à courber l’échine.
    Parmi l’arsenal de peine, il conviendrait de rajouter:
    – suppression temporaire des allocations pour absentéisme ou chahu à l’école.
    – séjours de formation militaire pour les primo-delincants à partir de seize ans.
    – pour les récidivistes, à partir de seize ans, le choix entre deux à trois ans de bagne ou cinq ans de légion étrangère.
    – pour les migrants délinquants, le choix entre retour dans leurs pays d’origine, sans indemnités avec interdiction de revenir ou cinq ans de légion avec octroye de la nationalité française en cas de conduite exemplaire.
    Je souhaite que l’éventuel lecteur comprenne qu’il n’y a ni racisme ni ostracisme dans ces propos, mais simplement l’expression du bon sens commun qui veut que ceux qui jusqu’à présent n’ont pas compris les bonnes règles du vivre ensemble dans une société ouverte au partage, les apprennent au cours d’une seconde chance qui leur serait donné par l’apprentissage du goût du travail et la valeur de l’exemple qui malheureusement devra se faire au début par la contrainte, mais qui à la sorti devrait déboucher sur une citoyenneté responsable et apaisée.
    C’est ce que je leur souhaite et que je nous souhaite.
    PS, il reste peut être des fautes non corrigées. Mais avec un IPad mini c’est très difficile de revenir en arrière, comme dans la vue quoi!

  6.  » un an ferme – et dans un an ? « .
    Et bien NON .
    Avec les remises de peine , dans 8 mois tout au plus et peut-être même 6 ,
    il sera dehors.

  7. Depuis le jour où Robert Badinter s’est pris pour Dieu le Père en supprimant la peine de mort (décision salutaire mais comme vous dîtes :inutile ),tous les citoyens se sont pris pour Dieu le Père.
    Grosse névrose collective .
    Aujourd’hui la patrie est en danger.
    Cour martiale pour les traitres,les espions,les collabos,les ennemis de la FRANCE.
    Les valeurs de la République passent par l’exemple.
    On ne peut que déplorer de revenir à ces procédures mais la sureté de l’Etat est à ce prix.
    Nous sommes responsables de l’avenir de nos enfants .Et de leur bonheur.
    Le bonheur de nos enfants passent par des limites bien précises de ce qui est permis ou pas permis.
    Permis de tuer :NON

    • l’abolition de la peine de mort en 1981 avait un sens, la société a évolué et il faut changer les choses c’est tout

  8. La base arrière du terrorisme musulman en France, ce n’est pas Daech, c’est le Ministère de l’intérieur et la « Justice ».

Les commentaires sont fermés.