Prévention de la radicalisation : Mediapart et le Cri ont perdu leur procès contre le rectorat de Poitiers

Djihad Ecole et laïcité Publié le 4 janvier 2017 - par - 4 commentaires

A propos d’école, le recours contre le précis contre la radicalisation en milieu scolaire dans l’Académie de Poitiers vient d’être rejeté, comme on pouvait s’en douter.

http://resistancerepublicaine.com/2016/12/15/justice-quand-mediapart-et-le-cri-attaquent-la-prevention-de-radicalisation-en-milieu-scolaire/

Le jugement refuse de se prononcer sur le fond car il ne s’agissait pas d’un acte administratif susceptible d’annulation http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2017/01/04/Document-antiradicalisation-la-requete-des-opposants-rejetee-2956702

Les juges ont cependant considéré qu’il contenait « des éléments d’information » pouvant être perçus comme « maladroits ».
Pourquoi parler de maladresse ? Le djihad semble décidément tabou, y compris devant les juridictions administratives http://resistancerepublicaine.com/2016/05/18/terrorisme-quand-le-conseil-detat-joue-au-taboo/

Pour rappel, « les syndicats enseignants avaient, à l’époque, dénoncé au mieux des « termes maladroits », au pire des « simplifications outrancières ». Le tribunal administratif de Poitiers en a jugé autrement en rejetant une requête de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI) qui voulait obtenir l’interdiction de la diffusion, au sein de l’académie, d’un document de « prévention de la radicalisation en milieu scolaire » critiqué pour ne viser que l’islam.

Dans ce document de 14 pages, révélé en novembre 2014 par le site d’information Mediapart, les enseignants étaient appelés à prendre en compte plusieurs critères. Parmi ceux-ci figuraient une « barbe longue non taillée (moustache rasée) », des « cheveux rasés », un « habillement musulman », le « refus du tatouage », une « perte de poids liée à des jeûnes fréquents ».
Etaient également mentionnés dans ce document Powerpoint des comportements de type « repli identitaire », « exposition sélective aux médias », « rhétorique politique » concernant notamment la Palestine, la Tchétchénie, l’Irak. Le document invitait aussi à surveiller les élèves s’intéressant de près à l’histoire des débuts de l’islam ».
http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/01/03/academie-de-poitiers-rejet-d-une-requete-contre-un-document-sur-la-radicalisation_5057170_3224.html

Print Friendly, PDF & Email

L'auteur

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.

4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Antiislam
Administrateur
Antiislam
il y a 4 années

Bonjour,

Merci pour cette information, Maxime.

Petit à petit le bon sens fait son chemin.

Plenel souhaiterait sans doute que l’on concentre la surveillance sur les femmes de 90 ans qui vont à la Messe : c’est sans doute là que les chances de tomber sur des « radicalisés » islamiques sont les plus nombreuses :=)

Villeneuve
Villeneuve
il y a 4 années

Bonjour,

Surprise, pas de plainte au pénal, pas de signalement au procureur ….pour discrimination raciale, religieuse etc…? RR est envoyé en correctionnelle pour moins que ça !
S’il ne s’agit pas d’un acte administratif de quoi s’agirait il alors ? D’un acte politique peut être ? La décision des juges s’ensuivant n’est elle pas alors politique elle aussi ? La notion de « maladresse » serait elle une nouvelle notion du droit d’expression ? Pourrait elle servir en défense pour Christine ?
RETENONS avec amertume mais sans surprise que les juges sont toujours aussi lâches quand il s’agit d’islam.

Durandurand
durandurand
il y a 4 années
Reply to  Villeneuve

De plus les futurs juges sont très bien formatés à l’École nationale de la magistrature par leurs maîtres rouges!

Lire Aussi