Non M. Macron, l'Allemagne ne doit pas avoir un droit de regard sur notre France.

 
En tout cas, nous savons maintenant l’essentiel: Macron veut plaire à l’Allemagne, Macron veut pédaler sur le tandem franco-allemand à la même vitesse qu’Angela Merkel, et Macron opposera à toute réforme française l’horizon bouché des aspirations allemandes.
De la vraie nature du couple franco-allemand
Car il ne faut pas se tromper sur la véritable nature de cette fameuse relation franco-allemande présentée comme un objectif en soi de politique étrangère, et même de politique intérieure.
Imagine-t-on un esprit raisonnable expliquer à Pepsi-Cola que son avenir passe par une relation amicale avec Coca-Cola?
Imagine-t-on un esprit raisonnable expliquer à Samsung qu’il doit travailler en bonne intelligence avec Apple?
Qui demanderait à Carlos Ghosn de restructurer Renault en demandant l’avis de Volkswagen?
 
Nous avons fait le choix du capitalisme en Europe, et dans le monde capitaliste, le principe général qui domine est celui de la concurrence.
Lorsqu’un responsable politique français, envers et contre toute logique, « oublie » ce détail et préconise d’accorder un droit de regard à l’Allemagne sur nos réformes intérieures, comme le propose Emmanuel Macron, c’est bien à notre principal concurrent que nous proposons de donner les clés de la maison France.
Il s’agit, bien entendu, d’une faute politique et historique majeure.
Renverser les termes de l’échange
Emmanuel Macron appartient à cette élite française convaincue que la France ne peut plus peser seule, et qu’elle doit accepter une subordination à l’Allemagne pour assurer son avenir. Il ne s’en est d’ailleurs pas caché, puisqu’il a déclaré à Berlin: « On peut faire un Google européen, un Google français n’existera jamais. »
www.atlantico.fr/decryptage/quand-emmanuel-macron-renonce-au-role-france-dans-union-europeen-dans-discours-prononce-berlin-2933222.html#qF6e3plJf2qfETeq.99

 128 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

    • je suis désolée mais je ne comprends rien à pearltress et aux liens que vous donnez, je ne sais ni à quoi ça sert ni comment ça s’utilise ni me^me ce que c’est et je suppose que pas mal de personnes sont comme moi. S’ily a un article intéressant sur cette adresse il faut donner uniquement le lien de l’article, pas l’adresse globale du site sinon on ne sait pas ce qu’il faut lire

  1. FAUX ! Il y a déjà une entreprise française qui a créé un moteur de recherche capable de concurrencer Google et qui s’en sort très bien.
    Les Français ne sont pas des incapables, loin de là. Ils peuvent être parmi les plus efficaces, pourvu qu’on arrête de les faire travailler pour gagner une misère. Parce qu’un homme qui sait qu’il travaille pour des clopinettes perdra toute motivation, et ce quelle que soit sa nationalité.

    • Exact c’est Qwant est un moteur de recherche français, créé le 16 février 2013, puis lancé en version définitive le 4 juillet 2013. Il annonce ne pas tracer ses utilisateurs afin de garantir la vie privée, et se veut neutre dans l’affichage des résultats.
      Après un lancement critiqué, à cause de ses résultats très proches de Bing et Wikipédia, une nouvelle version du moteur est publiée, en avril 2015, accompagnée des encouragements du gouvernement, via Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique déclarant qu’un « Google français est en marche » dixit wikipédia.

Les commentaires sont fermés.