Grâce à Orban, les Hongrois échappent à l'aliénation islamique que nous subissons

http://resistancerepublicaine.com/2017/01/16/pour-orban-les-droits-de-lhomme-ne-doivent-pas-impliquer-le-suicide-national/
En refusant l’immigration musulmane, M.Orban protège la vie, la cohésion sociale, l’identité – et aussi la santé mentale de son peuple.

Ceci ne relève pas de  »l’islamophobie ». Voici la stratégie de l’ISESCO à l’égard des Musulmans vivant hors des pays islamiques.
(Islamic Educational, Scientific and Cultural Organization ou, en français, l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture) :

http://www.isesco.org.ma/fr/the-islamic-cultural-action-outside-the-islamic-world/

Dès l’introduction de cette Stratégie, il est clairement indiqué que le but est d’éviter l’assimilation des musulmans vivant hors des pays islamiques,
»y compris ceux des 3e et 4e générations »…..Le même lien conduit aux stratégies visant les pays islamiques. Le but est une Nation Islamique forte et unie, par-delà les pays où vivent les musulmans. (Et fi des pays hôtes non-musulmans !).

L’ISESCO a été établie au début des années 80 par l’OCI (Organisation de la coopération islamique). Cette dernière a essayé de faire adopter, par les Nations-Unies, la résolution internationale (16/18 en juillet 2011) visant à interdire la critique de l’islam sur la planète tout entière.. Cette résolution est en accord avec la Déclaration des droits de l’homme en Islam de l’OCI (Caire 1990), dont la Charia est le cadre de référence pour tout ce qui touche les droits humains – incluant la loi contre le blasphème, antithèse de la liberté d’expression occidentale. Cette résolution n’a pas été votée en l’état par l’UNU, malgré l’accord enthousiaste d’Hillary Clinton pour le projet, appelé « processus d’Istambul ».

https://www.alexandredelvalle.com/single-post/2016/10/13/LOCI-cet-ONU-de-la-loi-islamique-qui-a-pour-mission-de-protC3A9ger-et-dC3A9largir-loumma-dans-le-monde-partie-2


http://resistancerepublicaine.com/2012/09/21/loci-prete-pour-relancer-le-processus-distambul/

Tandis que des plans d’action à court, moyen et long termes sont mis en place pour protéger et promouvoir l’identité et les valeurs de l’islam, tandis que des ententes sont signées en douce à cet effet, les pays hôtes qui souhaitent naturellement et légitimement affirmer et défendre leurs valeurs et leur identité propres sont, eux, accusés d’islamophobie !!! Si l’Occident et l’islam étaient compatibles, quel besoin auraient les musulmans de se protéger de l’assimilation ? Et pourquoi ne sont-ils pas, eux, accusés d’Occidentophobie ?

C’est à ce piège aliénant qu’échappent les Hongrois. Comment ne pas aimer – et leur envier- M. Orban ?

 120 total views,  1 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Les Hongrois sont un peuple qui a de la mémoire la mémoire des deux batailles de Mohacs dont la première fut perdue mais la suivante gagnée et haut la main après trois siècles de joug turc de joug ottoman et donc de joug musulman.
    Vive donc la Hongrie rebelle au retour de l’ancien occupant et bourreau de son peuple, bien pire que l’autrichien, bien pire même que le communisme, rebelle à l’islam intrusif!

  2. Les hongrois ont de la chance d’avoir un président qui a les pieds sur terre 3hALTE A LA PARASITOSE et a la secte tueuse LISLAM.
    Eux ont barré la route a l’empire ottoman et s’en souviennent contrairement a nos élus qui depuis Giscard sont devenus amnésiques et ont ouvert la porte a l’Islam et ses corolégionnaires !
    Tous les élus ne sont pas débiles !!

  3. Libération
    May dévoile son plan pour un Brexit intégral
    Par Sonia Delesalle-Stolper (correspondante à Londres) — 17 janvier 2017 à 15:04
    Sortie du marché unique, sortie de l’union douanière, rejet de la Cour européenne de justice… la Première ministre britannique a choisi de quitter totalement l’UE, sans participation partielle.
    Haro sur les mauvais esprits, le gouvernement britannique a finalement «un plan pour le Royaume-Uni» et sa sortie de l’Union européenne. En martelant depuis presque sept mois que «Brexit signifie Brexit», Theresa May voulait en fait dire que «out signifie out».
    Sortie du marché unique, sortie de l’union douanière, rejet de la Cour européenne de justice, la Première ministre britannique a choisi de suivre la ligne dure prônée par les plus acharnés des Brexiters de son gouvernement. Sauf qu’il est désormais avisé de parler d’un «Brexit propre» et non plus «dur». Et, dans ce cadre, le contrôle de l’immigration prime sur le reste, y compris la prospérité économique du pays.
    Statut spécial
    Le 23 juin dernier, les Britanniques ont voté pour la sortie de l’Union européenne et «l’ont fait les yeux ouverts : en acceptant que le chemin à l’avenir pourrait être incertain à certains moments», a déclaré Theresa May lors d’une conférence de presse à Lancaster House, un palais en bordure de Green Park.
    Le Royaume-Uni est spécial, a en substance expliqué la Première ministre et, à ce titre, il cherchera à obtenir un statut spécial, fait sur mesure, dans ses nouvelles et futures relations avec l’Union européenne. Pas question donc d’une «participation partielle à l’Union européenne, d’un statut de membre associé de l’UE ou quoi que ce soit qui nous laisse à moitié dedans ou à moitié dehors». Pas question non plus d’«adopter un modèle déjà existant pour d’autres pays». Exit donc les modèles norvégien ou suisse.
    Si Theresa May souhaite couper tous les liens avec le marché unique et mettre fin à toute contribution financière au budget européen, elle a tout de même laissé entendre que l’accord final sur le Brexit pourrait «prendre en compte quelques éléments du marché unique, dans certains secteurs – comme l’exportation des voitures et camions par exemple, ou la liberté de fournir des services financiers à travers les frontières nationales».
    Pareillement, le Royaume-Uni pourrait choisir de continuer à «participer à certains programmes européens spécifiques, et ce sera à nous de décider, et dans ce cas une contribution appropriée serait raisonnable», a-t-elle ajouté.
    «Profondément internationaliste»
    Devant tous les ambassadeurs européens au Royaume-Uni, invités pour l’occasion, Theresa May a refusé de garantir le statut des citoyens européens déjà présents au Royaume-Uni – ils seraient au moins trois millions – tout en affirmant vouloir régler la question le plus vite possible, en parallèle avec le statut des Britanniques installés dans le reste de l’UE.
    «Le résultat du référendum n’était pas une décision de se renfermer, de se retirer du monde», a-t-elle poursuivi. Parce que «l’histoire du Royaume-Uni et sa culture sont profondément internationalistes». Le Royaume-Uni, désormais presque libre, va pouvoir devenir «global» et signer une multitude d’accords de libre-échange avec le monde entier, a affirmé Theresa May, en se rengorgeant des récents propos de Donald Trump en faveur d’un accord commercial rapide avec les Etats-Unis.
    «Acte calamiteux»
    La Première ministre a également annoncé qu’elle soumettrait au vote des deux chambres du Parlement l’accord final de sortie de l’UE. Après avoir passé les deux-tiers de son discours à caresser les Européens dans le sens du poil, en vantant une histoire et des valeurs communes, en réitérant la ferme volonté de continuer à travailler ensemble sur les sujets de défense ou de sécurité, Theresa May a brusquement changé de ton.
    Il serait malvenu que les 27 envisagent un «accord punitif» vis-à-vis du Royaume-Uni. «Cela serait un acte calamiteux d’autopunition pour les pays d’Europe. Et ce ne serait pas l’acte d’un ami», a-t-elle menacé.
    «Le Royaume-Uni n’accepterait – ne pourrait accepter une telle approche. […] Qu’il soit clair que, pour le Royaume-Uni, pas d’accord vaudrait mieux qu’un mauvais accord», a-t-elle dit. Les grandes lignes sont tracées, les négociations peuvent démarrer. A bon entendeur, salut.

  4. Je vois que l’éveille commence à bien prendre partout, en fait, l’Islamophobie n’existe pas en démocratie, pas plus que le racisme et autres escroqueries à deux balles, inventés de toutes pièces par les escrocs subversifs qui nous gouvernent aux pouvoirs actuellement et un habile subterfuge pour faire passer de plein droit les musulmans qui n’ont aucun droit de venir chez nous, même de force contre la volonté des peuples autochtones européens ils le font, alors qu’ils n’ont pas le droit, ils bradent le référendum sans arrête.
    Il n’y a pas de haine contre les autres, ni de racisme et d’Islamophobie, çà n’existe pas, puisque l’Occidentophobie n’existe pas, ni la christianophobie du même pareille que l’adverse, arrêtons d’êtres dupes et de le dire bien haut et fort  » c’est de l’escroquerie! il y a pas de racisme! « .
    Sortons du formole du politiquement correct amis résistants, est aussi la première bataille à gagner, pour gagner sur tout le reste, déjà bien entamé par la résistance.
    Madame Tasin nous avait fait prendre connaissance du document de l’ONU sur les droits des peuple autochtones, et dans ce document, l’Islamophobie comme le racisme et autres excuses bidons n’existent pas non plus.
    Et là, c’est de l’écrit, montrez ce document à tout le monde, faite des copies partout et faire connaître les mensonges de nos escrocs dirigeants, qui démontre tout leur subterfuge et combien ils sont si profondément malhonnêtes et bien méchants.
    Nous nous sommes fait rouler depuis des années par des escrocs, des ordures aux pouvoirs amis résistants.
    Comme les Israéliens, c’est la même chose avec les palestiniens qui n’existe pas, puisqu’il n’existe pas de Palestine!, il ne peut pas y avoir de palestinien, tout est malversation et malhonnêteté avec les escrocs aux pouvoirs à conflits.
    Démontrons le et montrons le partout, comme ils sont si malhonnêtes et mauvais, comme les Israéliens pour Israël, nous avons tout l’Occident à sauver, et les juifs ont aussi intérêt de se mettre de notre côté contre les escrocs aux pouvoirs actuellement pour sauver Israël avec.
    Si l’Europe disparaît, Israël disparaîtra avec.
    Nous n’avons rien à se reprocher amis résistants, mais alors rien!, alors démontrons combien ces escrocs sont si malhonnêtes et mauvais, qu’ils n’arrêtent pas de tricher sur tout, c’est des escrocs, des imposteurs pas des démocrates.
    Et tout à commencé avec cette saloperie et escroquerie d’union européenne, centralisateur comme toutes les dictatures le sont : » Un état Fasciste et policier  » antinational et antithèse de la démocratie.
    Appliquons nos lois nationales et nos démocraties sans cette escroquerie et supercherie d’union européenne, ennemi de tous les peuples européens, mais aussi du monde entier, y compris pour les musulmans, car ces dangereux escrocs mettent les peuples les uns contre les autres en faisant sauter toutes les barrières de sécurités.
    Ils sont le lit et mère de tous les conflit majeurs et malheurs dans le monde entier, dénonçons les, c’est des criminels, des assassins, ils ont des tonnes de sang sur les mains avec toutes les guerres qu’ils ont fait dans les pays d’Orients et ailleurs.
    Bravos! pour votre courage amis résistants.

  5. Les Observateurs
    mardi, 17 janvier 2017.
    Accueil – Brèves – Centres fermés pour demandeurs d’asile en Hongrie
    Centres fermés pour demandeurs d’asile en Hongrie
    Pour faire face à l’immigration clandestine et à la menace terroriste, la Hongrie a annoncé le 13 janvier, par la voix de son Premier ministre Viktor Orban, qu’elle rétablissait « la détention systématique dans le cas de ceux dont la demande d’entrée en Europe n’a pas encore été légalement approuvée ». Les demandeurs d’asile ne pourront donc plus se déplacer librement sur le territoire hongrois, ce qui promet un affrontement majeur entre Budapest et Bruxelles, puisque c’est justement l’UE qui avait contraint la Hongrie, en 2013, de suspendre la pratique consistant à maintenir les demandeurs d’asile dans des centres fermés. « Aucun droit de l’homme ne prescrit le suicide national », s’est défendu vendredi Viktor Orban (citations traduites par le site Visegrad Post).
    Cet article Centres fermés pour demandeurs d’asile en Hongrie est apparu en premier sur Présent.
    http://lesobservateurs.ch/2017/01/16/centres-fermes-pour-demandeurs-dasile-en-hongrie/

Les commentaires sont fermés.