Les jeunes qui ont défiguré un épicier à coups de tessons sont « les petits d’un animal »


Les jeunes qui ont défiguré un épicier à coups de tessons sont « les petits d’un animal »

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/un-epicier-defigure-par-trois-jeunes-dans-le-quartier-de-la-chamberte-montpellier-1487010312

 « Quand donc les journalistes cesseront-ils d’employer le mot « jeunes » à tort et à travers ? « , fulmine le puriste qui sommeille en beaucoup d’entre nous, le Vaugelas que nous hébergeons dans notre cartable depuis nos années d’école, ce censeur du beau langage que nous avons nourri du miel des meileurs auteurs et du lait des petits Robert(s) ?

Car enfin « jeune » n’est pas un nom, c’est un adjectif SAUF POUR LES ANIMAUX . Il désigne alors « le petit d’un animal »… et non pas, comme dans notre presse, un être humain de mons de 35 ans.

Quoique, quand on lit ce qui suit… on se demande… Oui, on se demande si, tout bien réfléchi, le sens du bon français, celui du bon vieux dictionnaire n’est pas le plus approprié (!).

Une hypothèse surgit, pleine d’audace mais pétrie de bon sens :

 Se pourrait-il que ceux qui sont désignés ci-dessous comme des « jeunes » aient tout fait pour justifier par leur conduite l’emploi du nom « jeunes » dans son sens le plus approprié ?

Gageons que Vaugelas dicta leur conduite. Argument à retenir pour celui qui a demandé « à préparer sa défense pour s’expliquer devant le juge »…

  

http://www.bvoltaire.fr/jeanpierrefabrebernadac/trois-jeunes-defigurent-epicier-a-montpellier,314218

Trois jeunes défigurent un épicier à Montpellier…

 Il y a 5 jours, le jeudi 16 février 2017 

 
 

Samedi matin 11 février, La Chamberte, quartier calme et paisible de la commune de Montpellier (34000). Les six mille habitants en majorité des couples et des célibataires, s’éveillent paresseusement.

Trois « jeunes » rentrent dans une épicerie il ne sont pas là simplement pour voler mais aussi pour marquer dans tous les sens du terme le propriétaire de l’enseigne. Celui-ci est seul, sans arme dans son échoppe, eux sont armés de tessons de bouteilles. Ils auraient pu, en le menaçant, lui faire simplement peur pour exiger la remise de l’argent. Mais non, ils veulent jouir du spectacle, et de quel spectacle. Ils le frappent s’acharnant sur son visage, au point de le défigurer et de toucher au nerf facial. Imaginez la terreur de l’homme, recroquevillé derrière son comptoir. Imaginez le sang qui gicle et les cris de douleurs. C’est long une minute quand vous vous faites lacérer le visage alors que vos agresseurs rient en vous insultant. D’ailleurs cette séance devait tellement les faire saliver qu’elle a duré plusieurs minutes. Pour leur haine, une agression ne suffit pas.

Ils s’en prennent au magasin, renversant les étagères, saccageant entièrement la boutique. Enfin, avant de partir, ils n’oublient pas de se saisir du contenu de la caisse.Regagnant leur voiture ils prennent la fuite laissant derrière eux une scène de désolation. Heureusement malgré ses blessures le boutiquier peut se traîner et relever la plaque d’immatriculation du véhicule. Pas de chance pour eux, cette voiture, une Toyota, avait été contrôlée vendredi soir par les policiers qui se sont souvenus de l’identité du conducteur. C’est à son domicile situé avenue de l’Europe (quartier de la Paillade) qu’ils l’ont cueilli quelques minutes plus tard en compagnie de ses deux complices.

Lors de leur garde à vue, les trois hommes déjà connus des services de police, ont expliqué qu’ils avaient fait la fête le vendredi soir. Ils ont précisés qu’ils étaient encore ivres le samedi matin quand ils sont entrés dans l’épicerie. Ils voulaient au départ y acheter tout simplement à manger. Avec certainement comme monnaie des tessons de bouteilles !

Leur procès en comparution immédiate prévu le lundi a été reporté, l’un d’eux ayant demandé à préparer sa défense pour s’expliquer devant un juge.

Imaginons maintenant que, suite cette agression sauvage, nombre de commerçants, suivis par des habitants, aient réagi, que plusieurs manifestations aient eu lieu devant le tribunal de Montpellier. Que Quartier La Paillade, des entrées d’HLM aient été caillassées et des voitures devant les immeubles incendiées. Imaginons des manifestants criant : « Stop aux agressions », « Jeunes assassins », « Nous ne voulons plus de racailles dans nos quartiers « .

Imaginons que, face à ces incidents, le Président de la République ait fait le déplacement jusque dans l’Hérault pour apporter son soutien à l’épicier. Qu’il ait déclaré notamment, par exemple : « Cet épicier est connu des clients pour son travail exemplaire, cet homme veut simplement vivre en paix et dans un rapport de confiance avec les jeunes des cités”.

Imaginons que de nombreuses personnalités, acteurs comédiens et chanteurs aient aussi réagi devant cette agression, faisant paraître une tribune dans Le Figaro, appelant à réagir contre les crimes des envahisseurs et réclamant justice pour les riverains.

Imaginons, oui… Car si Théo a derrière lui le gratin de la bien pensance, cet épicier n’est qu’une énième victime inconnue, bien réelle. Au fait France Bleu, qui a annoncé l’information, n’a pas donné l’identité des trois criminels qui pourtant sont majeurs. On se demande bien pourquoi !

 

J.-P. Fabre Bernadac

Diplômé de criminologie et de criminalistique

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




32 thoughts on “Les jeunes qui ont défiguré un épicier à coups de tessons sont « les petits d’un animal »

    1. AvatarPouf

      Moi, je suggère un boulet au pied, une forêt à entretenir et un berger allemand dressé pour la garde…ça ne coûterait pas cher !

  1. AvatarUTR

    Non seulement je partage la surprise d’Agathe , mais j’y ajoute encore plus mon irrépressible colére !

    En clair je ne supporte plus de voir cette classe merdiatique , employer le mot de « jeunes » , pour désigner des racailles , et les pires voyous qui pourrissent la vie de notre société , et se livrent à des tortures physiques aux conséquences possiblement mortelles et tellement traumatisantes , comme c’est le cas ici même .

    Tout est entrepris dans le langage journaleux moderne , pour maintenir envers et contre tout une note de sympathie envers d’infâmes individus , qui ne méritent aucun respect ni aucune compassion , surtout si ces derniers sont d’origine allogène !

    Faudra t il donc infliger des coups de pied au cul à l’ensemble de cette profession ( mis à part quelques uns, ….Valeurs actuelles, présent ) , pour les guérir de leur intolérable mentalité bizounours , les conduisant à scandaleusement relativiser en permanence, la gravité des crimes régulièrement commis par ces chances pour la France

    Nous savons que bien des djihadistes, auteurs des tueries collectives de ces derniers mois, avaient été auparavant de simples petites frappes de banlieue , spécialisées dans les braquages à deux balles, mais tous très violents ,

    Pourrions nous donc poser la question aux journaleux de savoir si ils seraient disposer à abandonner le qualificatif de « jeunes » , quand ces mêmes voyous, auront dépassé le stade de la délinquance crapuleuse et sordide, pour au contraire, accéder au statut d’authentiques terroristes, agissant cette fois ci sur le terrain idéologique, et endossant le costume d’agents du DAESH ?

  2. AvatarFilouthai

    Ne me dites pas que les trois ordures qui ont agresse ce pauvre homme sont des « jeunes défavorisés issus de l’immigration maghrébine ou africaine » ?

    Les bras m’en tombent !

  3. AvatarMariette

    Le scootériste est allé au chevet de théo car c’est la première fois qu’une racaille se fait violer accidentellement pendant un contrôle de police.
    Mais il ne peut pas aller au chevet des Françaises car elles sont trop nombreuses à être violées.
    Plus 18 % en cinq ans ; 33 viols déclarés par jour.
    Mais on estime que 10 % seulement des viols sont déclarés, un toutes les 40 minutes.
    Il y aurait donc, en réalité, un viol toutes les 4 minutes en France ; impossible donc pour le président des bisous de rendre visite à plus de 300 femmes par jour !
    Et les dirigeants de LRPS, avec leur politique migratoire laxiste, sont responsables d’une bonne partie de ces viols.
    Car les jeunes femmes violées par les racailles d’origine étrangère, n’osent presque jamais porter plainte par peur des représailles.

  4. La moutarde me monte au nezLa moutarde me monte au nez

    Il faudra en finir avec ce vocable lâche et complice qui est une insulte à la jeunesse.
    Jeune n’est pas synonyme de violent et delinquant.
    La grande majorité de nos jeunes est honnête et travailleuse, étudiants, apprentis, employés,ouvriers, agriculteurs et même quelques fois, malheureusement, chômeurs en quête de petits boulots.
    La plupart d’entre eux rame pour trouver un job, ou payer ses études et ne défraie pas la chronique.
    Nous savons tous que « djeunsses » signifie « racaillles »
    Et nous savons tous qui sont les racailles, inaptes aux études, réfractaires au travail, incapables de se socialiser, vomissant l’ordre, la république et la France, vivant d’allocations et de larcins aux crochets de la société qu’ils abhorrent.
    Çà, c’est un fait acquis que tout adulte de bon sens a bien intégré.
    Ce que je n’arriverais jamais à m’expliquer, c’est comment des personnes éduquées et instruites avec des positions sociales souvent élevées, comme des enseignants, des juges, des journalistes, certains avocats, des artistes et des politiciens, peuvent avoir une telle mansuétude envers cette engeance?
    Le fait que ces personnes soient le plus souvent de gauche ne suffit pas à expliquer le phénomène car la morale et le civisme ne sont d’aucun bord ni d’aucune religion.
    Le dogme serait il placé au dessus des lois et du simple droit naturel?

    1. AvatarUTR

      Angora

      Mais vous avez parfaitement raison, en pareil cas , c’est bien le comparution immédiate qui s’imposait de maniére naturelle , et non pas une attitude de complaisance fautive, accordant à ces …FUMIERS! le droit de décider de l’évolution de la procédure les intéressant !

      Nos juges ne savent donc plus que …BAISSER CULOTTE ? devant les pires raclures, et donc en l’espéce infligent une ignoble humiliation supplémentaire à ce bien malheureux commerçant , ayant subi une agression tellement traumatisante !

      1. Amélie PoulainAmélie Poulain

        Il y a les avocats derrière, je l’ai dit à un autre endroit, même en prison en phase d’Instruction d’une procédure judiciaire (donc en phase d’enquête) ils peuvent refuser de voir la Police qui se déplace.

  5. Avatarhathoriti

    Oui, les pendre, haut et court , mais avant…leur tabasser la gueule de façon à ce qu’ils ressemblent à leur victime et, avant de les pendre, leur fourrer du saucisson dans la bouche ! Y’en a marre ! Ce n’est plus possible ! Il faut faire qque chose ! On n’en peut plus !

  6. AvatarRosace

    L’erreur qu’a commise cet épicier : ne pas être armé !
    Je constate que tous les Français qui se sont fait attaquer, blesser ou tuer étaient à chaque fois totalement démuni du moindre moyen de se défendre.
    Que chacun ait au moins un solide couteau pliant à cran d’arrêt dans sa poche, une bonne dague dans sa voiture et une arme à feu chez lui ou dans son commerce.
    Et tant pis si les magistrats condamnent les Français qui sont armés ou qui se défendent. Ils voudraient peut-être qu’on soit tous tués par leurs amis issus de l’immigration ? Non seulement on ne leur fera pas ce plaisir, mais on les retrouvera lorsque la guerre civile sera bien engagée !

  7. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Acte innommable pour lequel nous ne pouvons qu’éprouver très grand compassion pour l’agressé….. Quand aux agresseurs, sans commentaire……

    Effectivement le mot « jeune » est galvaudé, quand on sait que pendant la dernière guerre mondiale il y avait des résistants de 20 ans voire moins qui se comportaient et avaient les discours de vrais hommes.

    L’adolescence n’existe d’ailleurs que depuis la période d’après 45, l’enfant n’étant auparavant considéré que comme un adulte en devenir. Et depuis, on a des « petits enfants » bien longtemps après l’âge de la puberté… Mais pourtant, ils savent très bien ce qu’ils font ! Il y a des délinquants qui exercent leur violence dès l’âge de 8 ans….

    Je dirais que ce sont des gens qui ne sont même pas « construits »… et le Social démesuré englué dans un honteux et aliénant assistanat tant il déresponsabilise, y est pour beaucoup !

  8. Avatardurandurand

    Jusqu’à quant allons nous subir sans réagir ? Quant allons nous appliquer la loi du Talion ,faire changer la peur de camp ? Sommes nous devenu des lavettes et des tafioles à ce point ?

  9. AvatarLesage

    Petits jeunes, sauvageons, les journaleux se gardent bien de les nommer pour ce qu’ils sont vraiement!!! délinquants, salopards, assassins….!

  10. Avatarmarre-du-PS

    Un lion ou un tigre n’est aucunement méchant. Ce sont des prédateurs, des fauves qui n’attaquent leurs proies que pour pouvoir se nourrir, et ils ne le font pas tous les jours. Ici, dans cet article, il est écrit : trois « jeunes », le mot « jeunes » étant entre guillemets. On peut donc bien l’accepter dans le sens de « bêtes sauvages », en gardant à l’esprit que ces « fauves » sont dépourvus d’empathie, de sens moral et de conscience. Alors, personnellement, à défaut de pouvoir les tuer, puisque la loi me l’interdit, j’aimerais beaucoup qu’ils soient lobotomisés comme dans le film « Vol au-dessus d’un nid de coucou », et qu’ensuite on les laisse crever dans les oubliettes d’un château, où il leur sera impossible de communiquer avec qui que ce soit.

  11. Avatarjolly rodgers

    dégouté de la lâchetés des politiques , dégouté de voir mon pays s’enfoncer tout les jours dans le chaos . il y’a quelques années encore se genre de fait divers ce passé uniquement dans des endroits comme le Bronx ou Mexico et bien maintenant on subis ça ici chez nous . honte aux laxisme des dirigeants! un ami qui habite en Allemagne connais un gars du Nicaragua qui travaille dans l’usine ou il bosse et lui a demandé si il avais jamais pensé a s’installer en France ? le mec du Nicaragua , lui a répondus:  » tu est fou je tient a la vie ,ça craint la France !  » . voilà l’image qu’a de la France un mec qui viens d’un des pays les plus violent d’Amérique latine . (sic)

  12. AvatarNICOLAS F.

    Le mot jeune est utilisé pour banaliser la violence.Pour conditionner les chiens de pavlov que nous sommes devenus.Jusqu’au jour où l’on trouvera cette violence normale.
    C’est la volonté des muz,des barbares.Les barbares sont chez nous et un jour ils rentreront dans notre tête.C’est ce qu’ils veulent.
    C’est ce que la presse vendue aux pouvoirs veut. Elles est payée pour cela.
    Pendant ce temps « ils » se remplissent les poches et rigolent bien que la « piétaille » se fasse trainer dans la boue et maintenant dans le sang.
    Marine « peut » changer « cette mentalité de fin du monde.
    Quand on pense qu’elle se fait traiter d’ext^rmr droite alors que les fachos sont ces muzz de merde ,la lacheté des fachos,les méthodes de fachos,en bandes,avilir,détruire.
    J e finis par comprendre pourquoi le vieux père avait choisi Jeanne d’Arc comme mascotte.Une longueur d’avance,le papy breton.

  13. Avatarchristian jour

    Ces salopards adorateur de la secte islamique de mort veulent nous imposer la terreur, mais qu’ils fassent bien attention, la terreur on connait et ça se pourrait qu’un jour ce soit nous qui leurs imposions la vrai terreur. La même que 1789 avec la veuve ou la raccourcisseuse patriotique ou le grand rasoir national

  14. frejusienfrejusien

    ce brave commerçant avait cru à la religion de paix et d’amour, il était peut être même, convaincu du bien fondé de l’invasion, et de l’accueil des muzz
    un commerçant averti en vaut deux
    ceux qui sont conscients du péril islamique doivent avoir une arme derrière leur comptoir, comme celui de 70 ans qui ne s’est pas laissé conter fleurette par ses assaillants,
    mieux vaut passer au tribunal, que de servir de cobaye pour ces illuminés de la religion d’amour

  15. AvatarAlbatros

    Les seuls responsables ne sont pas ces barbares, mais bien ces politiciens Hollande, Caseneuve, Taubira et les autres qui font TOUT pour les « encourager » dans ce qui devra conduire à la guerre civile. Quand on appelle « SAUVAGEONS » des diables qui font brûler ceux qui représentent l’Etat……Alors qu’il n’y a pas si longtemps ils seraient passés à l’échafaud !!
    Si guerre civile il y a surtout ne pas manquer les quelques milliers de ces politiciens à tous niveaux ..ils sont pire que les kouachi et autres merah !!!

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Exactement !

      Je viens de lire les commentaires, pleins de reconnaissance, de personnes qui ont, pratiquement toutes, des noms de consonnance africaine, envers un professeur de physique qui a mis son cours en ligne.

      Ces personnes sont prêtes à nous aimer, nous et notre pays . Ce sont nos infects politicards qui les excitent à la haine contre notre civilisation et les poussent à se réislamiser : l’islam étant la plus pure expression de la haine contre notre civilisation.

  16. AvatarDésespoir 50

    Beaucoup de patriotes signalent que cet Epicier Travailleur n’était pas armé, je n’ose imaginer si ce brave homme, en état de légitime défense, avait blessé une des racailles. Sur que notre clown aurait fait le déplacement.
    De nombreux exemples ont prouvé que la balance de la justice est déséquilibrée
    car le plateau gauche est pourri et plein de vermines.

  17. Avatarbm77

    Si par bonheur Marine se retrouve aux affaires, il faudra qu’elle déclare d’utilité publique ce dictionnaire de la novlangue de M.Geoffroy, J.Y.LeGallou et polemia, instrument de désintoxication des citoyens de cette entreprise de travestissement de la réalité que sont ces termes utilisés majoritairement dans les médias généralistes sous la houlette du  » think tank » terranova cher à nos amis socialistes and Co associés dans cette entreprise aux ultralibéraux mondialistes.
    Il y a plus de10000 termes répertoriés qui s’enrichissent de plusieurs centaines par années au gré du politiquement correcte lié à l’actualité du moment.

Comments are closed.